AFRIQUE

Il y a d’abord le désert, un monde minéral, surprenant, qui déploie à l’infini ses entablements rocheux, ses monts sculptés, ses pistes caillouteuses ou ses bombements de sable qui prennent au soleil la couleur de l’or et du feu. Etrange, fabuleux labyrinthe en plein vent, où, il y a de cela très longtemps, Dieu parlait à l’oreille de Moïse. Oui, terre originelle que les siècles n’ont point changée et qui semble nous offrir, dans le silence et la solitude, un cliché véridique de ce que fût, au commencement des temps, l’aurore du monde. Est-ce donc ici que tout commence ou que tout finit ? Est-ce ici que nous est présenté la géologie primitive de notre planète, sa face immémoriale que le passage des siècles n’est pas parvenu à changer ?