645 vues

Se loger au Montenegro : où dormir et pour quel budget?

0


Le Montenegro dispose d’un choix de logements de toutes catégories, des plus simples (1) aux plus luxueux (4-5). Néanmoins, la concentration des hébergements est sans surprise sur la zone du littoral entre Herceg Novi et Petrovac. De plus, il y a encore une assez forte variation de qualité vu que le système de classement national n’est pas toujours conforme aux critères exigées surtout pour les établissements supérieurs de 4 à 5*.

Si les hôtels et les hostels (auberges de jeunesse) qui ne sont plus réservées qu’aux jeunes) répondent aux attentes formatées des touristes, mieux vaut toujours privilégier un établissement catégorisé avec des étoiles et répondant au standing international car les logements classés selon le standing national peuvent souvent laisser à désirer. Les appartements dans des petits immeubles sont de taille assez réduite (rarement pour plus de 4 personnes), mais favorisent un séjour indépendant en famille ou entre amis dans un bon confort. On trouve des appartements loués à la semaine ou au moins pour 3-4 jours dans les bouches de Kotor ou hors saison.

Le mieux est de privilégier les maisons et chambres d’hôtes (sobe) permettant un contact plus fort avec les locaux sans renoncer à une relative indépendance puisque la plupart aujourd’hui disposent d’une salle de bain et de sanitaires privatifs surtout dans les villes touristiques ou les stations balnéaires. Les pensions sont une alternative intéressante pour plus d’indépendance ; ce sont des sortes de petits établissements de familles souvent dotés d’une auberge pour manger des spécialités locales. On trouve des options en demi pension entre 40-50€ par nuit et par personne.  Le Montenegro compte quelques campings et de rares d’aires de camping-cars surtout répartis sur le littoral entre Herceg Novi et Petrovac, ou aux environs de Ulcinj et aux abords de Durmitor.

Peut-on partir au Montenegro en été sans réservation? Certes, cela reste possible de trouver des hébergements de toutes catégories malgré le tourisme croissant composé d’allemands, d’italiens, de serbes, de russes principalement. Sans surprise, les stations balnéaires avec des plages de sable, Budva et Kotor restent les destinations les plus prisées. En revanche, ce choix risque de vous priver de temps de visite ou de farniente, car le taux de remplissage est forcément au plus haut entre juillet et août.

De même, les prix en dernière minute s’avèrent souvent plus chers comme dans la Croatie voisine. Il n’y a pas de réglementation fixant un prix pour une chambre. Il est courant que le prix varie en fonction de la demande et même, reconnaissons le, de la nationalité supposée du voyageur. Le marchandage est une pratique plutôt courante et est favorisé par quelques notions de serbe. Comptez entre 30 et 50% de plus pour les réservations effectuées pour la haute saison, par rapport aux réservations réalisées pendant l’hiver par exemple, quand celles-ci sont ouvertes pour une nuitée ou un court séjour. Les hébergeurs (hors hôtels) auront tendance progressivement jusqu’à l’été à imposer un séjour de 4 à 7 jours plutôt qu’un court séjour, d’autant que certaines destinations dans les bouches de Kotor permettent de faire du tourisme au Montenegro.

Comptez entre trois et quatre points de chute pour avoir un aperçu plus complet du Montenegro touristique, en privilégiant le golfe de Kotor et ou la zone entre Budva et Petrovac, le lac Skadar pour sa ruralité et si vous aimez la nature et les montagnes, le parc national de Durmitor et celui de Biogradska Gora et du canyon de la rivière Moraca.

Soyez prudent à l’égard des nombreux démarcheurs aux gares routières

Evitez d’accepter les offres “au noir” faites par des habitants qui affichent des panneaux sobe ou apartmani aux stations de bus, car cela cautionne non seulement l’économie illégale sans que les prix soient toujours moins chers et surtout il peut y avoir des mauvaises surprises avec des rétentions de papiers d’identité pour faire augmenter le prix annoncé à l’origine sous peine de signalement aux frontières!

En savoir plus sur les pratiques limites de certains hébergeurs non déclarés … Si le prix très bas peut vous inciter à y répondre facilement, soyez très prudent, car au-delà du fait que vous cautionnez une pratique non réglementaire, vous pourriez tomber sur des hébergeurs indélicats qui vous proposent une chambre dans une cave, un garage, une zone non habitable ou chez des tiers sans aucune garantie …

 

Meilleures adresses d’hébergements pour découvrir le Montenegro

ligne rouge

Si votre objectif est de profiter de l’écosystème et de la nature environnant le Lac Skadar

Badanj village rooms : magnifique chambre d’hôtes permettant d’explorer le lac Skadar mais aussi beaucoup de sites du Montenegro littoral ou plus central. De loin la meilleure adresse testée au Montenegro. Réserver à la maison d’hôtes Badanj à Virpazar

Chambre de la maison d'hôtes Badanj village

lac Skadar depuis Badanj

 

Pour la situation idéale dans les Bouches de Kotor

Pour loger en bord de mer dans un village tranquille, a fortiori hors saison, privilégiez le village de Ljuta, près de Kotor

optez pour les très agréables studios Ljuta, dont le confort est au rendez-vous. On apprécie la proximité de la plage, le joli jardin pour se reposer et la qualité de l’accueil !

Village de Ljuta sur le littoral Montenegrin près de Budva

Studios Ljuta rooms dans les bouches de Kotor

Booking.com

 

Quel budget prévoir pour se loger au Montenegro?

ligne rouge
Le coût des hébergements au Montenegro, quel que soit leur type, reste très abordable y compris dans les villes de Kotor et Budva qui sont les plus chères du pays en haute saison.

Difficile de trouver pour moins de 12-15€ par personne et par jour en hostel ou en appartement entre juillet et début septembre, dès 20-25€ en chambres d’hôtes et en pension et à partir de 30-35€ dans un hôtel 3*. Il n’existe pas une grande concurrence en terme de prix pour un même type et une même catégorie. Les prix peuvent baisser de 20-30% en basse saison.

Booking.com




Partager

A propos de l'auteur

Voyageuse dès le berceau, je nourris un amour viscéral pour les pays d'Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l'Ex-Yougoslavie...). Dans ces terres, qui m'ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. J’essaie de me montrer curieuse de tout, de mettre de côté mes idées reçues, de découvrir les pays depuis les sites incontournables jusqu’aux plus inattendus, insolites ou traditionnels quitte à me perdre pour mieux me laisser surprendre. Je privilégie les rencontres, repas et hébergements chez les habitants, pour explorer les traditions, les cultures, l’histoire et les plaisirs culinaires typiques. J'essaie de faire d'Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation.   Me contacter par mail? En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.