233 vues

Thaïlande : la fierté d’être un pays libre ; « Vous n’aurez pas, ma liberté de penser »

0

De quoi les thaïs étaient-il ou – sont-ils encore ? – le plus fiers ? Faites un sondage, le consensus est général : « Nous sommes un peuple libre. Jamais colonisé. « Meuang thaï » (เมืองไทย) = « pays libre ». Libre de quoi ? Je demandais, curieuse. « Euh… » C’est là où les choses commençaient à se compliquer, et je n’ai jamais pu obtenir de réponses précises à cette question précise, tant cette notion de liberté était si évidente, qu’il n’était pas nécessaire d’en faire une liste exhaustive.


BLOG - 1 -9840

Jarre de terre cuite,avec de l’eau fraiche, mise a la disposition des visiteurs dans toutes les maisons traditionnelles

A les regarder vivre et rire, je me disais que leur sens de la liberté paraissait simple, voire primaire, et  en fin de compte, pas si négligeable que cela. Se retrouver en famille. Aller ensemble au temple. Monter à 10 ou à 15 dans un pick-up pour visiter tous les sanctuaires bouddhistes de la région. Prendre une cuite dans un bar avec des copains. Danser aux fêtes traditionnelles. Manger à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.  Déambuler dans les « shopping malls » et même dans les « Lotus » (ces supermarchés genre Auchan)  et tiens ! même dans les Auchan, depuis qu’ils se sont installés en masse dans le pays… la journée entière. Juste pour regarder…. si pas pouvoir acheter. Juste pour prendre le frais dans l’air conditionné… si pas d’air conditionné à la maison, ou simplement électricité trop cher… Libre d’aller dans m’importe quel restaurant avec sa propre bouteille de whisky sous le bras. Libre d’attraper des animaux ou insectes dans la forêt. Libre de pêcher dans n’importe quel cours d’eau, lac ou étang, de cueillir les fruits et baies sauvages qui poussent, eux aussi, en liberté. En poussant un peu plus loin l’investigation, ce sens et ce goût de la liberté, on les retrouve chez presque tous les hommes thaïs dont on sait l’irresponsabilité ancestrale en ce qui concerne  les devoirs conjugaux. Combien de « farangs » mariés à des thaïes élèvent le premier enfant d’un « mari » volage ? Et combien de femmes thaïes élèvent, seules, leurs enfants, abandonnées par un mari irresponsable, infidèle, ou simplement préférant la compagnie de copains dans les bars ? Ou trouvant plus d’agrément, escortés de jolies hôtesses, toujours à la recherche d’un « protecteur », d’un « sponsor », ou d’un « mari », provisoire ou définitif ? A la condition de – non pas « si affinités », mais « si ressources suffisantes ». Le côté pratique l’emporte toujours sur le côté romantique en Thaïlande. Après tout, « L’amour ne fait pas manger » comme dit le proverbe. « Ils sont élevés comme ça » disent les mères. « Epouser un mari thaï, c’est accepter un enfant de plus à  la maison » disent les femmes réalistes.

« Meuang thaï »  « pays libre », donc, jamais colonisé… La leçon a été bien apprise et retenue, et elle a la vie dure. Les américains – ou plus précisément les Etats-Unis – n’ont jamais occupé le pays comme des colonisateurs, mais en y installant leurs bases (Udon, Ubon) afin de pouvoir aisément bombarder le Vietnam, ils faisaient de ce pays, un bastion irréductible contre le communisme, un bastion de la liberté !… (Il faut se souvenir de cette époque : Mao en Chine, L’oncle Ho au Vietnam, le Pathet Lao au Laos, les Khmers Rouges au Cambodge…), tous ces pays basculaient alors dans le communisme. Grâce à la manne américaine, qui renforçait le pouvoir des militaires au pouvoir, la Thaïlande ne succombait pas au « péril rouge », et restait debout face à la frayeur viscérale des américains de voir « l’effet domino » se propager dans tout le sud-est asiatique.   (Expression inventée par Henry Kissinger je crois).

Alors « Meuang thaï », pays libre, non colonisé ? Goût de la liberté – réelle ou illusoire -qu’importe !  – Pas seulement pour les thaïs, la liberté !  Pour certains visiteurs, touristes, exploiteurs, profiteurs, opportunistes, industriels… libres de piller la forêt, de saccager l’environnement (allez du côté de Chon Buri), libres d’acheter le sexe à bas prix, le sexe le plus accessible du monde (non, depuis ça s’est étendu..), libres pour les pédophiles ou les vicieux d’assouvir leurs penchants pour…. et pour trois fois rien. Sans ressentir le moindre remord, avec même parfois le sentiment qu’ils rendaient service à la famille, avec même l’impression de « faire une bonne action »… Et puisqu’ils font ça en rigolant, le sexe n’est jamais tout à fait triste en Thaïlande, n’est-ce pas ! Et la notion du bien et du mal  n’est  pas la même en pays bouddhiste, elle n’a rien à voir non plus avec notre sens du péché, notre sacré morale judéo-chrétienne. Le sexe en Thaïlande est un jeu, ce qui compte c’est le prix qu’on lui donne. Tout s’achète et il y a un prix pour tout : une heure, une nuit, une vie. « You happy » ? Et voila, tout le monde est content. Le touriste avec ses souvenirs, la petite paysanne isan avec l’argent qu’elle va pouvoir envoyer à ses parents. Libre de vendre son corps et son sourire, car elle n’a qu’une seule obligation, elle : celle de s’occuper de ses parents. De les entretenir dans leurs vieux jours. En terre bouddhiste, le péché, ce n’est pas vraiment le sexe, c’est ne pas s’occuper des parents âgés. ….

Et la liberté de penser alors ?  « Penser ensemble », « penser en commun », « penser comme les autres », c’est rassurant, mais « penser par soi-même » ? Au pays de la liberté, c’est une notion que certains sont peut être tentés d’explorer. Le moment n’est peut-être pas tout à  fait propice, et puis ça renvoie à l’idée de « contradiction », de « confrontation », et finalement…de “solitude,” Et ça… ce ne sont pas des mots vraiment thaïs. Pas encore…



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!