Aller au contenu

cinéma iranien

Rencontre avec le réalisateur iranien Rafi Pitts (The Hunter)

Présenté en compétition l’année dernière à Berlin, The Hunter, le remarquable nouveau film du cinéaste iranien Rafi Pitts, débarque dans les salles françaises au plus fort des mouvements sociaux dans tout le Moyen-Orient et au moment ou le monde du cinéma se mobilise de nouveau pour soutenir Jafar Panahi et son homologue Mohammad Rasoulof. Les deux cinéastes ont été durement et injustement condamnés par le régime de M. Ahmadinejad. Rafi Pitts livre un film engagé, symbolique de ce qui se passe actuellement en Iran, et se bat en parallèle contre le sort réservé à ses deux amis.

Les chats persans de Bahman Ghobadi : un film militant inabouti (cinéma iranien)

chats persans Bahman GhobadiLes chats persans, sorti en décembre 2009, semblerait être le film qu’il faudrait voir, et qu’on peut valablement opposer a la locomotive hollywoodienne de Cameron, Avatar 3D. Au lieu d’investir une somme colossale (500 millions de dollars) pour en faire une exploitation rentable, il s’agirait d’un réalisateur hors de la ligne pro-gouvernementale qui montre au monde les errements de son pays. Une œuvre saine, donc.Lire la suite »Les chats persans de Bahman Ghobadi : un film militant inabouti (cinéma iranien)

A propos d’Elly Darbareye Elly de Asghar Farhadi ; un beau film (Cinéma iranien)

"Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs"


Le blog cinéma de Lanterna Magica : http://www.laterna-magica.fr/blog/
aproposdellyL’influence du néoréalisme italien sur le cinéma iranien des années 90-2000 est manifeste, au moins pour la plupart des films qui nous sont parvenus durant cette période. A propos d’Elly s’en démarque mais fait inévitablement penser à un autre film italien, L’Avventura d’Antonioni. On y pense car les sujets sont semblables mais le film d’Asghar Farhadi n’est pas non plus un remake.

Lire la suite »A propos d’Elly Darbareye Elly de Asghar Farhadi ; un beau film (Cinéma iranien)

Le Père de Majid Majidi ; un film très traditionnel (Cinema Iranien)

On connait Majid Majidi pour Les Enfants du ciel et La Couleur du paradis, films poétiques où le cinéaste brille par son talent à filmer l’enfance. Le Père, un de ses premiers longs-métrages, raconte également une histoire du point de vue de vue d’un adolescent mais le récit est là plus dur, quand bien même il demeure moraliste.

Shirin d’Abbas Kiarostami : de l’émotion à l’épreuve

Dans Shirin, Abbas Kiarostami se livre à une forme de cinéma expérimental. Un film dont les personnages sont filmés alors qu’ils assistent à une séance de cinéma. Pendant ce moment, par jeu de miroir, Kiarostami, l’un des plus célèbres cinéastes du cinéma iranien, révèle toute l’émotion éprouvée par ces femmes…

  1. Accueil
  2. /
  3. cinéma iranien