79 vues

La maison aux souvenirs de Nora Roberts

0

maisonsauxsouvenirsD’habitude, Cilla McGowan revend toujours les propriétés qu’elle rénove. Mais cette fois-ci, il s’agit de la maison de sa grand-mère, une célèbre actrice hollywoodienne, qui s’est donné la mort il y a près de trente ans. Cilla commence la restauration avec nostalgie ; elle a d’ailleurs l’intention de s’installer dans la magnifique villa que son aïeule aimait tant…

zoom1257444017.jpgRoman – Editions Michel Lafon – 329 pages – 17.90 €

Nouveauté

Résumé : D’habitude, Cilla McGowan revend toujours les propriétés qu’elle rénove. Mais cette fois-ci, il s’agit de la maison de sa grand-mère, une célèbre actrice hollywoodienne, qui s’est donné la mort il y a près de trente ans. Cilla commence la restauration avec nostalgie ; elle a d’ailleurs l’intention de s’installer dans la magnifique villa que son aïeule aimait tant… Mais lorsqu’elle découvre un paquet de lettres jaunies au fond du grenier, lorsque sa voiture, puis sa maison sont saccagées et ses proches agressés brutalement, elle comprend que dans cette petite ville paisible, certains sont prêts à tout pour protéger les secrets du passé…

-toile3.jpg

Mon humble avis : So romantic ! Mais pas seulement. Bien sûr, figurent dans ce livre les ingrédients qui font  le succès Nora Roberts : amour et séduction, secrets de famille, suspens… Le tout réuni dans une intrigue finement ficelée.
Au fin fond de la Virginie, Cilla entreprend des travaux titanesques : rénover de fond en comble l’immense maison abandonnée de sa grand mère, grande star mythique d’Hollywood, qui se suicidait trente ans plus tôt. Cilla est elle même jolie comme un coeur, et ancienne enfant star dont la carrière s’est plus ou moins achevée avec la fin de la série dont Cilla tenait le rôle titre.Comme de bien entendu, elle rencontre son voisin qui se révèle charmant prince. Le conte de fée n’est pas loin. D’ailleurs, il y a dans ces contes toujours un méchant. Ici, le méchant rode, menace, vandalise, s’en prend à Cilla et ses amis. Des soupçons se posent sur certains, mais sait on jamais ? Le tension s’intensifie lorsque les menaces se multiplient. Il faut alors à Cilla et son prince de voisin découvrir au plus vite l’auteur de lettres d’amour enflammées écrites à la star défunte il y a plus de 30 ans, juste avant que celle- ci ne se suicide. Ne se suicide dites vous ? Etes vous sûres, ? C’est là tout le mystère qui réserve bien des surprises. Ce mystère, qui devient pas moment bien secondaire, n’est pas le seul argument qui nous fait tourner les pages de ce livre sans nous en rendre compte.
J’ai bien aimé, avec Cilla, prendre possession de cette maison, en faire avec elle comme un chez moi. Je l’ai dessiné dans ma tête et acquiesçais au projet de Cilla. Quand Cilla s’intègre et s’adapte à son nouvel environnement, nous en faisons autant. Nous prenons nos repères, nos habitudes, nous imaginons parfaitement la beauté du site, la tranquillité du jardin et l’immensité de cette maison. Little Farm en devient un personnage majeur de l’histoire, tant elle est chargée de secrets et de souvenirs, d’Histoire. Le lecteur s’installe dans le livre, dans la maison, et dans la communauté environnante. J’ai apprécié les descriptions de la vie rurale en Etat de Virginie. J’y ai retrouvé des us et coutumes dont je fus témoin lorsque je vivais dans cette partie du monde.
Je me suis attachée aux personnages, et surtout à celui de Cilla. L’héroïne n’est pas qu’une jolie fille. Elle est aussi une femme qui n’a pas grandit comme les autres dans une famille où l’on est actrice de mère en fille à force d’alcool, de drogue et de médicament. D’ailleurs, pour Cilla, sa famille fut pendant 8 ans les comédiens qui jouaient avec elle dans Katie.  Cilla veut s’épanouir autrement, loin d’Hollywwod, au grand dam de son envahissante et déséquilibrée mère. L’analyse de la souffrance des enfants stars et des stars déchues est très bien rendue ici et apporte un intérêt supplémentaire à l’oeuvre. Et puis et puis… Il y a les liens qui lient Cilla à cette maison. Non seulement elle s’y sent en communion avec sa grand mère à qui elle veut rendre hommage…. Mais sans en avoir conscience, la restauration de la demeure trouvera un écho en elle même. Oui, c’est en réparant sa maison que Cilla se construit elle même, qu’elle devient assez forte et décidée pour accepter l’Amour ! Ce parallélisme de réparation architecturale et de construction humaine personnelle est très intéressant.
Alors, même si les passages fleur bleue sont parfois agaçants, même si les clichés s’affichent sans honte, on prend plaisir à cette lecture agréable et distrayante… Un livre qui fait rêver les petites (ou jeunes)  filles qui restent en nous !

Une chose que je ne m’explique pas…. La couverture…. Le livre ne se passe pas du tout en hiver et nulle part il n’y est question de neige… Alors qu’elle belle veille ferme en couverture…

Je remercie Silvana Bergonzi et les Editions Michel Lafon pour cette lecture

Cliquez sur la bannière pour découvrir son blog

Cliquez sur la bannière pour découvrir son blog



Partager

A propos de l'auteur

"Quand je pense à tous les livres qui me restent à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard) "C'est le temps perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante" (A. Saint Exupéry, "Le petit prince")Le blog CDcoeurs __________________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!