Voyagez curieux à votre mesure! Préparez le séjour parfait en Europe grâce aux conseils et expériences des voyageurs sur le guide et forum IDEOZ

Tsar de Pavel Lounguine ; un grand moment de cinéma (Cinema Russe)


Avec Tsar, Pavel Lounguine signe un drame historique superbe comme sait en proposer le cinéma russe. Tsar est marqué par un parti pris contemplatif, des images et une réalisation maîtrisées qui se conjuguent à une densité narrative rare…

Il y a plusieurs façons de regarder le film grandiose de Pavel Lounguine. On peut le faire avec un oeil de cinéphile pour en apprécier la maîtrise de l’image, la densité narrative et en critiquer une certaine lenteur contemplative qui en ralentit fatalement le rythme. On peut également voir dans ce portrait taillé avec ampleur, à la façon d’un opéra servi par la musique de Youri Krassavine, le miroir d’un pays qui, de Ivan à Staline, a accepté de se ployer sous le joug de pouvoirs à la main de fer.

Rezo Films

Tsar de Pavel Lounguine, une oeuvre inspirée et mystique

Car de la mise en scène à la direction d’acteurs, le cinéaste nous livre une oeuvre inspirée et mystique qui évoque la confrontation physique et morale qu’eurent au XVIe siècle le tsar Ivan et le métropolite de Moscou Filipp. Ce face à face n’est pas sans rappeler celui du « Meurtre dans la cathédrale » de Jean Anouilh où Thomas Beckett, archevêque de Canterbury, s’opposa à son souverain le roi Henri II d’Angleterre.

Alexandra Morozova

Ici, nous sommes en Russie en l’an 1565 : le pays est menacé d’invasion par la Pologne. C’est alors qu’Ivan fait régner sur l’immense territoire une atmosphère de terreur et de délire religieux. Selon lui, sa mission de sauver la sainte Russie l’exempte de toute référence morale et l’autorise aux exactions les plus cruelles, afin de détruire ceux nombreux qui pourraient s’opposer, de quelque façon que ce soit, à sa politique, couvrant de son autorité les pires horreurs perpétrées par ses sbires : sa garde personnelle  » les chiens du tsar « . Tortures, meurtres, rien n’arrête ce dictateur paranoïaque. Peu de temps auparavant, supposant qu’il servirait sa cause sans mot dire, le souverain a placé à la tête de l’église orthodoxe son ami d’enfance : Filipp. Ce dernier va néanmoins s’élever avec indignation contre le spectacle d’une politique de répression intolérable et aveugle, brandissant le calice contre le sceptre et la couronne.
Alexandra Morozova

Pavel Lounguine poursuit avec ce nouvel opus, et après  » L’île « , son exploration de l’âme russe, mettant en scène ce conflit entre deux visions opposées de la religion : celle exaltée et manichéenne du tsar qui la manipule au service d’une conception absolutiste du pouvoir et celle authentiquement spirituelle du métropolite pour qui le Christianisme tient avant tout dans l’imitation miséricordieuse du Christ. Il apparait évident que le troisième personnage du film n’est autre que la foi, cette foi qui prend les traits d’une petite fille ballottée entre la douceur maternelle des icônes de la Vierge et la divination de l’Etat, telle que la souhaiterait le tsar qui se prend tout simplement pour Dieu et a, de ce fait, une approche religieuse de sa mission ( et il eut des successeurs, hélas ! ).
Alexandra Morozova
La stature que Pavel Lounguine prête à son personnage est absolument stupéfiante. Celui-ci ira jusqu’à faire assassiner le métropolite, son ami, non sans remords, ni souffrance, ce qui traduit bien les ambivalences et la complexité de ce personnage hors normes. L’acteur  Piotr Mamonov n’est pas sans évoquer le Klaus Kinski de  Aguirre, la colère de Dieu,  interprétant son rôle de façon magistrale et impressionnante, presque hallucinée. Pour lui donner la réplique, Filipp, incarné par  Youri Kuznetzov,  est le versant mystique et émotif de cette Russie médiévale et tous deux durant deux heures nous font vivre un face à face d’une intensité passionnante. Un grand moment de cinéma.
Alexandra Morozova

 

Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

3 commentaires

  1. Un cinéphile on

    Bonjour,
    je trouve votre critique intéressante, bien que je ne partage pas trop votre point de vue. J’ai trouvé le film lourdingue, pas très intéressant, et décevant avec ce Tsar paranoïaque et fou à lier dont les abus désabusent. Artistiquement, ce film équivaut pour moi à un crumble aux pommes!

  2. armelle on

    Je suis vraiment fascinée par la Russie. Cela a commencé par la littérature évidemment, puis par le cinéma lorsque j’ai découvert Eisenstein. Et cela s’est amplifié après mon récent voyage. Ce peuple, plein de contradictions, violent et mystique,ne peut laisser personne indifférent. Doué pour tous les arts, capable du meilleur et du pire, il porte au plus profond de lui le paradoxe des extrêmes, à commencer par celui de sa terre démesurée.

  3. Sandrine Monllor on

    J’ai découvert Lounguine il n’y a pas très longtemps avec La Noce et j’ai prolongé bien plus tardivement avec L’île. Je suis toujours très sensible au cinéma russe. Lounguine est vraiment très intéressant, car il porte un regard lucide sans concession sur la Russie, le côté absurde (au sens philosophique) qu’il peut y avoir dans cette société assez fascinante qui semble si fortement ancrée dans le passé et si éprise d’avenir ; cette société tiraillée par ses contrastes, ses tensions, ses paradoxes.

Leave A Reply