363 vues

Ascension du Mont Blanc ; vivre à l’aube du monde

0

L’aventure de l’ascension du Mont Blanc, beaucoup en rêvent, certains se lancent, quelques uns la vivent… Plus qu’un souvenir de voyage, une émotion intense où l’émerveillement côtoie  souvent l’incertitude et l’angoisse aussi…

Nous sommes partis à trois avec pour objectif l’ascension du Mont blanc. C’est le bon chiffre (jusqu’à quatre) pour rester en groupe homogène en une seule cordée ou deux, et aller tous ensemble au sommet.

Ascension du Mont Blanc ; plus qu’une aventure, un état d’esprit

Après 6 heures d’autoroute depuis Paris, puis une nuit à côté des Gets, nous voici à Chamonix pour prendre le téléphérique qui mène au Plan de l’Aiguille, à 2354 m. Il y a foule en ce mois de juillet, des familles entières qui vont pique niquer à l’Aiguille du Midi et contempler la mer de Glace. A 1030 m, Chamonix est très chaud en été et je me souviens d’un petit Hollandais d’une douzaine d’année vêtu seulement de tennis et d’un short bleu. Sa sœur, un peu plus jeune et moins physique, portait sagement un tee-shirt. Lui offrait son corps blond et bien bâti au soleil, plaisir rare dans son pays du nord. Mais 1300 m plus haut, au Plan de l’Aiguille, il ne fera déjà plus 28° mais la moitié. Le gamin a dû enfiler en catastrophe à même la peau un K-Way de secours. La montagne, c’est la nature brute, pas un parc d’attraction civilisé. L’irresponsable candeur des gens fait parfois peine à voir.

» Objectif Mont Blanc : découvrez les voyages proposés par Terres d’Aventure

Mont Blanc vu depuis le refuge des grands mulets

Sous l’Aiguille, nous quittons les familles pour nous retrouver seuls, à pied. Nous croiserons quelques montagnards qui redescendent du glacier. Nous montons sous la chaleur. Bien que calculé au plus juste, le sac pèse, empli de barres de céréales, de la gourde, du pull polaire, les gants, de la cagoule et de la veste indispensables pour monter plus haut.

Arrivés au champ de crevasses, nous chaussons les crampons. L’ascension du Mont Blanc n’a rien de technique, sinon qu’il faut savoir attacher ses crampons, s’encorder par précaution à cause des crevasses, et faire une attention très régulière à la météo.

ascension du Mont blanc crevasses avant l'arrivée au refuge des grands mulets

Nous nous arrêtons, pour ce premier jour d’acclimatation, au refuge des Grands Mulets, perché sur son piton rocheux à 3051 m. Après le dîner et une courte nuit, nous en repartirons à 3 h du matin, dans la nuit, pour le col du Dôme. La neige est fraîche et ferme, le froid vif, mais la lune est pleine et éclaire la route, nous n’avons besoin de la lampe frontale que dans les endroits plus pentus. Le seul bruit alentour est le crissement de nos pas et le choc métallique de nos piolets lorsqu’ils heurtent un rocher. Le premier de cordée ne voit pas ses compagnons et a le sentiment intense d’être isolé en pleine nature sauvage, sous la lune. Nous laissons à notre gauche le rocher de l’Heureux Retour au nom symbolique, grimpons le Petit Plateau à 3650 m, puis le Grand Plateau à presque 4000 m déjà.

Nous atteignons le col du Dôme, 4237 m, vers midi. Il y a déjà 9 heures que nous sommes partis et nous avons plus de 1000 m de dénivelé dans les poumons. L’altitude raréfie l’oxygène et le cœur est forcé de pomper ; il bat plus vite, donnant vite un sentiment d’épuisement. Ce n’est ni le souffle qui manque, ni les jambes qui refusent, mais cette défaillance d’énergie qui prime. Il nous faut aller rythmés, lentement, régulièrement.

Mont Blanc arrivée au refuge des grands mulets

Nous ne tentons pas le sommet en direct, malgré le temps magnifique, mais redescendons sur l’autre versant vers le refuge du Goûter à 3817 m, pour nous acclimater un peu plus. C’est là qu’avant 3 h, la nuit suivante, malgré le mal de tête dû au manque d’oxygène, nous partons cette fois pour le sommet. Nous ne sommes pas les seuls, il suffit de suivre la procession des lampes frontales, en guirlande dans la nuit.

Mont Blanc refuge du gouter

Le jour se lève doucement sur la montagne. Nous sommes juste sous le ciel, comme à l’aube du monde. Le silence est minéral, le paysage réduit à ses éléments bruts : le roc, la glace. Après l’extinction des lampes, les seuls signes d’humanité restent les traces de pas dans la neige encore glacée. Elle crisse sous les chaussures comme du sucre. Peu à peu, l’horizon rosit et se teinte. Le soleil paraît dans sa virilité matinale. Le ciel se colore de rose comme une jeune fille sous le coup d’une émotion. Le fond bleu pâle change sans cesse comme l’orient d’une perle. C’est d’une beauté unique ; je n’oublierai pas cette lumière-là de la haute montagne.

Mont Blanc en juillet Col Vallot

Arrivés au col du Dôme, nous ne prenons pas l’itinéraire de 1786 qui passe entre les deux barres des Rochers Rouges, mais suivons la voie normale marquée par le refuge Vallot. Ce dernier n’est pas habité mais une carcasse de protection contre le vent, le brouillard et le froid vif des 4362 m d’altitude. Nous y laissons nos sacs, ne prenant que le minimum pour aller tout en haut. Au-dessus de nos têtes domine l’arrondi du premier sommet d’Europe, massif et immuable. Sur sa crête se détache déjà une ribambelle de silhouettes à contre-jour. Parties plus tôt, elles regardent en bas.

Au sommet du Mont Blanc : être en haut du monde

Parviendrons-nous au sommet ?

 Depuis le refuge Vallot, déjà à plus de 4300 m, nous grimpons des pentes vertigineuses de neige étincelante. Le soleil en sa gloire irradie les cristaux de glace qui réverbèrent ses rayons, insoutenables sans lunettes de protection. Le froid est vif. La trace au sol part en lacets et le cœur cogne de monter si haut. Nous effectuons de fréquentes pauses. L’ascension du Mont Blanc, c’est aussi une histoire de patience. Et puis l’arête de découpe, s’adoucit. Imperceptiblement, la pente se fait moins forte. Sommes-nous déjà au sommet ? Il s’en faut encore d’une centaine de mètres, une distance très longue mesurée au degré d’énergie nécessaire pour les parcourir. Le plateau terminal en est presque une surprise lorsque nous l’atteignons : nous ne nous en rendons compte que lorsqu’il replonge, avec autant de douceur, sur le versant italien.

Ascension du Mont Blanc arete d'un sommet

Nous sommes en haut du monde.

Au sommet du Mont Blanc

Les 4808 m du Mont Blanc dominent surtout la vallée de Chamonix où brille, d’un bleu turquoise inédit, la piscine découverte. Nous avions ânonnés, écoliers, la doxa intangible de notre époque avide de certitudes : « le Mont Blanc a une altitude de 4807 m ». Mais la science se moque des laborieux dogmes scolaires. Recalculé satellite, le Mont Blanc a pris quelques mètres de plus… Le vent constant et violent de près de 100 km/h, accéléré par les pentes, établit un froid très vif qu’aucun relief ne vient plus arrêter, conséquence du soleil clair de 11 h du matin qui chauffe Chamonix et les vallées. Au thermomètre de sac, il fait aux alentours de -20° dans le vent. Nous vivons là quelques instants d’infini et de silence.

Deux alpinistes ne tardent pas à arriver côté italien. Nous ne sommes plus seuls. Congratulations, photos, blagues en sabir des deux langues. A terre, le sommet est piétiné dans tous les sens. Une centaine de personnes est déjà passée aujourd’hui. Depuis un siècle, le Mont Blanc n’est plus réservé à une élite, ne snobons pas le plaisir de voir se démocratiser les merveilles du monde. Il faut certes se préparer à la montagne, mais qu’importe, c’est soi-même que l’on vainc plutôt que la nature.

Mont Blanc vallée de Chamonix

La redescente est plus facile, elle demande moins d’efforts physiques et offre de plus en plus d’oxygène au corps dont c’est le carburant. Nous prenons un repas reconstituant près du refuge Vallot, suivi d’une courte sieste où le sommeil vient sans peine, tant les efforts de ces dernières heures nous ont sollicités. Au bout d’une heure, nous repartons.

Mont Blanc itineraire via tete rousse et refuge du gouter

Nous revenons au refuge du Goûter pour une vraie nuit complète, prenant plaisir à écouter les autres, ceux qui ne sont pas montés encore, se lever à 2 h du matin. Nous redescendons par les rocs branlants de l’aiguille du Goûter, passons la sente fort creusée du Grand Couloir, toujours dangereuse en cas de chute de pierres, puis nous prenons la pente rapide, couverte de neige cette année-là, jusqu’au petit train du Mont Blanc. Nous allons enfin à pied jusqu’au téléphérique des Houches, dépouillés des gros vêtements de montagne, les poumons emplis de cet oxygène qui fait si cruellement défaut dans les hauteurs. Nous avons trop chaud dans la vallée. Direction Chamonix, ses familles tranquilles, ses gamins en shorts, ses restaurants… et sa piscine, dont le bleu vif nous a tenté de là-haut. Avant une tartiflette revigorante, elle nous détendra de cette épreuve.Mont Blanc descente dans les crevasses

Durant plusieurs jours, notre sommeil sera plus long et plus profond. On ne grimpe pas impunément le Mont Blanc.

 

Ascension du Mont Blanc : Conseils pratiques aux prétendants

Prenez un guide ou inscrivez-vous dans un groupe d’ascension (le Club Alpin Français, Allibert, Nomade AventureTerre d’Aventures prévoient l’ascension du Mont Blanc sur 5 jours comprenant préparation et aléas météo). Vous pouvez aussi créer votre voyage sur mesure dans les Alpes avec un agent spécialiste du Mont Blanc… La Compagnie des guides de Chamonix propose une ascension simple sur un jour (pour sportifs entraînés) et des stages de 5 jours pour tous (à partir de 18 ans). Nous ne l’avons pas fait, entraînés à la montagne et avisés en météo. Mais c’est bien le temps qui est le plus dangereux : que tombe le brouillard et vous êtes désorientés, à merci d’une pente trop forte ou d’une crevasse plus bas. Immobiles, vous ne tardez pas à avoir froid et comme vous grimpez léger, vous êtes démunis ! Ne jamais partir seul est le b-a ba, mais prendre un guide expérimenté est encore mieux : vous apprécierez la promenade sans en appréhender ses aléas, tout en apprenant beaucoup de choses (et en donnant de l’emploi à un montagnard).

Ne vous lancez pas trop jeune. Si nous avons rencontré un adolescent de 14 ans au refuge du Goûter (mais il n’est pas monté au sommet), l’extrême jeunesse ne sait pas économiser ses forces et n’a pas la résistance suffisante pour être à l’aise dans des conditions aussi dures.

Préparez votre adaptation à l’altitude par un séjour d’au moins deux semaines à plus de 2000 m, au maximum 6 mois avant. Les globules rouges ne resteront pas, c’est un fait, mais le corps ayant « appris », réagira plus vite et plus efficacement dès que vous reviendrez en altitude. Mon explication est peu médicale mais d’expérience personnelle : c’est efficace !

Prenez vos précautions, le plaisir de vaincre n’est qu’à l’instant, celui de préparer une expédition dure plusieurs mois : courez pour entraîner votre cœur et muscler vos jambes, habillez-vous rationnellement avec les vêtements adaptés à la montagne (sous pull synthétique, fourrure polaire, veste de montagne à capuche, cagoule, gants et sous-gants de soie). Prenez une boussole pour cas de brouillard, une carte détaillée du massif, un altimètre (pour savoir où vous êtes sans rien voir alentour, en suivant les courbes de niveau), un briquet, une feuille de survie, une demi-bougie (léger et très efficace si vous voulez vous réchauffer dehors). Évidemment une gourde (la neige ne se « boit » pas) et quelques aliments énergétiques sur vous comme barres de céréales, fromages entourés de cire, fruits secs et chocolat. Faites léger mais fonctionnel. Et puis, depuis qu’il existe, votre téléphone portable soigneusement rechargé et protégé du froid !

L’aventure, contrairement à ce que croient les naïfs, n’est jamais un coup de tête mais un état d’esprit !

Allez voir le Topo-Physio de la Maison de la Montagne à Grenoble, avec tableau Excel selon les âges, (votre rythme cardiaque idéal, vos besoins énergétiques et vos besoins en eau)



Partager

A propos de l'auteur

Voyageur aux semelles de vent, curieux du monde et de ses habitants.Explorateur des pays, des questions et des humains, épris de liberté et d’anti-privilèges, amoureux des êtres et des chats. Centres d’intérêt:Trekking et voyages, archéologie, économie politique, voile, cuisine en gourmet, littérature et philosophie, histoire toujours, un peu de poésie et les amitiés précieuses.___________________________________________________________________________ Découvrir le blog : Explorer le monde et les Idées

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.