25 vues

Autour du 8 Mai 1945 en Lettonie

0

Le 7 Mai 1945 à 02H41, le Generaloberst allemand Alfred Jodl et non pas Gustav comme indiqué ci-dessous), en tant que mandataire du nouveau chef de l’Etat, le Großadmiral Karl Dönitz, signe à Reims la reddition sans condition de l’armée allemande en Europe.
Le 7 Mai ? Oui, car Staline exigeant que la capitulation allemande se fasse à Berlin, une nouvelle signature a lieu le 8 Mai dans la capitale du Reich occupée par les soviétiques. Le document entre en vigueur le 8 Mai à 23H01, heure de Berlin. Mais comme il est alors 01H01 le lendemain à l’heure de Moscou, cela explique que les soviétiques et aujourd’hui les Russes, célèbrent le 9 Mai la victoire dans la « Grande guerre patriotique ».


On notera au passage que, pour les Russes, la deuxième guerre mondiale n’a commencé que le 22 Juin 1941, au déclenchement de l’opération Barbarossa par les Allemands. Car, auparavant, depuis le pacte Molotov – Ribbentrop du 23 Août 1939, les soviétiques et les nazis étaient alliés. L’attaque de la Pologne le 17 Septembre 1939, le massacre de Katyn au printemps 1940 et l’occupation des Pays baltes à partir du 17 Juin 1940 ne sont donc apparemment que des « points de détail de l’histoire ».

Contrainte de signer un « traité d’assistance mutuelle » avec l’URSS le 31 Octobre 1939, traité qui impose l’installation de bases soviétiques sur son territoire, la Lettonie est finalement occupée dans la nuit du 16 au 17 Juin 1940 quand 200 000 soldats soviétiques prennent possession des principaux points stratégiques. Des « élections » sont organisées les 14 et 15 Juillet auxquelles seul le parti communiste letton est autorisé à présenter une liste. Le demande d’adhésion de la Lettonie à l’Union soviétique, présentée par l’ « assemblée » ainsi élue est acceptée le 5 Août 1940.Ce fut le prélude d’une soviétisation qui se basait sur les déportations de masse et les liquidations, la plus importante des déportations étant celle du 14 Juin 1941 (plus de 14 000 personnes déportées)

Après l’attaque allemande du 22 Juin 1941, Riga fut occupée par les nazis le 1er Juillet 1941. On estime que, pendant la période d’occupation allemande, et particulièrement pendant les 6 premiers mois 90 000 personnes ont été liquidées, dont 60 000 Juifs, plus trois catégories particulièrement visées : les Tsiganes, les communistes et les aliénés. On notera que si des Lettons ont fait partie de la Légion lettone des « volontaires » SS (créée le 10 Février 1943), on notera qu’en fait 90 à 95 % avaient été mobilisés illégalement à partir du 27 Février 1943 (La convention de La Haye de 1907 interdit la mobilisation des habitants de territoires occupés et leur incorporation dans les forces armées de l’occupant).


Durant l’été 1944, l’Armée rouge repousse progressivement la Wehrmacht vers l’ouest. Le front  traverse la Lettonie entre Juillet 1944 et Mai 1945. Riga est occupée le 13 Octobre 1944. Le terme d’ « occupation » est bien celui qu’il convient d’employer, dans la mesure où, avant la guerre, la Lettonie comme les deux autres Etats baltes, était un Etat souverain qui avait signé un traité de paix avec la Russie soviétique le 11 Août 1920, et s’était déclarée neutre lors de la déclaration de guerre.

Après la chute de Riga, 200 000 soldats se retrouvent encerclés dans la péninsule de Courlande, dont la 19e Division SS lettone, où ils se battront jusqu’à la fin de la guerre, étant même opposés au 130e Corps d’Armée de tirailleurs lettons de l’Armée rouge, composé en grande partie de Lettons d’Union soviétique. 250 000 civils lettons ont également trouvé refuge dans le réduit de Courlande. 130 000 parviendront à fuir en Suède par bateau, mais les autres passent après l’armistice dans les camps de filtration soviétiques, dont le résultat fut le plus souvent la déportation en Sibérie.  



Le 8 Mai 1945 représente donc pour les Lettons une nouvelle occupation qui ne cessera qu’en Août 1991. Comme en Lituanie, mais à un degré moindre, se constituera un mouvement de résistance, les Frères de la Forêt. Mais, non coordonné, sans aide extérieure, le mouvement disparaîtra au début des années 1950. Le 25 Mars 1949, les autorités d’occupation déporteront 13 000 familles de paysans réfractaires à la collectivisation. En 1959, le « bon » M. Nikita Khrouchtchev entreprend une politique de russification et le Letton perd son statut officiel.  

Après 50 années d’occupation, dont 47 ans par les Russes, on doit donc comprendre que les Lettons puissent voir d’un œil réprobateur le rassemblement annuel le 9 Mai de milliers de russophones dans le Parc de la Victoire.



Découvrir le blog de Gilles en Lettonie




Partager

A propos de l'auteur

Découvrez le blog Gilles en Lettonie : La Lituanie, la Lettonie, l'Ukraine et leurs environs, vus par un retraité Français, amateur d’Histoire...

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!