Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ?

On connaît relativement bien à l’ouest le massacre à Katyń, au printemps 1940, de plus de 20 000 polonais, dont 4 500 officiers, par le NKVD soviétique, sur ordre personnel de Staline signé le 5 Mars 1940. Ce massacre avait été mis sur le dos des Allemands, faisant même l’objet d’une manipulation au procès de Nuremberg. Ce n’est qu’en 1990 que l’URSS avait reconnu que les massacres avait été ordonnés par les responsables soviétiques, et il fallut attendre le 26 Novembre 2010 pour que la Douma russe reconnaissance la responsabilité personnelle de Staline.
 
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 1
 
Il s’est déroulé les mêmes atrocités à Kurapaty, dans la banlieue de Minsk, à la différence près que le pouvoir bélarusse actuel n’est manifestement pas disposé à revoir sa réécriture de l’histoire.
 
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 2
Le Dr Zianon Pazniak 
 
La découverte des charniers de Kurapaty fut rendue publique par le Dr Zianon Pazniak le 3 Juin 1988, dans un article intitulé « Kurapaty – Le chemin de la mort », publié dans le journal de l’Union des Ecrivains. Fondé sur les premières observations archéologiques et sur des témoignages, l’article prouvait que les charniers concernaient des crimes commis par le NKVD (police politique soviétique de 1934 à 1954, date à laquelle il a cédé la place au KGB) entre 1937 et 1941. Une commission d’enquête a confirmé ultérieurement que les victimes étaient des Biélorusses de condition sociale modeste (paysans, ouvriers agricoles, intellectuels des campagnes) qui avaient été tués avec des pistolets soviétiques de type Nagan. Malgré des enquêtes ultérieures, le nombre de victimes n’a pas pu être établi avec précision (entre 30 000 et 250 000).
 
Zianon Pazniak, qui, à la même époque fut un des co-fondateurs du Front Populaire Bélarus (parti politique et mouvement culturel à l’image de Sajūdis en Lituanie), obtint l’asile politique aux Etats-Unis en 1996, se disant menacé par les sbires d’Aliaksandre Loukachenka (au pouvoir depuis 1994).
 
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 3
Dziady
 
Depuis 1988, les Biélorusses se rendent à Kurapaty à l’occasion de Dziady (Дзяды – littéralement « grands pères »), fin Octobre – début Novembre, en mémoire des victimes de la répression soviétique.
Mais ces célébrations et le souvenir de ces crimes ne sont manifestement pas du goût de tout le monde.
En 1994, Le Président Bill Clinton a visité le site et a fait don d’un banc en granit, qui a été endommagé trois fois et a encore récemment été tagué.
 
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 4
Le banc Clinton tagué en 2012
 
En 2001, le régime de Loukachenka n’avait rien trouvé de mieux que de vouloir faire passer une autoroute sur ce lieu de mémoire. Il faut dire qu’il n’a jamais reconnu qu’il se soit agi d’un crime soviétique. De jeunes manifestants du Front Populaire Bélarusse, de Zubr et d’autres organisations, en organisant l’occupation des lieux, ont réussi à stopper les pelleteuses.
 
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 5
La croix des martyres du Bélarus en 2007
En 2007, des vandales avaient déjà brisé la croix des martyres du Bélarus. En Novembre 2012, la croix en mémoire des Officiers polonais assassinés par les soviétiques a été détruite, et re-détruite en ce début Décembre, trois jours après sa réinstallation. L’acte a été revendiqué par l’organisation « L’avant-garde de la Jeunesse Rouge » ! Avec la bénédiction du régime ? L’histoire ne le dit pas. Mais quand on sait que les pèlerinages à Kurapaty exaltent le sentiment national et arborent le drapeau historique biélorusse blanc-rouge-blanc (ci-dessous), on peut imaginer que Loukachenka ne voit pas ça d’un bon œil.
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 6
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 7
Belarus : qui en veut au site de mémoire de Kurapaty ? 8

Découvrir le blog de Gilles en Lettonie


 424 Visites au total,  2 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *