IDEOZ Voyages > Articles de: sahkti

sahkti

On a mis Papy dans le coffre de la voiture de Louis Dubost : Et si la mort s’invitait ?

On a mis papy dans le coffre de la voiture” est le titre de la nouvelle qui a donné son nom au recueil de Louis Dubost. Un ensemble de nouvelles qui évoquent la fragilité de la vie, tout en posant des questions presque universelles et évoquant la gravité des sentiments…

Lire la suite »On a mis Papy dans le coffre de la voiture de Louis Dubost : Et si la mort s’invitait ?

L’invité de Bilgesu Erenus : Etranger en son propre pays

Un “gastarbeiter”, c’est en allemand un “travailleur invité”, un travailleur immigré. C’est le cas de Musa, “invité” turc à venir travailler dans une usine allemande pendant plusieurs années avant de rentrer au village. L’occasion de prendre conscience d’un double déracinement, d’une dépossession complète d’identité. Musa a dû se faire une place en Allemagne, il n’a désormais plus la sienne en Turquie. Alors il va falloir apprendre et réapprendre, se faire comprendre et surtout, se faire accepter.Lire la suite »L’invité de Bilgesu Erenus : Etranger en son propre pays

Le dossier Robert de Karsten Dümmel : Les années Stasi

Robert a récemment obtenu un diplôme en sciences, une carrière pourrait s’ouvrir à lui mais nous sommes à Leipzig, en RDA, à la fin des années 70 et Robert milite au nom de la liberté d’expression. Une activité qui lui vaut des ennuis et le cantonne à laver des fenêtres jour après jour. Le coeur de Robert bat pour Maria, fichée à la Stasi. Ils font des projets d’exil, de liberté retrouvée ailleurs, jusqu’au jour où Maria disparaît sans laisser de traces. Alors Robert va chercher…

Lire la suite »Le dossier Robert de Karsten Dümmel : Les années Stasi

La persistance du froid de Denis Decourchelle : Chacun forme un tout

Denis Decourchelle est ethnologue. Ethnologue et romancier. Si le premier fonctionne bien sans l’autre, ce n’est pas forcément le cas du second, tant le don d’observation de l’auteur dans son métier se ressent dans ses lignes. Il y parle de personnes, de destinées, d’êtres humains qu’il traque à la loupe et dont il nous offre des trajectoires tantôt tourmentées, tantôt linéaires. Une association bienvenue dans le cas de ce premier roman, très humain, également très subtil dans sa façon de plonger dans la vie d’autrui, en finesse mais sans concessions.Lire la suite »La persistance du froid de Denis Decourchelle : Chacun forme un tout

Les larmes de Spinoza de Pascal Commère : Les accompagnateurs


L’écriture est la porte ouverte vers le domaine de l’inaccessible, mettant celui-ci (presque) à portée de doigt. Pascal Commère explore cette découverte à travers des portraits touchants, magnifiques de sensibilité et de sincérité. Le tout est décliné sous une plume de grande qualité, le langage est recherché, les mots participent à la construction d’un univers à la fois chatoyant et intimiste.

Lire la suite »Les larmes de Spinoza de Pascal Commère : Les accompagnateurs

Apologie du silence de Alain Maumejean : Comment dire le silence

alain maumejeanVouloir dire le silence -sans parler de faire son apologie-, voilà qui pourrait paraître paradoxal. Le silence n’est-il pas justement silence, page vierge, absence de sons (ou de mots) ? Non et heureusement, car cela permet à des plumes telles celle de Alain Maumejean de nous offrir de merveilleuses lignes pour nous dire ce silence auquel il vous un attachement particulier.Lire la suite »Apologie du silence de Alain Maumejean : Comment dire le silence

L’homme qui était Sherlock Holmes de Ely M. Liebow : Une biographie du Dr Joe Bell

L’homme qui était Sherlock HolmesEn 1892, Arthur Conan Doyle écrit au Docteur Joseph (Joe) Bell, son ancien professeur: “C’est à vous que je dois Sherlock Holmes”.

Joseph Bell était chirurgien, médecin légiste, professeur de médecine à l’université d’Edimbourg et auteur d’une “méthode déductive” qui servira beaucoup les intérêts de Sherlock Holmes. Doté d’un fabuleux sens de l’observation, Bell pouvait extraire des informations importantes à partir d’infimes détails, ce qui l’aidait non seulement à mieux connaître (et maîtriser) les pathologies de ses patients mais aussi à se livrer à diverses enquêtes.Lire la suite »L’homme qui était Sherlock Holmes de Ely M. Liebow : Une biographie du Dr Joe Bell

Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss : L’ethnologie est une science

tristestropiquesNeuf parties, quarante chapitres, autant d’éléments pour structurer un voyage qui donnera à Lévi-Strauss l’occasion de mûrir sa pensée et sa conception du monde. Un homme qui entame son récit par une phrase qui dit beaucoup: “Je hais les voyages et les explorateurs”. On peut s’interroger sur la portée d’une telle déclaration, avant de comprendre l’hésitation qui fut celle de Claude Lévi-Strauss au moment de livrer ses impressions.

Lire la suite »Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss : L’ethnologie est une science