284 vues

Clonmacnoise ou la prairie des fils de Noise

0

Irlande ClonmacnoiseDe mon premier voyage en Irlande (en 2003), Clonmacnoise est certainement un des deux endroits qui m’ont le plus marquée et donné envie de retourner là bas (à ce jour j’ai visité Clonmacnoise 3 fois). C’est aussi une des raisons qui m’ont fait choisir mon sujet de recherche sur lequel je continue de m’arracher les cheveux mais qui sera bientôt fini. Mais qu’est-ce donc que Clonmacnoise alors ? Clonmacnoise c’est le lieu d’un ancien monastère, construit au VIème siècle par St Ciaran au centre de l’Irlande au bord de la Shannon sur la route qui va désormais de Dublin à Galway.

 

Les églises bâties à l’époque étant en bois, tout ce qui nous reste désormais du site ne fut construit que plus tard aux alentours du Xème siècle. Détruit et pillé à plusieurs reprises par les Vickings, ravagé par de nombreux feux et diverses épidémies Clonmacnoise resta néanmoins pendant très longtemps un centre de pouvoir et de savoir en Irlande. Sa position centrale lui permettait en effet d’avoir un rayonnement important et d’accueillir les voyageurs se rendant dans divers monastères ou tout simplement en pèlerinage à Clonmacnoise. Le site à proprement parler contient les ruines de sept petites églises dont l’une renferme les reliques de St Ciaran (voir photo) qui sont sensées faire des miracles. Les fondations de cette église ont été mises à rude épreuve par plusieurs siècles de pélerinage car la terre autour de cette église si elle était placée aux quatre coins d’un champs garantissait, selon la légende, une bonne récolte.

Au cours des siècles, le monastère subit de nombreux dommages et fut réparé à de multiples reprises et de nombreux rois et personnages importants y furent enterrés. Mais avec la conquête normande au XIIIème siècle commença une ère de déclin rythmée par les saccages et les pillages des anglais (ho méchants les anglais!!) qui dura presque cinq siècles. Mille ans après sa fondation, la cité monastique de Clonmacnoise fut désertée par les moines et tomba à l’abandon. Le site connu un regain d’intérêt pendant la période romantique au XIXème siècle et devint un lieu de promenade dominical pour les grandes familles anglaises qui venaient pique-niquer au milieu  du grand cimetière de croix celtiques (il y a mieux comme endroit pour déjeuner je vous l’accorde). Enfin, au XXème siècle, un musée fut créé et le site fut réabilité, il reçoit désormais de nombreux visiteurs et présente un court métrage sur l’histoire de Clonmacnoise dans de nombreuses langues. En 1979, le site reçut même la visite du pape Jean-Paul II.

 

De nos jours il se dégage de Clonmacnoise une impression de grande sérénité. Quelque soit le moment de la journée ou le temps qu’il fait, on est frappé par l’atmosphère très calme du lieu, comme si le temps s’était arrêté de couler. C’est aussi un lieu profondément religieux, comme si les moines étaient encore là, quelque part, cachés à nos yeux et qu’en secret ils continuent à prier. Pour moi Clonmacnoise c’est un lieu un peu mystique et toutes ses tombes envahies par la mousse ont un côté apaisant comme si on retrouvaient de vieux amis ou des ancêtres aimants. Le meilleur moment pour y aller c’est le soir lorsque les ombres s’allongent et jouent avec les tombes. En plus c’est à ce moment que les visiteurs se font les plus rares et qu’il est facile de s’adonner à la photographie ou tout simplement de se recueillir ou de ce ressourcer. Je pense que je pourrais passer des heures à essayer de vous expliquer à quel point cet endroit m’a touché sans vraiment réussir à trouver les mots et les expressions justes. Alors je vous laisse avec ces quelques photos qui je l’espère en diront plus que de longs discours, ainsi qu’avec un poème que j’aime beaucoup.

 

 

The Dead at Clonmacnoise

In a quiet water’d land, a land of roses,
Stands Saint Ciaran’s city fair ;
And the warriors of Erin in their famous generations
Slumber there.

There beneath the dewy hillside sleep the noblest
of the clan of Conn,
Each below his stone with fame in branching Ogham
And the sacred knot thereon.

There they laid to rest the seven Kings of Tara,
There the sons of Cairbre sleep –
Battle-banners of the Gael that in Ciaran’s plain of crosses
Now their final hosting keep.

Many and many a son of Conn the Hundred-fighter
In the red earth lies at rest;
Many a blue eye of Clann Colman the turf covers,
Many a swan-white breast.

T.W.Rolleston

 

A bientôt en Irlande (Je reposte ici les articles de mon blog ayant trait à l’Irlande.)

 



Partager

A propos de l'auteur

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!