IDEOZ Voyages > CROATIE > VIE PRATIQUE EN CROATIE > Payer en Croatie : conseils pratiques > Change en Croatie et achat de Kunas : où et comment faire?

Change en Croatie et achat de Kunas : où et comment faire?

Bien que la Croatie ait intégré l’Union européenne, elle n’a pas encore adopté l’Euro comme monnaie. En attendant la perspective de payer en euro officiellement même si certains achats sont possibles, il est préférable de faire le change des euros en kuna. Quelles sont les meilleures solutions fiables et économiques pour acheter des kunas croates?


Pourquoi vaut-il mieux toujours payer en devise locale plutôt qu’en euro?

Aujourd’hui, si vous payez par carte bancaire hors zone euro, vous savez peut-être qu’il est possible de demander la conversion directe du prix en euro. Ce n’est pas automatique : cela dépend des terminaux de paiement et des cartes. Cela vous paraît sûrement une bonne idée pour savoir combien vous allez payer. Et pourtant! vous avez tort, car ce que vous paierez en théorie n’est pas ce qui vous sera facturé. On appelle cette pratique de frais cachés le change dynamique.

Payer en euro en Croatie au lieu de payer en kuna devient une fausse bonne idée. Mais pourquoi donc?

Comment le change dynamique par carte bancaire nous fait payer tout plus cher…

Traditionnellement, on payait dans la devise locale. Au retour en consultant les comptes, on constatait des tas de petites sommes associées aux achats ou aux retraits qui correspondaient aux frais de transaction et aux commissions sur les achats.

Le change dynamique DCC « Dynamic Currency Conversion » a été mis en place pour faciliter soi-disant la vie des touristes en leur donnant l’autorisation de payer dans la devise du pays dont provient la carte bancaire du client.

Prenons un exemple : vous effectuez un achat de 100 HRK soit environ 13,2€

Si vous payez en euro en liquide, on vous demandera 15 € en billets. On vous rendra éventuellement 15 HRK (ou moins) et vous ne saurez jamais si ce qu’on vous rend correspond vraiment à ce qui était du.

Avec le DCC, en payant par carte bancaire, si vous acceptez de payer en euro au lieu de payer en kunas, le commerçant rentre la somme en kunas et le terminal la traduit en euro.

Le seul problème ? Une société privée agit comme intermédiaire dans sa transaction et applique un taux qui n’est pas souvent favorable aux clients et qui lui rapporte beaucoup et peut aussi rapporter au commerçant, pour compenser les autres frais liés à ce mode de paiement. Le taux peut entraîner une hausse du coût de 5 à 12% en moyenne sur le prix à cause de la différence entre le taux officiel international et le choix retenu. Forcément, ce n’est pas pareil de voir appliqué le taux de 7,55 HRK que 7,35 HRK!

Pour en savoir plus sur les pratiques et les pièges du change dynamique

Vaut-il mieux acheter les kunas en France ou en arrivant en Croatie?

Quand on voyage dans un pays étranger qu’on ne connaît pas du tout, on cherche souvent à se rassurer en achetant rapidement des devises locales. La problématique de la monnaie en Croatie, de la qualité du change et des frais bancaires hors zone euro doit attirer votre attention, dans la mesure où les taux ne sont pas toujours avantageux et certaines solutions s’avèrent onéreuses.

N’achetez jamais les kunas en France et n’en ramenez pas, car elles seront invendables. Cette monnaie, uniquement valable en Croatie, est rare à trouver, sauf peut-être à Paris et est donc vendue à un taux de change très défavorable et avec des frais d’acquisition qui peuvent être élevés et facturés par l’établissement, le bureau de change sans que vous vous en rendiez compte.

beenhere

Il est toujours préférable d’attendre d’arriver en Croatie pour changer vos euros en kunas et de ne pas se précipiter au premier bureau de change ou distributeur automatique croisé dans un aéroport ou aux abords de la douane croate

Aux frontières terrestres, la conversion n’est pas forcément plus favorable aux voyageurs que celle des bureaux de change et distributeurs dans les aéroports. Cela dépend des frontières en réalité. L’équivalent des frais bancaires connus à l’avance est intégré dans le taux de change, ce qui est moins transparent, puisque le bureau veut vous donner encore moins que ce qui est théoriquement prévu en déduisant une part pour son service. Or le premier réflexe du touriste est de se rendre au bureau de change pour y effectuer l’essentiel de son change sans trop comparer les possibilités!

Vous vous demandez peut-être comment payer en Croatie une fois que vous avez débarqué à l’aéroport ou à la frontière, si vous n’avez pas encore fait le change? Si vous arrivez en avion, prévoyez les modalités de votre transfert jusqu’au centre-ville en réservant à l’avance le billet de la navette (ce qui est de plus en plus possible) ou en optant pour un transfert privé. Cela vous permettra de vous rendre à la Poste, vers le guichet d’une banque ou un DAB (distributeur automatique ou bankomat) pour vérifier les taux et conditions et comparer les offres.

Contrairement aux banques et à la Poste, les distributeurs sont ouverts à toutes heures et donc vous pourrez y faire votre change sans mal! Il est désormais possible de réserver un transfert privé qui permet de savoir combien vous allez clairement payer pour rejoindre votre hôtel/hébergement depuis l’aéroport. Cela vous éviterait d’avoir à réaliser le change en urgence pour une petite somme avant de l’effectuer à nouveau dans un autre établissement pour le reste de vos dépenses… Inutile donc de prendre le taxi (pas toujours transparent) dont vous ignorerez le montant de la course et avec lequel vous risquez de mauvaises surprises.

Où faire le change et acheter des kunas en Croatie : quelle est la meilleure solution?

La Poste : la solution la plus fiable mais pas forcément le meilleur taux de change

Les frais de commissions sont parmi les plus faibles, autour de 10 -15 HRK quelle que soit la somme. En gros, ils sont déjà intégrés dans les taux. Ceux-ci sont acceptables, mais ce ne sont pas les meilleurs. Ils peuvent même sembler désavantageux, si on les regarde sans intégrer les coûts de transaction.

Si je recommande la Hrvatska pošta, c’est surtout pour la relative fiabilité du personnel et le montant des frais limité, qui ne dépend pas de la somme totale. Comme en France, la Poste croate propose un service bancaire et peut changer de l’argent (de préférence en espèces). Sachez que vous pourrez aussi y payer vos contraventions éventuelles. Consultez les adresses des bureaux postaux et leurs heures d’ouverture.

La seule contrainte de la Poste croate est liée à l’ouverture des bureaux (jusqu’à 18h, ou jusqu’à 19h en été), alors que les distributeurs automatiques sont accessibles 24h/24. Mais l’utilisation de la carte bancaire générera aussi des frais fixes auprès de votre banque, alors qu’au guichet, vous pouvez effectuer le change des monnaies en direct avec une commission très limitée.

La ZABA, Zagrebska Banka et PBZ Banka : les banques traditionnelles les plus pertinentes

La Zagrebska Banka dite ZABA (qui ne se limite pas à Zagreb malgré son nom) est l’une des plus stables avec 7,42 HRK en moyenne à l’achat.

La PBZ Banka fait aussi un change assez respectueux et prend des commissions un peu moins élevées que leurs concurrentes. On obtient souvent 735 à 740 hrk pour 100€, sans frais de commission.

L’ex Splitska Banka (groupe société générale) de Split depuis son rachat par un groupe hongrois devenue OTP banka pratique des coûts plus élevés.

N’hésitez pas à vérifier auprès de plusieurs établissements pour comparer les commissions les plus avantageuses sachant que le cours du change ne suffit pas à évaluer cette attractivité puisque se greffent les frais bancaires.

Les banques étrangères, principalement allemandes, pratiquent des frais assez onéreux. La Erste Bank propose par exemple 1 HRK pour 0,13 €, 100 HRK.

Les kiosques Tisak

C’est un peu le service de borne multifonctions pour payer aussi des factures, des contraventions, des parkings. Ces kiosques proposent l’échange de devises et utilisent le service de conversion du cours de la PBZ Bank, actualisé quotidiennement. La commission est la même dans tous les Tisak du pays soit 3% de la somme. Au moins c’est clair. Le cours moyen est de 742 HKR pour 100€. Dans cet exemple on est donc à 22 HRK ou 3€ pour la transaction ce qui est raisonnable.

Trouver un kiosque Tisak

Bureaux de change officiels ou privés : pratiques et faciles d’accès mais méfiance!

Vous trouverez sans problème un bureau de change aux principaux postes frontières croates et dans les aéroports, et dans les zones historiques et ports des villes touristiques, donc vous pourrez effectuer vos retraits dès que vous arrivez sur place.

Il est aussi possible de trouver certains offices du tourisme qui pratiquent le change comme sur l’île de Hvar, et dans la plupart des hôtels de standing international ont un service. La solution de l’hôtel est rarement avantageuse, mais très pratique surtout sur les îles où les agences sont rares. Comme pour les services de location de voiture ou d’excursions, mieux vaut garder ces solutions en dernier recours. En revanche, les agences de tourisme s’avèrent pratiques et bien placées en terme de rapport qualité/prix.


Pourquoi se méfier des bureaux de change 0 commission ?

Si je n’ai jamais eu de mauvaises surprises aux bureaux de change des frontières terrestres, globalement, je vous conseille d’éviter les bureaux de change de toutes les villes touristiques et des aéroports et surtout ceux annonçant 0 commission. A moins de ne pas avoir d’autre choix. C’est le plus souvent trompeur et là que vous aurez le plus mauvais change (il n’est pas rare que l’on reçoive moins de 700 HRK pour 100€) car les touristes sont supposés ne pas être trop regardants et n’osent pas réclamer. L’expression “être pris pour un américain” prend son sens.

Seule exception : le bureau de change à Dubrovnik, situé au port de Gruz, est très pratique surtout pour les croisiéristes qui ont un temps compté dans Dubrovnik et donne environ 7,45 HRK pour 1€ … C’est le conseil de Femica, guide professionnelle francophone à Dubrovnik qui connaît les astuces et bons plans de sa cité et les partagera volontiers avec vous si vous la choisissez comme accompagnatrice lors de votre visite de la ville. Ce bureau de change permet aux voyageurs pressés, débarquant dans la ville pour quelques heures au cours de leur croisière sur l’Adriatique, de rejoindre la ville avec des kunas en poche rapidement. A Dubrovnik, l’euro est pris davantage que dans les autres villes, mais il n’est pas recommander de l’utiliser à moins de vouloir tout payer vraiment plus cher.


Bureau de change à Dubrovnik 32 obala stjepan radic -Port nouveau

bureau de change du port de Gruz à Dubrovnik
Bureau de change à Dubrovnik 32 obala stjepan radic -Port nouveau

La fausse bonne idée du retrait au distributeur

C’est facile, c’est pratique, c’est tentant, mais il faut savoir résister à la tentation, si on a un budget limité.

Peut-on facilement trouver des distributeurs en Croatie pour retirer de l’argent?

Vous pouvez sans problème effectuer un retrait dans les distributeurs automatiques – bankomats partout dans les villes (surtout dans leur centre historique) et dans les principales stations de la Côte Adriatique et dans les capitales des îles. Ils acceptent les Visas contrairement à certains autres pays des Balkans comme la Bosnie-Herzégovine et Mastercard, American Express et celles de type Max et équivalents regroupant toutes vos solutions de paiement en une. Elle peut être refusée pour un montant inférieur à 30 ou 50€.

Pourquoi privilégier le change en espèces dans un guichet de l’agence plutôt qu’au distributeur automatique?

De loin la meilleure solution car vous n’aurez pas de frais de votre banque. L’agence locale prélèvera uniquement ses frais de transaction, mais elle appliquera le cours légal international qu’elle affiche clairement et qu’elle a l’obligation réglementaire de respecter, alors que les bureaux de change vous léseront presque toujours. Les frais de distributeur sont indépendants des pratiques de votre établissement.

En revanche, le bankomat ou DAB / distributeur automatique qui est l’option la plus pratique n’est pas forcément la plus économique. Cette solution est rapide, accessible 7 jours sur 7 24h/24 et dans la langue de votre choix, dans les distributeurs les plus modernes. Il n’y a donc pas de souci pour se faire comprendre et les cartes comprennent des assurances en cas de vol ou de problèmes de transaction.

Mais le change en Croatie via le distributeur automatique génère des frais bancaires doubles : ceux prélevés par votre agence et ceux de l’établissement qui vous distribue l’argent, au titre de la transaction et de la conversion. Vous n’aurez jamais la totalité de la somme si vous comptez ce que vous avez demandé et reçu en appliquant le change indiqué.

Vous apprécié IDEOZ? Partagez avec vos amis!