449 vues

L’appel de la mer ; une invitation au rêve et au voyage

0

 

La mer, la mer…

corse ciel mer soleil

 

“…Ce soleil,cette mer, mon cœur bondissant de jeunesse, mon corps au goût de sel et l’immense décor où la tendresse et la gloire se rencontrent dans le jaune et le bleu. C’est à conquérir cela qu’il me faut appliquer ma force et mes ressources. Tout ici me laisse intact, je n’abandonne rien de moi-même, je ne revêts aucun masque:
il me suffit d’apprendre patiemment la difficile science de vivre
qui vaut bien tout leur savoir-vivre…
Albert Camus 

 

La mer miroitant de tous ses camaïeux de  bleus animés par les rayons du soleil qui viennent danser sur les vagues et se disperser en mille paillettes étincelantes.
La mer invitant à la baignade,ces noces de l’homme avec le monde, nager en harmonie avec les flots, se sentir sirène, avec une conscience aigüe d’un retour aux sources.
La mer, la nudité, les jeux du bain et du soleil, le temps immobile.La mer de nos vacances, de nos souvenirs d’enfance, la mer plaisir, la mer carte postale.

“La mer, la mer toujours recommencée”  Paul Valéry

J’aime la mer,la mienne est la Méditerranée ! Comment ne pas l’aimer, ce serait folie.

S’asseoir sur le sable chaud, laisser son regard se perdre au loin sur cet infini, sur la douceur de ce clapotis argent ou azur qui finit par se confondre avec le ciel, instant de paradis volé qui ouvre la porte à tous les imaginaires , réveille toutes les envies d’ailleurs, tous les rêves.
J’aime les longues balades,marcher sur les plages de toutes les saisons, les ensoleillées, les douces,les chaudes,cheveux au vent qui donnent l’impression de vivre intensément, de faire pleinement partie de cette symbiose entre l’eau, le sable et l’air, appartenir à ce décor comme la mouette qui rit dans le ciel, le voilier blanc qui glisse au loin ,et où le bruit des vagues n’est qu’une forme de silence, mais aussi celles solitaires, quand le ciel est bas, quand la mer lâche ses vagues d’écume blanche comme un vaste troupeau de moutons pressés.
Et quand en fin de journée mon regard s’étire jusqu’à l’azur, tendu vers l’horizon lointain où sombre le soleil en se couchant, pour apparaître encore le lendemain, ailleurs, mais sur un horizon tout semblable… Relire face à cette Méditerranée, Noces,suivi de l’Eté de Camus, ces pages qui restent pour moi les plus belles que l’on ait consacré au bonheur de vivre au bord de cette Méditerranée.

“J’apprenais qu’il y avait en moi un été invincible”

Le seul mal, c’est de vivre loin de la mer…

 

merDans quelques jours, (encore toute une semaine)  je vais retrouver celle qui me manque tant, que j’ai quittée début juin, la mer.  J’ai tenu bon durant ces mois d’été où je m’étais juré de vivre à la maison comme si j’étais en vacances, pari réussi.  Mais maintenant que la rentrée se précise, j’ai besoin de faire une cure d’oxygène, de retrouver la maison de mes rêves, celle du bord de mer.

st-raphael-jour-de-grisaille.1251217736.jpg

Aujourd’hui je m’y vois, pourtant la mer est grise, les lames frangées d’écume se déchiquettent en dentelles sur les rochers de la grève, la nuit, la lune fait quelques pas de danse entre les nuages, et offre un prélude au goût de liberté à mes pensées folles qui soufflent dans ma tête comme le vent du sud.
Ni les images, ni les mots ne s’ajustent. Faire le point, changer de cap, hisser la voile, découvrir d’autres horizons.

Une mélodie teintée de mélancolie, des mots surgissent, ils s’échappent…

Quand je pleure des larmes de rêve,
leur goût salé sur mes lèvres,
tout mon corps est comme une grève au sable perdu,
repris par la mer qui bat derrière mes paupières …
le fracas des galets qui roulent derrière mes tempes…
et goutte à goutte de mer se recrée
mon rêve brisé qui ne veut pas mourir…

Mon île

Tout a commencé un jour de premier avril quand haute et fière de mes 4 ans j’ai découvert la mer, celle qui depuis ne cesse de me faire rêver et de voyager.
Je ne sais pas si je suis méditerranéenne, mais de ce littoral-là, oui, certainement. Je suis de ces collines, de ces couleurs, de ces parfums,de ces criques,de cette côte-ci ” d’azur”.
Là j’ai été heureuse .

Le paysage méditerranéen est un monde d’images, les temples grecs au soleil couchant, les pinèdes et les champs d’oliviers, les cyprès sur les routes de Toscane,le blanc cru des villes arabes,la villa Malaparte ce portrait de pierre à Capri, les ruines romaines de Tipasa, les ramblas de Barcelone,les jardins de Grenade…
Mes voyages m’ont menée tout autour de la méditerranée, en Espagne,au Maroc, en Tunisie, en Algérie, en Egypte, en Turquie, en Grèce, en Sicile, en Italie, en Corse… Je n’avais de cesse d’aller toujours plus au sud, de découvrir toutes ces civilisations qui partout ont laissé des merveilles, d’aller à la recherche des endroits dont les peintres,les écrivains,m’avaient fait rêver.

Je me suis égarée dans les villes, j’ai étouffé dans l’émerveillement, j’ai apprécié les places ombilics des villes,les cafés,les terrasses,exploré les ruelles brûlantes des médinas avec leur ombre et lumière,fréquenté les marchés espace d’échanges,y ai fait provisions de couleurs, de cris, de senteurs, d’épices, j’ai goûté les paisibles miracles des jardins dans la douceur du beau et la force du simple,j’ai visité les cimetières, une allée de cyprès, un mur d’enceinte, une porte qui grince,ils sont si beaux qu’il y a un bonheur a les visiter, à la proue des villes, là où la vue est la plus belle.

Et puis il y a les îles, la méditerranée est une constellation d’îles,mon île à moi est toute petite, c’est un gros rocher où j’allais accoster avec mon père à pédalo.
06-2010-escapade-mon-midi-104.1277379301.jpg

 

L’île de mon enfance

lion-de-mer-dsc_0588.1279377938.JPG

Non ce n’est pas elle,
je la laisse à Tintin et à son île noire
elle ne peut rivaliser avec

p1010580.1283944275.JPG

L’île de mon enfance, des jeux interdits

quand avec mon père nous l’accostions à pédalo ,
et que ma mère sur la plage s’inquiétait de ne pas nous voir revenir

 

p1010575.1283944076.JPG

Sauvage, battue par le vent,
elle me semblait tellement grande et mystérieuse
mais si belle…

p1010568.1283943938.JPG

 

Le paradis de la solitude

30476_410642242445_695482445_4259747_6324455_n.1281529337.jpg

 

Si la solitude existe, ce que j’ignore,
on aurait bien le droit à l’occasion
d’en rêver comme d’un paradis.

Albert Camus, in “L’envers et l’endroit”
(préface)

 

crédit photo Philippe Charpentier

 

Carte postale

Le ciel, le soleil, la mer, avec en prime le souffle léger du vent dans les pins

p1010548.1283769370.JPG

Carte postale idyllique du coin où je me suis posée

p1010528.1283769219.JPG

après une balade dans les ocres de Roussillon
et les villages perchés du Luberon

Recommencer sans cesse

galets1012874875811.1287488012.jpg


Faut-il que soit sans cesse à recommencer
Ce qu’on cherche et n’arrive jamais à saisir ?

Louis-René Des Forêts

p1010602.1284128136.JPG

p1010604.1284128250.JPG

p1010599.1284122068.JPG

N’y voyez aucune malice de ma part,
juste un petit clin d’oeil souriant
de ce petit paradis.

 Contemplation

la mer

Vibrer sous la lumière, m’enivrer de bleu,

apprivoiser le mouvement perpétuel de la vague venant mourir sur les rochers,

entendre le souffle de la mer,me perdre à contempler le ciel, la mer,

m’étourdir dans ce pays de nulle part à observer la ligne d’horizon.

Être là, où le désir m’emporte, me perdre, aimer me perdre,

parvenir à me perdre dans cet espace indéfinissable, vertige, ravissement.

 

“La Méditerranée…

Par les lignes et les formes qu’elle impose elle rend la vérité inséparable du bonheur; l’ivresse même de la lumière n’y fait qu’exalter l’esprit de contemplation….”

Préface “Inspirations  méditerranéennes” Jean Grenier juillet 1939

 

Il y a le ciel, le soleil, et la mer…

la mer

Blog Double je

entre ombre et lumière… entre rêve et réalité… ” Eclaire ce que tu aimes sans toucher à son ombre

 



Partager

A propos de l'auteur

“Malcontenta” ; Amoureuse de la vie… Clin d’oeil à Palladio, à l’architecture , à l’art, à la création… De nature espiègle, j’aime la vie, trouver le pourquoi de chaque chose, j’aime les mots, leur pouvoir sur mon imaginaire , souvent je me laisse emporter par eux vers un ailleurs qui est mien aussi…“Double je” car changeante dans la continuité…------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Mes centres d'intérêt : la nature, les grands espaces, la mer, la montagne, le désert, la musique, la lecture, l’écriture, l’art sous toutes ses formes... ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Lire, apprendre toujours et encore, rêver, créer, regarder, écouter, goûter, donner…Le blog DOUBLE JEU

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!