1. Accueil
  2. »
  3. CROATIE
  4. »
  5. OU ALLER EN CROATIE ?
  6. »
  7. Croisière sur l’Adriatique : La Croatie au fil de l’eau
  8. »
  9. Croisière en voilier en Croatie : de Pula à Krk, Istrie et Kvarner en liberté

Croisière en voilier en Croatie : de Pula à Krk, Istrie et Kvarner en liberté

Pas besoin de partir au bout du monde pour vivre une croisière de rêve. L’Europe compte de multiples occasions d’explorer les mers et océans. La Croatie, la Grèce, les Baléares ou les Canaries, l’Italie avec la Sicile, la France depuis la Bretagne jusqu’à la Corse sont les destinations proposant une offre de qualité. Parmi les évidences en Méditerranée, une mer quasi fermée, l’Adriatique se prête parfaitement à des vacances maritimes en voilier ou en catamaran. Explorer la Croatie le long de ses 1600 km de côtes et au fil de ses quelques 1200 îles et îlots est le meilleur point de départ. Si la Dalmatie s’impose pour beaucoup de touristes, l’Istrie et le golfe du Kvarner voisins n’ont rien à lui envier en terme de beauté.


Pourquoi découvrir la Croatie en voilier ?

Vous rêvez d’évasion et vous êtes tenté par la liberté qu’offre une croisière en voilier en Croatie? Plutôt que de choisir l’une des croisières classiques en groupe en paquebot ou bateau de luxe qui permettent de découvrir les destinations classiques de l’Adriatique, choisissez l’audace de la croisière voilier en itinérant. Louez un voilier et partez à l’aventure… J’avais envie de faire une surprise à mon copain qui rêvait de naviguer, en lui offrant un voyage en bateau.
N’ayant absolument pas le pied marin, je pensais ne jamais mettre les pieds sur un voilier pendant plus de quelques heures, vous pensez que c’est difficile ? Détrompez vous.

A l’instar du catamaran très répandu et prisé des estivants, louer un voilier en Croatie est presque un jeu d’enfant. Je ne m’imaginais pas arriver dans un port croate pour demander à un skipper s’il était partant pour m’amener en mer au gré de mes envies. Car la préparation d’une croisière voilier ne s’improvise pas! J’ai choisi Océans Evasion pour nous accompagner dans cette nouvelle aventure. Cette entreprise bretonne basée à Lorient et bénéficiant de plus de 30 ans d’expériences, propose aux plaisanciers des conseillers experts pour trouver la meilleure destination et les bateaux de ses collaborateurs. Elle travaille avec des skippers expérimentés et de confiance dans de nombreuses zones de navigation en Europe, mais aussi dans les Seychelles, en Polynésie et dans les Antilles pour les amateurs d’îles lointaines.

Pour moi, la Croatie en Septembre était un projet évident pour jouer les apprentis navigateurs. Tout d’abord, les températures sont très clémentes sans être aussi chaudes qu’en été et les risques de mer mauvaise sont limités par rapport à l’automne ou au printemps. L’affluence estivale a laissé place au un retour au calme, même s’il y a encore des touristes. Mais les villes ne sont pas envahies comme en été, et les plages et criques se prêtent encore mieux au farniente. Le prix des vols pour la Croatie est aussi beaucoup plus accessible qu’en haute saison, donc c’est une période idéale. Nous avons déniché des billets à moins de 100 € aller retour par personne pour un atterrissage à Pula.

Une fois la destination choisie, le type de bateau et de couchage, il ne reste qu’à choisir le programme des vacances nautiques : baignades, farniente, découverte culturelle et gastronomique. Tout peut être associé, cela dépend des objectifs et des envies des voyageurs, donc on vit un voyage personnalisé. J’ai opté pour un voilier de 32 pieds doté de 4 cabines et de 8 couchages confortables. Les autres accompagnants du voyage n’ayant pas de permis bateau, nous avons recouru aux services d’un skipper (entre 150 et 200 € / jour). Nous avons eu beaucoup de chance visiblement de dénicher un skipper francophone, car en Croatie, ils parlent plutôt anglais, allemand ou italien. Et reconnaissons que même si nous avons quelques bases d’anglais, c’est bien plus pratique pour communiquer.

voilier en croatie avec oceans evasion

Sur le bateau, il y avait un autre couple dans la quarantaine et un autre couple avec un jeune enfant d’environ 1 an. J’étais étonnée que l’on puisse voyager si jeune, mais cela s’est passé à merveille, grâce aux protections mises en place pour éviter tout incident au cas où le petit se serait montré turbulent. Entre les conseils et les informations données par le skipper et celles déjà fournies avant le départ, nous avons voyagé sereinement.

De Pula jusqu’à Rab en passant par Losinj, Cres et Krk

La plupart des croisières en Croatie se concentrent autour de la Dalmatie centrale et méridionale, au risque d’oublier l’Istrie, le Kvarner et la Dalmatie du nord. Voici trois idées pour visiter la Croatie depuis les flots en privé, en sortant un peu des sentiers battus et des îles dalmates les plus fameuses…

L’une des meilleures alternatives à la Dalmatie quand on cherche des expériences insulaires sur l’Adriatique est de se balader d’île en île dans le golfe du Kvarner. Au départ de Pula, nous avons pris la direction de l’autre merveille de l’Istrie Rovinj.

Pula et Rovinj, l’héritage culturel de l’Istrie

La capitale de l’Istrie, au riche patrimoine antique, et réputée pour avoir accueilli les célèbres chantiers navals de Croatie ne nous a pas spécialement plu, en dehors des quelques vestiges et de l’amphithéâtre remarquablement préservé. En revanche, la perle istrienne Rovinj nous a enchanté avec ses façades colorées, ses ruelles ombragées remplies de boutiques, d’artisans et de restaurants et cafés, le clocher vénitien triomphant de l’église sainte Euphémie perchée sur son promontoire …

Rovinj romantique en istrie

Rovinj, c’est LA ville du littoral qu’il ne faut pas manquer en Istrie bleue et qui reflète ce charme typique de la région, qui affiche des airs d’Italie, sans trahir son identité croate. En longeant la côte, on a apprécié le littoral dentelé et fait une pause du côté du Cap Kamenjak dont nous avions entendu parler pour piquer une tête dans les eaux turquoises de cette réserve naturelle, qui attire avec ses rochers impressionnants d’où les amateurs viennent plonger.

Cres, la discrète

De là, David, notre charmant skipper, a mis le cap vers les îles du Kvarner Cres, Losinj, Krk, Rab, rattachées à la région de Primorje Gorski Kotar et réparties entre l’Istrie et la Dalmatie. Pas si connues des touristes, que peuvent l’être Brac, Hvar et Korcula, elles n’en sont pas moins agréables et intéressantes et nous avons été confortés dans notre choix dès que nous avons découvert la première île à notre programme : l’île de Cres et sa capitale Cres … Ici, on n’a pas encore quitté les façades colorées de l’Istrie : l’horloge carré est la seule à montrer un changement d’influence architecturale par rapport aux clochers vénitiens. Le petit port est ravissant et animé. Nous passons quelques heures à déambuler dans les ruelles et à siroter un verre sur une terrasse, avant de dénicher une crique à proximité pour s’offrir une pause baignade.

cres
Cres

En route vers Losinj, nous faisons étape dans un village de pêcheurs sur Cres appelé Martinščica. Nous comprenons mieux ce que peut être la vie tranquille dans ces îles. Martinščica est tout petit, mais agréable et représentatif des villages tout au long de notre itinéraire. Nous y mangeons dans une sympathique konoba, le nom des auberges des régions littorales, où nous dégustons des poulpes en salade et des poissons frais grillés. Simple et efficace. Nous alternons les repas dans les principales destinations et les repas préparés à bord, après nous être ravitaillés dans les épiceries que nous croisons dans les villes.

Losinj, l’île du bien-être

L‘île de Losinj était vantée comme un paradis de verdeur et une île tournée vers le bien-être. Elle est encore plus belle que sur les photos. Veli et Mali Lošinj en sont les joyaux. Toujours des façades chatoyantes, des eaux turquoise tout au long du littoral insulaire, des pinèdes et des forêts recouvrent presque toute l’île et ce qui nous plaisait aussi, c’était la perspective de pouvoir faire du cyclotourisme lors d’une randonnée sur une piste cyclable facile d’accès qui longe la mer constamment.

mali losinj
Mali Losinj (Losinj)

Nous nous baignons à Suncana uvala, où les eaux limpides étaient trop irrésistibles. Pour nous restaurer, nous choisissons la Konoba Hajduk à l’ambiance très familiale. Nous choisissons cette fois les calamars grillés et une salade de piments, de harengs marinés et du jambon sec. Nous passerons presque une journée entière à Mali Losinj et ses environs pour mieux profiter de cette magnifique île, avant de mouiller près de l’île voisine de Ilovik.

suncana uvala veli zal ile de losinj 2
Baie de Cikat (Losinj)

Ilovik, la surprenante

Ilovik est une jolie surprise. Sa proximité avec Losinj l’a rendait quasi inévitable. La découvrir le matin après un copieux petit déjeuner, c’est flâner dans une ambiance typiquement méditerranéenne.

parknu plage ilovik

A peine avons-nous posé les pieds sur la terre ferme que le skipper engage un échange avec un pêcheur qui recommande une taverne où nous déjeunerons. Mais avant il nous adresse vers l’une des figures de l’île, une dame d’une soixantaine d’années, qui nous reçoit pour nous raconter un peu l’histoire et la vie sur Ilovik, en nous souhaitant la bienvenue avec un verre de rakija (même si c’est encore très tôt), l’eau de vie des Balkans, ou un verre de vin ou de jus de fruits. Nous sommes impressionnés par ce sens de l’hospitalité.

Presque toutes les maisons ont des jardins où poussons citrons, figues, oliviers, orangers. Visiblement, les habitants, assez âgés, ne quittent presque pas leur île de l’année et on les comprend, quand on ressent autant de sérénité. Il semblerait que les touristes en vacances à Losinj et surtout les familles en fassent aussi leur excursion le temps d’une journée. Village tranquille, petite église à la façade jaune, dont l’originalité est de présenter les fonts baptismaux à l’extérieur, et à proximité une plage de sable, qui fait la réputation de l’île pour ceux qui voudraient varier les plaisirs de la baignade sans se limiter aux criques rocheuses de Losinj ou Cres.

Rab, la ville aux clochers

La remontée vers Rijeka s’amorce déjà (hélas) quand nous prenons la direction de Rab. La capitale de l’île de Rab, originalement nommée Rab, tout en longueur, affiche ses clochers vénitiens flamboyants. Les vieilles pierres de taille, les toits de tuiles orange tirant vers le vermillon annoncent déjà un peu la Dalmatie que nous découvrirons ultérieurement. Rab n’est pas aussi colorée que Cres et Losinj, si ce n’est à travers ses toitures et le contraste de vers de la végétation au centre même de la ville, mais elle révèle joliment ses 11 siècles d’histoire entre précieuses églises médiévales et palais patriciens.

D’un commun accord avec les autres voyageurs de la croisière, nous choisissons la Konoba Rab dans une des petites rues ombragées pour apprécier quelques fruits de mer et pour ceux à qui la viande manque un copieux plat de mix grill accompagné d’oignons, de ajvar, un condiment à base de poivrons et d’aubergines et de frites.

rab sur lile de rab

Krk, l’île dorée dans le Kvarner

Les vacances touchent à leur fin. Impossible de quitter le Kvarner sans découvrir l’île de Krk qui a accueilli des rois et des reines, dont différents membres de la famille Windsor et Elisabeth II. Même si elle est considérée comme l’île de référence dans la région du Kvarner, ce n’est pas celle qui m’aura le plus séduite. Il faut dire que Vrbnik, village à flanc de falaise dans sa baie ravissante avait tout pour me la faire aimer. Et un arrêt dans l’une des caves de Vrbnik était le meilleur moyen de savourer l’esprit de Krk autour d’un verre de žlahtina, un vin élaboré avec des cépages autochtones à la couleur dorée et au bouquet fruité… La maison du vin Kuca Vina Ivan Katunar permet de le déguster.

vrbnik KRK

Tout débutait idéalement, mais en se rendant vers l’incontournable station balnéaire de Baska, j’ai été beaucoup moins convaincue. Baska a beau être très touristique et visiblement blindée de monde en été, elle est dépourvue de charme. Malgré un coeur de village encore ancien, c’est le bâti moderne qui domine. Les plages sont sans grand intérêt et encore assez fréquentées donc dissuasives. Rien ne donne envie de s’y attarder, malgré les massifs environnants qui suggèrent des paysages un peu arides, et de probables occasions de randonnées que nous n’avons pas le temps d’envisager. David nous propose de privilégier tout près une baignade à Stara Baska dans une crique presque secrète, pas facile d’accès, où nous devrions trouver plus de tranquillité. Ce fut l’un des meilleurs souvenirs de baignade tant les eaux avaient une couleur improbable où une multitude de bleu et de vert semblaient se mélanger, rendant l’eau insaisissable.

criques sur l'île de krk

C’est dans la  marina de Punat que prend fin notre périple avec des milliers d’images en tête, beaucoup de souvenirs magiques, des baignades dans des eaux de rêve et des visites culturelles variées. Nous profiterons de deux heures pour faire une rapide visite de la ville de Krk, enserrée dans des fortifications d’un château Frankopan. Nous rentrons jusqu’à Rijeka en taxi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.