32 vues

Combattre l’invisibilité (ou dites aux femmes qu’elles sont belles)

0

Paris n’était pas triste hier, un soleil hardi avait enfin chassé les nuages et c’était un dimanche de flâneurs… Accompagnée de mon meilleur ami (je ne serai jamais seule avec lui), je photographiais sur mon chemin, un peu au hasard, sans vraiment utiliser mon viseur, ni aucune autre des ses autres fonctions d’ailleurs… c’était plutôt lui qui décidait….il est comme ça, il a ses humeurs et a parfois du flair…  Lorsque je décide, moi,  d’une photo, je choisis le cadre, la lumière, en tachant d’observer un maximum la règle d’or des « tiers » qui donne de la dynamique à une photo et attire le regard sans qu’on sache bien pourquoi, les peintres de la Renaissance l’utilisaient déjà et les photographes ont suivi. D’autres éléments entrent en jeu lorsqu’on photographie, l’émotion n’étant que la touche finale et indispensable. Donc, hier, dimanche ensoleillé, je photographiais sans émotion particulière, une foule curieuse et avide de soleil et de spectacle. Mon Canon me montrait du doigt, ou plutôt de l’objectif, (grand angle en l’occurrence), de façon quasi systématique, la solitude. Un sentiment pathétique que je découvrais un peu plus tard en mettant mes cliches sur mon écran ordinateur. Il existe donc une osmose entre mon appareil et moi !

Blog _3101
Blog _3106

Blog _3130

Pour rester dans le registre de la photo…. Je croisais hier, dans ma coffee-shop habituelle,  une « dame », bien que le terme de « lady » lui convienne mieux… Je l’avais rencontrée il y a plus de trois ans : une femme magnifique, teint laiteux de slave, traits dessinés avec une douce précision et une couronne de cheveux blancs-blonds tressés a la façon des princesses vietnamiennes d’une autre époque. Je ne pouvais retenir mon admiration et je lui disais « pardonnez-moi de vous accoster de cette façon, mais je vous trouve si belle, que je ne peux m’empêcher de vous le dire. Voilà ».Elle avait souri. Nous nous croisions de temps en temps et échangions des propos légers, empreints de distance respectueuse.

Après quelques mois d’absence je croisais a nouveau Joyce Carpati dans ma coffee-shop. Joyce fut directrice artistique du magazine « Cosmopolitan » américain. Aujourd’hui, elle partage sa vie entre New-York et Paris où elle m’avait invitée il y a déjà 2 ans. (J’y allais un peu plus tard mais pour rencontrer U Agga Nya Na, le moine birman ayant participé a la révolution safran de 2007 en Birmanie et refugie a Brooklyn)

Blog _3147

Je n’avais pas revu Joyce depuis un an et demi. Visage virginal de madone ukrainienne, pas une ride de plus et toujours cette posture de femme elegantissime mais sans ostentation (sinon c’est l’horreur bling bling)

« J’ai quelque chose à vous montrer » me dit-elle. Et voilà, ce matin, elle m’explique qu’à New York l’année dernière, un photographe d’une grande agence l’a arrêtée pour lui demander de poser pour lui. Enfin pour un livre de Ari Seth Cohen : « Advanced Style »… comprenez par la : des portraits de femmes élégantes d’un âge certain. Joyce a 80 ans ! « Ce photographe m’a donnée une deuxième jeunesse «  me dit-elle en feuilletant le livre et les magazines qui l’ont depuis interviewée, avec  son sourire de petite fille et un regard malicieux…. Et intelligent.

Alors n’hésitez pas a dire aux femmes qu’elles sont belles, moi je le dis même aux hommes (privilège de l’âge !) Je le dis aussi à mon « chéri », mais lui c’est diffèrent, c’est parce que je  l’aime.

Dans Google, tapez “Advanced Style”….,« I started the blog in order to change people’s perception of aging and show that there is much fun to be had once you reach 80, 90 and 100 years old. Women often tell me that after 40 they have started to feel invisible”. Le photographe qui a photographié ces femmes  pour combattre «  l’invisibilité » que ressentent beaucoup de femmes après 40 ans !!  

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!