42 vues

Appartenance…

0

 

Dans les forums de discussions du Bangkok Post, on relève souvent ce genre de remarques : Pourquoi les thaïs adoptent-ils les programmes scolaires de l’occident (ouais… américain) tout en résistant à la façon d’apprendre ? Pourquoi les thaïs ont-ils adopté la démocratie sans la liberté de penser ou l’égalité ? Pourquoi les thaïs sont-ils heureux d’accueillir les étrangers alors qu’ils ont installé un système de double prix (étrangers/thaïs) ?

Voravaï du Bangkok Post répond à ces questions en renvoyant les lecteurs à l’histoire de son pays. Je me suis particulièrement intéressée à cette partie de l’Histoire du Siam, à l’époque des échanges
d’ambassades entre le roi Naraï et Louis XIV, car l’une de ces ambassades s’arrêta dans ma ville : Calais.

Extrait du journal du père Vachet : « A Calais, M. le duc de Charost, ami intime de la Mission, se fit une gloire d’ordonner dans tout son gouvernement, tant aux officiers de guerre qu’aux magistrats de ville, de ne rien omettre dans ces sortes de rencontres. Nous ne mîmes pied à terre que pour être reçus avec applaudissements de la noblesse, de la bourgeoisie et des soldats. Tous les principaux de la ville étaient sortis à notre rencontre, et les soldats sous les armes, tambour battant, étaient en haie ; ce fut de cette sorte que nous arrivâmes dans l’une des plus belles maisons, que l’on avait ornée plus qu’à l’ordinaire pour nous loger, où à peine fûmes nous entrés, que l’on servit un repas des plus magnifiques que j’aie encore vus. »

Ayuthaya était alors une ville plus cosmopolite que Londres. On y croisait des persans, des britanniques, des hollandais, des portugais, des français. Le Premier conseiller du roi Naraï était un drôle de flibustier un aventurier grec du nom de Phaulkon. Jamais activités commerciales et diplomatiques ne furent plus prospères qu’à cette époque d’Ayuthaya. Pour repousser la trop puissante British East India Company, Naraï fit appel aux français dont certains sont élevés aux plus hauts rangs de l’aristocratie et de l’armée siamoise !! Les jésuites sont invités à installer leur église, mais forts de leur pouvoir, ils commencent à défier le clergé bouddhiste. Il y a même une rumeur qui prétend que le roi Naraï va se convertir au catholicisme (à la vérité, les persans avaient eux aussi – en vain – essayé de le convertir à l’islam. Aux pères missionnaires français, le roi Naraï – en bon siamois qu’il était-  leur répond : « Si j’avais à choisir entre la religion mahométane et la catholique, je choisirais la catholique » ! ) Et voilà comment démarre une rumeur !! Jusqu’aux oreilles du roi soleil !



BLOG  1 dimanche 18 - 13

A cette époque, Ban Kok (l’actuelle Bangkok)  et Thon Buri sont des forts français….. Inacceptables pour les forces conservatrices et le clergé bouddhiste. Il faut sauver le royaume de ces étrangers. Le Siam aux Siamois ! Lorsque Naraï meurt, son neveu Phra Petracha fait le siège de Ban Kok et finalement vire tous les étrangers du pays pour quasiment un siècle et le grec Phaulkon est exécuté.

Donc s’ouvrir aux étrangers sans adopter leur mentalité, sans subir leur influence…. Consciemment ou inconsciemment les autorités thaïes ont toujours cette histoire en tête. S’ouvrir au monde MAIS en gardant sa souveraineté. S’ouvrir aux autres en protégeant  traditions, valeurs, identité. Ce que beaucoup appelle le nationalisme thaïlandais !

Etre « thaï » c’est avoir traversé une partie de l’Histoire ensemble, s’être battus pour les mêmes idées. C’est ce qui forme la psyché d’un peuple, même s’il est d’origine diverse.

Je sais de quoi je parle, j’ai un « look kreung » (métis) à  la maison. Chinois par son grand-père venu un jour du Fujian, s’arrêtant du côté d’Uttaradit pour épouser une jolie siamoise… et plus thaï que lui tu meurs, plus bouddhiste aussi (récite ses mantras tous les soirs).

Comme quoi, être d’un pays, c’est avoir un bout d’histoire en commun, c’est surtout avoir des
valeurs communes
… quelle que soit l’origine.

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!