enfants dans les rues de chefchaouen

Prolongation de voyage : comment être une éternelle voyageuse?

Le voyage me poursuit, ou alors je suis éternelle voyageuse. Mais la vie n’est-elle pas tout simplement un long voyage, celui qui nous mène de la naissance à la mort avec beaucoup de souffrances entre les deux pour reprendre les termes souvent cités par mon compagnon :  เกิดจนตาย ระหว่างความทุกข์ทรมาน (“keut djon taai rawaang khwaam thouk thoramaan”:  de la vie jusqu’ à la mort, des tourments entre les d’eux) mais il faut dire qu’il me chante aussi : “l’amour ce doux tourment” une pure romance thailandaise.


Je suis dans mon coffee-shop habituel, derriere moi, 3 personnes : un homme de Dubai, un maghrébin francais et une jeune-femme voilée. Ca parle business… avec vente de boissons non alcoolisées, “mais le problème c’est que pour l’etiquettage, indiquer “alcool free” ou “sans alcool” est deja une incitation à l’alcool, à cause du mot”… Et puis il faut conquérir les marchés. “Marchés A ou B”… je saisis que Géant est classé B par exemple et qu’il faut s’attaquer aux gros comme Carrefour, classé A… “Seulement il faut savoir que les reponsables des achats “sautent” tous les trois ans, le dernier c’etait Sofian…etc..”. La fille voilée traduit entre le francais et le type de Dubai…
Bon je plonge dans l’ecriture… ce n’est pas bien d’ écouter aux portes…

Lors de mes pérégrinations dans les ruelles désertes de la médina de Chefchaouen, j’ai  rencontré Shogo. J’étais en train de me fondre dans le bleu des murs, de me faire toute petite, quasi invisible, le seul bruit ou son que j’émettais venait du « clic » de mon appareil photo. Chefchaouen est un entrelacs de ruelles aux galets polis et glissants avec parfois une rampe pour s’accrocher, parce que les escaliers sont vicieux en plus d’être de hauteurs fantaisistes. Il faut des mollets de coureurs de fonds pour faire le tour de la ville.

Blog _4526

BLOG_4530

Curieuse, Shogo vient s’asseoir près de moi et nous bavardons pendant deux heures. Elle est belle, grande, des yeux de tibétaine et des taches de rousseur du plus bel effet sur son teint de porcelaine chinoise. De la grâce, de l’élégance, elle a travaillé 9 ans aux states et viens de rompre son contrat pour rentrer au Japon. Je lui dit qu’elle ressemble étrangement à l’actrice chinoise Lucy Liu qui joue dans le film « Drôles de dames et dans Ally Mac Beal”… c’est la deuxième fois qu’on lui fait la remarque.

Prolongation de voyage : comment être une éternelle voyageuse? 1

Lucy Liu

IBLOG_4659

Shogo

Sympathie immédiate. Nous dinons ensemble le soir et je l’attends à Paris dans deux semaines pour lui faire découvrir mon restaurant chinois (fusion cuisine) favori. Lorsqu’on se quitte, c’est elle qui m’embrasse « à la française » !

A Paris, à la table proche de la mienne, ça discute toujours business, marché, classe A ou B ?… Le Maroc continue de s’imposer.

Je referme “l’International Herald Tribune”. Un asiatique vient vers moi et je lui tends le journal. Il me fait un charmant sourire, yeux plissés. Chinois ? Japonais ?

Un peu plus tard je quitte les lieux, mais intriguée, je m’avance à la table de l’asiatique, en fait un couple.    “Where are you from”? je demande. “Canada” me répondent-ils… “Philippins du Canada”….Ils m’invitent à leur table….suite de l’interessante conversation demain..

BLOG 4584

 313 Visites au total,  2 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *