63 vues

Irene, depeche toi qu’on en finisse

0

 
 En rentrant après une longue journée de marche avec Agga,  moine birman refugié aux States, pour cause de «  révolution safran » en 2007 à  Rangoon et après la visite (obligatoire) à la statue de la liberté (contrôle aussi strict que dans les aéroports), enfin, après un trip de 70 étages en 57 secondes montre en main, au Rockefeller Center et un coup de soleil sur le ferry… je trouvais le message suivant glissé sous la porte de ma chambre d’hôtel :

BLOG _6273 
« Nous vous informons qu’un ouragan arrive sur NYC et les environs dans les 36 heures à venir. Nous vous recommandons –  si vous en avez les moyens – de quitter l’hotel et de vous reloger dans une région qui ne sera pas affectée par la tempête. Si vous désirez un moyen de transport,  vérifiez maintenant vols, bus ou trains, ou location de voiture pour cette opération. Si vous ne pouvez pas quitter l’hotel, sachez que l’hotel restera opérationnel mais avec des services réduits pendant la durée de la tempête, à moins d’une évacuation obligatoire décidée par les autorités afin de rejoindre un endroit plus sûr. Soyez prévenue qu’il y aura des vents violents et des pluies très fortes qui pourront provoquer des dégâts. L’hotel déterminera quels services resteront effectifs pour assurer votre sécurité pendant la durée de la tempête. Nous aurons un service d’étage limité pendant toute la semaine, et nous ne changerons pas les serviettes de toilettes. Nous vous informerons de tout changement ou informations de la part des autorités fédérales concernant l’ouragan Irène. Les télévisions locales diffuseront des informations point-par-point »

_blog MG_9007 
Plutôt effrayant, même si des nouvelles rassurantes (« cet ouragan ne serait plus que de force 1 » !) alternent avec d’autres, beaucoup plus inquiétantes au fur et à mesure que la journéeet maintenant la nuit  avancent. Cette apparence de non danger, après des jours de mises en garde,  pousse de nombreux curieux à se promener dans les zones déclarées dangereuses : le sud de Manhattan entre autre. Je suis sur Chelsea, juste au-dessus. Pas d’évacuation obligatoire pour le moment.

BLOG _6327                                                                              Rockefeller center
La veille, alors que déjà Irène frappait dans des zones plus au sud des Etats-Unis, le temps était beau sur New-York et je me promenais avec mon ami Agga. Un moine bouddhiste en robe safran dans la ville de New-York, ça soulève la curiosité forcément. « Des » curiosités devrais-je dire : de « namaste» (salutations bouddhistes en Inde), à « bravo pour le Dalaï Lama », à « êtes-vous un moine kung-fu » ? Le plus drôle se déroula dans une boutique où j’hésitais à entrer en compagnie d’un moine, mais Agga me dit : « pas de problème je te suis ».  Nous nous apprêtions à sortir un peu plus tard, lorsque le garçon de la sécurité, un géant noir, tel un joueur de base-ball professionnel, arrêta mon ami et lui demanda : « où as-tu acheté ton déguisement ? Tu penses que je pourrais trouver le même » ? Il n’avait jamais entendu parler de bouddhisme ou de moine et n’en avait jamais vu, à l’inverse de la vendeuse portoricaine qui elle, « avait déjà vu un documentaire avec des moines ».

BLOG IMG_6318 
Une belle partie de fou-rire…grave. « Revenez nous voir après la tempête » réclamèrent-ils en chœur. Agga ne donne pas sa part aux chiens pour ce qui est du fou rire (hummmm moi non plus)et pourtant il n’a pas arrêté de me raconter des horreurs sur sa situation passée en Birmanie. Comment il lui était arrivé de dormir dans les arbres la nuit. Parce que la junte ne chassait pas les moines dans la journée, trop de témoins. Mais la nuit. Alors certains dormaient dans les arbres ou sous les feuilles dans la jungle, n’importe où sauf dans leur famille ou chez leurs amis qu’ils risquaient de compromettre.

BLOG IMG_6305 
Un peu plus tard, Agga rentrait chez lui à Brooklyn en métro, tandis que je tentais de trouver un taxi pour rentrer à mon hotel a Chelsea. Un cyclo-pousse proposa de me ramener pour 20 dollars. J’étais si épuisée et agacée de ne pas trouver de taxi, et face à ses arguments – il avait fait une très mauvaise journée – j’acceptais et je descendais la 5e avenue en cyclo en super touriste ! Décidément, l’Asie me colle à la peau, sauf qu’en Thaïlande, les conducteurs de cyclo sont très âgés pour la plupart et tendent à disparaître, tandis qu’ici, c’était un grand gaillard noir, bavard, plein d’humour et jeune. A peine descendue devant l’hotel il me proposa de me prendre en photo. J’acceptais, ça semblait tellement  lui faire plaisir…

BLOG IMG_6400 

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin | Settlement Statement | WordPress Tutorials

Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!