40 vues

23 Octobre 1812 : la conspiration du Général Malet

0

Claude-François de Malet, né le 28 Juin 1754 à Dole (Jura) est d’une famille noble et aristocratique, ce qui l’empêche pas d’être un farouche républicain, qui s’oppose au coup d’état de Bonaparte et, plus tard, à l’instauration de l’Empire. Nommé général le 19 Octobre 1799, il a une carrière en pointillé et il est finalement mis en disponibilité puis en non-activité le 2 Mars 1805.
 
 
Compromis dans plusieurs scandales, il est finalement destitué en 1807. Amer, il lance un premier complot en 1808, ce qui lui vaut d’être emprisonné, puis un deuxième en 1809. En 1810, il est placé en résidence dans la maison médicale du docteur Dubuisson. C’est là qu’il met au point un nouveau coup d’Etat avec d’autres détenus, notamment royalistes.
Dans la nuit du 22 au 23 Octobre 1812, profitant que Napoléon est à la campagne de Russie (la bataille de Maloyaroslavets aura lieu le 24 Octobre), il échappe à la faible surveillance de ses gardiens. Revêtu de son uniforme de général, munis de faux ordres, il annonce la mort de l’Empereur le 7 Octobre devant Moscou, libère les généraux La Horie et Guidal de la prison de la Force, soulève la garde de Paris et la 10e cohorte de la Garde Nationale, s’empare du Ministre de la Police, Savary, duc de Rovigo, et du Préfet de police, et il prépare l’installation d’un gouvernement provisoire.
 
 
Mais le général Hulin, gouverneur de la place de Paris, soupçonne une conspiration et demande à Malet des ordres écrits. Malet panique et tire sur le général. Il est maîtrisé et arrêté par l’Etat-major, puis jeté en prison. A midi, tout est terminé. Les généraux Malet, La Horie et Guidal sont traduits le 29 Octobre devant un conseil de guerre et fusillés le même jour.  
 
Informé de la conspiration de Malet, Napoléon 1erdécide de quitter la Grande Armée le 5 Décembre 1812 pour rejoindre Paris au plus vite. Après avoir convoqué ses généraux de corps d’armée à Smorgoni (aujourd’hui au Bélarus) et laissé le commandement à Murat, il prend la route à 22H avec une petite suite de trois voitures. Maret, Ministre des Affaires Etrangères, l’attend à Medininkai au petit matin du 6 Décembre, l’Empereur atteint Vilnius à 10H15 mais ne s’y arrête pas, en repartant à 12H30. Il atteint Kaunas le 7 Décembre à 5H du matin, talonné par les cosaques, et dine à Marijampolė le 7 soir. C’est le 18 Décembre à 23H45 qu’il atteindra Paris, après deux semaines passées en tête à tête avec son Grand écuyer, le général Armand de Caulaincourt. 
 
  
C’est le Maréchal Ney qui quittera le dernier « cette fatale Russie » le 14 Décembre soir en retraversant le Niémen à Kaunas.   

Découvrir le blog de Gilles en Lettonie



Partager

A propos de l'auteur

Découvrez le blog Gilles en Lettonie : La Lituanie, la Lettonie, l'Ukraine et leurs environs, vus par un retraité Français, amateur d’Histoire...

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!