1 vues

Grandeur et décrépitude

0

 

Pourquoi, venant à Bangkok pour la deux-cent
quatre-vingt-dixième fois (en fait je n’ai jamais compté),  je ne peux m’empêcher d’être fascinée et
horrifiée par le dynamisme des constructions, la hauteur des immeubles, « l’époustouflance »
du tape à l’œil des derniers condominiums avec piscine à chacun des étages –  nobles s’entend – (ceux d’en haut bien sûr). Car
plus on s’éloigne du sol plus c’est cher, plus la vue est belle  (dites à un thaï que vous habitez au 2e
étage d’un immeuble à Paris, il sera épouvanté car il vous imaginera vivant
dans les parkings) et moins l’air est vicié, loin des gaz d’échappements des
voitures. En bas, c’est trottoirs déglingués, fils électriques qui
pendouillent, poubelles éventrées, cafards et rats, et gardiens dans leur
guérite qui « s’emmerdent à cent sous de l’heure » de jour comme de
nuit ….Et je parle d’un des quartiers les plus chics de Bangkok, celui qui
se trouve entre Lumpini et Chidlom. Luxe en l’air, disgrâce en bas. Car, oui,
je marche. La nuit comme le jour. Mais ici on ne « piétonne » pas si
on est Bangkokien, on se déplace en voiture ou en moto. Quant à ceux des étages
nobles, ils sortent de leur immeuble en « Benz » !!


Iblog _3775
  “Q la fierté d’appartenir” Q !! c’est sûrement pour Queen !!!


Blog _3776


Blog _3769

A Chiang Mai, dans mon quartier
tendance, on construit des immeubles « où il faut vivre” si on veut être
considéré comme un VIP (very important person) ou un « exécutive »
(directeur) . Appartements pour riches thaïs qui achètent pour placer leur
argent… mais gare à la bulle, ils ont déjà oublié 1997 !

Un immeuble, le mien, (considéré comme
chicos), après 4 ans d’existence commence à montrer des signes, non pas encore
de délabrement mais….de déclin. Les femmes de ménage (Birmane, Shan, Karen) ne
sont pas « encadrées » par un personnel qualifié, à quoi bon ?  Elles « caressent » presque
sensuellement le sol, déplacent la poussière qui vient se coller- humidité et
chaleur aidant –  dans les angles,
formant une petite masse de plus en plus solide et de plus en plus « indécrottable ».
 Dans les escaliers (mais qui empruntent
les escaliers ?) si on ne cuisine pas beaucoup dans l’immeuble, on amène
souvent la nourriture de l’extérieur. La sauce tombe et s’incruste dans les plinthes
et les angles, quant au quartier poubelle, un masque est recommandé.

Durant les fêtes de Songkran, contrainte
de rester chez moi pour cause de convalescence, et n’ayant pas encore repris
mon vélo pour les mêmes raisons, je marchais vers mon coffeeshop pour le petit
déj. Le 2e jour de Songkran donc, dans la lumière rasante du matin, j’ai
vu un rat gros comme un chat, éventré et sanglant (une voiture venait de l’écraser)
au milieu de la chaussée. Sur lui, triomphant et goguenard, un oiseau (pas un
moineau du tout !) me narguait du regard. Autour : les restes de
la nuit : plastique, nourriture, bouteille et j’en passe…

Le lendemain, même heure, le rat sur
lequel était passé bon nombre de voitures, s’était aplati, mais il était toujours là. Et
ainsi chacun des jours suivants. Aujourd’hui, incrusté dans le bitume, il fait corps avec la chaussée. Sauf sa queue – très longue – qui s’était détachée
le 3è jour, telle une corde…  Elle a mis beaucoup plus de temps  pour disparaître dans le goudron.

On nettoie les rues ? Non, on
attend que les pluies charrient tout vers les égouts. Dans les quartiers touristiques
de la vieille ville, l’extérieur et l’intérieur du moat ont été nettoyés après Songkran. Tourisme
oblige. Pas à Nimmanhaemin, quartier branché thaï !

 

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

{slide=En savoir plus sur Michele Jullian (cliquez ici)}
Qui est Michele Jullian?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …

{/slide}



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!