39 vues

Mêlons nos cultures… avec ce qu’elles ont de meilleur

0

 A l’heure où les débats sur la culture ou les civilisations  font rage, me revient à la mémoire cette phrase de Paul Valery : « Enrichissons-nous de nos différences mutuelles »  J’insiste sur le mot MUTUELLES. Les cultures ne s’enrichissent que s’il y a « échanges », sinon c’est l’une qui « bouffe » l’autre. C’est frappé au coin du bon sens. Le gouvernement chinois, lui, prend ses précautions et trouve que la Chine « s’occidentalise » trop… d’où certaines suppressions d’émissions à la télévision par exemple. S’occidentaliser pour le gouvernement chinois ça veut sûrement vouloir dire se démocratiser (en simplifiant). Vendre à l’occident d’accord, mais ne pas s’encombrer de ses droits de l’homme !

Que sommes–nous prêts à adopter de la culture chinoise ? Deux exemples concrets…mieux que tous les débats idéologiques et soporifiques de 1 heure du matin.

BLOG DSC00061                                                       Dans un “hutong” de Beijing

A l’heure où des jeunes loups rêvent en mandarin…

A l’heure où de plus en plus d’écoliers et d’étudiants français se mettent à l’apprentissage du chinois….

Les chinois influencent-ils nos comportements en France ?

Je ne sais pas si c’est bien que toutes les boutiques de mon quartier qui ferment les unes après les autres soient reprises par des chinois (restaurants, traiteurs, débits de tabac, massages… enfin là, il s’agit plutôt de créations), je ne sais pas si c’est bien que ces nouvelles boutiques travaillent très tard le soir et même le dimanche (parlez des 35 heures à un chinois !!)  Ces nouveaux arrivants que j’apprécie pour leurs qualités de service auront forcément, qu’on le veuille ou non, une influence, bénéfique ou non, sur nos « habitudes », si pas sur notre « culture »

Deux exemples concrets donc sur lesquels nous pourrions réfléchir.

Le premier est celui de mon amie Didi Wang. Je l’ai rencontrée il y a presque 4 ans lors d’un dîner à Kunming au Yunnan, province chinoise du sud. C’était un dîner d’adieu avec mon amie artiste peintre Yangyang, Xiao Miao et Xiao Chen (petit frère Miao et petit frère Chen, mes compagnons de voyage) Yangyang avait également invité sa copine d’enfance Didi. Au cours du dîner, celle-ci me dit « j’aimerais venir à Paris ». « Alors tu viendras me voir ?». Ce qu’elle fit quelques mois plus tard. Nous nous retrouvons régulièrement avec bonheur et la petite étudiante aux joues rouges et rondes de Kunming s’est « occidentalisée » politiquement. Après presque 3 ans, elle maitrise bien le français et suit des cours à l’université. Elle prépare un mémoire sur la psychanalyse. Sujet original : « les artistes méconnus », quel que soit le domaine. (Si vous pensez être l’un d’eux, contactez moi.. elle cherche côté ecrivain) Elle travaille chez un chinois (aide comptable) pour financer ses études… Je lui donne rendez-vous au restaurant « Mian Fan », près de chez moi où elle arrive, prolixe et souriante avec une bouteille de Buzet sous le bras. Bouteille que nous n’ouvrirons pas, contrairement aux habitudes des restaurants de la Thaïlande ou de la Chine où l’on peut se pointer avec sa bouteille de whisky ou de vin. (La seule personne que j’ai connu qui le faisait lorsque je dînais avec lui et Marcel Jullian, c’était Charles Aznavour à l’auberge des Alpilles de Maussane-les-Alpilles où nous avions une maison. Il amenait une bouteille de grand cru pour nous et une autre pour le patron…mais c’était dans une autre vie)

BLOG DSC01043                                 Didi c’est la petite coquine souriante avec des couettes

Didi est intelligente, vive, pleine d’humour. Elle s’est occidentalisée à  la chinoise : en travaillant sans relâche pour payer ses études et apprendre le français en très peu de temps. Elle a attrapé l’esprit critique (très français) vis-à-vis de son pays, et nous pouvons parler du Tibet sans risquer de problèmes. En Chine mieux vaut éviter les 3 T (Taiwan, Tiananmen, Tibet).

2e exemple intéressant. Elle s’appelle Ronghien et travaille dans une petite coffee shop très zen de la rue d’Odessa : VITA IN. J’avais découvert l’endroit il y a un peu plus d’un an et y étais allée deux ou trois fois de suite. Et puis j’avais oublié. En passant devant la boutique hier, je rentre à nouveau et commande des nouilles à base de patates douces… La fille me demande comment je vais. Et puis elle me dit : « je suis contente de vous revoir »… Ah ? Je m’étonne de sa mémoire. Elle me dit se souvenir de moi. « Que boirez-vous ? » j’hésite il y a tellement de jus de fruit frais… alors, l’air de rien elle me suggère : « Vous devriez prendre un jus de mangue. Avec du lait de coco….comme les dernières fois ». Et tout à coup je me souviens m’être régalée de ces jus de mangue exceptionnels. Un an plus tard, elle se souvenait de ça !!! Et puis pour terminer en beauté elle continue : « Vous savez vous pouvez rester ici pour travailler… » Elle s’était aussi souvenue m’avoir vue avec stylo et carnet de notes.

Concentration, mémoire, goût du travail et de la réussite, courage, obstination gentillesse…. On peut prendre un peu de graine et « s’enchinoiser » un petit peu… après seulement on pourra parler de nos cultures.



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!