39 vues

« Voyager en première classe »

0

Premier jour de l’année, première chronique de 2012, après 10 jours de silence, ça crée presque une angoisse devant la page blanche mais le nez au vent comme d’habitude je fais confiance à ma bonne étoile. Pas de journaux, pas de portable (il est resté en charge à l’appartement) et en petites foulées sur le boulevard Montparnasse, je commence ma journée légère (juste une demi bouteille de Pessac Léognan grand cru classé et une salade hier soir), alors légère, oui, sous le crachin tristounet et en petites foulées jusqu’à la rue de Rennes. Je me paye même l’audace de traverser aux feux rouges sans marquer d’arrêt et plus loin, en dehors des clous les yeux fermés. Le boulevard est désert on se croirait en plein mois d’août. Ma coffee-shop favorite est fermée aujourd’hui alors je pousse jusqu’à la « pomme de pain » la plus proche. Nous sommes deux solitaires devant notre petit déjeuner industriel. Je ne résiste pas au plaisir de la conversation : elle s’engage sur… la solitude des premiers janviers (je hais ce jour-là).

« Oh moi j’ai bu ma bouteille de vin hier soir » me dit mon voisin. « Moi aussi, enfin une demi seulement » je réponds. « Moi, c’est tous les soirs » répond l’homme, c’est mon somnifère. »

Entre deux bouchées de « pain-beurre-confiture », il me confie : « Apres mon café, j’écris automatiquement un poème » Il sort son crayon et un papier. Je rigole en douce et lui montre les premières pages de mon roman en cours.

« Poème sur quoi ? » je demande. « La nature » répond l’homme « la nature et mon imagination. Quitte à voyager autant voyager en première classe ». Le genre de truc qu’on a vraiment envie d’entendre un premier janvier au lieu des sempiternelles formules creuses de vœux.

« Vous voulez voir mon poème d’hier ? » J’acquiesce….

 « Depuis le jour et la nuit des temps,

« Ce n’est qu’une succession génétiquement

« Moulée à  l’image de plusieurs générations

« Retrouvant la première peuplade qu’est la végétation

« Aussi muette que les montagnes

« Entourées du gros ventre planétaire

« Qu’est l’aquarium océan.

Pas une seule faute d’orthographe (prenez-en de la graine lecteurs de FB) Je tire mon chapeau à Monsieur Ali, 69 ans, kabyle algérien dont le français était la troisième langue apprise à l’école en Algérie. « Après je suis venu travailler en France, mais vous savez, nous, algériens, nous ne savons pas vraiment qui nous sommes, il y a tellement eu de civilisations qui sont passées chez nous ».

Je ris alors Monsieur Ali me demande : « Vous êtes métis » ? « Ah oui ?  Pourquoi ? » « Vous avez les yeux qui plissent comme les asiatiques ».

Je ris – en douce cette fois –

Et puis nous sortons chacun nos papiers et nous mettons au travail, lui sur son poème du jour, moi sur ma chronique de ce jour.

Des voeux pour 2012 ? Non, Soyez attentifs, soyez curieux, ne traversez pas dans les clous et surtout,  voyagez en première classe, comme le fait  Monsieur Ali.

Blog1671

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon WordPress Plugin | Android Forum | Hud Software



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!