112 vues

Seychelles, j’en ai rêvé!

1

Ce n’est pas un conte de Saint-Exupéry, où le tendre enfant répète sa rituelle demande « Dessine-moi un mouton ». Cela en avait pourtant tout l’air… Elle débarque dans mon bureau en ce mois de mars, guitare à la main et, du haut de ses 24 ans, se proclame consoeur pharmacienne, puis aussitôt me pose la question qui lui brûle les lèvres : « Est-ce que les Seychelles existent ? Et comment y aller ? ». Depuis l’âge de 14 ans, elle rêvait de cette destination que personne ou presque ne connaissait… Il y va des pays et des femmes comme des rêves fugaces : on rêve de Cindy Crawford ou encore des Seychelles

« Zarine » ou l’île dorée est le nom persan révélé en 1462 dans la littérature arabe du voyageur Ibn Majad, relayé plus tard par Ibn Battuta. Vasco de Gama, le Portugais, l’aurait également découverte en 1502. Les sept îles Zarines de Suleyman El Mahri deviennent au cours des ans les « Sete irmas » ou « Sept sœurs ». Anglais et Français se bousculent au portillon du paradis des Seychelles. Finalement, c’est Mahé de la Bourdonnais, gouverneur général de isle de France (île Maurice), qui, au XVIIIe siècle, relance les expéditions aux Seychelles pour en faire une base navale et récolter un bois précieux : le takamaka. C’est ainsi qu’un archipel de 115 îles, flottant au cœur de l’océan Indien, qui, au niveau de l’Équateur, garde intacte une végétation luxuriante et époustouflante, qui fait pousser le célèbre « coco de mer » et le précieux et solide takamaka, sort de son isolement en 1768, par une colonisation humaine de 28 « volontaires-désignés » (15 Blancs, 7 esclaves, 5 Indiens et une Négresse). Les 28 pères de l’île introduisent aux Seychelles la culture de la cannelle, du girofle et de la muscade, tout en massacrant, hélas, des tortues centenaires et des bois précieux.

Certes l’accès à notre archipel est à la fois ouvert et fermé. Si la France reçoit en effet plus de 76 millions de touristes et la Tunisie 6 millions par an, les Seychelles, elles, n’en reçoivent que 120 000, soit les 1/50e de la Tunisie. Et pourtant elles font tourner la tête à plus d’un… Il est vrai que c’est loin et que c’est cher. Il est vrai aussi que c’est accessible et abordable. C’est que l’écologie a décidé de sauvegarder ce joyau de la planète, dont 45 % sont un patrimoine de l’humanité, donc protégés. Évitant les hordes de touristes, le pays a opté pour un tourisme de qualité. Le voyageur se découvrira ainsi aux Seychelles « protecteur de la nature » et savourera chaque mètre carré d’une incroyable forêt et d’un idyllique lagon.

Aujourd’hui, l’industrie touristique est devenue la première industrie du monde, en brassant un chiffre d’affaires de près de 600 milliards de dollars, engendrés par quelque 700 millions de touristes, – soit presque les 1/10e de la population mondiale -, avec comme premières destinations la France (76 millions), l’Espagne (53), les Etats-Unis (41), l’Italie (39) et la Chine (35). Mais aujourd’hui, le touriste devient peu à peu voyageur et réalise de plus en plus que le rétrécissement de la couche d’ozone, la pollution des mers, l’avancée des déserts et le gaspillage de l’eau par exemple, peuvent détruire à jamais les Seychelles et tous les paradis dont peut rêver un voyageur. Et ils sont nombreux…

Que dire des envoûtantes Maldives, du charmant Saint-Barth, des exceptionnelles îles de Rapa Nui ou de Robinson Crusoë, des vallées du Rwanda, de la Sierra du Chili, des calottes glacières de la Patagonie, du charme désuet de Chisinau en Moldavie, de Paphos à Chypre, de Petra en Jordanie, de Guernesey au large de Jersey, de Mariehamn à Åland, de Surfes Paradies au Queensland d’Australie ou de l’île de Roatan au large du Honduras, sans parler des 21 glaciers du nord de l’Alaska ? Pour que ces endroits et mille autres encore puissent préserver leur beauté et continuer à nous subjuguer, il faudrait plus que jamais qu’une évolution se fasse. Au départ, le visiteur est devenu touriste, puis voyageur et enfin explorateur. Dans sa mutation vers le rêve, il devra plus que jamais veiller à l’environnement, à la protection de la nature et combattre fermement tout sabotage, tout déboisement, toute pêche effrénée et toute exploitation de la nature au seul profit d’une recette financière. Puisse la force du roi dollar, épaulé par les valeureux euros, yens et yuans, appliquer les accords de Kyoto, arrêter le raclage des fonds marins et faire de la planète Terre, à l’instar des Seychelles, un patrimoine de l’humanité. Un patrimoine qui pousserait tout Petit Prince à demander : « Dessine-moi un pays ».

Comme l’a déjà fait remarquer Kofi Annan à la conférence de Séoul sur l’environnement : « les objectifs de la réduction de la pauvreté et de la durabilité environnementale ne se repoussent pas mutuellement, mais peuvent et doivent être poursuivis en tandem. Il faut continuer la croissance économique tout en assurant la durabilité environnementale ».

Puissent la déclaration de Rio de 1992 et la charte de Nicolas Hulot de 2007, sur l’environnement, se propager et porter l’écologie au rang de préoccupation internationale majeure.

Rached Trimèche



Partager

A propos de l'auteur

Journaliste reporter : reportages socio-ethno-économico-politiques sur 185 pays, parus dans différents journaux de langue française dans plusieurs pays. Rédacteur en chef de la revue culturelle ASTROLABE diffusée dans 189 pays du monde par abonnement Membre du CIGV. Nombre de pays visités : 190 (août 2009).____________________________________________________________________________________________Le blog de El Greco

Un commentaire

  1. J’ai découvert votre site internet grace à google et j’ai beaucoup apprécié les billets que vous y mettez. Continuez à compléter votre site. J’ai vraiment hâte de vous lire encore à mon prochain passage.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!