9 108 vues

Préparer un voyage en Macédoine ; visites, guide pratique et formalités

4

La Macédoine est un pays méconnu en Europe. Depuis son indépendance en 1991 à la faveur de l’explosion de la Yougoslavie, on a peu entendu parler de ce pays…Voici quelques informations pour préparer votre voyage en Macédoine.

ohrid monastere macedoine

Sachez tout d’abord que l’on écrit en cyrillique et qu’il n’y a que très rarement des indications en alphabet latin, ce qui peut sérieusement compliquer le voyage et les repérages si vous ne parlez pas la langue. Macedoine drapeauLe nom officiel  (pour la diplomatie) reste en anglais “ancienne république yougoslave de Macédoine” (FYROM) Poranešna Jugoslovenska Republika Makedonija ou ancienne république yougoslave de Macédoine, en raison de conflits géopolitiques, autour du nom Macédoine et de certains territoires disputés par les Grecs, les Bulgares, les Albanais. Dans le pays, on se contente bien sûr de Makedonija.

Les tarifs proposés ici sont donnés à titre indicatifs et peuvent varier selon la zone géographique, la période. Ils sont donnés en €.

La monnaie locale est le Denar (différent du Dinar Yu de Serbie) : 1 Euro= 61 Denars environ. L’€ était peu accepté pour les transactions courantes, mais il peut l’être pour les transactions s’élevant à un certain coût (exemple : loyer, achats de voitures etc) et à la faveur de la crise, il semble beaucoup plus recherché. A la frontière, vous trouverez un bureau de change et dans les villes, vous trouverez des banques qui accepteront de vous changer du liquide contre des denars. Évitez de vous reposer sur votre carte bancaire, qui ne sera pas prise systématiquement ! Les bankomats sont assez rares en dehors de la capitale et de la zone d’Ohrid.

  • Formalités d’entrée en Macédoine (Fyrom)

    Pour tout séjour touristique de moins de trois mois, un simple passeport ou une carte d’identité en cours de validité suffisent. Plus besoin de visa. Mais vous devez avoir une assurance (carte verte) qui autorise l’entrée sur le territoire (mention MK sur les cartes françaises ou FYROM). Si votre véhicule n’est pas couvert, il vous en coûtera dans les 50€ pour une carte de transit valable 1 mois.

    L’attente aux frontières peut être longue et fastidieuse selon les postes où vous vous trouvez. Malgré tout, elle reste simplifiée pour les ressortissants de l’UE qui sont uniquement contrôlés par “principe” en dehors des Grecs et des Bulgares, soumis à des contrôles plus poussés à cause des trafics.

    Conduite et état des routes en Macédoine

    Les routes de Macédoine sont plutôt correctes pour les axes principaux, surtout si l’on compare avec le voisin Albanais, même si l’Albanie connaît des progrès croissants et restaure ses routes autour de la capitale et de Shköder. Vous pourrez circuler sans difficulté sur les routes nationales, mais notez que les routes sont très contrôlées par la police et qu’il convient de respecter les limitations de vitesse malgré une certaine mansuétude à l’égard des touristes.

    Les routes locales et intérieures en Macédoine peuvent être plus critiques : étroites, avec des bosses ou des trous parfois. Mieux vaut être vigilant, car il y a beaucoup de circulation sur les bords des routes, des animaux et des charrettes qui ralentissent et qui peuvent être très mal signalés. Les panneaux sur ces routes sont exclusivement en cyrillique, alors qu’autour de la capitale, ils sont généralement traduits.

    Il y a un tronçon autoroutier à péage qui rejoint la Bulgarie à la capitale Skopje. Le coût est de 4€ environ. Vous trouverez des hôtels sur cette autoroute.

    Précautions pour voyager en Macédoine

    – Le franchissement des frontières se fait sans difficulté malgré la présence de contrôles classiques pour les Balkans, dans la mesure où une voie pour les véhicules de l’UE est présente aux postes les plus importants. Les petits postes sont beaucoup plus folkloriques et sont parfois totalement perdus, dans des zones improbables (cf dans la région Thessalonique / Macédoine).

    Certaines frontières peuvent être plus longues à franchir (notamment en Bulgarie/Macédoine) compte tenu des trafics transfrontaliers : les locaux franchissent souvent les postes à pied avec des contrôles renforcés. Les étrangers sont rarement arrêtés et très surveillés, mais on vous obligera à ouvrir votre coffre de voiture.

    – Sur la route, on ne dépasse pas 80 km/ l’heure et les contrôles manuels ou automatiques sont nombreux

    – Veillez à obtempérer en cas d’arrestation de la police pour les contrôles de papier, c’est très courant dans tous les pays d’Europe de l’Est, mais la corruption est relativement isolée contrairement à la Bosnie ou à la Roumanie.

    – Ne faîtes pas d’achats de produits contrefaits, qui sont extrêmement nombreux sur les marchés et les bazars.

    – Certaines régions (Kumanovo, Bitola) sont assez instables compte tenu de la cohabitation difficile entre minorités ethniques et religieuses et de l’importance de trafics divers notamment d’armes. Il est déconseillé de séjourner trop longtemps dans la région de Bitola. La région n’est pas à proprement dit dangereuse. Cependant, elle est soumise à certains événements, attentats ou troubles entre communautés, qui peuvent très vite basculer. La présence d’armes en libre circulation renforce l’impression d’insécurité.

  • Argent et Coût de la vie en Macédoine

    La monnaie officielle de la Macédoine est le denar macédonien (MKD) à ne pas confondre avec le dinar serbe. L’équivalent du change euro – denar macédonien est 1 € pour  61.5 MKD (janvier 2014). Pour effectuer le change, privilégiez les banques nationales ou internationales aux bureaux de change et aux changes à l’aéroport. N’utilisez pas votre carte bancaire à moins de ne pas avoir le choix à cause des frais pratiqués par les banques locales et françaises pour les commissions sur les achats effectués. Souvent plusieurs euros même pour une petite somme.

    Le mieux en Macédoine reste de payer en argent liquide (il a d’ailleurs une odeur de vanille!!), car la carte bancaire visa comme mastercard est peu appréciée à cause des frais de commissions pratiqués pour les commerçants. Ils préfèrent donc souvent la refuser ou prétendre qu’il y a un problème de connexion à la banque!

    Le coût de la vie est assez bas (tout est environ 2 fois moins cher que chez nous) pour les touristes français, malgré une inflation galopante dans certains domaines et les effets désastreux de la crise économique. Quand on sait que le salaire moyen des macédoniens est inférieur à 300€, il est en revanche élevé pour les locaux!

    Prix indicatifs en Macédoine Fyrom :

    Carburants en Macédoine : environ 1,127€ le diesel, 1.256€ le super 95; 1.288€ le super 98 mais les prix varient beaucoup compte tenu du contexte international et des fluctuations du prix du baril.

    Alimentation:

    Pain : 50 cts environ la pièce ; 25 cts le bretzel qui est très répandu, partout dans les villes, près des marchés. Comptez environ 1€ la part de gibanica pour un encas.

    La viande est assez accessible ; à partir de 5€ le kilo pour les viandes les moins chères comme le porc. Le boeuf reste très rare donc cher (environ 15€/kg).

    Bouteille d’eau : 0,30 à 0,5€ + consigne au supermarché et autour de 1,5€ au café. Un café ou un thé coûtent environ 0,7€. Il est conseillé de consommer de l’eau en bouteille, car le traitement de l’eau est loin d’être garanti et dans certaines zones, l’eau peut être non potable.

    Les visites de monuments sont peu chères : entre 2 et 5€ selon les sites. L’entrée est gratuite dans la plupart des monastères orthodoxes.

    Hébergements : se loger en Macédoine

    Les infrastructures hôtelières restent assez limitées y compris dans les grandes villes et même dans la capitale. La majorité des hôtels *** sont d’un confort correct, mais  les 2 * et les 3 * les plus anciens sont souvent précaires pour des prix oscillant entre 50 et 150 €. Ces infrastructures peuvent décevoir les touristes exigeants.
    Les campings ne sont pas très nombreux en dehors de la zone la plus touristique autour d’Ohrid et le camping sauvage est à déconseiller. Les sobe (chambres chez l’habitant avec petit déjeuner traditionnel de type omelette ou charcuterie) sont beaucoup moins répandues que dans les pays comme la Croatie, la Slovénie ou même le Montenegro. Toutefois, elles restent à des prix très bas comme en Bosnie aux alentours de 15€ / personne. Vous en trouverez dans les zones les plus touristiques tel Ohrid, où les sobe constituent le moyen d’hébergement le plus adapté pour découvrir la région en profitant des connaissances des locaux. Il y en a également dans la vallée de Strumica.

    Manger en Macédoine : restauration

    Les prix des entrées n’excèdent pas 6 euros pour les spécialités de charcuteries, de jambon. Les salades valent entre 1€50 et 3€.

    Les plats principaux sont assez chargés, plutôt gras, ils sont très abordables, surtout pour les viandes : aux alentours de 5 à 6 euros en majorité. Le pain, le couvert et les accompagnements sont en général payants en supplément mais à prix dérisoires.

    Les desserts n’excèdent pas 2 à 3 € et vous devriez trouver une bouteille de vin entre 7 et 12€, puisque la Macédoine est une région viticole, qui propose des vins “de table” relativement bons.

    Restauration rapide :

    Partout vous trouverez des sandwichs inspirés des kebabs et des sandwichs à base de viande (cevapcici) et de légumes. Leur coût ne dépasse pas 2 €.

    L’une des spécialités que dégustent les macédoniens sur le coût de midi, c’est une part de burek (feuilles de bricks) aux épinards, au fromage ou à la viande qui vaut entre 1 et 2 € selon la taille et le type de burek. Vous trouverez également des bretzels qui servent de pain (environ 15 à 30 cts pièce) et des yaourts. Les yaourts sont moins savoureux que les grecs et les bulgares, mais ils font partie d’une certaine tradition pour les repas rapides. Les bretzels sont trempés dans le yaourt.

  • Accueil, ethnies et langues en Macédoine

    L’accueil pourrait être meilleur, mais comme la Macédoine est un pays très peu touristique, la froideur et l’attitude un peu fermée de la population  aux accents assez rustiques (dans l’absolu) sont assez compréhensibles. Les Macédoniens sont en général corrects et s’efforcent quand même d’aider en cas de problèmes ou de renseigner de leur mieux , même si la langue constitue un obstacle.

    Attention, le Français est plus que rare. On parle peu de langues étrangères. L’anglais sera encore votre meilleur recours, et éventuellement un peu d’allemand.

    En fait, la Macédoine est dans une certaine mesure une mosaïque de peuples et d’identités avec plusieurs langues qui cohabitent avec la langue officielle, le Macédonien.

    Comme la terminologie Macédoine, la langue macédonienne est contestée par les Bulgares, qui estiment que le macédonien n’est qu’un dialecte issu du Bulgare.

    Alphabet macédonien (cyrillique)

     alphabet cyrillique

    La Macédoine est issue de l’explosion de la Yougoslavie et les langues parlées sont en général celles des pays voisins notamment l’Albanais, en raison de la présence de réfugiés du Kosovo au cours des conflits en ex-Yougoslavie, le Bulgare, le Grec notamment.

     macedoine carte ethnies

    Pour vous donner une représentation des populations : slavomacédoniens  (61%) de plus en plus distingués entre autochtones et slaves serbes, albanais (19,2 %), tsigane (6,1 %), turc (3,9 %), croate (1,9 %), bosniaque (1,7 %), bulgare (0,9 %), grec (0,9 %), roumain, aroumain, arabe, mégléno-roumain, monténégrin, hongrois, aroumain (valaque), gagaouze

  • Tourisme et Idées de visites en Macédoine

     carte macedoine fyrom

    Skopje : Capitale de Macédoine

    Skopje (700 000 hbts, soit 1/3 de ceux du pays) présente un intérêt moyen, mais la visite reste incontournable pour tout touriste.
    Pour en savoir plus sur Skopje…

    Aperçu de la ville entourée de montagnes et du pont ancien, son symbole

    skopje depuis le mont vodno

     

     

    Visites aux environs de Skopje :

    Aux environs, vous pourrez découvrir le lac Matka, la rivière Treska et quelques grottes.

    Lac Matka en Macédoine

    Egalement le monastère Saint-Panteleimon (8 km de Slopje), magnifique ouvrage d’art bizantin datant du milieu du XIIème s.

    Ruines de Vinicko Kale

    Vinicko Kale près de Vinica

    La vallée de Strumica

    Cette vallée de Strumica est très belle, elle regorge de vignes, de monastères, de vestiges, c’est une destination idéale pour conjuguer histoire, culture et nature.

    Ohrid,la zone la plus touristique

    A découvrir le lac et le monastère, la forteresse Samuil

    Le monastère Saint-Naum

    Prilep

    Struga sur le lac d’Ohrid

    Ohrid est la zone la plus touristique du pays en raison de son lac qui est l’attraction nationale et qui attire aussi le tourisme environnant. En Macédoine, vous apprécierez une nature encore très sauvage marquée par la montagne, les lacs et les rivières …

    Outre Ohrid et Matka, vous apprécierez le lac de Prespa…

    Tetovo, la 2ème ville de Macédoine FYROM

    mosquée peinte de Tetovo Xhamia e Sinan PashësSi la deuxième ville du pays, à l’urbanisation anarchique ne présente que peu d’intérêt touristique, elle vaut le détour pour au moins deux édifices : le monastère derviche Arabati Baba tekke et la mosquée peinte (en albanais : Xhamia e Sinan Pashës ; en macédonien : Шарена Џамија) dont la façade est parée de panneaux peints, d’où son nom. Elle a été construite en 1438 et est considérée comme l’un des plus beaux édifices de la ville de Tetovo.

    vues de Tetovo en Macédoine
    Tetovo mosquee peinte

    Bitola, une ville aux airs slaves et musulmans

    Rue Shirok Sokak Bitola

    Rue Shirok Sokak

    Bitola, une jolie ville dont une zone du centre  aux airs slaves n’est pas sans rappeler dans une certaine mesure Novi Sad, tout en affichant de forts airs musulmans par ailleurs.

    Bitola n’est pas forcément belle, mais elle est assez représentative de la cohabitation dans les villes de Macédoine et chaque zone permet d’explorer les habitudes propres à chaque communauté

    église à Bitola en Fyrom

    La ville de Bitola vaut aussi le détour, si vous aimez l’histoire, car il y a à Bitola  les ruines de Heraclea Lyncestis:

    Dans la Macédoine grecque toute proche :
    Vegoritis, Kirkini, la chute d’Edessa,  Halkidiki et ses grottes!

 

Liens utiles



Partager

A propos de l'auteur

Voyageuse dès le berceau, je nourris un amour viscéral pour les pays d'Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l'Ex-Yougoslavie...). Dans ces terres, qui m'ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. J’essaie de me montrer curieuse de tout, de mettre de côté mes idées reçues, de découvrir les pays depuis les sites incontournables jusqu’aux plus inattendus, insolites ou traditionnels quitte à me perdre pour mieux me laisser surprendre. Je privilégie les rencontres, repas et hébergements chez les habitants, pour explorer les traditions, les cultures, l’histoire et les plaisirs culinaires typiques.J'essaie de faire d'Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation.   Me contacter par mail? En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage...

4 commentaires

  1. Bonjour Stéphanie,

    Ravie de vous accueillir sur IDEOZ.

    Concernant vos questions, je vais m’efforcer d’y répondre, mais je pense que d’autres personnes qui figurent parmi nos conseillers sur la destination seront encore plus pertinentes. Il s’agit de Caroline (carpediem55) et Valérie Battaglia.

  2. Bonjour,
    Contente de trouver un site sur la Macédoine.
    Nous sommes très intéressés par la visite des églises de Macédoine et de leurs fresques. Vous dites qu’il y a peu de chambres chez l’habitant, est-ce que se loger est difficile en dehors des villes ou principaux sites touristiques ?
    En Roumanie, il existe un réseau de tourisme rural et je me demande si l’équivalent existe en Macédoine.
    merci de votre réponse.

  3. Chère Angela,

    En soi, ce sont des précautions, mais il n’y a pas de risque à faire du tourisme dans cette région… Je n’ai peut-être pas été assez claire… Je confirme donc ce que vous dîtes : c’est une ville assez calme… en apparence.

    Avez-vous visité d’autres lieux en Macédoine?

  4. Ortenzio Angela on

    Bel aperçu de la Macédoine et de Bitola dont est originaire maman.
    J’ai été néanmoins surprise de lire que l’on peut ressentir une impression d’insécurité due notamment au trafic d’armes et aux différences ethniques et religieuses.
    Je suis allée à Bitola il y a 4 ans et je n’ai pas ressenti celà, bien que l’on ait commencé à parler de prostitution et de drogue et de certaines rivalités religieuses, mais la ville m’avait parue calme.
    J’y retourne la semaine prochaine pour un mois.J’espère ne pas la trouver trop changée.!!!!!
    Cordialement

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!