IDEOZ Voyages > CROATIE > VIE PRATIQUE EN CROATIE > Informations utiles sur la Croatie

Informations utiles sur la Croatie

drapeau croate en croatie

Rappel des informations qui devraient vous être utiles lors de votre séjour en Croatie.



Santé en Croatie

Il n’y a aucune obligation en matière vaccinale, ni précautions spécifiques à prendre, malgré quelques problèmes sanitaires qui nécessitent une certaine vigilance pour les randonneurs, comme l’encéphalite à tiques. L’eau du robinet est potable partout sur le territoire et les rares endroits où elle ne le serait pas sont généralement bien signalés.

La Croatie étant membre de l’Union européenne, vous devrez obligatoirement présenter la Carte européenne d’assurance maladie pour obtenir le remboursement de vos frais de santé, que ce soit pour des consultations, des examens, des soins simples (médecin, urgences), ou pour des soins plus poussés nécessitant une hospitalisation.

Pensez bien à l’emporter dans vos bagages, car on oublie toujours de vérifier ce genre d’évidences. Il faut en général 15 jours pour la commander auprès de votre assurance maladie et la recevoir, donc cela ne peut pas être une demande de dernière minute.

Si vous devez voir un médecin généraliste dans son cabinet, vous ne devriez avoir à payer qu’un ticket modérateur de 10 HRK. Demandez toujours la facture de tous les soins et examens.



Sujets de conversion à éviter en Croatie

→ Même si la Croatie est indépendante depuis plus de 25 ans, le sujet de la guerre de Croatie reste très sensible et donne lieu à des discussions passionnelles.

Ne parlez pas de la guerre avec des inconnus dont vous ignorez la sensibilité et évitez globalement de donner votre avis sur le sujet pour éviter des malentendus.

Le rejet des Serbes reste globalement très important et s’exprime par des tags violents appelant à les tuer comme le slogan Ubi Srbina ! 


Sécurité

La Croatie est une destination très sûre qui peut être envisagée par tous les publics de touristes et par les voyageurs baroudeurs, en famille avec des jeunes enfants, en solo, y compris si vous êtes une femme seule et empruntez les transports en commun. Même dans les villes, on n’a jamais de sentiment d’insécurité de jour comme de nuit.

→ Il est obligatoire de s’inscrire auprès du bureau de police le plus proche, dès lors qu’on s’installe dans une ville ou un village même pour une courte durée. Si vous résidez chez un habitant, dans un camping ou dans un hôtel, c’est à l’hébergeur de faire la démarche d’enregistrement, sinon, elle vous incombe.

→ On peut vous emprunter vos papiers d’identité pour les enregistrements et ne pas vous les rendre jusqu’à votre paiement, voire jusqu’à l’issue de votre séjour dans l’hôtel

Pas de camping ni de bivouac sauvage sous peine de sanctions importantes (jusqu’3000€ d’amende) et garde à vue

→ Certaines zones sont encore signalées comme minées. Attention surtout de ne pas aller dans les maisons détruites de l’intérieur du pays (notamment terres brûlées vers Knin, certaines zones sont parsemées de mines antipersonnel pour éviter toute tentation de retour

Si vous choisissez de faire du camping sauvage malgré tout, évitez les champs sans habitation proche, car ils peuvent être dangereux.

Demandez aux locaux si vous pouvez vous installer sur leur terrain, ce sera plus sûr.

Utiliser son téléphone mobile en Croatie


Supprimez la recherche automatique des réseaux mobiles lors de votre séjour en Croatie

telephoner en europe roaming

Attention aux frais de roaming avec votre mobile. Si ces frais n’existent plus en Croatie depuis son entrée dans l’Union européenne, ils demeurent pour les destinations frontalières comme la Bosnie-Herzégovine, le Montenegro et la Serbie. Ils sont très prohibitifs, pour quelques secondes de connexion sur le territoire croate à proximité des zones frontières dans un périmètre de 10-15 km autour de Neum, à Plitvice, dans la région de Dubrovnik et même sur les îles comme Mljet, où l’on peut capter les réseaux bosniens.

Soyez prévoyant et anticipez les mauvaises surprises du roaming avec les réseaux bosniens et montenegrins. Rien ne vaut de désactiver vos données à l’étranger dans toutes les zones proches des frontières et d’éviter le changement de réseau automatique pour préférer un choix manuel dans ces régions critiques .. Les frais sont autour de 40-50€ et ça peut vite chiffrer même si vous ne passez que quelques minutes dans la zone!

Pensez à désactiver le changement automatique de réseaux, ou à mettre votre téléphone en mode avion lors de votre séjour en Croatie. Les réseaux peuvent basculer momentanément sur ceux de la Bosnie !

Pensez à arrêter vos portables ou à désactiver les données, au moins 10 km avant l’arrivée à Klek Neum et attendez bien d’avoir franchi 10 km avant de rallumer. Soyez vigilant aussi sur l’île de Mljet ou la presqu’île de Peljesac où on peut capter les réseaux bosniens. Egalement dans la région de Plitvice où dès qu’on approche de la frontière de Bihac on capte les réseaux et peut être soumis à des frais, comme aux abords de Knin… Il en va de même au Montenegro! donc dès que vous quittez Cavtat pensez à arrêter vos données à l’étranger!

Ne louez pas le GPS via la location de voiture, car il est très onéreux. Pensez aux systèmes et applis utilisables sur les mobiles comme Waze, Google maps, qui sont pratiques et gratuits, si bien sûr vous disposez d’un forfait intégrant l’accès à internet dans la zone UE.