891 vues

L’Irlande à travers ses auteurs : Culture et litterature irlandaise

2

irlande Découvrons l’Irlande à travers ses auteurs pour explorer la culture et les thématiques que porte  la litterature irlandaise… De Julia O’Faolain à Colum McCann, en passant par Franck McCourt, John McGahern ou Joseph Sheridan Le Fanu, rencontre avec quelques unes des plus grandes plumes d’Irlande…

L’Irlande à travers ses auteurs : litterature irlandaise

IrlandeJuste le temps de troquer un « s » contre un « r » et nous voilà foulant les vertes prairies d’Erin, là où les écrivains poussent aussi drus que le trèfle, où l’encre coule sur la feuille comme la stout dans le gosier des poivrots accoudés aux comptoirs des pubs et où la littérature est la seule alternative à la violence ordinaire.

Avant de rendre visite à ces « Mc… » et à ces « O’… », il me faut saluer Eireann, ce cher blogueur breton qui connaît la littérature irlandaise comme le fond de la poche du suroît qu’il revêt pour se rendre à son club de lecture hebdomadaire. Il faut que je vérifie mes sources pour ne pas me faire tancer pour faute de lèse Irlande et quand on parle de l’Irlande on parle des trente-deux comités et non pas du croupion que constitue la République d’Eire actuelle.

Ces précautions liminaires étant énoncées, nous pouvons partir à la rencontre de Julia O’Faolain qui sera notre guide pour cette première balade irlandaise et qu’il convient de ne pas confondre Nuala qui est décédée il y a quelques mois seulement. Choisir un écrivain en Irlande est tout aussi douloureux que de choisir un nougat à Montélimar, de toute façon on laissera inéluctablement une gourmandise de côté. Donc pour cette première étape, j’ai retenu trois écrivains qui m’ont irrité, agacé, ému mais toujours fait vibrer jusqu’au fond de l’âme car en Irlande tout est trop, l’amour, la haine, la joie, la violence, la stout, la Guinness, le whiskey, … J’ai donc pris le parti de visiter Colum McCann qui a écrit un livre magnifique sur la construction de New York et plus spécialement sur la construction souterraine, « Les saisons de la nuit ». Je vous emmènerai ensuite chez Franck McCourt qui nous racontera dans « Les cendres d’Angela » son incroyable enfance pleine vie, de joie et de misère avec son estomac presque toujours vide. Et nous clorons cette première étape irlandaise avec le grand John McGahern et « La caserne », une histoire triste comme seule les Irlandais peuvent en inventer.

 

Gens sans terre de Julia O’Faolain

” Je ne suis pas folle ! fit-elle. » mais « en rêve elle voyait un homme tenant ses intestins à la main. Sœur Judith qui vient de passer plus d’un demi-siècle au couvent, quitte la règle pour le siècle car ce couvent va fermer ses portes pour envoyer les sœurs auprès des plus nécessiteux. Son petit-neveu Michael, prend en charge cette vieille femme hantée par un secret qu’elle n’arrive pas à exhumer du fond de son subconscient, malgré le départ de sa femme, Grainne, qui est partie avec leur fils pour ne plus subir son alcoolisme chronique. L’arrivée de Sœur Judith à la maison est l’occasion pour Grainne de renouer avec Michael une vie commune un peu illusoire qui s’effiloche vite après l’arrivée d’un Américano-irlandais qui veut tourner un film sur l’Irlande. Mais ce projet ravive bien des souvenirs douloureux liés aux événements de 1921 quand « Même le Dail éclatait, partagé entre ceux qui acceptaient le nouvel Etat Libre, les Etatistes, et les républicains intransigeants, incapables de renoncer au rêve pour lequel ils avaient combattu : une république d’Irlande-Unie, indépendante de l’éternel oppresseur exploiteur et hautain. » Et, dans ce contexte les souvenirs de la vieille sœur deviennent vite très dangereux pour ceux qui ont encore des ambitions, « Le passé peut tuer », car ils pourraient faire surgir de nouveaux éléments sur la mort violente d’un autre Américano-irlandais assassiné à cette époque.

Ce livre Gens sans terre, c’est le roman de l’Irlande qui n’arrive pas à réconcilier ceux qui acceptent de vivre libre dans les vingt-six comtés et ceux qui veulent la grande Irlande qui rassemblerait les trente-deux comtés dans une même république indépendante. C’est l’histoire sans cesse recommencée, même si « l’histoire ne ressert jamais les mêmes plats, » de l’Irlande aux prises avec ses mythes et ses fantômes, son honneur et ses malversations, sa fierté et sa cupidité.

C’est aussi le roman de ces Irlandais fiers et excessifs en tout qui se divisent entre ceux qui veulent la guerre, ceux qui veulent la paix, ceux qui veulent juste vivre tranquilles et ceux qui sont punis sans savoir pourquoi. C’est l’histoire de ce peuple qui refuse de se laisser écraser par un adversaire ancestral et trop puissant mais qui se divise sur les méthodes à employer.

C’est aussi l’histoire de cette famille, métaphore de cette la nation irlandaise, qui explose emportée par l’histoire de cette île où les êtres comptent moins que le peuple et que les générations à venir.

Mais, c’est surtout l’histoire de ces femmes et notamment celle de Grainne qui, avec Kathleen, représente tout le drame de la femme irlandaise condamnée à être l’épouse d’un héros, la veuve d’un combattant, la mère éplorée d’un fils décédé au combat, Pénélope attendant désespérément le mari emprisonné, femme génitrice de fiers combattants ne connaissant que l’angoisse, le travail et la frustration car il faut garder toujours la fidélité aux combattants abattus ou internés.

« Un modèle de roman » aurait dit William Trevor, certes « les Irlandais sont des experts en mots » et en … maux, mais il y a dans ce roman, fort comme un vieux whiskey, au style âpre qu’il faut apprivoiser comme un novice amadoue la Guinness, des matières en suspension qui perturbent la clarté du récit. Julia, la stout n’est pas claire, à trop embrasser on finit par mal « étreindre et à trop vouloir en dire on pollue le récit. Digressions, réflexions, considérations diverses encombrent quelque peu le texte et n’en facilitent pas la lecture, c’est dommage car c’est tout de même un grand livre et le vieux Brendan (Behan bien sûr), là haut, accoudé au coin de son bar, doit être fier de toi en sirotant son éternelle Guinness. Car, comme on dit dans les travées de Landsdowne Road « Old soldiers never die ».

Les saisons de la nuit de Colum McCann

J’ai lu ce livre en 2000 et il reste pour moi l’un des meilleurs livres que j’ai lus au cours des 10 dernières années. C’est la littérature que nous attendons après avoir lu quelques centaines de bouquins souvent redondants. J’ai vraiment eu l’impression d’entrer dans un nouveau monde littéraire et d’aborder un autre plaisir de lire. Et même si ce livre est un livre de souffrance, il laisse une place à la tendresse comme Soljénistyne pouvait trouver des petits bouts de bonheur dans le goulag d’Ivan Denissovitch. Une grande bouffée de fraicheur dans le monde de la littérature qui confirme que ces diables d’Irlandais ont une formidable réserve de talents littéraires.

Les cendres d’Angela de Franck McCourt

Ce livre a été tellement encensé que j’ai quelque scrupule à ajouter mon dithyrambe à celles des lecteurs qui sont passés avant moi par cette case. J’ai adoré ce livre et même si Frank fait preuve d’un certain exhibitionnisme en étalant la misère de sa famille, il le fait avec beaucoup de dignité et de sagesse, il ne sombre jamais dans la vulgarité ni le misérabilisme. Il nous raconte seulement d’où il vient avec un certain recule, puisqu’il s’en est sorti, mais aussi avec une certaine ironie et une réelle autodérision qui ne manque pas d’humour.

Cette histoire génère des sentiments et des états d’âme très contradictoires : une envie folle de botter le cul de ce père indigne qui laisse ses enfants crever de faim (au sens littéral hélas !) pendant qu’il s’imbibe de bière jusqu’à l’ivresse totale, une pitié incommensurable pour cette mère qui voit ses enfants mourir les uns après les autres sans pouvoir leur apporter le moindre secours, de la pitié bien sûr mais aussi beaucoup de tendresse pour ses enfants qui crèvent la dalle mais qui trouvent toujours une astuce quelconque pour s’en sortir ou un motif ludique pour oublier la faim et puis aussi, malgré l’exagération paternelle, une certaine admiration pour la dignité de cette famille qui malgré la misère la plus sombre est fière d’être irlandaise et le chante à plein poumons et à faire frissonner Brendan Behan dans sa tombe.

La Caserne de John McGahern

Comment oublier un tel livre tant le roman La Caserne de John McGahern (1934 – 2006) vous imprègne de son implacable fatalité. Comment ne pas prendre la place de cette femme dans le couloir de la mort qui voit la maladie avancer inexorablement pour la délivrer d’une vie désespérante et décevante. Une vie ou aucune aspérité ne peut cacher un petit bout de bonheur ou une miette de souvenir. C’est triste, triste comme seul un roman irlandais peut-être triste mais la souffrance et le désespoir restent toujours très digne et très pudique.

La simplicité et le dépouillement du récit accentuent encore cette impression d’étouffement implacable et j’ai eu du mal à respirer ce livre jusqu’au bout tant l’auteur nous implique dans cette descente lente mais inéluctable vers la mort.
J’ai retrouvé ces sensations en lisant “Le bateau-phare de Blackwater” de Colm Tôibîn qui traite lui de la fin de vie d’un jeune atteint du sida avec la même dignité et la même pudeur.

irlande-89972

Encore une petite balade irlandaise

Impossible de quitter l’Irlande sans faire quelques dévotions à certains glorieux anciens, notre ami Yvon ne le supporterait pas et je ne pas pourrais le convaincre d’embarquer à bord de notre nef  littéraire. Une telle abondance, une telle richesse, tant de talent dispersé et même parfois galvaudé méritent bien une petite prolongation de notre séjour. Et pourtant, nous laisserons Wilde, Joyce, Keats, Yeats, … sur le bord de la route, pour cette fois au moins, car nous reviendrons sans doute un jour boire une Guinness accoudés à un vieux comptoir au fond de la campagne irlandaise pour trinquer à la mémoire de ces monstres de la littérature.
Pour cette étape, nous resterons en compagnie de celui que certains considère comme le père du roman policier, Joseph Sheridan Le Fanu et nous irons à la rencontre d’une icône de l’Irlande libre et ivre, l’inénarrable Brendan Behan, qui se disait lui-même : « Trop jeune pour mourir mais trop saoul pour vivre », comme me le rappelait mon vieil ami Yvon. Nous saluerons ensuite la mémoire de Liam O’Flaherty, écrivain de grand talent, qui a su merveilleusement nous dépeindre ces Irlandais têtus et bravaches qui préféraient crever de faim plutôt que de s’abaisser devant l’affameur anglais. Et, nous quitterons les vertes prairies de l’île après avoir rendu une petite visite à ce moine diabolique, Charles Robert Maturin, qui fut l’un des grands maîtres du roman satanique. Tous les excès sont possibles en Irlande alors pourquoi ne pas y rencontrer le diable en personne ?

 

Invitation au crime ; Joseph Sheridan Le Fanu

Le Fanu (1814 – 1873) plante le drapeau noir au cœur de la verte Érin pour nous raconter la tragique histoire de l’Honorable Richard Marston propriétaire d’un vieux manoir dans les environs de Chester. Cet aristocrate quinquagénaire mène une vie paisible mais austère et dépourvue d’amour et de tendresse avec sa femme qu’il néglige et sa fille qui est chaperonnée par une étrange gouvernante française au comportement particulièrement ambiguë. La vie de cette famille va brusquement basculer dans la tension, l’angoisse
et enfin l’horreur quand un ancien collègue d’études, rival en amour, va s’inviter au manoir.

Ce roman publié en 1851 est considéré, selon l’éditeur actuel, comme l’un des premiers romans policiers. Le Fanu maîtrise parfaitement tous les ressorts du roman noir et sait très bien créer une atmosphère lourde et une ambiance oppressante dans un cadre majestueux mais triste et ténébreux.  Dès les premières lignes du roman, il dresse un portrait inquiétant et un brin sinistre des lieux où vont évoluer les protagonistes : «  A une vingtaine de mille de l’ancienne ville de Chester, en direction du sud, s’élevait, vers la fin du siècle dernier, une grande demeure, déjà en ce temps-là démodée. Elle était située au centre d’un domaine richement boisé d’arbres vénérables. Malgré la sombre majesté de ces futaies géantes et des vallonnements sur lesquels elles croissaient, l’endroit n’avait rien d’agréable. Il respirait la négligence et la ruine. Une indescriptible et sombre tristesse en émanait. Au clair de lune, les clairières et les combes prenaient une terrifiante allure spectrale et se vêtaient d’une sorte de solitude funèbre. Et même quand l’aurore embrasait les grands bois, le spectateur de ce baiser avait le cœur étreint de tristesse plus que de joie. » Le décor est planté, le récit
est à l’avenant, malheureusement le dénouement n’est pas à la hauteur de ce qui le précède. Et malgré sa réputation un peu sulfureuse, j’ai l’impression que Le Fanu n’est pas allé au bout de la transgression et que la morale le gêne encore un peu aux entournures mais nous ne sommes qu’au milieu du XIXe siècle et le livre est bon bien qu’il soit court ce qui prouve qu’on peut créer un monde et des personnages sans « pisser » de la copie.

A mi-chemin entre le roman gothique et le roman victorien, Le Fanu, avec son compère anglais William Wilkie Collins dont j’ai lu « Secret absolu », ce qui me permet d’apprécier le parallèle évident entre les deux romanciers, a ouvert une route où de très nombreux auteurs de romans noirs se sont engouffrés.

 

Confessions d’un rebelle irlandais – Brendan Behan

Dans cet ouvrage autobiographique, Brendan Behan (1923 – 1964) nous livre une partie de ses aventures, ses petits boulots, ses démêlés avec la justice ou avec la police, ses années de prison, ses coups de main, ses beuveries homériques, ses escapades sur le continent pour se faire oublier ou ses intrusions dans le Nord pour lutter contre l’envahisseur. Le talent du grand Brendan ne réside pas forcément dans sa plume mais dans son énorme panache qu’il a assumé jusqu’au bout de son ivresse et de sa vie bien trop courte mais tellement pleine, toujours debout et droit face à l’Anglais honni.

Famine – Liam O’Flaherty

Autre grand défenseur de la cause irlandaise, Liam O’Flaherty (1896 – 1984) qui fut même obligé de s’exiler pour éviter la vindicte de sa Majesté, a consacré ce grand roman à la famine de 1845 qui dépeupla l’île par la mort de très nombreux habitants et par l’exil d’un bon nombre des survivants vers l’Amérique du Nord notamment. C’est ainsi que cette petite nation opprimée contribua à la construction de la plus grande puissance mondiale du XXe siècle au moins. Dans cette histoire romancée O’Flaherty n’hésite pas à condamner les Anglais comme instigateurs de cette famine destructrice de tout un peuple même si l’entêtement des Irlandais n’était pas pour rien dans l’étendue de leur malheur.

Melmoth, l’homme errant – Charles Robert Maturin

Maturin (1780 – 1824) n’a pas eu à lutter contre l’Anglais, il s’est contenté d’écrire des livres iconoclastes et notamment ce fameux Melmoth qui est l’un des ancêtres de la littérature gothique et de la littérature fantastique. Ce très gros roman se compose de plusieurs histoires qui s’imbriquent les unes dans les autres pour faire raconter par des témoins les aventures de cet être maléfique, genre de juif errant, qui se déplace sur la planète pour semer ses méfaits et notamment séduire les belles et fraîches jeunes filles qu’il corrompt et délaisse. Un livre terriblement envoûtant qui s’intègre bien dans le paysage irlandais peuplé de fantômes et hanté par toutes sortes de légendes.

Denis Billamboz



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

2 commentaires

  1. Ces voyages littéraires, donc virtuels, peuvent nous aide à préparer des voyages dans la réalité et pour ceux qui doivent rester à la maison, cette possibilité de remonter le cours du temps pour découvrir l’histoire d’un pays, sa sociologie, je ne vois rien de mieux.
    Merci Débézed

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!