42 vues

Relation sans mot…. ou « Lost in translation »

0

 

J’ai toujours aimé parler dans une autre langue en plus de la mienne, ce n’est pas que je n’aime pas le français, c’est même la langue la plus belle et la plus limpide au monde pourvu que l’on sache s’en servir. Ce n’est pas pour rien qu’elle fut longtemps la langue des diplomates.

Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.

“Selon que notre idée est plus ou moins obscure,

“L’expression la suit, ou moins nette ou plus pure

“Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement

“Et les mots pour le dire arrivent aisément

 Il n’y a pas plus pure merveille que ces vers de Boileau. C’est lui qui a dit aussi « Sur le métier remettez cent fois votre ouvrage »

J’aime parler une autre langue parce que c’est la porte d’entrée sur la culture d’un pays, sa compréhension aussi. Parler plusieurs langues ne rend pas plus intelligent ou meilleur – il y a des cretins trilingues – mais ça rend plus « souple d’esprit » (important lorsqu’on vit dans un pays etranger), et ça apprend la relativité. C’est aussi une bonne gymnastique pour les neurones.

J’ai connu il y a quelques années un retraité français et sa petite amie Lissu. Il ne parlait ni anglais ni thaï, encore moins Lissu. Il se moquait de mon assiduité à étudier le thaï. « Moi et ma chérie on ne parle pas mais on se comprend n’est-ce pas ma chérie ? » demandait-il dans un grand éclat de rire plutôt séduisant à  la petite qui aurait pu être sa petite fille. La petite mignonne disait oui à tout, pardon, elle avait appris à balancer la tête de bas en haut. Des gestes pour une nuit, d’accord, mais pour la vie ? Il a épousé sa « petite » la bien-nommée. Elle l’a amené au village, quelque part au-dessus de Paï. Il a acheté le terrain réclamé par le beau-père (là, il y avait un traducteur). La petite a été très vite enceinte. Le bébé est né. Une petite fille dont – je l’appellerai Philippe – est tombé fou amoureux. « Je vais l’élever comme ça et comme ça »… sauf qu’après quelques mois, les deux « petites » sont retournées dans la famille Lissu et la fille a dit à Philippe : «  tu auras juste un droit de visite » (qu’il est encore en train de négocier dans une officine d’avocats). Philippe a perdu ses illusions. Alors il paye pour une femme qui est partie et pour un enfant qu’il pleure. Il a perdu son sourire et il est au bord de la dépression, il croyait tellement à sa « relation sans mot ».

Andrew Biggs, australien très connu en Thaïlande – il est dans tous les médias thaïs –  raconte dans le magazine « Brunch » d’hier, l’histoire d’un copain thaï qui hésitait à se marier à cause du « kha sin sot », traduit crûment en anglais par « bride price », le prix de la mariée. Pas très élégant. En thaï, c’est « la valeur de la fraîcheur » qu’on pourrait traduire aussi par le «  prix de la virginité », « sot » voulant aussi dire « célibataire ».

« Tu achètes ta femme  alors ? demande Briggs qui était plus jeune à l’époque de cette anecdote.

« Non, je lui « offre » de l’argent, c’est diffèrent, pas pareil du tout » répond Vichien (en pensant, « ces farangs ne comprennent rien »)

« En quoi exactement consiste cette dot ? »

« De l’argent et de l’or. »

« Combien ? »

« Ca dépend… 100 000 Bahts ou beaucoup plus.”

« Mais tu ne les as pas…. »

« Justement, j’allais te les emprunter… »

« Pas question. »

« Mais c’est juste un emprunt je te les rendrai après la cérémonie. »

« Ah oui et comment ? »

« La mère de ma femme me rendra l’argent aussitôt la cérémonie terminée. L’argent c’est pour le show. »

« Et si elle garde l’argent ? »

« Impossible, elle serait considérée comme quelqu’un d’avare et elle sait que j’ai emprunté. »

« L’argent est donc toujours retourné ? »

« Souvent, pas toujours. De toute façon il n’est pas destiné à être utilisé, c’est juste pour la « face », à la limite ce n’est pas du « vrai » argent. »

Ah ! Pas du vrai argent ! Mais pas une vraie virginité non plus !!

Fond d'ecran

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin | Settlement Statement



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!