48 vues

Mariage d’ici et d’ailleurs…

0

 
BLOG - CANON _6094

 

« Lorsque les « dawk bua thong »* éclosent, l’amour fleurit, alors vient la saison des mariages »…

Jolie introduction au mariage de Aim et Us, célébré à Baan Kong Kha, village de montagne de l’ethnie Karen Sgaw près de Mae Sariang, dans la province de Mae Hong Son. J’y suis venue plusieurs fois avec mon ami et guide, An Sarot, à qui je dois cette invitation et cette délicieuse présentation.

Traditionnellement, les Karens se marient au sein de leur propre groupe (Karen Sgaw, Pwo, Kayan ou Padaung), la famille étant le fondement de l’identité karen, un zeste de modernité semble cependqnt souffler sur la communauté de Baan Kong Kha car une Karen Sgaw va unir sa vie à un Thaïlandais. Pourquoi cet ostracisme de la part des Karens ? Les Thaïlandais ont la réputation de ne
pas être fidèles et d’avoir des «  mia noï ». (Maîtresses entretenues) et les Birmans seraient violents avec leurs épouses.  « Pour nous Karens, le mariage est un engagement à vie, nous sommes strictement monogames et les relations hors mariage sont sérieusement condamnées par la communauté, jusqu’à  l’exclusion du village parfois » m’explique le “Phou yai” (chef du village) qui nous accueille en maître de cérémonie, aidé par toute la communauté. Le mariage c’est l’affaire de tous, un moment de bonheur partagé…. tout comme l’alcool de riz !


BLOG   MJ _5918


BLOG  -  BLOG_5958


BLOG -  BLOG _5916

 Les préparatifs

Derrière la maison, les hommes préparent le  «  lap », viande fraîche de buffle mêlée aux herbes et au chili. « Une nourriture qui porte chance et que les thaïs appellent « chock lapp ». me dit An Sarot. Les femmes, elles, préparent les autres plats à base de porc, de poulet et de légumes. Aim m’entraîne par la main jusqu’au deuxième étage de la maison où elle va se maquiller et revêtir la tenue blanche traditionnelle que portent toutes les jeunes filles karen jusqu’au jour de leur mariage, la « ChaWa ». « J’ai 27 ans, mon futur mari, 28. Il y a quelques années, on mariait les filles entre 13 et 20 ans…au-delà, aucun homme n’aurait été intéressé par quelqu’un d’aussi âgé ». me confie-t-elle avec un sourire. « Comme d’autres femmes karen aujourd’hui, je suis allée à l’université et j’ai travaillé pendant deux ans pour économiser de l’argent. Mon futur mari est enseignant, comme moi Nous nous sommes rencontrés à l’école ».


BLOG - MJ 6017
BLOG - MJ _5986

 Les rituels

Mariage bouddhiste/animiste célébré à la maison et coutumes mêlées : Aim,  selon la tradition, verse l’eau purificatrice sur la tête des « vénérés ancien »,, eau dans laquelle flottent des cosses d’acacia. Jolie façon de réclamer leur indulgence pour de possibles écarts de jeunesse. Pardons et bénédictions accordes dans de grands éclats de rire. A 10 heures précises, Us, selon un timing déterminé par le shaman, arrive à l’entrée du village, point de rencontre des deux familles. Rituel de l’alcool de riz partagé et palabres dans une liesse  assourdissante et déjà bien arrosée depuis 6 heures du matin.

De retour à la maison, Aim échange sa ChaWa blanche contre une tenue traditionnelle noire. Les vêtements karens et les motifs de tissage qui les ornent révèlent les différentes appartenances. Les coiffes et façons de les porter indiquent également l’identité de chaque village.

Après avoir consommé le khao Ber, (soupe de riz et de légumes), les jeunes-mariés reçoivent les félicitations de tous les invités. Chacun à leur tour et dans une joyeuse bousculade, ils murmurent des souhaits de bonheur et de prospérité au jeune couple tandis qu’ils attachent les petits cordons blancs autour de leurs poignets.

Aim et Us sont maintenant engagés pour la vie. Si le marié s’est plié au rituel karen, il a apporté sa « note thaïe » en offrant de l’or et un  « kha nam nom »  (« le prix du lait de la mère » : en fait, une dot) à  la mère de son épouse. Selon le chef du village, dans le passé, les karens n’exigeaient pas de dot…  « Avec l’arrivée d’un beau-fils, ils espéraient une main d’œuvre supplémentaire à la maison pour les travaux agricoles ».  Cela me rappelle cette belle et terrible remarque d’une Karen rencontrée dans un autre village de montagne. « Les jeunes sont l’énergie de nos villages, mais aujourd’hui, ils pensent à leur avenir et vont étudier et travailler à la ville. Quand on a de la chance, ils reviennent parfois les samedis et dimanches pour aider aux moissons ou récoltes ». J’ai une passion pour les ethnies karen, sans doute parce que j’ai été amenée, par le plus grand des hasards, à donner des cours d’anglais a un groupe de refugiés Karen, originaires de Birmanie. J’ai beaucoup appris à leur contact. Arrivés de la lointaine Mongolie il y a des siècles, ils ont fini par s’établir aux environs du dix-huitième, dans ce qui est aujourd’hui la Birmanie et la Thaïlande. Les Karens se considèrent comme les « fils de la forêt » qu’ils exploitent en la respectant, mais leur avenir est incertain car leur mode de vie est menacé par les différentes politiques forestières et environnementales du gouvernement thaïlandais.  


BLOG  - BLOG  _5927

« Lorsque nos enfants partent à la ville c’est comme s’ils étaient morts pour nous, car ils ne reviennent plus, ou alors ils ont honte de nous » me disait un autre chef de village. En ville, ils sont souvent utilisés pour des travaux méprisés par les Thaïs et on les rencontre sur les sites de construction où ils travaillent jour et nuit dans des conditions plus que précaires. En accueillant un beau-fils « moderne » au sein de leur famille, les parents de Aim ne bénéficieront pas – comme par le passé – de bras supplémentaires pour les durs travaux de la terre. La dot, amassée par Us au cours de ses deux années d’enseignement, constitue donc pour eux une agréable compensation.

Et ceci compensera cela…


18  CANON _6067


BLOG &  _5976

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

{slide=En savoir plus sur Michele Jullian (cliquez ici)}
Qui est Michele Jullian?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …

{/slide}



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!