67 vues

Des « si », des « mais »… une seule certitude : l’incertitude

0

Elle est venue, la presse s’est bousculée pour l’interviewer, les photographes se sont battus pour tenter de « capter » son aura, les curieux et les fans se sont poussés du coude pour l’entr’apercevoir. A Mae La, c’était au cri de « Mae Suu Mae Suu »,  cri du cœur, de l’espoir, scandé par ceux qui voyaient en elle l’étoile qui les guiderait vers les chemins de la liberté. Aung San Suu Kyi a fait son pèlerinage en Europe… une tournée victorieuse pour beaucoup d’occidentaux qui la verraient déjà présidente de la Birmanie aux prochaines élections de 2015. (question posée un peu inconsidérément par presque tous les journalistes), MAIS

Bien sûr il y a un vent d’optimisme qui souffle sur la Birmanie, des prisonniers politiques ont été libérés (pas tous), la censure s’est assouplie, les paroles se libèrent (elles sont toujours « reportées » mais ne sont plus sanctionnées, il faut saisir la différence)  “liberté sous surveillance”. Les investisseurs étrangers se bousculent au portillon pour « investir » dans ce pays neuf, alors que l’Europe et l’Amérique sont en récession et que la Chine a follement besoin des matières premières dont sa petite voisine dispose en quantité.

MAIS… le pays est toujours en guerre contre lui-même (dans l’état Kachin aux frontières de la Chine) « C’est maintenant que tout commence fait remarquer la directrice adjointe pour l’Asie Pacifique, d’Amnesty Internationale. Et le champ d’action de Aung San Suu Kyi est inversement proportionnel à sa notoriété”

Pour comprendre il faut savoir deux ou trois petites choses –  MAIS, essentielles –  sur ce pays :  Le parti de Aung San Suu Kyi, le National Ligue for Democracy » (NLD) a peut-être gagné 43 sièges sur les 44 aux dernières élections législatives, MAIS cela ne représente pas plus de 7 % de tous les sièges au Parlement. « Son pouvoir est donc extrêmement limité ». Le problème, le hic, la pierre d’achoppement, c’est la Constitution (adoptée après un referendum truqué en 2008 (J’entends encore les voix de Xavério, Serpico, Celin, Mario…  « obligés » de voter… sinon on les menaçait de mort, sinon, on prenait leur terre, sinon…et avec la Tatmadaw le pire était souvent « pire » que les menaces. Ce referendum garantit 25% des sièges du Parlement aux militaires. Lesquels ont droit de véto sur tous les amendements. Quant aux autres partis (dont l’USDP, il est considéré comme véhiculant les intérêts politiques des militaires). Aucun changement important ne peut donc intervenir sans l’approbation de 75 % des membres du Parlement.

5 CS 5  blog2881

« La constitution est telle et les procédures si complexes qu’il est impossible de changer les clauses de cette constitution qui, d’une manière ou d’une autre, privilégie en priorité les militaires » (toujours au pouvoir en dépit du changement d’uniforme) « Un exemple concret : l’une des premières sections de cette constitution garantit qu’en cas d’urgence, c’est le commandant en chef de l’armee qui exerce et prend en charge le pays et son pouvoir est souverain, après consultation avec le Président (lui-même ancien militaire). Aucune action en justice ne peut être prise à l’encontre de l’armée pour ce qu’elle a fait et ferait durant l’exercice de ses fonctions. Une autre clause dans cette constitution interdit l’accès au poste suprême à toute personne dont le conjoint ou les enfants auraient « fait allégeance à  une puissance étrangère ».TEXTO : vraiment du cousu main contre Aung San Suu Kyi qui a été mariée a Mikael Aris, un britannique dont elle a eu 2 fils (Les rois font pareil en Thaïlande).

5 blog _2665
« En 2008, les généraux ont obtenu – frauduleusement – la constitution qu’ils souhaitaient et ils contrôlent la majorité des sièges au Parlement. Ils peuvent donc se permettre de faire quelques concessions, en réponse a la pression internationale et obtenir ainsi l’aide et les investissements étrangers dont le pays a désespérément besoin » *  Tout est résumé dans cette phrase.

Les élections d’avril dernier n’affecteront pas les structures fondamentales du pays. Dans les 3 années à venir, les militaires ont tout pouvoir pour manipuler et neutraliser l’opposition – un art dans lequel ils sont passés maîtres depuis qu’ils sont au pouvoir en 1962.

Sans changements radicaux de la constitution – qui semblent improbables dans l’état actuel des choses – n’en déplaisent aux rêveurs, la Birmanie ne pourra briser la domination étouffante des militaires en place depuis des décennies.

MYANMAR 9476

Reste encore le problème des guerres civiles entre armée- Tatmadaw – et armées rebelles ethniques. Ces groupes ethniques non birmans ne réclament pas leur indépendance mais un retour au système fédéral qui existait avant que les militaires ne prennent le pouvoir en 1962. MAIS il faudrait d’abord reconnaître l’identité de ces ethnies… avant même la construction de route, d’écoles et d’industries. MAIS sans amendement de la constitution, difficile d’imaginer la résolution de ces conflits.

« Et que se passera-t-il – ou plutôt que se passerait-il – SI Aung San Suu Kyi décidait de se confronter aux militaires en leur demandant une nouvelle constitution dont le pays a désespérément besoin pour « aller de l’avant » Elle a peut-être été reçue comme une héroïne durant sa « tournée triomphale en Europe » mais la route est longue vers la démocratie et la paix. En dépit de certaines réformes, les militaires sont toujours au pouvoir et qui que ce soit qui penserait que la Birmanie est proche d’une solution à ses problèmes ethniques et politiques se mettrait le doigt dans l’œil »

Blog _9481
Ce qui est en italique est de Bertil Lintner, l’un des meilleurs spécialistes de l’Asie. Ce journaliste norvégien basé à Chiang Mai a écrit « Land of Jade, a journey from India through northern Burma to China » – “Aung San Suu Kyi and Burma’s struggle for democracy’ – “Blood brothers : crime, business and politics in Asia”- “Merchants of madness, méthamphétamines explosion in the golden triangle” – “The Kachin : lords of Burma’s northern frontiers”

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!