Aller au contenu

A shoulder to cry on : une quête de soi très émouvante (BL coréen)

A shoulder to cry on – Une épaule sur laquelle pleurer est un drama BL coréen très émouvant et réussi, associant histoire d’amitié en milieu scolaire et une touchante quête de soi à travers la naissance d’une relation complice et des premiers émois et sentiments amoureux entre deux jeunes garçons dont la relation a pourtant très mal débuté sur un malentendu et une forme de harcèlement.

a shoulder to cry on bl coreen

Enfin. Merci à la série A shoulder to cry on pour ce beau moment et la claque émotionnelle à décharge durable que j’aie ressentie au gré de ces 3h30. Elle restera mon coup de coeur de 2023 en Corée du sud, avant même the 8th sense. Je n’attendais déjà plus grand chose des BL coréens au printemps. En réalité, je n’attendais rien de celui-là non plus en lisant le synopsis qui me rappelait tant d’autres histoires déjà vues et c’est ce qui l’a rendu surprenant. Sous des abords classiques, avec une histoire banale et pas très dense sur le papier, il a réussi à développer avec une infinie délicatesse une ambiance, une relation, des thématiques psychologiques et une chimie entre les personnages génératrice d’émotions pures qui infusent et touchent différemment selon qu’on découvre l’histoire épisode après épisode ou en les regardant de bout en bout.

Pour avoir vu désormais (quasiment?) tous les BL coréens disponibles sur internet en vostfr, vosta ou vostes et produits depuis 2017 et des films ou courts métrages plus anciens, je commence depuis quelques mois à m’ennuyer fermement. Et encore c’est un euphémisme comme le confirment le visionnage récent de Individual Circumstances, ou pis encore All the Liquors ou Oh my assistant ! ou The New employee. Cela ne m’empêche pas de tous les regarder du début à la fin, sans avance rapide, même quand je suis fort déçue. Pourtant, on annonçait des évolutions dans la production coréenne pour rallonger la durée des épisodes et mieux développer les contenus, améliorer le travail autour des personnages et de leurs personnalités, et densifier les histoires jugées souvent comme trop lisses. Tout cela est peut-être en gestation, mais l’offre actuelle est très répétitive, avec des personnages sans relief et sans aspérités, avec des histoires parfois inexistantes, qui dégagent assez peu d’émotions. Or, les émotions restent la principale source de vibration y compris dans des oeuvres légères ou faciles d’accès où l’alchimie d’une relation n’explose pas : elles auraient pu au moins sauver les récentes fictions et surtout celles de ce premier trimestre 2023. Après tout, les émotions, c’est bien la clé du plaisir du spectateur et c’est ce qu’on retient, quand les histoires ne sont pas toujours fortes et soutenues par des intrigues riches et des caractères élaborés. Aussi, A shoulder to cry on : une épaule sur laquelle pleurer, adapté du manhwa éponyme de Dong Mul, apparaît comme un petit bijou dans cette pléthore de séries souvent insignifiantes ou très neutres et sans dimension émotionnelle ou dramatique convaincante.

Une relation attachante entre histoire d’amitié, premiers émois et quête de soi

A shoulder to cry on pourrait ressembler à une série anecdotique et sans grande originalité. Au début du moins. Le classique affrontement entre deux adolescents diamétralement opposés se rencontrant par hasard et débutant du mauvais pied au point de devenir ennemis ou adversaires, jusqu’à ce qu’un lien spécial les unisse progressivement quand ils se confrontent et que chacun trouve en l’autre ce qui lui manquait pour dépasser ses propres doutes et peurs et vaincre ses épreuves.

Jo Tae Hyun (Shin Ye Chan) est le gars populaire qui cache des blessures profondes en dépit des apparences trompeuses que donne sa personnalité extravertie et un tantinet arrogante. Dae Yeol (Kim Jae Han) est un archer talentueux, porté par cette passion grâce à ou à cause de son père. Sans ami et assez en marge à l’école, en dépit de la place des entraînements et des compétitions de tir à l’arc, il réalise en rencontrant Jo Tae Hyun qu’il n’a pas forcément d’objectif dans sa vie et qu’il ne sait pas ce qui le rend vraiment heureux.

warning

Vous pouvez cesser ici votre lecture, si vous préférez vous forger votre avis avant d’échanger éventuellement sur ma critique et ce que vous a inspiré la série.

a shoulder to cry on daeyeol et taehyun

Dans cette relation amicale en construction, la tension affective grimpe crescendo à partir de la moitié de cette trop courte série de 7 épisodes, quand se révèlent les épreuves qu’a vécues Tae Hyun et la manière dont il s’autoflagelle sans que personne ne s’en rende compte. Dae Yeol s’avère un précieux accompagnateur, discret, lucide, patient, d’une grande justesse et sincérité dans ses propos. Il donne tout son sens à l’amitié et à la confiance, alors que leur relation est encore balbutiante et incertaine. Tout est ici très subtil et délicat : l’analyse très fine autour de la culpabilité, du deuil et de la souffrance de la solitude liée au double abandon depuis l’enfance nourrit une dimension réflexive et une tension émotionnelle décisives pour emporter l’adhésion …

a shoulder to cry on daeyeol et taehyun dans le bus

De bout en bout, la série portée par deux idoles d’Omega X est un régal que ce soit pour la fluidité de sa narration, la teneur des échanges, l’expressivité des silences, des regards et des effleurements, le mélange de pudeur et de profondeur des émotions qui s’en dégagent. Les scènes de rapprochements remplies de réserve et de tendresse entretiennent admirablement l’ambiguïté et l’attirance de Dae Yeol envers Tae Hyun (et vice versa). C’est précisément dans les moments implicites et les contacts indirects qu’on ressent le mieux l’alchimie des personnages et les intentions des acteurs. On alterne entre une histoire d’amitié en milieu scolaire, simple et bien menée grâce à des oppositions, des jalousies et de rivalités efficaces et une quête de soi continuelle, assez typique en fin d’adolescence, qui met en lumière de façon équilibrée les personnalités et les histoires passées, présentes et en devenir des deux héros. Le tout en passant par la naissance d’une complicité et d’une attraction irrépressible que chacun ressent intérieurement sans toujours oser l’admettre, puis la construction d’une relation complexe, où chaque protagoniste appréhende non sans peur de l’échec et de la perte, ce que l’autre lui apporte au point de changer ses perspectives et le sens de son existence.

Que dire du courageux aveu des sentiments et des ressorts de protection qui rentrent en jeu dès lors pour donner une autre nature à la relation ? Certes, on peut juger qu’ils sont prise de tête et frustrants, mais ils sont tellement évidents dans un processus d’enfermement ancien et conscientisé, où l’on décide de ne pas aimer pour ne plus risquer de perdre ceux qu’on aime. J’ai beaucoup apprécié que les héros se confrontent à leurs contradictions, même si cela entraîne son lot de souffrances et d’incompréhensions et un sentiment de trahison ou de manipulation. Une série qui prend autant soin de fouiller la psychologie de ses protagonistes ne pouvait pas choisir une autre orientation. Elle me rappelle étrangement les choix de l’héroïne de The Interest of love, un kdrama social et psychologique très qualitatif que beaucoup de spectateurs ont trouvé décevant en définitive, en raison de cet aspect torturé dans la relation et des frustrations à conceptualiser les sentiments, à vivre plutôt intellectuellement et intérieurement les émotions plutôt qu’à vivre réellement une histoire d’amour en assumant l’engagement, l’incertitude de son devenir et la peur de la perte.

A l’instar de la douce et sensible série Light on me qui fonctionne un peu sur la même dynamique, A shoulder to cry on ne choisit pas de traiter une romance, mais explore une ample palette de situations et de sentiments, les vulnérabilités, la capacité d’acceptation, la naissance des premiers émois et le courage de les assumer. Un matériau à la fois élémentaire et pourtant pas si simple à développer dans une série apparemment, où douleurs et espérances se mêlent pour nourrir des relations exigentes et constructives.

a shoulder to cry on une épaule sur laquelle pleurer bl coree du sud

A shoulder to cry on : avis en bref

Une très jolie histoire d’amitié tendre mélangeant la découverte des premiers émois, le combat contre les peurs intérieures liées aux épreuves du deuil ou de l’absence et la recherche existentielle typique de l’adolescence.

a shoulder to cry on bl coreen
Histoire – Scénario
Narration – Dialogues
Intérêt des personnages
Acteurs
Décors – Costumes
Réalisation
Musique OST
Niveau d’émotions et plaisir à regarder

Fiche de présentation

Titre international : A shoulder to cry on – Sonyeoneul Wirohaejwo / 소년을 위로해줘 également connu sous le nom  Comfort the Boy
Réalisateur :  Song Soorim
Pays d’origine : Corée du sud
Date de sortie : 2023
Format : 7 épisodes de 30 min
Acteurs :  Jaehan, Ye-Chan Shin, Ho-Gyun Jeong, Kim Dong-Won
Thématiques : Amitié, Scolarité, Romance, Sport, Deuil, Homosexualité

4.4
live_tv

Où peut-on voir A shoulder to cry on en vostfr ?

La série Une épaule sur laquelle pleurer est disponible en vostfr sur Viki avec l’abonnement Viki Pass standard et sur Gagaoolala en vo sous-titrée en anglais.
Plateformes non officielles en vosta sur Bilibili, Hitv (avec traduction automatique en français)

Sandrine Monllor (Fuchinran)

4 commentaires sur “A shoulder to cry on : une quête de soi très émouvante (BL coréen)”

  1. Merci pour ce partage, n’ayant jamais vu de BL vous piquez ma curiosité, là description que vous y faites ne me laisse pas insensible bien au contraire elle me touche quand cela concerne les problèmes sur l’enfance et comment chacun le vit et se défend à travers cette vie et la subit . Merci beaucoup

  2. J’ai fait une infidélité aux BL coréen et je n’ai pas regretté. BL Thaïlandais
    I told sunset about you saison 1
    Commence lentement mais ensuite impossible de m’arrêter.
    Ce soir je regarde saison 2
    Je t’ai promis la lune.
    Sur Viki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

  1. Home
  2. /
  3. GUIDE CULTUREL : littérature,...
  4. /
  5. TV – Séries télévisées...
  6. /
  7. Séries LGBT+ : Les...
  8. /
  9. A shoulder to cry...