Tourisme en Croatie

Où aller en Croatie en septembre et en octobre?

Par Sandrine Monllor (Fuchinran), le Sep 14, 2020, mis à jour le Fév 19, 2021 — 16 minutes de lecture
Korcula ville fortifiée médiévale

Votre séjour en Croatie est unique ; notre expertise l’est aussi! Pour mieux préparer vos vacances, consultez le guide voyage Croatie et téléchargez les Ebooks gratuits : conseils pratiques, idées de visites et bonnes adresses.  

 

Vous envisagez un road trip en Croatie ou dans une région croate en particulier et vous vous demandez s’il est pertinent d’envisager un voyage en Croatie en Septembre? La réponse est OUI. Entre la fin de l’été et le milieu de l’automne, un voyage en Croatie s’avère très agréable aussi bien du point de vue du climat que du budget. Le patrimoine culturel, historique, naturel et les événements gastronomiques offrent un éventail d’expériences et de visites riche et varié.


Pourquoi partir en vacances en Croatie en septembre ou octobre?

Pour beaucoup de touristes, la Croatie apparaît principalement comme une destination estivale. Avec ses plages, ses criques aux eaux translucides, ses jolies stations balnéaires et ses nombreuses îles parsemées tout au long de la côte Adriatique, elle s’est forgée une réputation grandissante auprès des Français depuis une dizaine d’années. Pourtant, il serait réducteur de la limiter à ces atouts.

Vous vous demandez probablement où aller en Croatie en septembre et en octobre en particulier? Toutes les destinations et régions conviennent surtout le bord de mer, avec un climat clément. Même celles du nord et de l’est n’ont pas encore subi l’arrivée des premiers frimas. L’expérience n’a rien à envier la période très (trop?) touristique que constituent les mois de juillet et août. Au contraire ! Elle n’a presque que des avantages.

Quand l’automne débute et s’installe, toutes les régions se parent de couleurs mordorées, rougissantes, oranges et jouissent d’une luminosité vraiment exceptionnelle. Malgré une durée de jour plus réduite qu’au printemps et en été, l’après-saison offre de belles journées. La chaleur est moins éprouvante qu’en juillet et en août et le climat se prête mieux aux randonnées.

Les températures entre mi septembre et mi octobre sont encore assez clémentes, la baignade toujours envisageable. Seules les liaisons d’avion, de bus et de ferry sont moins nombreuses. Quant au coucher du soleil précoce (vers 17h40 à la mi octobre), il induit un plus long temps de visites nocturnes.

Chaque région révèle le meilleur de son terroir lors des vendanges, des fêtes du vin, de la fin des travaux agricoles et des préparatifs pour affronter l’hiver. Que vous choisissiez les sites et villes croates incontournables, ou ceux plus confidentiels, c’est une excellente période pour découvrir les charmes et les traditions gastronomiques de ce petit pays, partagé entre influences méditerranéennes et balkaniques. Peut-être la meilleure.

Le budget d’une semaine de vacances en Croatie en septembre et octobre peut être jusqu’à 40-50% moins cher qu’en haute saison. Les prix des hébergements, des vols, des voitures de location et des visites de parcs sont plus avantageux voire économiques.


L’Istrie en automne, terre de saveurs et de couleurs

Si vous vous demandez pourquoi et quand aller en Istrie?, l’Istra est belle en toutes saisons, et ce ne sont pas les Istriens qui vous diront le contraire Si vous leur demandez quelle est la meilleure saison pour visiter l’Istrie ?, la plupart vous répondront l’automne.

Préférez-vous des vacances en Istrie actives ou plus reposantes? Tout est possible. La taille réduite de la péninsule d’Istrie (90 km) permet de la parcourir en voiture, en bus, facilement et rapidement et pourquoi pas en vélo?! Entre l’Istrie bleue, littorale, qui a retrouvé sa tranquillité, l’Istrie verte, où la vie est rythmée par les travaux agricoles, dans les oliveraies et dans les vignes et les fêtes gourmandes et l’Istrie rouge et grise, réputée pour ses truffes, elle est à elle seule un arc en ciel en Croatie.

On retrouve logiquement cette variété jusque dans l’assiette, dès qu’on déguste les charcuteries, les fuži , pâtes typiques à la truffe blanche, l’istarska jota, un ragoût végétarien, le carré de porc à la polenta, ou tous les poissons et autres poulpes ou calamars grillés ou marinés. D’ailleurs, la gastronomie et cuisine istrienne est l’une des principales fiertés de cette région, petite par la taille, mais riche et grande par ses saveurs.

En choisissant un vol vers Pula, vous passerez forcément par la capitale régionale, dotée du deuxième plus grand amphithéâtre romain d’Europe. Hélas, sur le plan économique, les célèbres anciens chantiers navals Ulijanik, désormais en faillite sont le symbole d’une industrie navale crépusculaire. Mais une balade sur le vieux port, la visite du centre historique de Pula, de l’ancien temple greco-romain, des divers vestiges et du musée archéologique chassent ces tristes réalités. Chacune rappelle vite le rôle déterminant de la ville depuis l’Antiquité. Une excursion organisée vers l’archipel des Brijuni, est l’occasion pendant quelques heures de conjuguer balade en bateau, en petit train et découverte des vestiges romains, du zoo et de l’ancienne résidence d’été préférée de Tito.

rovinj rovigno

A Rovinj, petite cité médiévale au charme fou, révèle ses impressions vénitiennes. Vous prendrez encore mieux conscience de la palette des couleurs de l’Istrie. Sur les bords de l’Adriatique, cette ville aux façades colorées semble faire rimer quotidien et dolce vita. Flânez dans ses ruelles, attablez vous à l’une des nombreuses terrasses de cafés et la magie opère. Idéalement située au centre de la presqu’île, elle constitue un très bon point de chute pour sillonner entre les diverses zones de la région.

A l’intérieur des terres, empruntez la route des villages perchés sur leurs collines et entourés de vignobles : Motovun, le plus touristique, Labin, Groznjan, Buzet racontent l’histoire médiévale à travers leurs vielles pierres. Tous fournissent également une opportunité de s’installer à la table d’une auberge ou d’un agrotourisme pour déguster les spécialités régionales typiques.

motovun village médiéval d'istrie verte

Les îles du Kvarner, méconnues mais charmantes en septembre et octobre

Le golfe du Kvarner entre mer et montagne est souvent dans l’ombre de la Dalmatie et de l’Istrie qui ont les faveur de la majorité des voyageurs. Mais ses îles gagnent à être connues : Cres, Krk, Losinj, Rab sont les plus connues et toutes sauront vous garantir de belles vacances automnales.

L’île de Losinj est un havre de paix verdoyant pour ceux qui recherchent une pause pour recharger les batteries après la rentrée.

Alors que la réserve ornithologique de Cres s’endort progressivement, la petite capitale Cres retrouve ses airs de port de pêcheurs. Le hameau de Lubenice révèle l’esprit pittoresque et médiéval de l’île et recèle l’une des plus belles baies de la région.

Quant à l’île dorée de Krk, elle profite du calme après l’agitation de l’été. Outre les baignades dans des criques agréables à Baska et Punat, les randonnées, vous apprécierez la visite de la ravissante capitale Krk gardée par son ancienne forteresse. A Vrbnik, les habitants célèbrent les traditions autour d’un  vin “noble”  qu’on ne trouve nulle part ailleurs : le zlahtina.

Où aller en Croatie en septembre et en octobre? 1

Les lacs de Plitvice en octobre ; un joyau naturel multicolore en Lika

Dans la région centrale de Lika, parsemée de forêts et des massifs des Alpes dinariques dont le Velebit, se trouve l’un des plus beaux sites de Croatie : le parc national de Plitvice, classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979. Facile d’accès depuis les aéroports de Zadar et Zagreb, il est situé près de Korenica sur la voie blanche de la Via Dinarica, route de treks créée en 2010 pour faire découvrir les trésors naturels peu ou pas connus dans les Balkans de l’ouest.

Des lacs enchevêtrés les uns aux autres se sont formés au cœur des montagnes. Le travail du travertin, sorte de calcaire, au contact des rochers a donné lieu à la formation de multiples chutes. La plus grande atteint 76 mètres.

Les chutes et lacs de Plitvice sont enserrés dans un gouffre et se développent autour d’un canyon entouré par une végétation luxuriante et des forêts denses. Leur magie opère toute l’année, mais Plitvice en automne est encore plus beau, quand les couleurs des feuillages se teintent progressivement de jaune, rouge et orangé, jusqu’à ce que les arbres se dépouillent et s’endorment pour affronter l’hiver glacial.

S’il y a peu de chances que vous y croisiez des ours bruns, le symbole de la Croatie, des loups ou des lynx, il suffit de parcourir les divers sentiers et s’enfoncer dans la forêt pour imaginer leur royaume. Et pour les plus curieux, un petit détour par le refuge des ours de Kuterevo sera peut-être l’occasion de rencontrer pour la première fois des ours quasiment comme dans leur environnement naturel ! Comme pour le parc de Krka, dont les accès complets sont ouverts jusqu’au 15 octobre, mieux vaut privilégier le début du mois d’octobre pour profiter au maximum des parcs nationaux et naturels.

Bien que Plitvice soit le joyau de la région et l’un des plus remarquables parcs nationaux croates, il serait dommage de ne pas profiter d’un séjour dans la Lika Senj et le Gorski Kotar pour profiter de la nature généreuse, des montagnes et des grands espaces du parc national de Velebit, moins touristique, mais non moins beau.


L’arrière-saison en Dalmatie : une synthèse de la Croatie sans trop de touristes

Avec l’Istrie, la Dalmatie est la région touristique qui se prête le mieux à un séjour en toutes saisons. Les guides de voyage ont coutume de dire (à raison) que la Dalmatie est la région la plus variée et une sorte de condensé de la Croatie. Néanmoins, la fin de l’été et le début de l’automne sont les périodes mettant le mieux en valeur ses villes et villages, ses parcs naturels et nationaux et ses îles.

Dubrovnik Plage de banje

Les très touristiques Dubrovnik et Split n’ont pas besoin de promotion et se suffisent à elles-mêmes pour convaincre les voyageurs de s’y rendre lors d’un court ou long séjour, d’autant qu’elles sont desservies régulièrement par les vols entre mars et octobre. Elles ne connaissent pas l’affluence dissuasive de l’été, en dehors des journées où débarquent par flots de 4000 personnes les croisiéristes. Split ou Dubrovnik en octobre ? Le meilleur choix possible, probablement, puisqu’on peut encore se baigner et visiter la vieille ville, sans trop de monde, sans les tempêtes hivernales et pour un budget plus attractif qu’en haute saison. Les idées de visites aux environs de Split sont nombreuses et le plus dur est encore de choisir quelles sont les excursions à privilégier?!

Les jolies villes de Zadar, Sibenik, Trogir et Makarska sont aussi plus calmes, ce qui ne retire rien à leur charme. Elles conservent une animation plaisante au moins jusqu’au milieu de l’automne grâce à leurs terrasses de cafés et de restaurants. Outre Trogir, dont le charme est plus évident que Split, ma préférence s’orienterait vers Zadar vers laquelle on trouve des vols pas chers depuis Paris. Comme la confidentielle Sibenik, cette petite ville antique fortifiée profite de sa proximité avec Sibenik, éventuellement Trogir et Split, et avec la région de Lika, où se trouve Plitvice. Elle constitue un point de chute stratégique lors d’un séjour en étoile et s’avère pratique pour créer un bel itinéraire en Dalmatie du nord en voiture ou en bus. La visite de Zadar et le spectacle du coucher de soleil fabuleux au son des orgues marines

orgues marines au coucher du soleil à zadar

Les plus belles îles dalmates, y compris Brac, Hvar ou Korcula, très fréquentées en été, retrouvent l’authenticité que le tourisme peut leur retirer. Dans l’esprit d’un séjour d’île en île, vous pouvez rayonner depuis une île comme Korcula vers Mljet et la très belle presqu’île de Peljesac, où je vous conseille une randonnée et ascension du point culminant de Sveti Ilija pour découvrir un panorama sur les îles environnantes. Les trois présentent les mêmes avantages, comme Hvar, d’où l’on peut rejoindre Split, Makarska, Brac, l’île de Vis et Korcula.

L’île de Mljet est très ressourçante, car son parc national garde la végétation verdoyante de ses pinèdes, comme l’île longue de Dugi Otok, en Dalmatie du nord. On se croirait presque seul au monde dans les criques sauvages, dont l’eau a une couleur sublime. Les habitants reprennent le chemin de la pêche quotidienne et ce sont les meilleures conditions pour expérimenter l’art de vivre insulaire.

crique de mljet

Et si comme moi, vous êtes amateur de vins, l’automne est parfait pour s’adonner à l’oenotourisme en Dalmatie du Sud, surtout sur la presqu’île de Peljesac au domaine Marlais (francophone) par exemple, sur l’île de Korcula dans le village de Lumbarda, et à Supetar sur l’île de Brac, où se déroule le festival de la vigne et du vin Varenik célébrant les vertus et les traditions autour de ce vin autoctone.


La Croatie centrale entre Zagreb et les châteaux médiévaux

La Croatie est trop souvent injustement réduite à sa façade maritime. Les touristes en oublient que c’est aussi un pays à dominante continentale. La Croatie Centrale en est le cœur historique depuis le Moyen-Âge.

La capitale croate Zagreb dévoile des influences éclectiques ; reflets des siècles, des dominations et d’une sorte de juxtaposition de leurs héritage. Au pied de la médiévale et baroque ville Haute, Kaptol organisé autour de la cathédrale et de ses fortifications et la ville Basse dominée par l’architecture héritée de l’empire d’Autriche Hongrie se déploient, tandis que la ville neuve en périphérie se veut un modèle de l’idéal communiste yougoslave.

Zagreb Théâtre national croate

Chaque jour, se déroule jusqu’à 14h le marché sur l’esplanade de Dolac. Surnommé le « ventre de Zagreb », c’est selon moi l’attraction immanquable de la ville (bien plus que le musée des coeurs brisés et l’oeil de Zagreb) et la meilleure raison d’y aller ! Jusqu’au mois d’octobre, les gardes du régiment des Cravates (emblème de la ville et du pays) défilent aussi et leur relève représente l’un des moments attendus des touristes.

Autour de Zagreb, tout un environnement de champs, vers l’Est, de collines, de forêts, de monts vers l’ouest du côté du parc naturel de Samobor et vers le nord, permet de s’évader à la campagne, en moins d’un quart d’heure.

Malgré le départ des cigognes, qui ont contribué à la réputation de Cigoc, le village européen des cigognes, le parc naturel de Lonjsko Polje à 90 km à peine, est une réserve animalière fabuleuse fondée le long de la rivière Sava. Les maisons de bois ont une architecture typique et unique, liée aux caprices du fleuve, qui connaissait de violentes inondations et obligeait à déplacer rapidement les bâtisses. Il s’agit d’un coin « hors du temps », ancré dans ses traditions et sans équivalent.

Les petites villes typique comme Samobor, Varazdin, Bjelovar peuvent s’associer aux plus beaux châteaux médiévaux et Renaissance de Croatie centrale : le romantique château de Trakoscan bordé par un lac au cadre enchanteur, Varazdin, Veliki Tabor, perché sur son promontoire. Autant d’idées de visites pour se familiariser avec la Croatie centrale.

Chateau Trakoscan en Croatie centrale

La Slavonie en Septembre : une terre authentique et de traditions

Il n’y a pas meilleurs mois que septembre et octobre pour découvrir la Croatie orientale. Bien sûr, on peut visiter Osijek, sa capitale, Slavonski Brod et Vukovar, la ville martyr de la guerre d’indépendance de Croatie, où l’on trouve plusieurs symboles comme le château d’eau détruit et le mémorial et le cimetière dédié aux victimes. Mais ce qui fait son attrait, c’est sa terre d’abondance.

La Slavonie Baranja dans la plaine danubienne est une région rurale, considérée comme le « grenier à grain de la Croatie ». Peu voire pas touristique, elle n’est pas moins intéressante quand on apprécie l’ ethnotourisme, l’agrotourisme et l’écotourisme, le folklore et les traditions.

Avec l’Istrie et la Dalmatie, elle compte quelques unes des routes des vins croates les plus connues, notamment autour de Daruvar. Randonner sur les sentiers près des vignobles à pied ou à vélo est fort agréable.

C’est sur ces terres aussi que l’on trouve les poivrons et paprikas, véritables trésors de la gastronomie slavone, à ce point qu’on les retrouve dans les spécialités les plus connues comme la fis paprikas, la « boullabaisse » régionale, et le kulen, un saucisson qui est un peu un mélange entre salami et chorizo. Les poivrons sont transformés à la fin de l’été et au début de l’automne pour fournir la poudre de paprika, les poivrons séchés, marinés au vinaigre blanc ou en conservés dans l’huile, le ajvar, l’or rouge des Balkans, condiment préféré des croates à base de poivrons et d’aubergines.

Poivrons en Baranja slavonie

Dans de nombreux villages, des fêtes populaires célèbrent les produits du terroir à l’occasion de marchés gourmands et artisanaux, de spectacles folkloriques. Partout fleurissent les guirlandes de paprikas, d’ail, de tomates en guise de décoration. Des événements conviviaux comme les journées des pêcheurs à Kopacevo, près de Bilje, rappellent aussi combien les Slavons vivent de l’agriculture et de la pêche dans les rivières, affluents du Danube comme la Drava, la Mura. Des hommages pour célébrer ces ressources précieuses, qui font la richesse des habitants, malgré la relative pauvreté de la région, si l’on omet son agriculture vivrière.


Vous l’aurez compris, la Croatie en septembre et en octobre est pleine de promesses de visites et d’expériences. Si l’occasion vous est donnée de la parcourir à chaque saison, vous constaterez comme moi que l’automne est sûrement la période qui réserve les émotions les plus variées et des conditions de découverte favorables.

Vous apprécié IDEOZ? Partagez avec vos amis!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sandrine Monllor (Fuchinran)

Je m’appelle Sandrine Monllor. Historienne et anthropologue de formation, j’ai créé IDEOZ, guide de voyage, culturel et culinaire dédié à l’Europe et à vocation communautaire. Curieuse de tout, voyageuse routarde et gourmande, qui fonctionne uniquement à l'instinct sans jamais préparer mes voyages, j'accompagne paradoxalement les voyageurs dans leurs préparatifs de séjours en Europe centrale, orientale et balkanique. Depuis plus de 10 ans, j’essaie aussi de faire de ce projet mon métier en partageant conseils et expériences et de préserver un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Me contacter par mail?

4 réponses à “Où aller en Croatie en septembre et en octobre?”

  1. Circuit de 9 jours en Croatie en octobre

    Bonjour, fin octobre je compte me rendre avec mon fils de 18 ans une semaine en Croatie. Que pensez vous de mon circuit ? Et vaut-il mieux arriver à Zagreb ou Zadar ? Merci pour vos réponses !

    CIRCUIT prévu en Croatie

    9jours : 1 nuit au lacs de Plitvice, 4 Nuits à Split, 2 Nuits à Dubrovnik Jour 1 – Arrivée Zagreb 12h35 visite de Zagreb récupérer voiture de location au comptoir de l’aéroport, direction Rakovica, aux environs du parc national des lacs de Plitvice. Le trajet est d’environ 2h.

    Nuit à Rakovica (au parc) – House Ivana

    Jour 2 – Le parc national des lacs de Plitvice. Après visite, route jusqu’à Split.
    Compter 2h30. Nuit à Split Jour 3
    – visite Split . Nuit à Split

    it Jour 4 – Excursion autour de Split – île de Hvar -Nuit à Split

    Jour 5 : Excursion autour de Split – parc national de Krka conjuguer la visite du parc de Krka et celle de la ville de Sibenik, située à une dizaine de kilomètres du parc.

    -Nuit à Split

    Jour 6 : Excursion autour de Split : Trogir Le soir départ pour Dubrovnik. 3h15mn de route 356km Nuit à Dubrovnik

    Jour 7 et 8 – Visite Dubrovnik.
    Nuit à Dubrovnik

    Jour 9 : Dimanche – Départ Barcelone

  2. 4 Jours en Croatie en septembre ; un voyage très réussi

    Hello tout le monde !

    Je voulais vraiment remercier le groupe et surtout la modératrice qui donne de très précieux conseils !

    Etant donné tous les bons tuyaux que j’y ai trouvé, je voulais vous faire un petit retour qui j’espère pourra aussi aider d’autres personnes comme moi !

    Je n’ai eu que très peu de jours en Croatie (4j plein et 6j avec le voyage mais je suis arrivée tard et je repartais relativement tôt).
    Je vais vous donner mon avis de « je dois en voir le plus possible en peu de temps » « je déteste les touristes » « rando niveau moyen » « panoramas magnifiques ».

    La Croatie en septembre ?

    Points négatifs : Le coucher de soleil commence à 19h, donc si vous roulez dans les montages, vous loupez de superbes panoramas, de plus vous ne profiterez pas tard de la mer/piscine (je trouve que ça se refroidit vite).

    Points forts : niveau touristes on s’en sort bien ! De plus moi je suis du matin, à 6h30 il fait déjà lumineux.

    J1 : arrivée à Zadar assez tard.

    J2 : Virée dans les îles kornatis avec Ivan (skippers recommandé) : il est vraiment super sympa, il parle bien anglais, les paysages sont magnifiques. On fait une première pause sur une des îles, on peut grimper une colline, panorama absolument superbe sur les îles. 2eme pause : snorkling dans une baie turquoise : absolument dingue ! Ivan jette du pain aux poissons du coup ils se regroupent autour de vous, c’est magique ! 3eme pause : dîner et puis soit balade/bronzette/nager… Le point fort : les paysages, le point négatif : je ne m’attendais pas à rester aussi longtemps sur le bateau, j’aurais aimé faire plus de randonnées. En relisant les descriptifs des skippers peut-être que David aurait été plus conseillé pour moi mais vraiment aucun regret, c’est clairement à faire ! J
    Au soir : 2h de voiture pour aller à Plitvice.

    J3 : Plitvice. Magnifique, j’en suis tombée sous le charme, magique !
    Je m’étais beaucoup renseignée sur plitvice sur internet, j’y ai appris que l’entrée 2 était moins prisée par les touristes au matin que la 1, donc j’ai commencé Plitvice par l’entrée 2, sentier E : et là… WOUAW dingue ! Sur ce sentier il n’y a quasi pas un seul touriste à 8h30 du matin ! J’avais des cascades pour moi seule ! Pendant facilement 1h/1h30 j’étais tranquille sur les sentiers, je pouvais m’arrêter, flâner… De plus ce sentier magique ! Je suis redescendue par le H au lieu de prendre le bus, on y découvre 2 ou 3 cascades inédites mais on y loupe le début du sentier E qui est magnifique ! Une fois au niveau des cascades inférieurs, j’ai suivi le sentier H/F, à un moment vous pouvez vous écartez des sentiers et monter dans une grotte, faites le ! Vous avez une vue de très haut sur les cascades, c’est absolument magnifique ! J’ai rejoins l’entrée 1 et les sentiers A/B/C pour arriver à la « big waterfall », repartir par les chemins A/B/C et voir en bas ce que vous avez vu de haut. Magnifique !!

    Tout ça pour 13,6km.

    Si j’ai qu’un seul conseil pour vous : le sentier E tôt au matin et toute la vue sera rien qu’à vous ! (Et d’avis commun, après avoir fait tout ça, le sentier E reste le préféré !).

    3h de voiture pour aller à Sibenik.

    J4 : La plage de Murter au matin, magnifique ! Si vous y allez j’ai qu’un seul conseil, en regardant la plage, à droite vous avez une petite colline avec un petit sentier de randonnée, En 10min maximum vous êtes en haut et vous avez une vue incroyable ! Par contre ayez de bonnes chaussures ! Nombreux petits cailloux, sentier glissant.

    Ha autre détail, si vous avez des enfants, rester sur la plage principal, en allant sur la petite « île » vous tomberez sur énormément de nudistes !

    L’aprem : visite de Sibenik, il y a la forteresse Saint Michel : il faut payer 10 euros pour la visiter, si vous n’y allez que dans ce but, c’est très cher pour ce que c’est, il n’y a pas grand chose à voir dedans… Par contre la vue sur la ville/canal est splendide et vaut le détour ! Vieille ville sympathique, charmante.

    J5 : je voulais aller à krka mais comme nous devenions pas mal limité niveau argent, on voulait faire qu’une entrée et pas tout le parc (de plus on avait que 3h devant nous… ), cependant en arrivant sur place, pas moyen de payer qu’une seule entrée, la dame nous a dit qu’on était obligé de payer tout le parc si on voulait rentrer… Donc on a laissé tomber. J’ai été à la place au canyon de Cikola, panorama magnifique ! Si vous y allez avec google, vous tapez « canyon de Cikola », ils vous amènera sur un pont au point le plus bas, en suivant la route, vous finirez par trouver un parking (avec un panneau vous disant que c’est un point pour faire de la tyrolienne), si vous y allez à pieds, il y a un sentier de randonnée de 2,6km qui vous permet de descendre dans le canyon, c’est vraiment beau ! Cependant j’ai trouvé le chemin un peu dangereux, bonnes chaussures recommandées et je n’y emmènerai pas des enfants !
    L’aprem : j’ai voulu aller visiter la forteresse Saint Nicolas, sur la vue du haut, vous voyez un sentier, donc logique de penser qu’on peut y aller à pieds, mais non, une fois sur place vous devez faire demi-tour car il est interdit d’y rentrer, on est obligé de payer le bateau si on veut aller à l’intérieur. Si vous êtes dans le coin, ça reste beau à voir mais ça ne vaut pas un gros détour !

    J6 : jour du retour, je voulais voir le lac de Vrana 1h, du coup j’y ai été avec google, le point auquel ils vous emmènent, vous ne pouvez pas y aller… Puis on a voulu suivre la « réserve ornithologique » on s’est perdu dans des sentiers très difficile à pratiquer en voiture, on a du rebrousser chemin sinon on allait être en retard pour prendre l’avion… Donc si vous y allez, chercher une adresse correcte ha ha !

    Donc j’ai pas eu le temps de faire tout ce que je voulais, ça me fait une bonne excuse pour revenir !
    J’espère que mes conseils aideront certains !
    Bonne fin de journée/bonnes vacances

  3. Bonjour à tous, la Croatie à partir de mi octobre avec 2 enfants en bas âge. Une bonne idee? Comment se déplacer la bas? Merci par avance pour vos conseils.

    • Bonjour Anna,
      Je ne comprends pas la question sur la bonne idée?…. En soi, si vous avez pensé à mi octobre c’est que cette période vous convient,non? Déjà, dans la période qu’on vit, on ne sait pas ce qui va se passer en septembre, donc il est important d’attente vraiment avant de dire si c’est ou pas une bonne idée.

      Ensuite mi octobre, il y e encore des gens qui se baignent, donc si l’idée est de se baigner, malgré la fraîcheur de l’eau, c’est envisageable.

      A la mi octobre, la durée du jour est de plus en plus courte, donc la nuit tombe très vite ; le soleil se couche à partir de 17h-17h15 (17h45 il fait nuit). La plupart des parcs ont réduit leurs accès mais sont encore accessibles (Lozovac, pour Krka, Entrée 1 et ses sentiers pour Piltvice, les Kornati, si le temps le permet, donc pas de départs quotidiens). Ce sont les contraintes de cette saison là. Cela impacte les temps possibles de visite, d’autant que les heures d’ouverture sont plus réduites. Mais cela n’empêche pas de visiter, il faut simplement mieux optimiser et accepter de visiter de nuit.

      La période ne change rien au mode de déplacement, mais rien ne vaudra la voiture, d’autant que la voiture de location sera au prix de la basse saison a priori. Sinon en Croatie, la question ne se pose pas vraiment pour les transports en publics, car ils se réduisent rapidement aux bus et aux ferrys. On oublie le train.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *