990 vues

Katyn : retour sur un crime tragique du stalinisme longtemps oublié

18


Trois ans d’attente, dont deux années de retard, Katyn*, le film d’Andrzej Wajda est arrivé en France dans sa version DVD après sa sortie en 2007 dans une seule salle parisienne. Une occasion de revisiter cette page de l’histoire de la 2ème guerre mondiale, totalement méconnue.

 

Katyn en Pologne

Katyn : près de Smolensk, forêt située à environ 50 kilomètres de la frontière biélorusse
 

Katyn, Crime, mensonge et oubli 

En avril 1940, 21957 prisonniers de guerre polonais seront exécutés par les services spéciaux du NKVD (police politique secrète du parti communiste de l’URSS) dont plus de 4000 dans la forêt de Katyn ; tous officiers, en majorité réservistes, tous appartiennent à l’intelligentsia polonaise – élites politique, économique et culturelle.

Décision prise par le Politburo qui avait alors pour membres : Staline, Molotov, Beria, Kaganovitch, Vorochilov, Kalinine et Mikoïan après le partage de la Pologne entre la Russie et l’Allemagne en 1939, et alors que les Allemands, de leur côté, construisaient le camp de concentration d’Auschwitz qui n’était pas encore destiné à l’extermination des juifs mais aux officiers polonais faits prisonniers.

Décision fut prise de déporter tous les membres de leur famille dans le Kazakhstan pour 10 ans (adultes et enfants) à l’initiative de Khrouchtchev.Katyn 1940

Le seul crime de tous ces officiers : être des patriotes polonais soupçonnés, une fois libérés, de vouloir prendre une part active à la lutte contre la prise de contrôle de la Pologne par l’URSS et sa politique impérialiste et pour la renaissance d’une Pologne indépendante ; ce même patriotisme qui infligea une défaite humiliante à l’armée communiste en 1920 lors de la première tentative d’annexion de la Pologne par la nouvelle URSS.

Terreur et idéologie : fin du droit, de la responsabilité et de la culpabilité individuelles. Nettoyage ethnique chez Hitler contre nettoyage de classe chez Staline.

Pendant plus de quarante ans les Soviétiques réussiront à camoufler ce crime à leur population et à celle de l’Europe de l’Est et à en accuser les nazis. Il faudra attendre les années 80 pour que l’URSS reconnaissance son entière responsabilité*..

(Edition originale 1998 – ré-édition 2007 actualisée)

 * Responsabilité : inutile de préciser que la Grande Bretagne et les Etats-Unis connaissaient la culpabilité de l’URSS depuis 1942 et nous tous aussi, en Europe de l’Ouest.

On estime à plus de 400 000 le nombre des victimes (déportation, emprisonnement ou assassinat) de l’occupation russe de la Pologne durant la seule période de la seconde guerre mondiale : 400 000 sur une population de 12 millions.

Voir l’archive de l’INA

Présentation du massacre de Katyn par Gilles Dutertre

3 avril 1940 : début des massacres de Katyń

massacrces de Katyn
 
Le 1er septembre 1939, l’Allemagne attaque la Pologne par l’ouest, le 17 septembre 1939, l’URSS, alliée des nazis depuis le pacte Molotov – Ribbentrop (23 août 1939), l’attaque par l’est. (Pour légitimer leur attaque, les soviétiques prétextent le besoin de protection des populations biélorusses et ukrainiennes : ça ne vous rappelle rien de plus récent ?). Environ 250 000 soldats polonais, dont 10 000 officiers sont faits prisonniers par les soviétiques. 
 
 Lavrenti Beria

Lavrenti Beria

Fin février 1940, 6 192 policiers et assimilés (gendarmes, gardiens de prisons, gardes frontières, responsables scouts) et 8 376 officiers, ainsi que des membres de l’élite de la société civile polonaise (médecins, avocats professeurs) sont encore internés dans trois camps de concentrations : Kozielsk, Ostachkov et Starobielsk.
 Le 5 mars 1940 : les membres du Politburo (Staline, Vorochilov, Mikoyan, Molotov, Kaganovitvh et Kalinine) donnet leur accord à la demande de Lavrenti Beria, chef du NKVD (Commissariat du peuple aux Affaires Intérieures = police politique), d’appliquer la peine de mort par fusillade à 25 700 « prisonniers polonais, anciens officiers, fonctionnaires, agents de police,a gents de renseignement, gendarmes, {…}, membres de diverses organisations contre-révolutionnaires d’espions et de saboteurs », sans comparution devant des tribunaux, ni acte d’accusation !  (Cf. document ci-dessous)
 
Décision du massacre de Katyn
 
Entre le 3 avril et le 13 mai 1940, 4 404 prisonniers de Kozielsk sont abattus d’une balle dans la nuque dans la forêt de Katyń et ensevelis dans des fosses communes. Les 3 896 prisonniers de Starobielsk sont assassinés dans les locaux du NKVD à Kharkov (aujourd’hui Kharkiv en Ukraine) et les 6 287 prisonniers d’Ostachkov sont assassinés à Kalinine (aujourd’hui Tver). En trois mois, les massacres ont donc concerné plus de 14 400 Polonais, auxquels il faut ajouter 7 800 membres de réseaux de résistance et fonctionnaires divers.   
 
massacre de Katyn par les nazis en Pologne
 
On soulignera que les exécutions se sont généralement faites au moyen de pistolets Walther de fabrication allemande, provenant d’arsenaux militaires estoniens saisis par les soviétiques. Il semble donc bien que, dès l’origine, Staline voulait rendre son allié allemand responsable des massacres.
Le 22 juin 1941, l’Allemagne nazie se retourne contre son allié soviétique et envahit la Russie, cœur névralgique de l’URSS : c’est l’opération Barbarossa.
Au printemps 1943, des militaires allemands mettent à jour les corps de plus de 4 500 officiers polonais, empilés dans plusieurs fosses. Le 13 avril 1943, la presse allemande révèle la découverte et attribue le massacre au NKVD. Deux jours plus tard, les dirigeants nient leur responsabilité et en rendent responsables les Allemands leur de leur avance de 1941. Une commission internationale, composée essentiellement de représentants de pays alliés de l’Allemagne et de Suisses, conclut que les assassinats ont eu lieu au printemps 1940, ce qui en fait porter la responsabilité aux soviétiques. Une commission d’enquête de la Croix-Rouge polonaise arrive aux mêmes conclusions, mais son rapport n’est pas rendu public, afin de ne pas alimenter la propagande allemande. Le rapport est transmis au gouvernement britannique qui ne le publiera qu’en …… 1989.
 Ce n’est que le 13 octobre 1990 que Mikhaïl Gorbatchev reconnaîtra la responsabilité irréfutable de l’Union soviétique dans le massacre de Katyń, présentera ses excuses officielles au peuple polonais et ne transmettra aux autorités polonaises des documents d’importance secondaire.
 En 2005, après une dizaine d’années d’instruction, le procureur général militaire russe Alexandre Savenkov clôturera le dossier par un non-lieu, qualifiant le massacre de « crime militaire » de droit commun (donc ni génocide, ni crime contre l’humanité), donc bénéficiant de la prescription (50 ans). Vladimir Poutine explique que le massacre de Katyń est une vengeance de Staline, battu devant Varsovie en 1920 ! Et, dans le même temps, porte Staline au pinacle des vainqueurs de la « Grande guerre patriotique ».  
 Le 10 avril 2010, alors qu’il se rendait aux commémorations, le président polonais Lech Kaczyński périt, ainsi que toute la délégation polonaise à bord, dans la catastrophe aérienne de son Tupolev Tu-154, à l’approche de Smolensk. Certains y voient encore aujourd’hui plus qu’une coïncidence.
 katyn massacre en 1940 en Pologne
 
 

Découvrir le blog de Gilles en Lettonie




Partager

A propos de l'auteur

Aujourd’hui, si nous ne sommes sûrs de rien ni de personne, c’est que nous sommes infiniment plus nombreux qu’hier à chercher à savoir ; et plus nous serons nombreux à trouver et moins les évidences auxquelles il nous a si longtemps été demandé d’adhérer s’imposeront à notre esprit. Ainsi va la recherche ! Vers un savoir de plus en plus complexe mais sans surprise car, ce savoir doublé d’une compréhension dévastatrice nous renverra fatalement à ce que nous sommes aussi - d’aucuns ajouteront -, et surtout : à cette nature en trompe l’oeil, dissimulatrice, accapareuse et rétentrice qu’est la nôtre. Porteuse de tous les dangers, cette recherche expansionniste toujours plus performante et exigeante : le danger de nous laisser sans évidences et sans certitudes. Du grain à moudre pour la littérature... ce danger ! Nul doute ! ________________________________________________________________________________________________________________ La littérature est notre confesseur ; elle nous absout à l'adresse suivante : Le blog de Serge Ulesky

18 commentaires

  1. Bien sur que plus les annees passent plus les morts augmentent,surtout si se sont de soit disant historiens qui les publient,plus propagandistes qu’historiens comme antony Beevor.ou robert Conquest qui pour calculer le nombre de mort au goulags s’etait pencher sur les recenssements fait dans les annees 30,40 par l’Urss,qui variaient a lepoque de -4 a +5 millions a -3 millions de personnes,quand on a su comment avaient ete fait ces fameux recenssements,on a bien compris la connerie.Quand a Katin si les enquettes russes sont scientifiques,aspect des corps et autopsie (impossibilite des 3 ans sous terre),liens en nylons autour des mains(les russes n’ont pas eu de nylon americain avant 1942 les allemands oui),le culot des balles geko dont les inscriptions indiques des dates de 1941,1942,des plaques de policiers polonais retrouves a 1000 km de katyn dans des fosses alors qu’ils sont inscrit sur le monument aux morts de katyn.enfin bref de sacres interrogations et preuves que les nationalistes polonais et leur amis n’ont jamais pu repondre,qu’a coup de millions de morts?ou de faux ordres de Staline qu”a donne Elsine en les monayant, toujours bourre…..

  2. Patricia Rouget on

    Bonsoir, je découvre “ce massacre” qui m’est inconnu …Dans aucun de mes livres d’histoire je n’en ai entendu parlé …..(je suis française) …depuis 60 ans …. donc des livres d’histoire ,j’en ai eu !!!! Mais ils ne parlent en général que du problème Juif ,déportation etc … Nous avons été élevé par rapport a une “horreur” faîtes au Juifs …. de religion … les pauvres massacrés- Le reste est sous une chape de plomb –

  3. Héloïse de Marèges on

    En effet les Anglais étaient au courant. Mais de juin 41 à la fin de la guerre il ne fallait pas en parler, à la fureur des nombreux réfugiés polonais qui travaillaient pour l’IS.

  4. Hugues de Montardy on

    Dés le procès de Nuremberg, les Soviétiques se sont retrouvés en porte à faux sur le massacre de Katyn mais dit-on au vainqueur qu’il a tort?

  5. Gérard Bufort on

    Jusqu’à la reconnaissance par l’archipel du goulag, le sujet a été considéré par les communistes comme une propagande anti communiste primaire. Par la suite la reconnaissance des oeuvres de Soljenitsyne, on fait reconnaitre que cette horreur était attribuable au régime soviétique. La russie a reconnu officiellement cette horreur dans les années 90.

  6. Michel Zerkowski on

    Je suis d’accord avec votre commentaire. Je suis d’origine polonaise, né en France, je n’ai appris l’existence du massacre de Katyn par les Soviétiques que lors de mon premier voyage en Pologne.

  7. Je viens de vérifier dans les manuels d’histoire que j’avais à l’époque où j’ai appris cette période historique (milieu des années 90). L’épisode n’y figure pas et mes cours n’en font pas mention. Je n’ai peut-être pas eu la chance qu’on me donne les bons manuels.

    Cependant, ce n’est visiblement pas étonnant, puisque cela correspond dans divers pays d’Europe dont la France et l’Allemagne, notamment, à une volonté de limiter les aspects militaires pour visiblement mettre l’accent sur des aspects plus sociaux ou sur des points plus spécifiques. Il n’est pas étonnant qu’en Pologne, la tragédie de Katyn ait été abordée avec difficulté. Jusqu’aux années 2000 ou au moins à la fin des années 90, il semblait logique que l’occupation allemande soit beaucoup plus abordée que l’occupation soviétique et ses conséquences que le cinéma commence à révéler d’ailleurs à travers des films réussis et assez justes dans leur base informative à l’instar de Katyn de Wajda…

  8. Gérard Bufort on

    Katyn fut découvert par les allemands mais certains pensaient que c’était les nazis qui en avaient fait une arme de propagande notamment chez les communistes français mais aussi chez des personnes qui n’arrivaient pas à croire une monstruosité pareille de la part des soviétiques.

  9. Gérard Bufort on

    Je parle plutôt en historien qu’en français. Beaucoup de Français ne connaissent que peu l’histoire de leur propre pays. Le massacre le litene et les nombreux progroms de toute l’époque soviétique sont moins cités par les livres d’histoire contemporains. Le massacre de Katyn ne me semblait pas avoir été connu au moment de sa réalisation il me semble ? Si ? Pour moi Katyn reste le symbole de cette alliance d’horreur entre les soviétiques et les nazis contre les polonais alliés de la France.

  10. Patricia Rouget on

    Dites donc vous , je fais partie de ces “peu de français ” qui connaissent l’histoire de leur Pays …..Je parle des français – les vrais – Je connais aussi bien l’Histoire de mon Pays que vous – non mais ……

  11. Bonsoir Gérard, merci pour ce commentaire. Je ne partage pas forcément son contenu. En fait vous raisonnez en français… je pense. Je ne suis pas l’auteur de l’article, ni de l’article plus historique, mais en réalité ce massacre, dont je rappelle qu’il était connu et même reconnu pendant la période même de sa réalisation, a fait l’objet d’une forme d’occultation après la guerre et pour cause… Bien sûr des passionnés de la période, des historiens spécialisés, connaissent. Mais ce n’est pas un événement si connu, donc il reste globalement méconnu … tout comme le massacre de Litene en Lettonie dont vous me direz aussi qu’il est connu et évoqué dans les livres, peut-être?

  12. Gérard Bufort on

    Ce qui me gêne dans l’article c’est de dire que ce massacre est méconnu. Qu’on puisse ne pas le savoir certainement mais on ne peut pas écrire que c’est méconnu. Dans tout bon livre d’histoire sur la 2° guerre ce massacre est mentionné.

  13. Gérard Bufort on

    Katyn est un des grands massacres de l’URSS. La sauvagerie de ce massacre qui se voulait l’écrasement définitif de la Pologne fait partie des crimes contre l’humanité qui n’a jamais eu de procès au XX° Siècle.

  14. Gustave de Medeiros on

    22000 ? D’ou sort ce chiffre ? Les allemands ont inhumé 4000 corps et il y a en effet 4000 tombes à Katyn Je trouve que ce chiffre croit avec le temps.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.