42 vues

Vendre son corps mais pas son âme…

0

 

Les chiffres du chômage en Thaïlande font rêver (pour autant qu’ils soient exacts) : 0,6 % en septembre contre 0,7 % au mois d’août. Pour une population active de 39,8 millions. Mais il faut se placer dans le contexte. Les patrons des petites entreprises (bars, restaurants, salons de coiffure, salons de massages etc…) tout petit commerce – et le petit commerce CEST LA VIE en Thaïlande –  ne paye pas de charges sociales. Les employés sont « mobiles ». Dans les deux sens. Autant parce qu’on les congédie facilement qu’eux ont la bougeotte. En contrepartie, toute personne est libre d’ouvrir un petit business sur la rue, sur un terrain vague… les terrains inoccupés n’existent pas à Chiang Mai, chaque emplacement est aussitôt occupé – définitivement ou  provisoirement –  pour des fringues, du café, des massages, de l’artisanat, un restaurant mobile sur cantine à roulettes. La nourriture en Thaïlande c’est à toute heure du jour ou de la nuit. Si on dispose d’une pièce dans la maison, on peut offrir les services de « laundry », lavage, repassage. Dans la succursale de ma banque au coin de mon soï, une succursale grande comme un mouchoir de poche, il y a le staff habituel plus un gardien qui ouvre la porte et appuie pour vous sur la machine qui distribue les tickets d’attente avec numéro. Ben oui, y’a 3 guichets !

Tout le monde ici « se débrouille ». Certains s’improvisent guide, chauffeur, intérim sur chantiers. La dame pipi dans les toilettes d’autoroute ou de stations-service, vous tend le PQ à  l’entrée. Aucune aide au chômage. De la pure débrouille, de l’imagination, du culot, de l’esprit d’entreprise, du courage… du « maï pen raï »* aussi…Pas forcément de la persévérance car il existe une telle « liberté » dans le travail que  si on le perd d’un côté on en retrouve assez vite de l’autre.

J’attends les jugements péremptoires. Quoi ! Pas d’aide ! Pas de sécurité ! Non ! Jamais d’argent sans contrepartie. Ceux qui ont du sang chinois sont « entrepreneurs », plus souvent patrons qu’ouvriers, mais la réussite exige 12/15 heures de travail par jour. Ou plus. Les thaïs/thaïs sont plus facilement fonctionnaires – karadjakarn – pour la sécurité de l’emploi et pour la retraite, (les seuls qui en recoivent) Laquelle se présente sous deux formes : (et c’est là où l’on reconnaît l’esprit commercial de l’Asie) soit une somme forfaitaire globale et définitive en fin de contrat (correspondant au grade et à  l’ancienneté), pactole qui permet d’ouvrir un petit commerce… soit une petite retraite pour le reste de la vie.

Les jeunes en Thaïlande sont ingénieux s’ils veulent se payer le dernier IPhone ou IPad. Bien sûr il y a la prostitution, mais ce mot n’a pas cours officiellement. Il y a des filles et des garçons qui, dans les bars, proposent des « short times »  et gagnent plus que les profs d’université s’ils sont courageux. Il y a les petites mignonnes des restaurants, des boutiques de malls, des hôtels ou des supermarchés qui demandent joliment et gentiment le numéro de téléphone des farangs seuls, « Tu es libre ce soir ? » « On peut diner ensemble ? » et si le farang est gentil il deviendra une sorte de « régulier » et la fille proposera éventuellement et ingenument une “petite sœur” qui a besoin d’argent ou une cousine, sans qu’aucun lien autre que la liberte choisie ne soit créé.

Juger un pays sans connaître le contexte et lorsqu’on perçoit : aide au logement, aide scolaire, aide familiale, allocations familiales, allocations chômage, sécurité sociale, chèques vacances, chèques restaurants,  retraite… (.ET LES IMPOTS QUI VONT AVEC BIEN SUR) serait inconvenant. Mais les choses sont-elles en train de changer ?

Voilà pourquoi les thaïlandais modestes croient les farangs riches : « ils touchent de l’argent même lorsqu’ils ne travaillent pas ». Et si je mens que j’aille en enfer !


Blog 2426

 

* sorte de philosophie basee sur “finalement rien n’a vraiment d’importance”, “quest-ce que ca peut faire”

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!