Aller au contenu

histoire contemporaine

La Bessarabie (Modavie) à l’époque stalinienne : purges, déportations, famine

Découvrez le portail Moldavie. « Les Moldaviens » est une association d’amitié franco-moldave créée et présidée par Jean-Jacques Combarel. C’est une association non gouvernementale, non partisane et non religieuse qui a pour but essentiel de favoriser les liens entre la société moldave et la société française et, plus largement, les sociétés francophones.

Sans oublier les besoins sociaux, nous avons choisi de travailler surtout sur la partie culturelle pour apporter notre contribution au développement harmonieux de la Moldavie.

Le site francophone de l'association a pour objectif de présenter une image vraie de ce pays.

Dans l’histoire de l’URSS, le début de la période « soviétique »… Lire la suite »La Bessarabie (Modavie) à l’époque stalinienne : purges, déportations, famine

Révolution roumaine : Retour sur le « charnier de Timisoara » : décryptages d’un mensonge médiatique

charnierstimi« Quand je dis : vous êtes un homme, c’est bien un fait tout de même ! » a objecté Alain Maillard dans le premier entretien qu’on a eu avec lui, sur les dix en cours de diffusion jusqu’au 1er janvier 2010 dans l’émission « Médialogues » de Radio Suisse Romande (1). Après audition, on trouve la réponse qu’on lui a faite, trop elliptique et imprécise pour être comprise. Il faut dire que le sujet n’est pas simple à traiter en quelques mots à la radio. On se propose donc ici d’y revenir.

Lire la suite »Révolution roumaine : Retour sur le « charnier de Timisoara » : décryptages d’un mensonge médiatique

Katyn 1940

Katyn : retour sur un crime tragique du stalinisme longtemps oublié

Aujourd’hui, si nous ne sommes sûrs de rien ni de personne, c’est que nous sommes infiniment plus nombreux qu’hier à chercher à savoir ; et plus nous serons nombreux à trouver et moins les évidences auxquelles il nous a si longtemps été demandé d’adhérer s’imposeront à notre esprit.
Ainsi va la recherche ! Vers un savoir de plus en plus complexe mais sans surprise car, ce savoir doublé d’une compréhension dévastatrice nous renverra fatalement à ce que nous sommes aussi - d’aucuns ajouteront -, et surtout : à cette nature en trompe l’oeil, dissimulatrice, accapareuse et rétentrice qu’est la nôtre.
Porteuse de tous les dangers, cette recherche expansionniste toujours plus performante et exigeante : le danger de nous laisser sans évidences et sans certitudes.
Du grain à moudre pour la littérature... ce danger !
Nul doute !

________________________________________________________________________________________________________________
La littérature est notre confesseur ; elle nous absout à l'adresse suivante : Le blog de Serge ULESKI

Trois ans d’attente, dont deux années de retard, Katyn*, le… Lire la suite »Katyn : retour sur un crime tragique du stalinisme longtemps oublié

Les toutes premières pages de l’histoire du terrorisme en Roumanie : le cas Max Goldstein

L'équipe de Radio Romania International : Andrei Popov, Valentina Beleavski, Alex Diaconescu, Ileana Taroi, Alexandra Pop, Dominique, Mariana Tudose, Ioana Stancescu, Costin Grigore.
________________________________________________________________________________________________________
Découvrez la Roumanie et l'actualité roumaine sur le site deRadio Romania International

Le radicalisme de gauche a conféré une nouvelle dimension à la lutte politique en Roumanie, à savoir le terrorisme. A la différence de l’assassinat politique, dont l’histoire abonde et qui, par définition, vise un individu ou un groupe rival, le terrorisme tue à droite et à gauche. Coupables présumés ou tout simplement innocents périssent dans les attaques des fanatiques d’une quelconque idéologie ou en sortent mutilés.

Cela fait du terrorisme une forme de lutte des plus repoussantes et lâches. Les débuts du terrorisme sont à placer dans la seconde moitié du XIXe siècle, voire même au temps de la Révolution française de 1789. L’anarchisme, c’est la manifestation la plus violente de propagation du terrorisme depuis ses débuts jusqu’à l’époque de la révolution bolchevique de 1917. Une fois instauré le pouvoir soviétique, le Komintern écrit des pages importantes de l’histoire du terrorisme mondial. Après 1945, le relais sera pris par des groupes et groupuscules d’extrême gauche et par le terrorisme islamique.

Le terrorisme en Roumanie ne saurait être dissocié du nom de Max Goldstein. D’origine juive, il devient, dès sa jeunesse, sympathisant du communisme et adepte des méthodes anarchistes de lutte supposant des attentats. Il était surnommé ”l’homme au crochet”, car il se servait d’un à la place du bras qu’une explosion lui avait arraché. L’historien Ioan Scurtu nous explique en quoi consistait la conception de Max Goldstein sur le monde nouveau qu’il souhaitait amener en Roumanie.
“Dans ce cas, ce n’est pas à un attentat au substrat politique que je me rapporte, mais plutôt à une conception. La fin du XIXe et le début du XXe siècle virent apparaître l’anarchisme, courant politique ayant pour principal promoteur Mihail Bakunin. Il visait à annihiler toute capacité de réaction de la classe dirigeante par la liquidation de ses élites. Cela aurait permis à la classe ouvrière de s’emparer du pouvoir et d’assurer aux masses une vie meilleure. Seulement, l’anarchisme n’a pas tellement pris en Roumanie. L’on en débattait les principes, mais on avait du mal à croire qu’en tuant quelques personnes on arriverait à renverser tout un système politique”.

L’histoire de Max Goldstein commence en novembre 1920, lorsqu’il tente d’assassiner Constantin Argetoianu, ministre des affaires étrangères à l’époque. Il rate son coup, mais peu de temps après, le 8 décembre, avec l’aide de Saul Osiaset Leon Lichtblau, il monte une autre attaque à la bombe, contre le siège du Sénat de Roumanie. En tombent victimes le ministre de la justice, Dimitrie Greceanu, et les sénateurs Demetriu Radu, évêque de l’église uniate d’Oradea, et Spirea Gheorghiu. L’attentat a également fait des blessés, parmi lesquels le président du Sénat, Constantin Coandà. Nous repassons le micro à l’historien Ioan Scurtu.
“Il était persuadé qu’en liquidant un certain nombre de personnes il parviendrait à accomplir l’idéal socialiste. En 1919 et 1920, il attenta, à plusieurs reprises, à la vie du roi Ferdinand Ier, encore que ce le souverain ne fût pas le pire ennemi des Roumains, loin s’en faut. Pour rappel, c’est pendant son règne que s’accomplirent la grande Union et la réforme. Après ces échecs répétés, Goldstein organisa l’attentat contre le siège du Sénat, institution qu’il prit pour cible en raison de son prestige. En effet, le Sénat était tenu à l’époque pour un corps d’élite. Il comptait nombre de personnalités qui, sans être sénateurs élus, détenaient quand même cette qualité en vertu des différentes dignités qu’elles représentaient: chefs du clergé, recteurs d’universités ou encore anciens ministres et parlementaires.”

L’action de Goldstein a choqué l’opinion publique, déterminant les autorités à se mobiliser pour lui mettre la main dessus – ce qu’elles réussirent en novembre 1921. L’exemple de Goldstein a contribué à la dissémination et à la consolidation du judéo-bolchévisme – cette théorie assumée par l’extrême droite par laquelle les Juifs étaient assimilés aux communistes. Un procès fut ouvert où l’on plaida trois causes: celle des dirigeants de la grève générale de 1920, celle du Sénat et celle des socialistes qui avaient voté en faveur de l’Affiliation du Parti Socialiste à la 3e Internationale Communiste. Repassons le micro à notre invité, l’historien Ioan Scurtu:
« Lors du procès, tant les sociaux-démocrates que les communistes ont désavoué cette pratique et requis la disjonction des dossiers. La demande fut acceptée. Goldstein fut jugé séparément et fut condamné à perpétuité. Emprisonné, il fit la grève de la faim pendant 32 jours et mourut des suites de cette forme de protestation. Avec lui s’éteignait le dernier terroriste du mouvement anarchiste de Roumanie. »

Max Goldstein meurt donc à 26 ans, laissant derrière lui l’image d’un combattant radical et téméraire contre la société capitaliste. Son action irréfléchie a nourri l’illusion de millions de personnes dans un monde nouveau fondé sur le meurtre de ses semblables.

Aut. : Steliu Lambru ; trad. : Mariana Tudose, Dominique

http://www.rri.ro

Lire la suite »Les toutes premières pages de l’histoire du terrorisme en Roumanie : le cas Max Goldstein

Lawrence d’Arabie : de la réalité à la légende…

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé."Profil de la nuit" reflète mon itinéraire en poésie. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous...

Interligne est un blog qui privilégie l’évasion par les mots, d’abord, par l’imaginaire…toujours.

Blog INTERLIGNE- Armelle sur FACEBOOK
Armelle Barguillet Hauteloire

Il y a d’abord, venant à notre mémoire, l’image que… Lire la suite »Lawrence d’Arabie : de la réalité à la légende…

72 ans de secrets soviétiques révélés par l’Ukraine

De nos cailloux frottés/Il sort des étincelles/La lumière en peut naître/Et nos grands érudits/Ne nous ont éclairés/Qu'en étant contredits / Voltaire
______________________________________________
A découvrir le site CONTRE-DITS : http://www.contre-dits.com

Des centaines de milliers de documents, jusqu’ici secrets, ouverts à… Lire la suite »72 ans de secrets soviétiques révélés par l’Ukraine

La Pérestroika ou le début de la réunification européenne

Responsable de la Commission politique des Jeunes Européens-France ancien vice-président des Jeunes Européens-Isère ancien médiateur des Jeunes Européens-France

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ces articles proviennent du magazine en ligne : Le Taurillon

Au mois d’avril 1986, M. Gorbachev entame la Pérestroïka qui va… Lire la suite »La Pérestroika ou le début de la réunification européenne

Les voyages du Mataroa

En ces temps troubles et dépourvus d’humanité, je repense à un bateau, un tas de ferraille qui, à peine quelques jours après la fin de la guerre, commença son odyssée méditerranéenne, au service des vies menacées.

  1. Accueil
  2. /
  3. histoire contemporaine