133 vues

2 mois en Nouvelle Zélande en camping car et mode backpackers : un voyage merveilleux

0

S’il vous plaît, dessine-moi 50 millions de moutons… La Nouvelle Zélande, c’est tout simplement magique ! Les mots me manquent pour décrire ce que m’a inspiré mon voyage dans le pays du long nuage blanc comme on le surnomme.

Quand on décide de partir en voyage en Nouvelle-Zélande, on ne se rend pas toujours compte à quel point cela représente une aventure à l’autre bout du monde. J’ai eu la chance de vivre ce rêve pendant plus de deux mois et aujourd’hui encore, je ne pense qu’à y revenir malgré les quelques 25 heures de vol, ponctués par trois escales et le choc que constituent les douze heures de décalage horaire. Dès que j’ai posé le pied dans le pays, j’ai découvert un véritable petit paradis sur terre comme je les imaginais … Ce qui m’attirait le plus vers ce pays, c’était les paysages que j’avais pu admirer dans plusieurs reportages et films. S’ils me semblaient déjà absolument magnifiques, j’en ai eu le souffle coupé et parfois je suis juste restée sous le choc en voyant combien ils étaient grandioses, variés et émouvants! Autant dire que je n’ai pas été déçue par la réalité qui dépassait de loin mon imagination. Difficile même de dire quel paysage m’a paru le plus beau, tous étant plus beaux les uns que les autres … Je les voyais défiler en parcourant la Nouvelle-Zélande depuis le Nord jusqu’au Sud et je me demandais comment un tel pays pouvait condenser des paysages aussi différents et même opposés.

Depuis Auckland, la capitale économique, située dans le nord de l’île et très semblable aux villes australiennes que je connaissais, avec ses airs de grosse métropole cosmopolite et très vivante, j’ai entamé un périple exceptionnel. Aucune fausse note en dehors d’une hasardeuse dégustation d’opossum qui ressemble à une improbable aventure culinaire que je ne renouvellerais pas et de quelques bons coups de soleil malgré de bonne protection car la Nouvelle-Zélande souffre du trou dans la couche d’ozone. J’ai rencontré un peuple généreux, chaleureux, des gens toujours de bonne humeur et prêts à rendre service. Les Néo-zélandais sont très avenants et ouverts vers le monde et c’est probablement ce que j’ai trouvé le plus impressionnant. J’ai été surprise d’apprendre que la Nouvelle Zélande qui a une histoire très riche pourtant récente puisque le Traité de Waitangi en 1840 a été ratifié et a permis de garantir les droits des maori. Ainsi, l’île voit cohabiter plusieurs cultures qu’entretiennent les principales communautés : les maori, présents depuis le 1er millénaire sont fiers de leurs traditions et on les découvre en Europe à travers les All Blacks par exemple, tandis que les non maori et non polynésiens sont surtout originaires d’Europe et d’Asie en majorité.

De la Nouvelle-Zélande, je pense que ce que j’ai le plus apprécié, ce sont les contrastes. Je suis restée bouche bée devant la splendeur des fjords et des glaciers de l’île du sud, j’ai admiré des volcans comme le Tongariro et les sources thermales de Rotorua. Et que dire de la nature verdoyante des parcs nationaux?  Si vous aimez les randonnées, il faut s’aventurer dans les parcs nationaux principalement situés dans l’île du sud. J’ai apprécié Abel Tasman ou le moins connu Queen Charlotte Track … La Bay of Island est l’un des sites les plus incontournables de Nouvelle Zélande. Au-delà de sa beauté, il offre la possibilité de nombreuses balades en mer, à pied et à vélo et si vous disposez d’un peu de temps, il est vraiment agréable d’allier les trois modes. On y parcourt la réserve nationale Waitangi qui fut le théâtre de la signature du traité fondateur à l’origine de la Nation Néo Zélandaise au milieu du 19ème siècle.

Dans l’île du nord, ne manquez pas au moins une journée à Wellington, l’ambiance de la “windy city” n’est pas comparable à Auckland et j’ai trouvé que la capitale du pays avait du charme et dégageait une impression de forte animation et de jeunesse d’esprit!

Concernant le mode de déplacement, l’un des meilleurs moyens de découvrir le pays reste sans doute le bus. Il y a des compagnies et des agences qui organisent des tours et des excursions et permettent même aux voyageurs de planifier leur itinéraire sur mesure pendant plusieurs jours semaines. Mais il est aussi possible d’opter pour la location de camping-car pour la Nouvelle-Zélande. Pour ce qui est de l’hébergement, le mieux si vous ne choisissez pas le camping-car est de faire escale dans les Backpackers. Les hébergements sont beaucoup plus économiques que dans un hôtel, la qualité est presque toujours au rendez-vous et en rencontrant et discutant avec les autres voyageurs, on profite aussi de leurs expériences pour échanger des bons plans et des tuyaux et dégoter quelques curiosités locales.

J’aimais l’idée de pouvoir me poser librement au hasard avec mon camping-car dans un autokamp ou un camping et de bien prendre mon temps pour explorer l’île et rester plusieurs jours voire une semaine dans un même endroit, donc j’ai loué un camping car pendant un mois et réalisé une partie du voyage en mode backpapers. J’ai trouvé sans mal plusieurs agences francophones louant des camping-cars et j’ai apprécié la commodité qui allait avec le camping car même si j’ai aussi apprécié les sympathiques Backpackers où j’ai profité d’un bon confort, d’un excellent accueil et de services de qualité. Les routes en Nouvelle-Zélande sont relativement bonnes, bien que le réseau routier reste inégal. Il n’y a quasiment pas d’autoroute dès qu’on quitte la banlieue d’Auckland. On ne roule donc pas très rapidement et c’est encore mieux pour apprécier les paysages.

Que dire pour conclure? Mon voyage en Nouvelle Zélande en camping car et en backpackers m’a laissé l’un des meilleurs souvenirs de ma vie. J’ai aimé tous les sites, les villes, les parcs et la beauté des paysages que je n’ai pas retrouvée ailleurs lors de mes périples. J’ai aussi été vraiment touchée par l’hospitalité de ses habitants  ! Allez y vite, vous ne pourrez pas être déçus!



Partager

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.