Petit Pois Sauvage : énergéTIQUE ET GOÛTEUX

Votre séjour en Croatie est unique ; notre expertise l’est aussi! Pour mieux préparer vos vacances, consultez le guide voyage Croatie et téléchargez les Ebooks gratuits : conseils pratiques, idées de visites et bonnes adresses.  

 

Pour bien commencer l’année, traditionnellement le 1er jour de janvier il est bon de consommer des lentilles. Elles sont signe de prospérité, de fortune, de longévité. Si leur ribambelle de cousines légumineuses font tout aussi bien l’affaire, c’est sans doute parce qu’elles renferment les mêmes trésors de nutriments, protéines en tête.

Et ces apports protéinés garantissent une résistance sur la durée, sont un coup-faim puissant contre les grignotages (attention, ce n’est pas une raison pour sauter un repas tout de même). Très énergétique, il est un allié de taille (il ne s’agit pas de rendre de l’embonpoint) durant les rigueurs hivernales.


Petit_Pois_Sauvage

Le peloton de tête des légumineuses qui se range dans la catégorie des super foods compte en très bonne place le petit pois sauvage (bot. pisum sativum arvense), ou roveja en italien, sa terre natale où il est encore cultivé. En 1445, un document atteste sa présence sur les hauts plateaux de Cascia, localité de la province d’Ombrie.

Sphérique, de tonalité rouge à verte foncée, cette fabacée regorge de bienfaits car ses substances nutritives sont nombreuses. C’est tout naturellement que le petit pois sauvage et la lentille deviennent les aliments de base de la population autochtone pendant plusieurs siècles.

Le petit pois sauvage, disparu des tables italiennes, revient grâce à l’action de Slow Food, qui, en promouvant ce produit oublié, a permis la relance de sa culture et, partant, sa commercialisation.

Je me l’étais procuré en paquet de 500 g au dernier Salon Euro Gusto-Biennale du Goût à Tours, en novembre dernier. Les doses de dégustation m’avaient immédiatement conquise, alors de temps à autre je concocte un de ces plats simples et bons, comme un potage de roveja.

Avant de l’utiliser en cuisine, la roveja doit tremper 12 heures au moins, pour cuire ensuite 40 minutes. Son goût est proche de celui de la lentille, et, quelle que soit la saison, se marie très bien avec les autres légumes du potager : céleri-boule, carotte, cerfeuil tubéreux, tomate coeur de boeuf, panais…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *