136 vues

Naam, un rock expérimental inventif : les voies de Dieu sont psychédéliques

1

Voilà une divine surprise pour les aficionados du rock expérimental, inventif et péchu. Le label très indépendant Tee Pee, spécialisé pour dénicher des groupes zarbis n’hésitant pas à sillonner des contrées musicales peu prisées de MTV, vient de signer une perle rare, le trio new-yorkais Naam.

En quelques mots, parce que ça ne se lit pas mais ça s’écoute, Naam nous offre plus de soixante minutes de rock difficile à classer car il allie des nappes discrètes mais efficaces de synthé, des parties très inventives et habilement stylée de musique, une basse heavy rappelant Black Sabbath et of course, des percussions très élaborées, le tout permettant de jouer sur des cassures de rythme, ce qui fait qu’au bout du compte, on ne s’ennuie pas et l’on est transporté très loin par cette interprétation de heavy psychédélique qui n’a rien à envier aux meilleures prestation des années 1970. En vérité, l’ambiance est plus à chercher dans le début des seventies, vers 1971 qu’à la fin des sixties, vers 1966 ou 1967, années fastes de cette musique dite psychédélique symbolisée par l’usage du LSD, drogue hallucinogène ayant selon quelques analystes impulsé les styles orientalisant de cette époque, mais dont les effets temporels sont assez stupéfiants, si bien que Jerry Garcia finissait par oublier qu’il avait joué les mêmes parties de guitare pendant 20 minutes et qu’il était temps de finir le morceau pour qu’il s’imprime dans les sillons d’une face de vinyle pour célébrer le Grateful Dead dont Naam se rapproche tout en étant plus péchus et plus aérien. LSD, c’est aussi le titre d’un morceau des sulfureux Pretty Thing, des bad boys encore plus mauvais garçons que les Stones et dont le L a été remplacé par la livre, preuve s’il en est que ces facétieux joueurs de psyché avaient anticipé le fric qui allait irriguer le monde du rock, autant que les poudres et autres décoctions pas très bien vues par les autorités.

Naam sonne plus comme les grands inventeurs du psyché planant des seventies et notamment ces deux groupes emblématiques du krautrock que sont Guru Guru et Ash Ra Tempel. Naam sonne un peu comme le trio basique Guru Guru en plus heavy, et stylé différemment grâce à l’usage des fantaisies de l’électro, sans oublier quelques parties de sitar et cette guitare qui sonne plus seventies que les deux Jimmy. Et ça rappelle les premières productions d’Ash Ra dont la particularité est d’offrir une face planante et une autre plus free où la guitare et la batterie se déchaînent, mais c’est semble-t-il moins brouillon, plus net dirions-nous, bien exécuté, sans faille et avec une excellente production. Gloire à Naam et souhaitons-leur un succès mérité.

Un peu de pop éloigne de Dieu, beaucoup de psyché nous en rapproche. Souvenons-nous, c’était en 1976, le new age of earth célébré par Manuel Göttsching, guitariste fameux de Ash Ra. Les musicos de Naam semblent se réclamer du même trip, naviguant entre mysticisme et néo-psyché. Ils évoquent la musique intérieure et la dualité entre l’esprit et la matière physique, affirmant détenir avec leur musique la clé ouvrant la porte derrière laquelle se trouvent magies et mystères. Tout en prétendant offrir un sermon nous conduisant notre civilisation vers son aurore. « les cavernes les plus sombres ne peuvent nous dissimuler, les plus vastes océans ne sauraient nous noyer. Nous vaincrons les adversaires indomptables, nous sommes la guerre et la paix, l’espace et le temps, nous sommes infinis, nous sommes Naam ». Ils se la jouent certes, mais ces belles paroles héraclitéennes résonnent de deux millénaires d’histoire, nous ramenant aux dualités platoniciennes ou ismaéliennes. Divine surprise que Naam pour les croyants d’un monde nouveau, assoiffées de foi, lassés des chants grégoriens et prêts à s’envoler vers les hauteurs mystiques de cette musique planante mariant le ciel et la terre. La guitare et la basse. Sans oublier le feu des percussions et l’élément liquide des claviers électro. Elémentaire mon cher Gibson, n’est-ce pas ?

 



Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Bonjour!
    Je trouve votre commentaire pertinent, ce disque est un bijou.
    J’aimerais cependant rajouter une influence majeure de ce groupe que vous semblez avoir occulté (involontairement bien sur, personne n’est omniscient!) : le stoner rock.
    Courant musical apparut au sud de la Californie dans le début des années 90 avec des groupes emblématiques comme Sleep, Kyuss notemment.

    Le voyage spirituel que Naam entreprend est très fortement influencé par OM, le projet mené par Al Cisneros, chanteur et bassiste culte de Sleep!
    Si vous avez apprécié cet opus de Naam, vous ne pouvez pas manquer OM et ses rythmes hypnotisants et orientalisants. La voix de Al Cisneros est comme la légère oscillation d’un pendule subissant la force de gravité, elle nous guide vers une introspection mécanique et envoutante.

    Voilà! J’espère en tout cas vous avoir apporté un peu, si vous avez aimez Naam, c’est une riche et fertile famille musicale – peu connue certes, mais d’une influence conséquente* – qui s’ouvre à vous!

    *Le seul groupe de stoner rock médiatisé n’est autre que Queens of the Stone age, mené par l’ancien guitariste de… Kyuss, Josh Home!

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!