Voyagez curieux à votre mesure! Préparez le séjour parfait en Europe grâce aux conseils et expériences des voyageurs sur le guide et forum IDEOZ

L’Ecosse en camping-car en itinérant : région d’Edimburgh


 

Récit d’un voyage en camping car en à la découverte de la région de la capitale écossaise, Edimbourg (Edimburgh).

Cet été 2009, nous avons passé deux semaines en itinérant en camping car pour découvrir ce magnifique pays qu’est l’Ecosse… Notre périple a débuté à Stirling, avant de rejoindre la côte ouest par les Trossachs. Nous avons ensuite longé la côte vers le Nord, en découvrant petit à petit les splendides paysages des Highlands (région de l’Argyll, Glencoe, péninsule d’Ardnamurchan, Moidart, l’île de Skye, le Ross occidental, région d’Achiltibuie…) jusqu’à atteindre Durness. Nous avons ensuite rejoint John O’Groats, à l’extrémité nord-est du pays avant de redescendre sur Edimburgh en traversant la région du Loch Ness et les Cairngorms.

 

 

Ce programme chargé nous a fait prendre la décision de garder la visite d’Edimburgh pour une autre occasion (pourquoi pas le temps d’un week-end…). Avant le retour à Douvres, nous avons quand même fait un détour par la Rosslyn Chapel au sud d’Edimburgh et les abbayes des Borders.

Nous garderons de ce voyage un souvenir inoubliable. L’Ecosse est un pays fascinant, la nature y est magnifique et préservée, les paysages sont époustouflants :  lochs profonds et hantés, landes désolées mais qui se colorent dès le printemps venu, reliefs montagneux grandioses, plages de sable blanc ou rivages torturés, ruines de châteaux, témoignages d’une histoire tumultueuse…
Et pour couronner le tout, une population accueillante…

Vous pourrez trouver ICI le début du récit complet de notre voyage, illustré de nos plus belles photos…

PREMIERE PARTIE : voyage en camping car en Ecosse à découvrir ICI

Samedi 1er août – à nous le !
Dimanche 2 août – premiers pas en Ecosse (Stirling)

Lundi 3 août – le Centre et les Trossachs

Mardi 4 août – direction l’Ouest, l’arrière-pays d’Oban

Mercredi 5 août – entrée dans les Highlands de l’Ouest
Jeudi 6 août – la route des îles et la péninsule d’Ardnamurchan

Voilà la suite du programme :

Vendredi 7 août – la route des îles et traversée pour Skye
Samedi 8 août – découverte de l’île de Skye

Dimanche 9 août – le Ross occidental et la région d’Achiltibuie

Lundi 10 août – la « North and West Highland Tourist Road » vers Durness

Mardi 11 août – la côte Nord jusqu’à Dunscanby Head

Mercredi 12 août – direction le Sud vers la région du Loch Ness

Jeudi 13 août – retour via les régions des Cairngorms et du Perthshire

Vendredi 14 août – la Rosslyn Chapel et la région des Borders – retour à Douvres

Jeudi 6 août : la route des Îles et la péninsule d’Ardnamurchan

Glen Nevis – Ardtoe (Kentra Bay) : 202 km
Agrandir le plan

Réveillés de bonne heure par les randonneurs matinaux, nous quittons le Glen Nevis pour rejoindre Fort William. De là, direction l’ouest par la route des Îles (A830).

Pause à Glenfinnan (B) pour découvrir une vue splendide sur le loch Shiel et surtout le long viaduc à 21 arches de 1901 rendu célèbre par une des scènes du film Harry Potter et la Chambre des Secrets. La voie ferrée « West Highland Railway » qui relie dans sa dernière partie Fort William à Mallaig passe par ce fameux viaduc. De l’autre côté de la route nous apercevons le Glenfinnan Monument construit en 1815 à la mémoire de ceux qui sont morts pour le prince Charles Edouard Stuart (Bonnie Prince Charlie) durant le soulèvement de 1745.

A Lochailort, nous bifurquons vers le sud par la A861 en direction de la péninsule d’Ardnamurchan, notre destination du jour. Cette pointe de terre isolée est restée sauvage. Une route étroite, bosselée et sinueuse vous emmène jusqu’à l’extrémité ouest de la péninsule. Passing place tous les 50 mètres, cattle ou deer grids pour empêcher les déplacements des animaux. Pas facile avec le camping car mais certainement pas à râter!

Nous faisons un premier arrêt au château de Tioram (C), auquel on accède par une petite route charmante mais étroite juste avant la ville d’Acharacle. Les ruines de ce château du 13ème siècle sont perchées sur une petite île accessible uniquement à marée basse. Beau paysage de carte postale!

Nous reprenons la « route principale » pour nous diriger vers Salen. Plus on avance, plus la nature devient grandiose et sauvage. Paysages de rêve sans cesse renouvelés au détour d’un virage : criques, îlots, petites rivières, ponts de pierre, douces prairies, plantes lacustres coiffées par le vent, forêts sombres de pins ou de chênes… et ces couleurs qui offrent un contraste magnifique : vert tendre ou profond, jaune doré, orange, bleu sombre… un écrin de rêve! et un paradis pour les moutons, présents partout même sur les routes, alors attention!

Passés les deux petits hameaux de Glenborrodale et Glenmore, le paysage devient de plus en plus désertique, nu et râpé. Nous poursuivons notre route, passons la petite ville de Kilchoan, d’où partent des ferries pour l’île de Mull. De Salen à Ardnamurchan Point, à l’extrémité ouest de la péninsule, il y a 32km à parcourir, et le trajet peut sembler long et difficile sur cette route étroite et tortueuse. Mais les paysages sont tellement grandioses qu’il est impossible de trouver le temps long!

Nous atteignons enfin Ardnamurchan Point (D), pointe coiffée d’un phare, extrême point occidental de la Grande Bretagne non insulaire. Vues spectaculaires sur l’Atlantique et sur les reliefs des îles de Skye, Rhum et Eigg.

Nous retournons sur nos pas et empruntons une petite route qui va nous mener à la plage de Sanna (E). Une des plus belles plages d’Ecosse. Sa situation isolée la rendrait presque idyllique! Sable blanc, eau transparente, rochers noirs, des reliefs verts et doux où paissent des moutons, qui encadrent les dunes… C’est les pieds dans l’eau, sous un réconfortant rayon de soleil et avec la seule compagnie des mouettes que nous jouissons de ce petit coin de paradis…

Le soir arrive malheureusement… Nous reprenons la route vers Acharacle et nous engageons sur une petite route qui va nous conduire à Ardtoe, sur Kentra Bay (F). Nous nous installons sur un petit parking privé situé face à la mer qui autorise l’overnight pour 3,50£. Nous profiterons d’un beau coucher de soleil sur l’océan pour terminer cette journée bien chargée.


Vendredi 7 août : la route des Îles et traversée pour Skye

Ardtoe (Kentra Bay) – Torrin (île de Skye) : 134 km
Agrandir le plan

C’est toujours sous le soleil que nous reprenons la route vers le Nord, direction Lochailort en traversant la région de Moidart. La route longe la baie de Arisaig et offre de jolies vues sur les côtes découpées de la péninsule ainsi que sur les îles de Rum, Eigg et Muck. On peut même apercevoir en toile de fond les sommets de l’île de Skye.

A Lochailort (B), nous rejoignons la route des îles que nous avons quitté hier et entamons la dernière partie qui va nous mener à Mallaig. La route longe le loch Ailort, monte vers la péninsule d’Ardnish, suit la vallée de Beasdale et traverse ensuite la péninsule d’Arisaig. A ce moment, la mer est en vue.

A Arisaig (C), nous bifurquons sur la « Alternative Coastal Road » plutôt que de suivre la A830. Cette route panoramique permet de profiter de vues imprenables sur le rivage rocheux échancré d’anses de sable qui s’étend d’Arisaig à Mallaig.

Pour la pause déjeuner, nous nous arrêtons en bordure des « Silver Sands of Morar » (D), la plus belle plage de la région, qui s’est formée à l’endroit où le loch Morar se jette dans la mer. Cette plage est connue pour son sable blanc de silice. De nombreux campeurs y ont planté leur tente, quelques gamins ont le courage de se jeter à l’eau. Moi, je n’y ai trempé que les pieds… et c’est déjà vivifiant!

Après cette pause, nous reprenons la route pour rejoindre le port de Mallaig (E). Ce port de pêche est le terminal de la voie ferrée West Highland Railway (nous aurons le privilège d’apercevoir en gare le fameux train à vapeur) mais Mallaig est aussi le point de départ des ferries vers Skye et d’autres petites îles.

Nous achetons notre ticket pour la traversée vers Armadale sur l’île de Skye. Avec le camping car, il nous en coûtera 36,80£ pour l’aller simple sur le Caledonian Mac Brayne. La prochaine traversée disponible n’étant qu’à 18h, nous en profitons pour découvrir le port et surtout observer les phoques qui escortent les bateaux de pêcheurs ou se dorent au soleil dans la rade.

La traversée vers l’île de Skye est rapide : 30 minutes et nous voilà débarqués à Armadale (F). De là, direction Broadford (G) où nous quittons la route principale pour emprunter la B8083 vers Elgol. Cette route permet de profiter de vues superbes sur les Cuillins, ces montagnes mythiques de l’île de Skye. La première partie de la route contourne les Red Cuillins (Bla Bheinn), au sommet arrondi et rouge-orangé, en traversant d’immenses prairies désertiques habitées uniquement par les moutons et les vaches…

Puis la route atteint Elgol (H) et sa petite plage de galets du bout du monde. Du parking en contrebas, la vue sur les Black Cuillins est fantastique. Les Black Cuillins représentent un groupe de montagnes aux couleurs sombres en forme de fer à cheval entourant la dépression glaciaire du loch Coruisk. La roche plutonique se hérisse de plus de 20 pics pointus dépassant les 900m. Ce massif montagneux aux cimes hérissées et dentelées descend dans la mer, décrivant un paysage austère et majestueux.

Après cette pause photos, nous partons à la recherche d’un endroit où passer la nuit. Nous remontons la B8083 vers Broadford. Juste avant Torrin (I), au moment où on contourne le bras de mer qui rentre dans les terres, devant les sommets de Bla Bheinn (Red Cuillins), nous trouvons une place sympathique en bordure d’un plan d’eau et de prairies où paissent moutons et vaches. Nous nous y installons pour la nuit.

Le temps est splendide, quelle chance! Nous sortons le barbecue pour déguster de délicieuses côtelettes d’agneau grillées (achetées au supermarché dans l’après-midi). Mais au moment du dessert, une attaque féroce et en rangs serrés de midges nous oblige à nous réfugier en catastrophe dans le camping car et à bloquer toutes les issues pour se protéger de ce « terrible » monster…

Samedi 8 août : découverte de l’île de Skye

Torrin (île de Skye) – Balmacara : 273 km
Agrandir le plan

Lendemain matin, réveil sous la « tempête ». Le vent souffle fort et s’engouffre entre les montagnes en provoquant des bourrasques qui secouent le camping car. La pluie est de la partie également. Une brume épaisse fait disparaitre le sommet des montagnes qui nous entourent, changeant radicalement l’atmosphère du lieu et le paysage. C’est sous ce temps que nous quittons notre emplacement pour partir à la  découverte de l’île de Skye.

Notre première destination est la péninsule de Waternish. Nous prenons donc la direction du Nord via Sligachan, par la A87 puis direction Dunvegan (B), pour découvrir la forteresse située sur une plateforme rocheuse dominant le loch du même nom, mais aussi pour admirer les phoques que l’on peut apercevoir sur les petits îlots disséminés sur le loch à partir de la route qui mène à Claigan. Le site est éminemment touristique, beaucoup de monde pour la visite du château et de ses jardins (résidence des Mac Leod, le château conserve pieusement de célèbres souvenirs de famille) mais aussi nombreux touristes pour les excursions en bateau à la rencontre des phoques…

Après Dunvegan, la route suit la côte ouest de la péninsule de Waternish. Nous passons le charmant village de pêcheurs de Stein.

Puis au bout de la route, dans un magnifique site en haut des falaises, se dressent les ruines de l’église de Trumpan (C). Malheureusement, le vent et la pluie ne permettent pas de profiter des vues qu’offrent le site sur les très beaux paysages marins alentour. Tant pis!

Nous reprenons la route pour notre deuxième destination : la péninsule de Trotternish. Direction Portree par la A850 puis au niveau de Kensaleyre, nous bifurquons à gauche vers le village de Uig. Les routes sont « faciles » comparé à ce que nous avons pu rencontrer précédemment, tel que sur la péninsule d’Ardnamurchan, et donc les distances se parcourent assez rapidement.

Passé Uig, nous poussons jusqu’à l’extrémité nord de la péninsule et les ruines du Duntulm Castle (D). Cette ancienne forteresse des Mac Donald se dresse sur un rocher escarpé et on l’atteint en suivant à pied les chemins de moutons, le long de la falaise, sous un vent qui souffle toujours très fort. Mais la pluie s’est enfin arrêtée!

La route continue vers Staffin. Nous commençons à apercevoir une grande arête de bastions rocheux, on pourrait y voir les écailles de la queue d’un dragon… il s’agit du massif du Quiraing, malheureusement partiellement dissimulé par la brume ce jour!

Toujours plus loin, après Staffin, arrêt pour admirer le « Kilt Rock » (E). Ce rocher est aisément identifiable grâce à ses belles colonnes basaltiques qui évoquent les plis d’un kilt. Un ruisseau chute directement dans la mer en une belle et droite cascade. Par ce grand vent, les barrières de protection deviennent musicales et leurs plaintes s’ajoutent au bruit sourd de la cascade. L’esplanade permet également de jouir d’un superbe panorama sur la côte est de Skye.

Encore plus au Sud, nous commençons à apercevoir le « Old Man of Storr » (F), éperon rocheux qui se dresse sur le flanc nord-est d’une ligne de formes rocheuses découpées et déchiquetées, qui paraît-il, évoquent une tête de rhinocéros ou de dragon. Pour nous, ce sera plutôt une masse brumeuse d’où émerge l’aiguille du « Od Man of Storr ». Un avantage à cela : les lignes de l’éperon se détachent à merveille sur le fond brumeux, idéal pour la photo!

Nous avons fait le tour de la péninsule de Trotternish. Arrêt à Portree (G) pour quelques courses et pour admirer le petit port aux maisons couleur pastel. Mignon!

Nous reprenons alors la route pour rejoindre le continent par le Skye Bridge (gratuit) à Kyle of Lochalsh. Il s’agit du plus long pont cantilever d’Europe (travée principale de 238 mètres).

Nous nous arrêterons pour la nuit non loin de là, sur la route pour Eilean Donan Castle à Balmacara (H) au Reraig Caravan and Camping Site. Nuit moins chère que la moyenne des campings que nous avons fait jusqu’ici et gardien très agréable et très serviable. Il parle quelques mots de français. Mais attention à ne pas abîmer ses pelouses bien entretenues : il y tient comme à la prunelle de ses yeux!

La pluie s’étant arrêtée, nous essayons de manger dehors, mais à nouveau, au crépuscule, les midges sont de la partie et nous obligent à terminer la soirée dans le camping-car. Moins voraces toutefois que ceux de l’île de Skye!

Dimanche 9 août : le Ross occidental et la région d’Achiltibuie

Balmacara – Achiltibuie : 271 km
Agrandir le plan

Le temps est couvert mais il ne pleut pas… Après une bonne douche, direction Eilean Donan Castle (B) situé à Dornie à quelques miles du camping sur la A87. Ce château bénéficie d’un site insulaire idyllique (aujourd’hui accessible par un pont). Un site très photogénique! Le château est situé à la rencontre de trois lochs : les lochs Alsh, Long et Duich.

Après cette pause photos, nous débutons notre découverte du Ross Occidental par le loch Carron (C) à Achmore. Notre circuit à travers le Wester Ross nous ménera aujourd’hui jusqu’à la péninsule d’Achiltibuie. Le littoral atlantique de l’ancien comté de Ross regroupe sans doute les plus remarquables sites naturels des Highlands. Grandioses paysages où la terre et la mer s’affrontent et s’harmonisent à la perfection. Rude beauté d’un relief sauvage et rocheux, splendeur de majestueuses montagnes, calme des lochs, isolement de criques ou de plages oubliées, charme des petits villages de pêcheurs… La région se découvre facilement en suivant la West Coastal Road vers le Nord.

Après avoir contourné le loch Carron, nous décidons à regret de laisser de côté la route qui mène à Applecross. Avec ses virages en épingle à cheveux et ses pentes à 25%, elle n’est pas conseillée aux véhicules lourds… Dommage parce qu’il paraît que le point de vue du Bealach-na Bo est splendide : panorama sur Skye, les lochs Kishorn, Carron et Alsh… Tant pis, nous nous rabattons donc sur l' »Alternative Low Level Route », tout aussi belle par ailleurs!

Cette route nous mène directement à Shieldaig (D), ruban de maisons blanches et basses qui épouse la courbe d’une baie pour former un charmant petit village.

Sur la route pour Torridon, vues sur les lochs Damh et Torridon, puis on atteint le Glen Torridon (E), vallée étroite à fond plat d’origine glaciaire dominée dans sa partie inféirieure par les 7 sommets d’une montagne impressionnante, le mont Liathach au Nord. Dans son prolongement, l’imposante chaîne du Beinn Eighe est une longue crête de 7 pics. La route serpente entre ces majestueuses chaînes de montagnes avant d’atteindre Kinlochlewe et l’extrémité du loch Maree (F).

Ce loch magnifique symbolise la beauté rude et majestueuse de la côte ouest. Long de 20km, et large de 5, ce lac est coincé etre le Ben Slioch au Nord et l’épaulement du Beinn Eighe. Sa partie la plus large est parsemée d’îles.

C’est sur un des parkings situés en contrebas de la route que nous ferons notre pause déjeuner. Les pentes boisées surplombant le loch sont supposées abriter de nombreux cerfs rouges. Nous n’avons pas eu la chance d’en apercevoir malheureusement…

Nous continuons notre progression le long de la rive sud du loch Maree jusqu’à Gairloch, puis direction Poolewe. Un belvédère en bord de route offre une vue superbe sur le loch Maree, ses îlots boisés et ses majestueux flancs montagneux.

Nous passons les Inverewe Gardens (G), jardins exotiques remarquables, que nous n’aurons pas le temps de visiter, l’après-midi étant déjà bien avancée.

Au nord de Tournaig, une table d’orientation offre une jolie vue sur les lochs Thurnaig et Ewe ainsi que sur les chaînes des monts Liathach et Beinn Eighe.

Un peu plus loin, un autre belvédère offre quant à lui une vue sur la superbe baie de Gruinard (H) et son île tristement célèbre pour avoir été à partir de 1942 le théâtre d’expériences visant à développer des armes bactériologiques…

La route longe ensuite le Little Loch Broom (I), et d’autres montagnes apparaissent : l’An Teallach et les pics jumeaux du Beinn Ghobhlach (la « montagne fourchue »). Nous pénétrons petit à petit dans des paysages boisés.

Un peu plus loin, la route suit la rive nord du loch Broom (J), long de 39km, jusqu’au port de pêcheurs d’Ullapool (K). Pause pour quelques courses au supermarché et achat de souvenirs. Une petite balade dans le port nous permet d’assister au départ du car-ferry à destination de Stornoway (Hébrides Extérieures). La pluie, qui nous avait laissé tranquilles jusqu’ici, commence à tomber. Il est temps de chercher un endroit où passer la nuit.

Direction donc la région d’Achiltibuie au nord d’Ullapool. Au niveau de Drumrunie, nous bifurquons sur la gauche direction Achiltibuie. Et là, malgré la pluie, on est tout de suite saisis par la beauté des lieux. Paysages variés et époustouflants, lochs dominés par des sommets, plages, chapelets d’îles à l’horizon, baies, criques, lande râpée, forêts, moutons omniprésents et villages minuscules (Reiff, Polban, Achiltibuie…), tous les atouts de cette côte nord-ouest sont concentrés ici le long de cette route étroite, sinueuse et un peu pénible sous la pluie, mais tellement belle!

La route longe d’abord le loch Lurgainn, puis Enard Bay (L) et redescend vers le sud de la péninsule. A cet endroit, une multitude de rochers s’est détachée pour saupoudrer la mer et former ce qu’on appelle les « Summer Isles ». C’est dans cette région que sont organisées de nombreuses excursions en bateau pour observer les colonies de phoques, de nombreuses espèces d’oiseaux marins, mais aussi des gros mammifères marins, avec un peu de chance…

Nous nous arrêtons pour la nuit sur une plage de galets un peu avant le village d’Achiltibuie (M), faisant face aux Summer Islands. Nous ne sommes pas seuls, d’autres campeurs ont également choisi cet endroit. Nous essaierons bien toute la soirée d’apercevoir une baleine à partir de notre super poste d’observation, mais décidément, comme pour les cerfs rouges, ce ne sera pas notre jour de chance!

Lundi 10 août : la « North and West Highland Tourist Road » vers Durness

Achiltibuie – Rispond Bay (Durness) : 214 km
Agrandir le plan

Au réveil, le temps est moins bouché que la veille au soir et nous permet de mieux profiter de la vue sur notre crique aux gros galets qui font mal aux pieds quand on essaie de s’y aventurer! Mais cela vaut le coup pour pouvoir admirer la transparence de l’eau, et tester sa fraîcheur…

Aujourd’hui nous continuerons à suivre la West Coastal Road vers le Nord du pays et la ville de Durness. Cette route change de nom pour devenir la « North and West Highland Tourist Road ».

Pour quitter la région d’Achiltibuie, nous avons le choix entre rebrousser chemin et reprendre la route de la veille vers Drumrunie sur la A835, ou couper par une petite route qui longe Enard Bay, passe par Inverkikaig et nous mène directement à Lochinver. Malgré les recommandations (parcours déconseillé aux camping-cars entre Bardnagyle et Lochinver), le panneau à l’entrée de la route n’indiquant d’ interdiction que pour les véhicules de plus de 8m, nous décidons de tenter le raccourci. Il est vrai que par endroits la route est très étroite, mais en fait avec notre petit camper de 6m, ça passe sans difficulté (à déconseiller tout de même aux gros campers!).

A Lochinver (B), après avoir fait le plein d’essence (conseillé avant de poursuivre vers le Nord), nous faisons un détour d’une quinzaine de kilomètres par la A837 vers le loch Assynt et les très photogéniques ruines du château d’Ardvreck (C), forteresse des Mac Leod datant du XVIème siècle.

Nous retournons alors sur nos pas et juste avant Lochinver, nous bifurquons à droite sur la B869 qui longe la côte découpée de la péninsule de Stoer. Etroite et sinueuse, la route passe par de charmants petits hameaux et le long de petites criques sableuses.

Après Stoer, nous empruntons une petite route étroite qui nous mène au phare (lighthouse) de Point of Stoer (D). Beaux points de vue sur les falaises découpées de la côte et les petites criques au sable éclatant sous le soleil!

Petit à petit le temps se découvre pour bientôt laisser la place à un beau ciel bleu sans nuage. C’est par ce temps magnifique que nous ferons notre pause déjeuner au bord de la belle plage de Clashnessie (E) au sable rose et à l’eau transparente sous le soleil.

Nous continuons notre route en traversant les charmants petits villages de Drumbeg (F) et Nedd (G). Nous croisons dans un pré en bord de route un troupeau de « vaches à poils » et leurs petits. Il s’agit du boeuf des Highlands. Leur longue frange leur masque complètement les yeux et leur donne un air débonnaire… Pour prendre les photos, nous nous sommes arrêtés au milieu de la route à une voie, bloquant le traffic dans les 2 sens. Mais de toute façon, les quelques voitures de français qui nous suivaient ont eu la même idée que nous, alors c’était un beau spectacle de véhicules français arrêtés au milieu de la route et d’une troupe de touristes en train de prendre en photo les vaches, pas farouches du tout…

Après Drumbeg, la route se fait de plus en plus étroite, de plus en plus sinueuse et pentue (un panneau anonce même une descente à 25%). Il est vrai qu’un panneau avertissait « non suitable for caravans »… mais nous, nous roulons en camping-car, c’est pas pareil! Enfin bon, pas à recommander aux gros campers tout de même! Heureusement que les Ecossais font preuve d’une patience à toute épreuve, se rangent pour vous laisser gentiment passer, mais parfois ça passe vraiment « tout juste » et on imagine qu’on doit un peu les importuner avec notre gros van de touristes sur ces petites routes pittoresques… En tout cas, celle-ci est vraiment sympathique. Elle contourne par la gauche le mont Quinag (H) dont le sommet est dissimulé sous un chapeau de nuages. Sympa!

Nous récupérons enfin la route principale juste avant Unapool. Nous passons Scourie et sa belle plage de sable puis plus au nord nous atteignons les rives du loch Inchard (I). A Rhiconich, on prend à gauche sur la B801. Avant d’arriver à Kinlochbervie, très jolies vues sur le loch Inchard et les petites îles qui le parsèment.

La route continue ensuite vers Oldshoremore (J). Après s’être garés sur le parking près du petit cimetière face à la mer, un petit sentier nous conduit sur une immense plage de sable bordée de dunes. Un petit coin de paradis complètement désert. C’est un délice de traverser la crique les pieds dans l’eau transparente et de profiter du calme qui règne, en écoutant le clapotis des vagues qui viennent se briser doucement sur le rivage… Nous avons été tentés par un vrai bain de mer mais l’eau est tout de même bien froide… Comble du bonheur : le soleil est toujours de la partie et le bleu sans nuage du ciel se reflète dans l’eau, lui donnant des teintes bleu profond qui tranchent avec la couleur claire du sable.

On n’a pas envie de quitter la plage, mais il le faut bien. Nous rejoignons Durness pour la nuit. En quittant la région du Ross Occidental, le paysage devient plus dur et plus austère. Les reliefs de Foinaven et Cranstakie nous accompagnent à l’est. Puis le loch de Kyle of Durness apparaît.

Durness (K) est un petit village étalé le long de plages superbes et de falaises. Pour la nuit, nous essayons d’abord de trouver un endroit où nous arrêter aux abords de la magnifique plage de Balnakeil à l’ouest de la ville. Mais les quelques parkings existants sont tous marqués « No overnight ».

Nous traversons donc Durness pour nous diriger vers les rives du loch Eriboll, un bras de mer pénétrant profondément dans les terres. Un peu avant l’embouchure du loch, une petite route grimpant en haut d’une falaise et menant au petit hameau de Rispond (L) nous semble intéressante. Et effectivement, quelques campeurs ont déjà pris possession des emplacements accessibles sur les abords de la route. Nous en tentons un premier en nous rendant vite compte que si on va plus loin, on ne pourra plus en sortir… le camping-car patine déjà sur le terrain herbeux et humide… Un peu plus haut, un emplacement au terrain un peu plus stabilisé fait finalement l’affaire. Vue splendide sur une belle plage au sable blond en contrebas, sur Rispond Bay et sur les falaises. Seule ombre au tableau, les midges sont aussi de la partie, et féroces… on restera à l’abri dans le camping-car…


Mardi 11 août : la côte Nord jusque Dunscanby Head

Rispond Bay (Durness) – John O’ Groats : 179 km
Agrandir le plan

Comme à chaque fois que nous bénéficions d’une belle journée ensoleillée, le réveil se fait le lendemain sous la pluie… Mais ça ne nous décourage pas, le temps est très changeant et en général la pluie tombe drue mais ne dure pas très longtemps…

C’est donc sous la pluie que nous quittons notre « nice spot » sur Rispond Bay pour reprendre la route vers le point le plus septentrional de Grande Bretagne : John O’Groats.

La route longe d’abord le splendide loch Eriboll, l’un des plus profonds de Grande Bretagne, où des bateaux ont trouvé refuge pendant la seconde Guerre Mondiale (les marins britanniques qui stationnaient ici l’avaient surnommé « orrible » en raison du climat rigoureux qui y sévissait).

Puis la route passe le loch Hope avec en toile de fond le Ben Hope. Nous arrivons en vue du Kyle of Tongue, autre bras de mer qui rentre dans les terres et sur les rives duquel s’éparpille le petit village de Tongue (B). Le Kyle of Tongue est traversé par une digue d’où l’on aperçoit le Ben Loyal et plus loin, la forteresse en ruine des Mac Kay perchée sur son promontoire, le Castle Varnich.

Avant Bettyhill, la route offre de jolies vues sur la baie de Torrisdale, ses langues de sable et sa plage appréciée par les surfeurs.

Un peu plus loin, nous faisons un arrêt à Strathy Point (C). Depuis le parking, 15 minutes de marche sur un sentier au milieu de prairies envahies par les moutons (terrain miné par les crottes… attention où vous mettez les pieds!) pour atteindre le phare et jouir de vues magnifiques sur la côte, ses formations rocheuses et la baie sablonneuse de Strathy. On peut apercevoir l’île de Hoy à l’horizon. Mais surtout, un beau spectacle nous attendait dans l’océan : une colonie de dauphins s’en ai donné à coeur joie au milieu de ce qui devait certainement être un banc de poissons, sous nos yeux ébahis, pendant tout le temps que nous avons passé à observer le large. Une chance! A défaut d’avoir pu observer des cerfs rouges ou des baleines, nous aurons pu admirer des dauphins dans leur milieu naturel!

Après s’en être mis plein les yeux, nous reprenons la route, passons Melvich, Thurso (seule ville digne de ce nom de toute la région) et Dunnet’s Bay.

A Mey (D), nous faisons un petit détour pour observer le château construit au 16ème siècle par George Sinclair, comte de Caithness, et racheté en 1952 par la reine mère qui fit restaurer le bâtiment et les jardins. La famille royale y vient en villégiature tous les ans au cours de l’été. Nous ne saurions dire si ils étaient présents à ce moment…

Enfin nous atteignons le petit village de John O’ Groats (E), point le plus septentrional de Grande Bretagne. Le village en lui-même ne présente pas grand intérêt. Par contre, une petite marche de 1/2 mile à partir du parking situé à environ 2km à l’est du village permet d’admirer les Stacks of Duncansby (F), hauts rochers pointus se dressant au large à une hauteur spectaculaire de 64 mètres. Les corniches rocheuses servent d’habitat et de nichoirs à une multitude d’oiseaux marins. Nous avons encore de la chance : le soleil pointe enfin son nez et sous ses rayons, la couleur rose des falaises ressort et les rend encore plus belles.

Nous dormirons ce soir au « John O’ Groats Camping Site » situé en front de mer et battu par les vents. Les rafales de vent ont secoué le camping-car toute la nuit, nous avons eu l’impression de passer la nuit dans un bateau! Avantage à cela : pas de midges ce soir!

Mercredi 12 août : direction le Sud vers la région du Loch Ness

John O’ Groats – Dores (loch Ness) : 299 km
Agrandir le plan

Temps toujours très venteux ce matin. Pour redescendre vers Inverness, nous décidons de prendre la A99 puis la A9, qui longe la côte est et nous mène très vite à Golspie.

Petit détour pour admirer le château de Dunrobin (B), siège ancestral des comtes et ducs de Sutherland, qui se dresse sur une terrasse dominant la mer.

Un peu plus loin, arrêt pour la pause déjeuner sur le parking surplombant la grande plage de sable de Dornoch (C). Quelques aventureux sont en train de prendre un bain dans la mer du Nord, mais en combinaison intégrale! On se demande pourquoi…

La route traverse ensuite le Dornoch Firth, longe le Cromarty Firth, et nous voilà arrivés à Inverness (D), charmante petite cité située au bord de la rivière Ness. Une petite ballade nous emmène sur l’esplanade du château, tout rose, avec sa statue de Flora Mac Donald. Belle vue sur la ville, ses clochers et la rivière Ness. On aperçoit la cathédrale Saint Andrews sur l’autre rive.

En redescendant du château, nous passons devant la « Tower House ». Immeuble victorien, l’Hôtel de Ville abrite en 1921 le premier Conseil des Ministres tenu hors de Londres. On remarque l’éléphant et le chameau entourant le petit crucifix de la façade.

Après cette rapide visite, nous décidons de nous attaquer au loch Ness et à son soi-disant monstre. Nous en ferons le tour en commençant par la rive ouest, peu intéressante puisqu’elle est longée par la route principale A82 qui offre peu de vues sur le loch. Seul réel intérêt : elle permet d’accéder aux ruines du Urquhart Castle (E) mais comble de malchance, nous avons trouvé l’accès fermé. Dernière admision il y a 3 minutes… le château ferme à 18h et il n’est pourtant que 17h18!

Nous sommes déçus parce que l’Historic Scotland Explorer Passport acheté avant notre départ nous donne normalement l’accès gratuit au site… et puis la vue sur le loch Ness est quand même bien plus belle depuis les terrasses du château… Dommage!

Nous poursuivons donc notre route jusque la petit ville de Fort Augustus (F), située à l’extrémité sud du loch, à cheval sur le canal Calédonien et ses  nombreuses écluses. Chef d’oeuvre d’ingénierie civile il a été construit entre 1803 et 1822 pour relier la mer du Nord à l’Océan Atlantique, évitant ainsi aux navires de se risquer sur les eaux dangereuses du golfe du Pentland ou d’emprunter la longue route autour du cap Wrath.

A Fort Augustus, les bateaux empruntant le canal calédonien franchissent un dénivelé de 13 mètres grâce à un escalier de cinq écluses successives. L’endroit est donc bien agréable pour une petite promenade sous le soleil. De plus, jolie vue sur l’extrémité sud du loch Ness.

Nous reprenons la route en longeant cette fois-ci la rive est du loch Ness par la B862 puis la B852. Bien plus sauvage et moins fréquentée que la A82 qui longe l’autre rive, les paysages y sont magnifiques. La route grimpe pour attendre de superbes panoramas qui rappellent les Highlands. Quelques belles vues également sur le loch Ness et la possibilité de s’arrêter plus facilement pour prendre des photos.

Nous cherchons un endroit où passer la nuit. Au village de Dores (G), nous bifurquons à droite direction Errogie par la B862. La route monte sur les hauteurs et dévoile quelques beaux panoramas sur le loch.

Nous repérons une petite clairière en bord de route à l’orée d’un bois qui la longe. Le terrain est herbeux, un peu humide et bosselé mais l’endroit nous plait bien alors on le tente! Nous le regretterons vite. Après s’y être engagés, impossible de faire remonter le camion sur la route! Les roues patinent et ne peuvent prendre prise sur le sol herbeux et spongieux… Nous réussirons bien à en sortir le lendemain matin après de nombreuses tentatives infructueuses. En plus, il a plu une bonne partie de la nuit, ce qui n’a pas aidé. Mais nous en aurons été quite pour une bonne frayeur, et une bonne leçon! La prochaine fois, nous serons plus sages sur le choix de l’emplacement…

Mais bon, à part les bruits de pas d’animaux qui rodent autour du camping-car la nuit ou l’horrible « ploc » des grosses gouttes d’eau qui tombent de l’immense pin sous lequel nous sommes stationnés, l’endroit n’est pas trop mal pour une petite nuit tranquille à 2 pas du loch Ness!

Jeudi 13 août : retour via les régions des Cairngorms et du Perthshire

Dores (loch Ness) – Roslin : 350 km
Agrandir le plan

Après nous être extirpés de notre coin de verdure, nous prenons la direction du Sud par la voie rapide A9.

La route longe les Cairngorms Mountains. Nous ferons donc un détour en quittant la voie rapide au niveau de Kincraig puis en suivant la direction du CairnGorm Mountain Railway. La route traverse de belles forêts de conifères, paradis d’amateurs de randonnées à pied ou à vélo, puis longe le loch Morlich avant de commencer à grimper vers le mont Cairn Gorm, qui culmine à 1245 mètres. La vue sur ce massif granitique est déjà belle du parking de Coire Cas (B) situé à environ 570 mètres d’altitude mais il est également possible d’emprunter le funiculaire qui offre une vue panoramique à 1100 mètres de hauteur. Par contre, le parking est littéralement infesté de midges, qui attaquent dès la sortie du véhicule. Après quelques photos prises au pas de course, nous courons nous mettre à l’abri dans le camping-car, en nous demandant comment font tous ces randonneurs qui partent à l’assaut du sommet…

Nous récupérons la voie rapide vers Perth. Elle traverse les très beaux paysages de montagnes des Grampian Mountains, en longeant le Pass of Drumochter (C) et le Glen Garry. Un adieu en douceur à ces magnifiques régions des Highlands. Des paysages inoubliables…

A midi, nous faisons un détour par le Blair Castle (D), château fort qui est la demeure des ducs d’Atholl depuis le XIIIème siècle. Le château ne peut malheureusement pas être approché facilement, du moins sans s’acquitter du prix de l’entrée. On peut l’apercevoir de la route grâce à son crépi d’un blanc immaculé et ses nombreuses tourelles, pignons et cheminées.

Le duc d’Atholl conserve l’unique armée privée des îles Britanniques, connue sous le nom des « Atholl Highlanders ». Cette armée de 80 hommes, composée principalement d’employés du domaine, participe encore à certaines cérémonies.

Nous nous arrêterons un peu plus loin, dans le petit hameau d’Old Bridge of Tilt (E), pour la pause déjeuner. Attention aux camping-cars un peu hauts : on est passé tout juste sous le pont d’entrée du village (2,90 mètres) et une branche un peu trop basse à l’entrée du parking où nous avons déjeuné a failli nous arracher l’antenne télé… mais sinon l’endroit est sympa pour un arrêt pique-nique!

Après cette petite pause, nous passerons par Pitlochry (F), ses belles demeures de style victorien et son échelle à saumons (fish ladder), système ingénieux qui permet aux saumons de contourner le barrage de la centrale électrique. Ces poissons remontent le courant vers leurs lieux de ponte entre avril et octobre. 34 piscines, dont 3 sont des aires de repos, les aident à atteindre progressivement le lac artificiel de Faskally dont les eaux sont retenues par la centrale.

Deux postes d’observatoire vitrés permettent d’observer les saumons franchir les échelles, mais c’est une question de chance! Nous n’avons rien vu… Un compteur atteste du nombre de saumons ayant réussi à franchir la barrière durant la saison.

Après Pitlochry, toujours sur la A9, nous traversons les villes de Dunkeld puis Perth. Puis par la M90, nous rejoignons Edimburg en traversant le Firth of Forth par le Forth Road Bridge (G). Pendant la traversée, on longe le Forth Rail Bridge, qui fait partie des cartes postales de l’Ecosse, une des grande réalisations de l’âge de fer industriel.

Après avoir contourné Edimburg, nous rejoignons le petit village de Roslin au sud de la ville. Visite de la Rosslyn Chapel prévue demain. En attendant, pour notre dernière soirée en écosse, nous nous offrons un bon repas complet au Laird and Dog Inn, près de Loanhead (H). En entrée, haggis batons et fish cake with poshed egg. En plat principal, Aberdeen beef pie et chicken stuffed with haggis, whisky sauce. En dessert, apple pie… C’était bon, mais heureusement que l’on n’a pas mangé comme ça tous les jours! Le tout était arrosé de bière bien sûr…

Après ce repas, nous trouverons un petit parking de départ de randonnée pour la nuit, sur la B7003 qui va de Roslin à Rosewell, juste avant la bifurcation avec la A6094 (I).

Vendredi 14 août : la Rosslyn Chapel et la région des Borders
retour à Douvres

Roslin – Dover : 836 km
Agrandir le plan

Une bonne partie de la journée sera consacrée à la route du retour vers Douvres. Mais on a voulu consacrer encore un peu de temps à quelques dernières visites dans la région des Borders.

Tout d’abord, visite de la Rosslyn Chapel (A), incontournable! Construite à la demande du seigneur de Rosslyn Sir William Saint Clair au XVème siècle, la chapelle est célèbre pour ses sculptures.

Ce chef d’oeuvre d’artisanat est unique par son style, et d’une telle beauté, d’une telle complexité et d’une telle richesse qu’il faut le voir pour le croire.

Sir William Saint Clair a réuni des artisans originaires de différents pays d’Europe afin de créer une oeuvre unique. Depuis 1997, une grande voûte en métal recouvre la chapelle pour permettre aux éléments en pierre situés à l’intérieur de sécher naturellement. Les travaux de restauration sont en cours sur l’extérieur de la chapelle mais il est autorisé de monter sur les échafaudages pour observer au plus près les travaux effectués sur le toit.

A l’intérieur, on peut admirer les scènes bibliques sculptées et les voûtes à clés pendantes, nervurées et ornées de rosaces, d’étoiles et de patères qui habillent l’édifice d’une dentelle de pierre, courant le long des piliers et de la voûte comme autant de vigne vierge. La plus belle pièce, le « pilier de l’apprenti », provoqua une telle scène de jalousie du maître maçon qu’il trucida le jeune artisan qui l’avait réalisé.

La centaine de représentations du « Green Man », symbole païen de fertilité masculine, la reproduction fidèle d’un épi de maïs d’Amérique bien avant la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, la ressemblance frappante entre la croix des Saint Clair et la croix des Templiers, toutes ces coïncidences troublantes donnèrent naissance à de nombreuses théories, mythes et légendes, dont celle que Rosslyn détiendrait le secret du Saint Graal! Il n’en fallait pas plus pour que Dan Brown fasse de la Rosslyn Chapel la clé du dénouement de son célèbre roman le Da Vinci Code!

Après cette visite, nous nous dirigeons vers les abbayes des Borders et la vallée de la Tweed en empruntant la A68 direction Jedburgh.

Premier arrêt à Melrose Abbey (B), dont la dernière reconstruction date du XVème siècle. Charme de ces ruines à la couleur ocre rose, belles sculptures décoratives, gargouilles humoristiques telles que le petit cochon joueur de cornemuse…

On dit que le coeur de Robert de Bruce y serait enterré…

Malgré la pluie continue qui tombe depuis ce matin, le charme de l’endroit opère…

Nous ferons un autre arrêt un peu plus loin pour visiter la Dryburgh Abbey (C). Superbe cadre bucolique pour ces majestueuses ruines au creux d’un méandre de la Tweed. Les teintes rouges de la pierre au coeur d’un environnement de pelouses soignées et de vieux arbres majestueux en font une des plus intéressantes abbayes des Borders.

Dans l’église abbatiale repose entre autres l’écrivain écossais Walter Scott, dont la famille était propriétaire des terres de l’abbaye. Les bâtiments conventuels dont la salle capitulaire sont parmi les mieux conservés d’écosse.

Nous avions prévu également de faire un détour par Jedburgh (D) et son abbaye mais l’heure tourne, et il est temps de reprendre la route vers Douvres… Nous ne ferons donc que passer.

Direction la A7 pour rejoindre l’autoroute M6 à Carlisle (E).

Notre périple en Ecosse se termine malheureusement, et c’est sous une pluie battante et un vent violent que nous passerons la frontière avec l’Angleterre. L’Ecosse nous manque déjà…

Quel beau pays à découvrir et redécouvrir!

No votes yet.
Please wait...

Articles relatifs

Partager

A propos de l'auteur

Récits de voyages, photos souvenirs et conseils pratiques : Le site des Routards

2 commentaires

  1. Sandrine Monllor on

    Un récit passionnant avec des photos superbes qui transportent carrément en Ecosse et donnent envie de découvrir le pays… Ce n’est pas une destination que j’envisageais a priori, étant donné que je suis en général attirée par l’Est… Mais après vous avoir lu, j’avoue que je me demande si je ne vais pas changer mon projet en Bavière pour un petit séjour itinérant en Ecosse… en voiture…

    Peut-on loger pour des tarifs raisonnables? De quel ordre sont les prix pour les (petits) hôtels et les restaurants? Merci de me donner ces informations!

    Bravo encore pour ces carnets de voyage!

    No votes yet.
    Please wait...

Leave A Reply