3 499 vues

Tchernobyl, l’échec du communisme bureaucratique

2

tchernobyl centrale nucleraire

Dans son essai Tchernobyl, retour sur un désastre, la journaliste, historienne et chercheur Galia Ackerman développe la thèse d’un échec du communisme bureaucratique, qui serait à l’origine de la tragédie de l’explosion du réacteur IV de Tchernobyl et de ses conséquences encore très fortes aujourd’hui.

Galia Ackerman, journaliste à Radio France Internationale, historienne de formation, chercheur associé à l’Université de Cean et parlant couramment le russe, a enquêté pour une exposition à Barcelone, sur le sujet. Cet « accident » survenu au pays du « socialisme réalisé » montre combien l’idéologie, le scientisme et la bureaucratie peuvent mener un peuple à la catastrophe.

La catastrophe de Tchernobyl

Le 26 avril 1986, à 1 h 23 mn 4 s du matin, le réacteur n°4 s’emballe subitement. Une quarantaine de secondes plus tard, deux formidables explosions secouent le site. Selon Grigori Medvedev, l’ingénieur en chef qui construisit la centrale de Tchernobyl, « une boule d’énergie électrique, légèrement aplatie et mesurant près de 7 m de diamètre et 3 m de hauteur, s’est formée dans le tiers supérieur de la zone active du réacteur. Près de 50 tonnes de combustible nucléaire se sont alors évaporés sous l’impact de cette boule et ont été projetées dans l’atmosphère, à une hauteur variant entre 1 et 11 km. » p.42

Tchernobyl reacteur IV

Nucléaire, activisme autoritaire et idéologie à Tchernobyl

Tchernobyl retour sur un desastreGalia Ackerman, journaliste à Radio France Internationale, historienne de formation, chercheur associé à l’Université de Cean et parlant couramment le russe, a enquêté pour une exposition à Barcelone, sur le sujet. Cet « accident » survenu au pays du « socialisme réalisé » montre combien l’idéologie, le scientisme et la bureaucratie peuvent mener un peuple à la catastrophe.

L’idéologie a privilégié l’activisme, le pharaonique, et le secret. Activisme autoritaire : « Fort d’une idéologie nouvelle qui prônait le dévouement total du citoyen à sa patrie socialiste, l’Etat sacrifiait ses sujets, par milliers ou par millions, selon les circonstances, pour assurer sa marche glorieuse vers un avenir radieux et briser toute velléité de résistance chez ceux qui ne voulaient pas marcher au pas. C’est aussi ce qui s’est produit à Tchernobyl. » p.15

chernobyl enfant maladeLe pharaonique ne coûtait « rien » puisque les hommes-fourmis étaient innombrables et corvéables à merci. Le pharaonique servait l’ego surdimensionné des bureaucrates qui s’étaient hissés à la tête du Parti avant-garde. « De l’utilisation de détenus du Goulag, sous Staline, à l’exploitation de jeunes komsomols dans les ‘chantiers du communisme’ sous Khrouchtchev et Brejnev, tous les moyens étaient bons pour fournir une main-d’œuvre très peu coûteuse à des projets colossaux comme, par exemple, ceux des centrales hydroélectriques du Dniepr ou de Bratsk. » p.18

 

Le secret était le ressort du pouvoir de l’élite dirigeante : « Les données précises ont été occultées par les autorités soviétiques désireuses de sauver la face devant le monde extérieur et devant leur propre peuple. » p.11

Avant 1986, nombre d’accidents s’étaient déjà produits mais, « à l’exception d’une vague allusion dans la ‘Pravda’ (qui signifie la Vérité !) en 1982, aucun de ces 11 accidents, sans compter les centaines d’incendies, ne fut rendu public. » p.27

centrale nucleaire Tchernobyl Pripyat

Le scientisme, issu de la pensée de Marx, est une perversion de la Raison les Lumières. « Les bolcheviks rêvaient de devenir non seulement les maîtres des hommes, mais aussi de la nature, les maîtres de l’univers. ‘Le communisme, c’est le pouvoir soviétique plus l’électrification de tout le pays’, proclama Lénine en 1920. » p.17 L’URSS, dotée de gaz, de pétrole et de nombreuses rivières, n’avait nul besoin de centrales nucléaires. Mais l’idéologie de conquête de la nature et le fantasme de toute-puissance mondiale ont forcé dès 1954 la construction de tels symboles technologiques, dérivés du militaire. Surtout, « le personnel des centrales avait été élevé dans l’idée qu’un réacteur nucléaire ne pouvait pas exploser. » p.47 Il s’agit de croyance par défaut d’information, parce que l’idée même d’une incertitude technologique était impensable à l’idéologie, sensée détenir la « seule » méthode « scientifique » pour parvenir à la Vérité.

Photo du satellite Spotimage le 6 mai 1986 :

Tchernobyl spotimage satellit

Le communisme bureaucratique à l’origine de l’accident de Tchernobyl?

La bureaucratie du Parti s’est bien sûr emparée de cet instrument de pouvoir aussi symbolique que dompter l’énergie de l’atome. « Bien que supervisées par l’Institut de l’énergie nucléaire Kourtchatov de Moscou, leur construction et leur exploitation (des centrales) se trouvaient en fait entre les mains des apparatchiks du Parti. Or, pour ces apparatchiks, seule la réalisation des plans quinquennaux importait. (…) On construisait à la va-vite, sans investir suffisamment dans la formation de cadres compétents. » p.26

Tchernobyl Helicoptere

Aucune bureaucratie n’a d’âme et tout humanisme se perd dans les règlements « neutres » des bureaux cloisonnés : « La Commission gouvernementale eut automatiquement recours à la logique stalinienne où seule la victoire compte, alors que les pertes militaires ou civiles n’ont aucune importance. » p.78 Aucune décision d’ensemble, rejet de responsabilité, je-m’en-foutisme, tels sont les maux des bureaucraties. « L’académicien soviétique Legassov : « impréparation, gabegie, effroi… C’était exactement comme en 1941, mais en pire. » p.81

Tchernobyl carte contamination

Conséquences : criminelles.
« Naturellement, il fallait étouffer au plus vite cette affaire. Le Politburo prit alors une décision ingénieuse. Dans ses protocoles du 8 mai, on lit : ‘Le Ministère de la Santé de l’URSS a décrété les nouvelles normes de niveaux admissibles en matière d’irradiation de la population par des rayonnements ionisants, supérieures de 10 fois par rapport aux normes précédemment en vigueur. Dans certains cas, il est possible d’augmenter ces normes jusqu’à 50 fois. » p.84 La viande provenant des régions contaminées sera utilisée « pour la confection de charcuterie, de conserves et de produits cuisinés, en la mélangeant avec de la viande normale, en proportion de 1 pour 10 », a décidée la bureaucratie, « texte signé par le président du Comité d’Etat à l’agro-industrie, Vsevolod Mourakhovki » p.110 Bilan : près d’1 million de liquidateurs du site contaminés, 116 000 personnes déplacées, souvent trop tard, près de 20 000 morts, 200 000 invalides selon Gueorgui Lépine (rapport au colloque de Berne, 12 novembre 2005). 9 millions de personnes vivent toujours sur des terres plus ou moins contaminées.

Tchernobyl carte contamination en France

Les pays « libéraux » peuvent avoir des accidents similaires ou commettre des bévues bureaucratiques du même genre telles sang contaminé ou vache folle – mais l’opinion ne tarde pas à le savoir et les têtes tombent, les procès jugent et indemnisent, les procédures sont changées. Pas dans une société où l’Etat est tout-puissant !

Acheter Tchernobyl, retour sur un désastre, Galia Ackerman, 2006, Folio Documents, 163 pages

En complément Tchernobyl confessions d’un reporter; un excellent ouvrage photos d’Igor Kostine, seul photographe encore vivant à avoir pu suivre les travaux de la bataille de Tchernobyl

 

L’éclairage de Gilles Dutertre

Fin connaisseur des pays baltes, Gilles Dutertre a créé le blog de Gilles en Lettonie

Tchernobyl : responsabilités et hommage

Le 26 avril 1986, à 01H23 du matin, le réacteur n° 4 de la centrale nucléaire Lénine de Tchernobyl, en République Socialiste Soviétique d’Ukraine, explosait. En ce trentième anniversaire, chacun y va de son article et je n’y ferai pas exception.
 
Photo du réacteur 4 de Tchernobyl quelques jours après la catastrophe le 26 avril 1986Pour me distinguer, je mettrais toutefois l’accent sur les responsabilités de l’accident, sur la gestion « à la soviétique » de l’accident, et sur les « liquidateurs ».
 
Test de pilotage dans la centrale TchernobylTout d’abord, le réacteur, de type RMBK 1000, qui présentait déjà plusieurs points faibles dans sa conception, avait été construit sans respecter les normes en vigueur selon le Président du KGB à l’époque de la construction, un certain Youri Andropov.
 
Le 25 avril 1986, un test d’îlotage est prévu sur le réacteur n° 4. Ce test consiste à isoler le réacteur du réseau électrique externe, tout en le maintenant en puissance. Le réacteur ne produit plus alors que l’énergie électrique nécessaire à son fonctionnement. Il permet de tester l’alimentation électrique de secours permettant au réacteur de fonctionner en sécurité pendant une panne de courant.
L’accident s’est produit à la suite d’une série d’erreurs commises par les techniciens de la centrale qui, sous les ordres d’Anatoli Stepanovitch Diatlov, vice-ingénieur en chef, ont supprimé plusieurs sécurités, violant de ce fait les procédures garantissant la sécurité du réacteur. On notera en outre au passage que le directeur de la centrale,  Viktor Petrovitch Brioukhanov, n’est pas un spécialiste du nucléaire mais un ingénieur en thermodynamique. Cette méconnaissance ne lui permettra pas de prendre les bonnes décisions dans la journée du 26 avril.
 
Le 26 avril, la population locale, et notamment les habitants de la ville de Pripyat, à 3 km de la centrale, ne sont pas prévenus de l’accident et continuent leurs activités habituelles. 900 élèves, âgés de 10 à 17 ans, participent même ce jour-là à un marathon de la paix qui fait le tour de la centrale !
 
Ce n’est que le 27 avril à 14H que l’évacuation des 49 000 habitants de Pripyat commence. On leur a dit de prendre le strict minimum, leur promettant qu’ils pourraient revenir 2 à 3 jours plus tard. Ce n’est d’ailleurs que le même jour, 27 avril, que Mikhaïl Gorbatchev est officiellement informé. Encore ce rapport est-il sérieusement édulcoré.
 
Tchernobyl helicoptere liquidateur répandant de la burba
Liquidateurs à TchernobylLe 28 avril, la centrale nucléaire suédoise de Forsmark constate un niveau de radioactivité anormal venant de l’est. Contrainte par les médias occidentaux, l’Agence de tresse TASS parle le 29 avril d’un accident « de gravité moyenne survenu à la centrale nucléaire de Tchernoby » !
 
Il faudra attendre le 14 mai pour que Gorbatchev prononce une allocution télévisée au cours de laquelle il reconnaît l’ampleur de la catastrophe et admet des dysfonctionnements profonds.
Tchernobyl équipe de liquidateurs masquesCette catastrophe a entraîné un bilan en pertes humaines qui est encore contesté 30 ans plus tard. On rendra un hommage particulier aux pompiers dont 15 d’entre eux, sans aucune protection, étaient à pied d’œuvre le 26 avril dès 01H28 du matin. Et aux 500 à 800 000 « liquidateurs », civils et militaires, qui participèrent au travail titanesque et funeste de consolidation et d’assainissement du site. Le nombre de morts dans leurs rangs varie de 20 000 à 100 000 !
La catastrophe de Tchernobyl a montré au grand jour les faiblesses scientifiques, techniques et de sécurité de l’URSS du « bon » M. Gorbatchev. Mais aussi l’opacité de la communication qui a certainement eu de terribles conséquences sanitaires. A contrario, ce n’est pas parce qu’il y a eu cette catastrophe, conséquence d’une mauvaise conception et d’une succession d’erreurs humaines, qu’il faut condamner l’énergie nucléaire dans son ensemble.
 
En plein dans l’actualité, on dévorera Traverser Tchernobyl de Galia Ackerman

La critique dans Le Monde des livres traduit très bien tout l’intérêt de cet ouvrage :

Un récit d’une grande justesse de ton”. 
“S’il fallait croquer l’écrivaine, ce serait moins en exploratrice qu’en ethnologue. Mieux, en archéologue.

[wonderplugin_gallery id=”19″]

Pour en savoir plus :



Partager

A propos de l'auteur

Voyageur aux semelles de vent, curieux du monde et de ses habitants.Explorateur des pays, des questions et des humains, épris de liberté et d’anti-privilèges, amoureux des êtres et des chats. Centres d’intérêt:Trekking et voyages, archéologie, économie politique, voile, cuisine en gourmet, littérature et philosophie, histoire toujours, un peu de poésie et les amitiés précieuses.___________________________________________________________________________ Découvrir le blog : Explorer le monde et les Idées

2 commentaires

  1. c’et helas ca les crimes des dictautres notement ceux qui ont etait complices de cela des pays planter pendant plusieurs siecles a les pauvres gens et je me demande si la population ukrainnienne et belarusses sera pas eteinte dans 200 ans et les enfants naissant handicapes et les autres avec des grosses tetes et je me demande comment les meres ne peuvent pas mourrire avec ca hedrocephale a dieu du ciel les pauvres gens et comment administre des pays san habitants a terme la faut ce poses des questions la dessus et surtout au belarusses en plus et l’insecurite dans les villes vide de leurs populaitons loi martial couvret feu cela doit faire peur ces pays serons depeupler de leurs populations baisse demographique en plus des naissances par dessus le marcher et manque de mains d’ouvres c’est pas vrais les villes vont tombes l’une apres l’autres ou quoi et memes les vieux batiments livres a l’abandons et pourtant votre pays a l’aire d’etre beau et pauvres bouts de choux et les gens sont pas devnue fous non plus suite a ca car les sovietiques les ont laisses livres a l’abandon sont suivie psychologique il doit y avoir des chocs post traumatique et nevors post traumatique et surtout chez les populaitons les plus fragile non chez vous et les morts en plus tout les jours car cela doit etres tout les jours helas non c’est plus des tombes sont des fausses communes et la vie qui est morte pas d’avenire a espere non plus a bien les gens qui ont etait complices de ce genre de regime encore il y a pas que chez vous il y a ailleurs en ex URSS

  2. Je n’ai pas lu cet essai, mais il semble très intéressant et je vais probablement me le procurer après avoir parcouru ton article. Tchernobyl est une catastrophe qui est très symbolique et pas seulement parce qu’elle est la plus grande catastrophe nucléaire et porte avec elle bien des questionnements à propos de l’énergie elle-même. L’excellent documentaire La Bataille de Tchernobyl aborde un peu les aspects dont il est question ici et met l’accent aussi sur le fait que Tchernobyl aurait favorisé la chute du communisme (par son coût bien plus que par les sacrifices humains consentis pour sauver l’Europe d’une nouvelle catastrophe prévisible après la première explosion).

    Parenthèse : En littérature, Kafka avait été très visionnaire et avait justement démontré ce que tu décryptes à propos de la bureaucratie… soviétique ou autre d’ailleurs.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!