1 042 vues

Lettre à un père absent

0

Mon cher papa,

” Je me souviens de l’époque où nous vivions en Birmanie. Nous vivions dans la pauvreté mais avec toi notre famille était heureuse. Tu étais la force et la lumière. Tu nous disais d’étudier afin de parfaire notre éducation. Tu travaillais dur pour pouvoir nous envoyer à l’école. Tu étais le meilleur des pères, mais la malchance est tombée sur nous. Sans prévenir la fatalité t’a enlevé à nous. J’avais seulement dix ans, petit frère six et petite sœur, quatre. Ce fut une grande perte pour nous. Je me souviens de toute la famille agenouillés et priant pour toi. Lorsque nous avons réalisé que tu ne reviendrais plus jamais, tout se glaça d’un coup autour de nous. Je nous vois encore assis à côté de ton corps inerte. Comment nos grands-mères nous enlaçaient en pleurant. Nous étions seuls avec maman et 2 grands-mères. A partir de cet instant il nous fallut affronter le monde sans toi.

Blog _2635
Blog 2712
Camp de Mae La, Thailande, frontiere birmane

Un jour, je me souviens, maman avait confectionné une jolie robe pour petite sœur. Elle monta alors sur la table et, face à la fenêtre, montra sa nouvelle robe. »Pourquoi fais-tu cela ? » lui demanda-t-on « Pour que papa puisse la voir » répondit-elle. C’était pathétique car elle croyait que papa continuait de nous voir de là-haut.

Papa, la vie a été dure pour nous en Birmanie. Tout devenait cher, l’école aussi. Seuls ceux qui avaient de l’argent pouvaient aller de l’avant. Aussi dur que nous puissions travailler, nos chances de réussite étaient nulles. Nous étions « ignorés » par les professeurs, intéressés seulement par les cours particuliers. On ne pouvait les blâmer, la vie était si chère. Mais pas seulement papa, Il y avait  aussi la discrimination imposée par la dictature dans tout le pays. Les pauvres comme nous n’avaient aucune chance. Seuls les riches s’offraient le meilleur et maman craignait qu’un jour mon petit frère et moi soyons pris de force par l’armée. On voyait tellement cela autour de nous dans notre village.

« Nous ne sommes plus en sécurité » dit maman. Alors nous avons quitté la Birmanie et franchi la frontière jusqu’au camp de Mae La en Thailande. J’ai continué à étudier au  collège du camp, j’étais heureux d’étudier et je m’intéressais de plus en plus à l’anglais.

Le 7 aout 2008, la Première dame américaine Laura Bush vint visiter le camp de Mae La et notre école. Papa, la première fois que je la vis, mon cœur se mit à battre très fort. Lorsqu’elle fit son entrée dans notre classe avec sa fille, c’était notre cours d’anglais. Notre prof nous avait demandé de formuler chacun une phrase en anglais. J’étais follement excité. Je n’aurais jamais eu cette chance en Birmanie, je ne l’oublierai jamais. On nous demanda si certains d’entre nous aimeraient poursuivre leurs études en Thailande, mais nous n’avions pas cette chance, puisque nous étions refugiés. On viole nos droits papa, mais je ferais de mon mieux.

Le 30 janvier 2009, pour le 60e anniversaire de la révolution Karen, je rencontrais beaucoup de gens du monde entier et fut très impressionné d’entendre le discours de Nant Zoya Phan. Je pensais qu’elle avait aussi perdu son père et qu’elle était une des réfugiés, comme moi, et maintenant elle était connue dans le monde entier. Je pensais alors que bien qu’étant refugiée, nous pourrions  aussi entrevoir et espérer un futur brillant. En essayant très dur et avec détermination, nous pourrions devenir célèbre aussi un jour.

Blog _2858
Je passais les examens pour l’université, et passais les tests écrits et oraux et pourtant je fus rejeté. Je n’en compris pas les raisons. Pourquoi papa ? J’avais perdu tout espoir pour mon futur et combien j’aurais aimé t’avoir près de moi pour m’encourager. Mais pas question de rester sans rien faire. Je sollicitais une entrevue auprès du directeur de l’école. Avait-il une place pour moi ? Sans hésitation il m’offrit un poste d’enseignant en anglais pour les élèves de primaire. A ce jour, je suis reconnaissant à  Thara Ruby de m’avoir donné cette chance, grâce à lui je reprenais confiance.

J’adore enseigner mais comme j’étais très jeune je voulais apprendre encore. Lorsque j’écoutais certains poèmes, ça me donnait envie de pleurer, je voulais participer à ces activités littéraires. A nouveau on me donnait une chance de repasser un examen et cette fois je fus admis. Ce fut un jour de bonheur pour moi papa !

Blog _2888Avec Eugene,nos nous sommes battus pour les memes images : celles de  La Lady, lui pour son journal d’etudiant, moi pour mon blog…

Je suis heureux d’étudier. Tous les sujets m’intéressent. Heureux d’être étudiant à nouveau et de participer aux activités de l’école. L’éducation est gratuite et tous les enseignants sont formidables. Pas de parti-pris. Pas besoin de prendre des cours particuliers. Les enseignants fournissent toutes les explications que nous leur demandons. Nous ne sommes jamais « ignorés » et recevons le même traitement tous. Pas de rivalité concernant les richesses de ce mode. Si nous entrons en compétition c’est dans le cadre des études, et solliciter notre intelligence. Papa je t’aime. Ne t’en fais pas. Je ne renoncerais jamais. Je ferai de mon mieux pour acquérir toujours une meilleure éducation dans tous les domaines possibles. Je te promets d’être « éduqué » comme tu  l’aurais souhaité. Et tu sais quoi papa ! C’est parce que je t’aime”.

 X BLOG 2748

C’est lui Barblut Eugene Sein qui a envoye cette lettre a son pere absent, lettre qu’il m’a fait parvenir en ce jour de “fete des peres”
Allez-voir sa page sur FB “Barblut Eugene Sein”  Eugene parle birman, anglais et plusieurs langues Karen

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!