2 096 vues

Gong Li ; une actrice chinoise magnétique et si talentueuse

0

Gong Li est certainement la comédienne chinoise la plus connue et la plus magnétique, nimbée par la distance qu’elle sait imposer et le mystère qu’elle cultive autour de sa personne. Visage de madone, beauté classique et pure, elle a su séduire le public européen et a tourné à Hollywood alors même qu’elle ne maîtrisait qu’imparfaitement la langue anglaise.

 

Née le 31 décembre 1965 à Shenyang dans le nord-est de la Chine, elle est la dernière d’une famille de cinq enfants. Ses parents sont professeurs et elle-même se destine à une carrière de chanteuse mais, ayant échoué au concours, elle entre à l’Académie d’art dramatique de Pékin et en sort diplômée en 1989. C’est alors qu’un jeune réalisateur, fasciné par sa beauté, l’engage pour un premier film et en fera bientôt sa compagne et sa muse : il se nomme Zhang Yimou et ils vont tourner ensemble Le Sorgho rouge ( 1987 ), qui obtint un Ours d’or à Berlin, Judou ( 1989 ), Epouses et Concubines ( 1991 ), Qiu Ju, une femme chinoise ( 1992 ), Vivre ( 1993 ) et Shanghai Triad ( 1995 ). Ils ouvrent une nouvelle ère pour le cinéma chinois, Zhang Yimoun étant l’un des premiers cinéastes de l’après Révolution Culturelle, surnommée la cinquième génération.

Océan Films
Yong Li profite alors de l’engouement mondial suscité par le cinéma asiatique pour asseoir sa réputation d’actrice qui sait incarner avec grâce et élégance la femme amoureuse mais tourmentée dans une Chine où la condition féminine n’est pas facile à assumer. Sa rupture d’avec Zhang Yimou en 1995 va coïncider avec un passage difficile de sa vie. Après son succès dans Adieu ma concubine de Chen Kaige, elle est évincée par l’arrivée de jeunes comédiennes comme Maggie Cheung, Michelle Yeoh et Zhang Ziyi. D’autant qu’elle va participer coup sur coup à deux films Chinese Box de Wayne Wang et  L’empereur et l’assassin de Chen Kaige qui ne recueilleront pas l’aval du public. C’est pour l’actrice un passage à vide de trois années où elle est reléguée au rang de “has been”, actrice trop marquée par une époque désormais révolue et que le cinéma vérité de la sixième génération condamne peu à peu à n’être plus qu’une figurante de musée. On parle à son sujet de retraite et l’actrice n’a plus pour recours que de s’impliquer dans des causes humanitaires, des festivals ou de jouer les mannequins pour de grandes marques comme l’Oréal.

Warner Independent Pictures Columbia Pictures SND

Mais cette femme intelligente, à la personnalité forte, va bien finir par rebondir. Après avoir interprété dans Eros le rôle d’une princesse déchue, d’une vamp vieillissante, Wong kar -Wai, enthousiasmé par son interprétation, la redemande pour jouer dans 2046 face à Tony Leung et Zang Ziyi. Mais Gong Li a quelque difficulté à s’adapter à ce nouveau cinéma car son jeu a toujours misé sur la pudeur, l’économie de geste, le mystère un peu froid et distant du regard. ” Un roseau sauvage qui ne plie pas ” – écrira-t-on à son sujet. Et il est vrai qu’elle est faite pour les drames humains, les tragédies historiques, les rôles impérieux, les amours torrides mais prudes. Elle semble si bien représenter les personnages de geishas, de concubines, de princesses, troublantes et inaccessibles. Elle sait également être hautaine et cruelle, en comédienne accomplie qui se montre à la hauteur de ses personnages et leur communique un indéniable pouvoir de fascination. Après un détour par Hollywood où elle ne réalisera d’ailleurs aucun film important, elle regagne la Chine et renoue avec son Pygmalion, le metteur en scène Zhang Yimou pour une sorte de souvenir automnal où elle apparait plus majestueuse que jamais en impératrice de La Cité interdite. Quoi qu’il arrive dorénavant, qu’elle tourne encore ou s’éloigne peu à peu de l’écran, prise par ses activités diverses et nombreuses d’ambassadrice de l’Unesco ou de juré dans les festivals, elle reste l’une des  icônes les plus charismatiques du 7e Art.

Gong Li. Gong Li et Colin Farrell. United International Pictures (UIP)



Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!