Les chiens errants de Bucarest : où en est la situation aujourd’hui?

5

chienserransChaque jour, dans la capitale roumaine, Bucarest, une centaine de personnes à peu près se fait attaquer par les meutes de chiens errants. Ils sont plus de 30.000  à traîner librement dans les rues de cette capitale européenne dont uniquement 10.000 tout au plus sont stérilisés. Un problème qui doit absolument trouver solution, mais qui pour l’instant reste sans réponse. Chaque jour, un Roumain est hospitalisé pour se faire soigner des suites d’une morsure. Et parfois même, un Roumain meurt dévoré par un chien errant.

 

Le problème a pour cause la décision, sous le régime de Ceausescu, de démolir des milliers de maisons de Bucarest pour construire à leur place des HLM. Comme la plupart des personnes expropriées avaient au moins un chien et comme la possibilité de s’en occuper dans un appartement parfois minuscule d’un immeuble périphérique était presque nulle, ces animaux se sont vite retrouvés dans les rues et au pied des immeubles où habitaient leurs anciens maîtres. Petit à petit, leur nombre a augmenté dans un rythme hallucinant : nombreux, affamés, abandonnés, ces animaux sont devenus agressifs en menant chaque jour leur propre bataille pour survivre.

A la différence d’autres pays occidentaux, en Roumanie le problème semble sans issue. En 2001, l’opinion publique de Roumanie et d’ailleurs s’est déclarée horrifiée par le massacre des chiens errants organisé par la Mairie de Bucarest à l’époque sous la direction de Traian Basescu. Celui-ci a décidé de supprimer autant de chiens errants que possible, en utilisant des méthodes dites barbares. Un geste qui n’a fait qu’engendrer un plus de violence parmi les citoyens victimes de ces exemplaires de la rue. Du coup, des centaines de chiens ont été étranglés avec du fil en fer, chassés au fusil, tués à coup de pelle ou de barre de fer, empoisonnés ou battus à mort.

Enfin, dans une tentative de normaliser la situation, les autorités roumaines ont adopté en janvier 2008 une nouvelle loi en la matière. Mais, de nouveau, tout le monde s’écrie « Erreur ! ». Puisqu’aux termes de cette nouvelle loi, l’euthanasie des animaux sains est interdite. Complètement ! Cela veut dire qu’une fois stérilisés, tous les animaux se retrouveront de nouveau dans les rues si personne ne souhaite les adopter.

Et d’habitude, les Roumains ne le souhaitent pas ou trop peu ! Et leur nombre est loin de diminuer, puisque les gens continuent d’abandonner des animaux. En plus, les propriétaires de chiens et de chats de Roumanie ne considèrent pas absolument nécessaire la stérilisation de leurs propres exemplaires, ce qui fait que le problème se perpétue. A présent, la Mairie de Bucarest a avancé un projet de loi qui oblige tous les Bucarestois, propriétaires de chien ou de chat, à adopter diverses mesures dont l’enregistrement, l’identification par micro puce et la stérilisation obligatoire. En attendant, les Roumains continuent de mener une vie aventureuse sous la menace des quatre pattes à chaque coin de la rue. Seul moment de détente: avril 2008, à l’époque du sommet de l’OTAN quand les autorités roumaines ont ramassé tous les chiens errants pour faire belle figure devant les hauts dignitaires rassemblés à Bucarest. Après le sommet, les portes des fourrières, insuffisantes et peu nombreuses, ont été rouvertes et les chiens ont regagné les rues.

Ioana Stancescu

http://www.rri.ro

http://www.rri.ro

Termes de recherche ayant mené à cet article:

Tags: , , , ,
Share.

About Author

Découvrez la Roumanie et l'actualité roumaine sur le site de Radio Romania International

5 commentaires

  1. Ana Maria Stroescu on

    Citesc , in sfarsit , un articoul echilibrat si normal. Am citit atatea ineptii in legatura cu acest subiect!!! Nu se poate spune ca romanii nu vor sa plateasca pentru sterilizarea animalelor, asa cum citit pe un blog al unei tipe din Franta.E o minciuna ordinara .S-au platit pana acum zeci si sute de milioane de euro insa rezultatul e asta pe care il vedem cu totii.Eu sunt o persoana care a adoptat 5 caini fara stapan dar nu ii tin in strada ci la mine in curte, hraniti, ingrijiti, ocrotiti.Am mai luat si 6 pisici de pe strada insa nu voi niciodata de acord cu cainii pe strazile oraselor.Apoi ma ingretoseaza ipocrizia unor straini , francezi, belgieni, germani nici nu mai conteaza care se simt oripilati de procesul de eutanasiere in conditiile in care la ei in tara asta se intampla de ani de zile . Poate ca si noi, romanii, din diverse motive dar mai ales din lipsa de respect de sine, zugravim o realitate mai rea decat e dar si ignoranta lor si ipocrizia lor e foarte mare. Noi nu putem sa alergam in parcuri, nu putem sa mergem cu bicicleta pentru ca nu ai siguranta ca vei ajunge nemuscat acolo unde ti-ai propus.Nu voi sustine niciodata pastrarea cainilor pe strazi si nu cred in buna credinta a celor care sustin acest lucru.

Laisser un commentaire


(obligatoire)