134 vues

Dream Bi-Mong de Kim Ki-duk : un film sans âme (Cinema coreen)

0

Qu’arrive t’il à Kim ki-duk ? Révélation du cinema coreen d’auteur du début des années 2000, Kim Ki-duk s’est imposé un rythme de travail impressionnant mais les films qui nous sont parvenus n’ont cessé de paraître toujours plus inégaux. Samaria pouvait paraître bâclé, Souffle et Time aussi, malgré quelques fulgurances de mise en scène qui ont suffit à garder confiance envers le cinéaste. Il faut remonter à Locataires, voir L’Arc (chacun en 2005), pour retrouver traces d’un Kim Ki-duk a son meilleur…

Cinema Coreen : Dream Bi-Mong de Kim Ki-duk

Dream est le dernier long-métrage en date du cinéaste. Il ne sort que maintenant alors qu’il a été tourné en 2008. Fallait il y voir un signe ? Kim Ki-duk n’est plus à la mode ? Le fait même qu’il n’ait apparemment rien tourné depuis prouve t’il que Dream marque comme un coup d’arrêt ?

Le film est dans la lignée du cinéma de Kim Ki-duk de ces dernières années : un cinéma moins sauvage (comme pouvaient l’être L’Île, Bad Guy ou Adresse Inconnue) qui ne semble plus avoir qu’une ambition poétique et esthétique (avec une esthétique au service de l’intention poétique). Dream n’est pas seulement dans la continuité des précédentes oeuvres du cinéaste, c’est aussi un film qui recycle carrément, une somme incroyable de motifs déjà croisé dans ses précédents films, dans Printemps, été, automne, hiver…, dans Coast Guard, dans Time, dans Locataires.

Kim Ki-duk nous embarque dans une improbable histoire dans lequel un homme reve un accident de voiture avant de se rendre compte que l’accident à bien eu lieu. Jusque là, le pitch est plutôt intriguant. Le cinéaste va nous entraîner bien plus loin dans le mystère, et dans le surnaturel, construit une relation tordue entre ses deux héros, pour mieux les faire basculer dans la folie pure. Kim décline une schéma déjà entendu dans ses autres films, sauf que sa narration est menée là de manière très brouillonne et sans soucis de cohérence. Kim Ki-duk assoit l’idée d’un univers fantasmagorique, dans lequel les personnages ne sont pas censé trouver des repères, et encore moins le spectateur. L’ennui, c’est que rien ne nous transporte cette fois, alors même qu’on s’est toujours raccroché à certaines idées lumineuses dans ces autres films, même les plus maladroit et/ou inaboutis. Kim Ki-duk dessine des personnages et des situations caricaturales. C’est même pire que cela : il se caricature lui-même, tant son cinéma a toujours été relativement schématique sans que cela n’ait jamais vraiment gêner jusqu’alors.

Si cette fois la recette ne fonctionne jamais, c’est parce que le cinéaste nous parait fatigué, a bout de souffle, incapable de se renouveler. Sa méthode est a bout de souffle. Ses histoires reposent toutes sur des concepts forts et lapidaires qu’il développe d’une manière que l’on soupçonne improvisée. Dream est né dans son imagination après qu’il se soit réveillé lui même de cauchemars qui le hantaient. Il en a fait un film, mais un film qui ne fonctionne pas, qui n’a pas vraiment d’âme, et dont la provocation gratuite dans le dernier quart d’heure n’aboutit à rien sinon à un cinglant constat d’échec. C’est un immense gâchis.

Benoît Thevenin

 



Partager

A propos de l'auteur

Laterna Magica "Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs" ______________________________________________________________________________________________________________________ Le blog cinéma de Lanterna Magica ___________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!