Dormir dans les arbres à Dol de Bretagne : week-end de folie et nuit insolite en cabane

1 216 visites
Par




Dormir dans les arbres… à l’occasion d’un week end insolite en Bretagne… Voilà une drôle d’expérience! Un week-end dans les arbres, avec un parcours ludique, une nuit perchés dans les arbres à écouter les bruissements du vent en amoureux ou en famille… Que du bonheur!

Partis de Paris, direction Dol de Bretagne pour vivre deux folles journées, les 21 et 22 août 2005… Il s’agit à l’origine d’un cadeau d’anniversaire.

Journée du 21/08/2005.

Nous voilà partis de Paris, dimanche matin 10 heures, pour Dol de Bretagne, environ 3 heures 45 de route.

Pas beaucoup de circulation et un temps qui va en s’améliorant et en se réchauffant au fil des kilomètres.

Pourquoi Dol de Bretagne ? C’est un mystère, le cadeau surprise de mon anniversaire : nous devons nous rendre au domaine des Ormes et passer la nuit du 21 au 22, perchés, non sur la montagne, mais dans un arbre, où une cabane, réservée de longue date, nous attend.C’est la première « difficulté », la seconde, qui est en fait la principale, c’est l’accès à la cabane.

la cabane et les bagages !

On pourrait penser, en gens raisonnables, qu’il suffit d’une échelle ou d’un escalier de bois pour y accéder.

Que non pas. Régine, puisque c’est d’elle qu’il me faut parler, a choisi la cabane la plus difficile d’accès…

De quoi s’agit il ? Il faut tout d’abord s’équiper : un casque, une paire de gants, un baudrier avec deux crochets de survie (rien qu’entendre ce mot, on est rassuré !) et une roulette à deux poulies qui va rouler (c’est une fonction évidente) sur un câble tendu à 10-15 mètres du sol.

faut grimper !

Nous sommes quatre couples, dont deux jeunes et un couple qui travaille dans un cirque (y a de la triche !).

Il faut atteindre ce fichu câble et pour cela grimper sur une échelle qui donnera accès à une plateforme. L’échelle est faite de larges barreaux de bois, tenue par des câbles, tremblante autant que moi. Bien mettre son corps au centre des barreaux et non sur les côtés, car l’échelle tournerait alors sur elle-même; accrocher ses deux manilles de survie et en avant…Notre moniteur, Mathieu, nous fait une petite démonstration…

Le domaine des Ormes.

Depuis 1977, 200 hectares de terres agricoles, devenus le deuxième plus grand centre de loisir d’Europe

A la fois, un camping (4 étoiles), un centre de mobil home, des bungalows, un hôtel trois étoiles séquoias plus trois autres cabanes, civilisées, celles-ci (c’est-à-dire facilement accessibles pour des familles), à proximité du golf.

Un terrain de cricket, un golf de 18 trous et son practice, un parcours d’aventures, un centre équestre, des vélos, des piscines en plein air chauffées,un centre de pêche à la truite, un plan d’eau pour pédalo, et j’en oublie sûrement !

Ah oui ! J’oubliais la clientèle : à 85% anglaise, les 15% restant étant une clientèle hollandaise, et pour le solde, française (c’est tout dire !).

Les employés sont ravis de rencontrer des gens parlant français

Des restaurants, un petit supermarché, une boutique de souvenirs, 300 employés au plus fort de la saison (dont beaucoup d’anglais, of course !).

En fait, les emplacements sont loués par le centre à des tours operators britanniques qui installent là leurs clients.

Les Français, eux, se concentrent dans les arbres !

Pas facile de mettre les crochets en place lorsqu’on est trop petit, d’ailleurs, l’exercice est interdit aux enfants. Il l’est aussi, et ça se comprend, aux femmes enceintes et aux personnes en état d’ébriété….

casque indispensable !

Nous allons mettre un bon quart d’heure pour arriver à destination, notre cabane étant la plus éloignée : nous sommes logés chez « séquoia 4″.

La cabane, c’est 30 mètres carrés : une terrasse, avec deux chaises longues en teck et une table basse, le logement proprement dit, un matelas posé à même le sol avec deux oreillers et une moustiquaire, un coin toilette (si l’on peut dire) : il s’agit, derrière un paravent, d’un seau hygiénique (mettre une couche de sciure avant toute opération). A disposition, une petite trousse de secours, un litre d’eau, des bougies à bien éteindre avant de s’endormir !

Nos bagages, nous les montons nous-mêmes à l’aide de la corde qui file le long de l’arbre.

Une fois là-haut, que faire ?ouf ! j'y suis !

En redescendre bien sûr, pour faire les courses alimentaires.

Nous avons pensé qu’après tout, il valait mieux dîner à bord de notre cabane (on ne fait pas ça tous les jours !) plutôt que d’aller au restaurant (ça, on peut le faire tous les jours !).

Alors, nous voilà prêts pour les manœuvres de descente. C’est déjà plus facile, ou moins difficile…repos aprés la montée !

Petit tour dans le domaine, où presque tout est inscrit en anglais, achat de victuailles pour notre petit dîner aux bougies et remontée (ouf !).

Sur une petite table, il y a un livre d’or.

En fait, c’est beaucoup plus un livre d’histoires ou d’humeurs qu’un livre d’or : chacun y va de ses sensations. Et on apprend, à travers une lecture attentive, que ce sont surtout les femmes qui réservent, en tout cas en ce qui concerne notre cabane, en cachette de leurs compagnons. L’une d’entre elles a même bandé les yeux de son compagnon pendant tout le trajet, de leur domicile au pied de l’arbre !

la montée des bagages.

On apprend aussi que ce type de couchage a des vertus aphrodisiaques et on suivra, au long des pages, les aventures d’une nuisette, je ne vous en dis pas plus !

Une autre va regretter le manque de porte manteau, d’étagère et souhaiterait un sommier (!).

Nous allons donc dîner au sommet de notre arbre, dans le silence, à peine gênés par le bruissement des câbles de nos voisins (les acrobates) qui vont et viennent.

Le soleil s’est couché, il commence à faire frais, et nous allons terminer notre pique nique emmitouflés dans nos sacs de couchage .fait frisquet, le soir !

Nuit du 21 au 22 août.

Ça y est : bonne nuit et bon anniversaire ! C’est tout à fait étonnant de dormir dans une cabane qui bouge un peu, d’entendre le bruissement des feuilles, d’être plus près que jamais des étoiles !

Journée du 22/08/2005.

Nous avions commandé notre petit déjeuner pour les 9 heures 30. Il est livré à l’heure dite, par panier, accroché au câble qui file le long de l’arbre.

Il fait très frais, le temps est bien gris et il se met à pleuvoir, mais pas question de quitter la terrasse, d’autant que le feuillage du séquoia nous protége bien de cette petite pluie fine.

Nous déjeunons de viennoiseries (croissants, pains aux raisins et au chocolat, petits pains avec confiture et beurre, thé et café…).

Deux écureuils se font la chasse sur l’arbre voisin…

11 heures arrivent, et il nous faut descendre, à regret, de notre arbre, non sans avoir complété au préalable le Livre d’Or.la cabane, vue extérieure.

Je descends en premier, Régine me faisant parvenir nos bagages par la voie des airs (pas en les jetant, mais en les descendant à l’aide du crochet…).

La pluie a cessé, nous rendons les affaires au bungalow de réservation.

la cabane vue intérieure.Mathieu est là, et nous le remercions. C’est un employé CDD car en fait, son vrai travail, ce sont ses études d’optique par correspondance, qu’il n’a pas l’air de vouloir terminer très vite…

Régine remplit la fiche de satisfaction, en profite pour y mettre ses suggestions d’amélioration et nous repartons vers Paris.

Au début de notre route, nous avons dû mettre un peu de chauffage, mais au fur et à mesure des kilomètres, la pluie cesse et la chaleur se fait forte !

Je mets la radio : c’est pas mon jour de chance, car nous tombons sur une émission de France Inter sur le parachutisme de loisir avec saut accompagné.

Termes de recherche ayant mené à cet article:

Tags: , , , ,

A propos de l'auteur

Visiter son site

Notre site a pour objet de mettre en ligne le récit de nos voyages à travers le monde... Envie de découverte ? Visitez le site : Les voyages de Jean Marie Lambert

Contacter cet auteur?

Découvrez tous les articles de


Laisser un commentaire