Voyagez curieux à votre mesure! Préparez le séjour parfait en Europe grâce aux conseils et expériences des voyageurs sur le guide et forum IDEOZ

La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier : un beau film


La Princesse de Montpensier est le dernier film de Bernard Tavernier. Bernard Tavernier propose un drame historique et sentimental de qualité : une belle jeune femme que plusieurs hommes convoitent et une histoire d’amour passionnée avec le mauvais homme…  Une passion sur fond de guerre des religions sous le règne de Charles IX…

 

France. 1562, en pleine guerre de religion. Marie de Mézières aime depuis son plus jeune âge le duc de Guise. Elle est pourtant promise à son frère Mayenne, mais les deux amoureux n’y voient pas là raison à s’alarmer. Tout se complique quand le père de Marie décide de rompre l’engagement oral pris avec les Guise pour la marier au fils du Prince de Montpensier. Elle se soumet non sans peine à la volonté de son père, désireuse d’accomplir son devoir de femme auprès de son nouveau mari. Le couple part vivre dans leur résidence, mais le Prince est rapidement appelé par le roi Charles IX pour faire la guerre. Marie est donc laissée seule, sous la surveillance/compagnie du duc de Chabanne, proche ami de son époux. A son contact, elle décide d’apprendre à lire et à écrire, toujours aussi désireuse de s’accomplir en tant que parfaite épouse. Le retour en grâce du duc de Guise vient mettre à mal les résolutions de Marie. Elle qui se croyait débarrasser de son amour de jeunesse, n’admet pas sa faiblesse et croit la dominer.

Une biche au milieu d’une meute de loup, telle est l’explication donnée par Guise pour qualifier cette émulation que les quatre hommes ont eu pour Marie. Une fois conquise, elle ne les intéresse plus. Cette Princesse de Montpensier pensait pourtant réussir à tenir son rang et il est vrai que les premiers mois de son mariage sont pour ainsi dire parfait: femme mariée, elle décide de parfaire son éducation (apprentissage de la lecture et de l’écriture) pour mieux accompagner son mari à la cour si toutefois il décidait de l’y emmener. De nubile, elle est en passe de devenir une épouse mature, attendant son heure pour assumer pleinement son rôle de femme (souvent les femmes deviennent puissantes une fois veuve). La voie est toute tracée pour elle, la liberté elle ne la goûtera que dans le mariage et dans ses contraintes (et le mari qu’on lui impose n’est pas si détestable à tel point que l’on pense à un moment que la raison va l’emporter sur la passion). Malheureusement, le retour du duc de Guise vient mettre un terme à son accomplissement et dès lors, elle échoue en temps que femme mariée avant d’échouer en tant qu’amoureuse. Triste constat pour cette femme qui n’aura eu comme tort que d’être belle et d’être aimé, convoitée en retour.

Mélanie Thierry est magnifique dans ce rôle de Marie, tour à tour femme raisonnée et raisonnable puis amoureuse passionnée et imprudente. Les quatre hommes qui lui tournent autour sont eux-aussi parfaitement incarnés: Guise apparaît comme une caricature de lui-même, mais cela correspond parfaitement au personnage. J’ai beaucoup aime Anjou, joueur impénitent qui s’amuse de ces querelles et aime à porter le dernier coup. Lambert Wilson va certes rentrer dans les ordres mais son ton correspond parfaitement au personnage de Chabanne. Quant au Prince, rôle difficile à incarner car tout en nuance et je trouve que Grégoire Leprince-Ringuet s’en sort plutôt bien. Malgré ce que certains critiques ont pu dire, je trouve cela très bien que de jeunes acteurs s’essaient à l’adaptation de textes classiques, ils apportent de la fraîcheur et un rythme qui manquent parfois dans certaines adaptations plus académiques. Quant à la réalisation, que dire. J’avoue adorer depuis de nombreuses années le films de Tavernier donc mon regard n’est pas réellement objectif. Je trouve qu’il filme Marie avec amour et respect. Et il a réussi à faire monter progressivement la tension autour de cette femme, à l’image de ces hommes qui peu à peu se concentrent sur elle.

Partager

A propos de l'auteur

Découvrir le blog Les Boggans

Leave A Reply