Voyagez curieux à votre mesure! Préparez le séjour parfait en Europe grâce aux conseils et expériences des voyageurs sur le guide et forum IDEOZ

Souvenirs de Bulgarie en 1972


J’ai aimé la Bulgarie, mais pour moi c’était un pays coupé en deux: la campagne et la ville. Dans les campagnes et les villages, j’ai fait de nombreuses rencontres de gens simples et accueillants prêt a partager un repas, a se mettre en quatre pour rendre service…

C’était tout le contraire dans les villes ou j’ai senti une ambiance lourde et un certain mépris de l’étranger, par exemple lorsqu’un vendeur voyait que je n’étais pas capable de m’expliquer dans sa langue il passait au client suivant sans sourciller, me trouvant au volant de ma 4L nez a nez avec une voiture arrivant en sens interdit je me suis fait engueuler par l’autre conducteur pour que je lui cède le passage.

J’ai vu aussi de nombreuses scènes ou il y avait manifestement un esprit de « débrouille » sans aucun respect des plus faibles ou des enfants. Je me suis fait courser a pied par un conducteur de locomotive a vapeur dont j’avais photographié l’engin , il a arrêté sa machine pour me poursuivre avec sa pelle a charbon????? les cantonniers et les chauffeurs de bus étaient majoritairement des femmes; les femmes étaient très peu « soignées  » et déambulaient avec leur mari (ami?) en bleu de travail avec pour certaines une moustache! J’ai vu plein de petites choses incroyables: une vendeuse de creme glacée qui pesait ses glaces et réajustait le poids en trois ou quatre fois alors qu’il y a avait une queue de trente personnes etc….

Sofia m’a semblé une ville peu intéressante a visiter alors que d’autres petites villes étaient bien plus belles, le top étant les monastères bien sur.

J’ai vu Rila et Bachkovo en …1972, et j’ai aimé. Il y avait bien peu de monde à cette époque.
Un souvenir touchant d’une petite vendeuse de fruits et légumes, à Rila, a qui j’ai acheté des abricots, puis ensuite je suis revenu lui acheter des aubergines, elle me les a vendues mais m’a fait signe d’attendre car elle avait visiblement quelque chose d’important a me dire, elle est partie en courant chercher un vieil homme qui parlait français…..Et l’homme a traduit: ça (les abricots) très bon comme ça, mais ça (les aubergines) faire cuire avant de manger, pas bon quand pas cuit……

Partager

A propos de l'auteur

Leave A Reply