60 vues

Napoléon ou la destinée, Jean-Marie Rouart

0

napoleon-ou-la-destinee.jpgNapoléon ou la destinée, Jean-Marie Rouart, de l’Académié française 

Ce livre n’est  pas un livre de plus sur Napoléon. Ce à quoi s’intéresse l’auteur, c’est la personnalité de Napoléon, l’étude de
ces petits morceaux de la personnalité impériale qui se nomment destinée superstition, bonne étoile, chance etc.  Jean-Marie Rouart décortique les
réflexions de Napoléon en situation, qu’il s’agisse du politicien, du conquérant, de l’amoureux, du prisonnier.

Napoléon était-il rationnel ? C’est l’une des questions que pose ce livre. Mais, surtout, comment comprendre cette fascination
que le vainqueur d’Austerlitz avait pour sa bonne étoile, sa destinée ?

Enfin l’auteur s’interroge sur les raisons de la fascination, quasi religieuse, que Napoléon suscite encore aujourd’hui :
« Pourquoi ai-je à mon tour contracté la religion de tous ceux qui à travers le monde, le temps et l’espace, continuent de communier dans la vénération d’un personnage qu’on semble
sanctifier alors qu’il ne propose aucun message spirituel, sinon celui d’avoir hissé l’homme à une dimension si exceptionnelle qu’elle suggère l’intervention de la
providence ? 
»

Dans celui qui brûle de dévorer l’avenir, tout est littéraire : « Les hommes de génie sont des météores destinés à
briller pour éclairer leur siècle
 ». Napoléon le dira lui-même : « Certains des faits attestés dans ce rapport sur la mort des deux hommes tiennent du prodige. Il faut en
rattacher la cause soit à des facultés inconnues que l’homme acquiert en des moments uniques, soit à l’intervention d’une intelligence supérieure à la nôtre 
».

Napoléon, ce monument de volonté, est-il fataliste en déclarant : « Misérables que nous sommes, nous ne pouvons
rien contre la nature des choses. Les enfants sont volontaires. Un grand homme ne l’est pas. Qu’est-ce qu’une vie humaine ? La courbe d’un projectile
 ».

L’auteur parle avec justesse du poète de l’action, expression que l’on comprend mieux avec cette phrase de Napoléon :
« Je fais mes plans de bataille avec les rêves de mes soldats endormis ».

Très beau passage que celui consacré à la rencontre entre l’empereur et Goethe. « Rencontre qui, pour l’un comme pour
l’autre ; revêt une grande importance car ils communient dans une même conception exprimée par Goethe « Un grand homme ne peut être reconnu que par ses pairs
 ». Napoléon
s’exprimer ainsi devant Goethe : «  J’ai lu sept fois votre Werther et toujours avec nouveau charme. Je ne vos ferai qu’un reproche ; vous avez représenté Werther poussé au
suicide autant par les chagrins de l’ambition froissée que par sa passion pour Charlotte. Ce n’est pas naturel, vous avez affaibli chez le lecteur l’idée qu’il s’était faite de l’immense amour
que Werther éprouvait pour Charlotte. Il y a là une discordance 
».  Et Goethe d’acquiescer !

Avec cet ouvrage, l’auteur signe une belle méditation …impériale.

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials


>>Voir l’article original…

Partager

A propos de l'auteur

Nous sommes expatriés à Bombay depuis juillet 2008 et nous partageons sur notre blog notre découverte et maintenant notre passion pour l'Inde. Nous regard sur l'Inde est très varié : films, lectures, société, civilisation indienne, les français dans l'histoire de l'Inde, recettes de cuisines, insolite, vie quotidienne, bonnes adresses de Bombay.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!