3 489 vues

Iles Maldives : île paradisiaque et enfer pollué d’ordures toxiques?

1
Et si les iles Maldives, considérées comme île paradisiaque pour les touristes rêvant de plages de sable fin, de farniente et de romantisme, n’étaient rien d’autre qu’un archipel rempli d’ordures toxiques?

Iles Maldives, paradis et enfer toxique…

Deux touristes au paradis des iles Maldives. Un travailleur en enfer. Une histoire de sable blanc, d’îles paradisiaques et d’ordures toxiques à la pelle.

 

iles maldives plage sable finWelcome to Maldives !

For centuries our shores have been a haven of peace and tranquility for travelers.

Ainsi débute la brochure officielle de l’office du tourisme des Maldives. Traduisons : « Pendant des siècles,  nos rivages ont été des havres de paix et de tranquillité pour les voyageurs ».

Dans l’avion d’Air Exotic, Gisèle pousse un superbe soupir de contentement en reposant la brochure. Et dire qu’hier, elle disait au revoir aux ressources humaines et aux collègues du bureau, qu’elle terminait à la hâte les valises (maillots de bain, paréo, tongs, châle léger, sept culottes, trousse Croix-Rouge etc) et que ce matin, elle présentait son passeport à la guérite du douanier revêche ! Dans quelques heures, elle sera aux Maldives pour sept jours et sept nuits en compagnie de Léon, son harassé de mari.

Elle s’y voit. Longue plage de sable blanc ourlée de cocotiers languides. Eaux turquoise et transparentes. Faune sous-marine « qui ravira tous les adeptes de nature et de plongée ». Hôtels cinq étoiles, voire plus, chambres tout confort, salles de bain, connexion pour Léon, l’internetivore. Le soir, bar où ils pourront déguster un cocktail servi par un serveur bienveillant et souriant, devant un coucher du soleil flamboyant. Journées farniente. Nuits suaves. Bronzage assuré qui fera des jaloux aux ressources humaines.

 

 

Certes. Cela coûte tout de même 7000 euros x 2 personnes.

plage iles maldivesLe pays compte 350’000 habitants et reçoit près de 520’000 touristes. 1192 deux îles, essentiellement des atolls. Le réchauffement climatique les a propulsées à la tête des micro-nations insulaires inquiètes pour leur avenir. Puis, le tsunami en décembre 2004.  Un coup d’Etat en février 2012 a momentanément fait ressurgir le spectre de la révolution, celle qui cloue les touristes à terre dans un aéroport assiégé dans des images de « Alerte Info ».

Après avoir atterri sur l’île de Hulhulé, Léon et Gisèle ont rejoint leur hôtel. Il n’y a qu’un hotel et des touristes sur l’atoll. Rien d’autre. Pas de danger révolutionnaire, donc, les autochtones sont cantonnés à Malé, la capitale surpeuplée entourée d’une digue pour empêcher l’eau de mer de s’infiltrer dans les rues. Il n’y a que le staff qui soit local, mais déjà très exotique.

Le resort est soucieux de l’environnement. Il y a bien entendu le sempiternel message pour économiser l’eau (et augmenter gratis sa marge) par souci écologique. Dans la salle de bain, parmi les pots de crème de jour, de shampoing et de gel douche, un petit panneau invite “notre aimable clientèle” à emporter avec elle ses petits détritus et de les déposer dans un container spécial installé à l’aéroport d’Hulhulé.

Réveil tranquille à 7 heures du matin, buffet petit-déjeuner, nourriture à profusion, on se presse devant le café fade, les coupes de fruits, les petits pains, les soupes miso, les toasteurs qui débitent.

A la même heure, et à quelques kilomètres de là, sur l’île de Thilafushi, Rashid récolte dans un immense dépôt d’ordures de quoi nourrir sa famille. La plus grande île poubelle du monde ne pourra bientôt plus accueillir les centaines de tonnes de déchets qui y sont déversés chaque jour. A tel point que ces tonnes d’ordures débordent dans l’océan, menaçant faune et écosystème. Chaque jour, l’île s’étend d’un mètre par jour.

maldives ordures

Longue de 7 kilomètres sur 200 mètres de largeur, l’île-poubelle a été créée artificiellement en 1992 pour  y acheminer les rebuts des îles de l’archipel et y créer un chantier naval. L’industrie du tourisme happe un flux constant de visiteurs étrangers – près de 10’000 par jour – notamment européens, chinois et russes. Chaque visiteur génère 3,5 kg de déchets par jour. On y trouve de tout : plastiques, cartons, piles, déchets métalliques, téléphones portables obsolètes. Une bonne partie provient des complexes touristiques et des chantiers navals.

Découragés par la longue attente, des bateaux balancent parfois leurs poubelles  directement dans l’océan.

Les quelques 150 travailleurs immigrés du Bangladesh comme Rashid ne suffisent plus à gérer les 300 tonnes acheminées chaque jour par bateau. Une partie est revendue à l’Inde, 175 dollars la tonne. D’après le centre national des statistiques douanières, la vente de ces déchets constitue la plus grosse part des exportations vers l’Inde. Mais cette exportation ne suffit pas à désengorger l’île de Thilafushi.

La pollution est patente. Des éléments toxiques (plomb, cadmium, mercure, amiante) se mêlent aux rebuts de ferraille et contaminent la faune et la flore de l’océan. Les coraux en pâtissent. Les crustacés comme les crevettes ou la langouste dégustée hier par Gisèle et Léon également.

Et comme l’océan monte et menace les rivages de cet archipel dont la hauteur maximum ne dépasse pas les cinq mètres, l’inquiétude monte.

Que faire ? Le Gouvernement a mis en place en 2008 deux institutions publiques destinées à la gestion des déchets. Mais rien ne se passe. Depuis 2012, les deux institutions ont été réactivées mais tout le monde est en attente d’une véritable solution viable à l’échelle nationale, respectueuse de l’environnement. Il y a des plans, des projets, des projets-pilotes, des expérimentations, des tractations avec les chefs locaux des îles, avec d’autres gouvernements, avec les bailleurs de fonds comme la Banque mondiale, avec les organisations écologistes, avec les hôtels. Tout le monde s’en mêle, la société civile, les médias, les gérants et les touristes des hôtels, les bloggeurs. On parle de corruption, de conflits d’intérêts, de lenteurs administratives, d’inefficacité, de manque de gouvernance.

 

iles maldives

Photo lapravda.com

Tout le monde a son mot à dire et des idées à la pelle. Mais surtout il manque le nerf de la guerre, l’argent, et des projets gouvernementaux concrets et réalistes qui seuls pourraient faire véritablement démarrer ce dossier urgent, épineux et extrêmement complexe.

Le sujet est difficile. L’archipel est vaste. Il y a d’autres îles où ce problème des déchets n’est pas résolu. Bien sûr, on pourrait mettre les ordures dans un des 850 atolls inhabités et faire en sorte que cela se passe comme il faut. Mais c’est sans compter sur les distances qui coûtent cher en diesel, sur les réticences locales, sur les dissensions politiques. Les Maldives, pays phare dans la prise de conscience du réchauffement climatique au niveau de la planète, peinent à échafauder la moindre stratégie ou vision pour enrayer son propre problème de pollution.

Dans toutes les îles lointaines, et notamment sur les atolls, la gestion des ordures est un véritable casse-tête. Il n’y a pas qu’aux Maldives que le problème se pose. Généralement, on se contente de les brûler. La plupart du temps,  ils sont jetés aux bouts des îles, entourés d’un nuage de mouettes crieuses.

Rashid en vit, même s’il est sans doute ignorant des dangers pour sa santé.

Gisèle et Léon vont donc mettre dans un petit sac en plastique leurs reliquats. Juste avant l’enregistrement pour la grise Europe, ils vont les déposer dans le conteneur spécial de l’aéroport. Leurs déchets seront ensuite amenés sur l’île de Thilafushi et nulle part ailleurs. Rashid y dénichera peut-être quelque chose d’intéressant.

 

maldives ordures environnement

Photo www.businessinsider.com

Découvrez le blog des îles lointaines





Partager

A propos de l'auteur

"Ils/Elles" lointains " «Il n’est au monde qu’une seule aventure: la marche vers soi-même, en direction du dedans, où l’espace et le temps et les actes perdent toute leur importance.» Henri Miller.Vivre sur des îles lointaines au XXIème siècle ...

Un commentaire

  1. Je suis excité voilà j’ai découvrir ce blog . Je veux vous remercier pour le temps que vous avez investi pour mettre ce contenu c’est fantastique !! Je suis certainement appréciée tous . Site marqué en tant que favori .

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!