285 vues

La Provence à vélo par les grosses bosses (Cyclotourisme France)

0

Voyage à vélo en Provence par les grosses bosses… L’occasion de découvrir une route splendide en Haute Provence…

Cyclotourisme France  : la Haute Provence      

En cet automne 2011, l’apocalypse s’abat sur la Provence, pluies diluviennes, vent d’est particulièrement violent, cent trente kilomètres à l’heure, qui soulève des vagues énormes jusqu’à sept mètres de haut, ce n’est pas le moment de mettre le nez dehors. Et pourtant, je me dis qu’après la tempête le calme revient. Je surveille donc la météo et je  constate qu’à partir du dix novembre une fenêtre favorable devrait se présenter pour une petite virée de quelques 600 kilomètres à vélo à travers la Provence. Les bulletins météo annoncent un anticyclone qui devrait tenir à distance le mauvais temps de ces hautes terres de Provence. Il ne m’en faut pas plus pour décider de mon départ. Le tour envisagé passera  par les grosses bosses de Provence, le Ventoux, la montagne de Lure, le Verdon, le massif des Maures et la Sainte Baume. 

Et voilà, malgré les doutes l’appel est le plus fort. Le train démarre, une fois de plus un périple commence par la gare de la Part Dieu. Cette fois, je prends la direction de la Haute-Provence pour un périple à vélo. Ce sera mon premier voyage à deux roues en solitaire. Je suis un peu inquiet, car à vélo avec sacoches on se sent  vulnérable au vol.  J’ai déjà été victime de vol en groupe au Pérou  et cette expérience m’a fortement traumatisé, alors seul j’hésite. Mais pas de panique, j’ai lu les comptes-rendus d’un certain nombre de cyclotouristes au long cours qui ne  se sont pas tout fait piller, même si parfois cela arrive. Je pense en particulier à cette jeune institutrice qui avait obtenu une année sabbatique pour faire un tour du monde à vélo. Ses élèves lui avaient fait la remarque suivante «  Maîtresse vous n’êtes pas sportive, comment allez-vous réussir pour faire le tour du monde à vélo?». Cette jeune femme était vraiment pleine de ressources, en effet en Amérique du Sud avant de prendre l’avion pour la Chine, elle accroche sa monture à un poteau pour aller satisfaire un besoin naturel. Au retour, elle constate que le poteau a été arraché, son vélo et tout son matériel disparus. Choc pour beaucoup. Pour elle pas vraiment, elle prend son avion pour l’Empire du Milieu, et une fois sur place, elle rachète l’indispensable, dont le vélo, et elle poursuit son périple ! En me remémorant cette histoire j’ai presque honte d’être poltron. Voilà les pensées qui me viennent à l’esprit  alors que la vallée du Rhône défile en direction d’Orange, point de départ de ma balade provençale par les bosses.

 

Premier jour 90 km

Orange Sault par le Ventoux 


9h30, je sors du train. Une fois sur le quai, il me faut avec tout mon barda passer par le passage souterrain, ce  n’est pas facile, car entre les bagages et  le vélo l’ensemble fait trente cinq kilos. En effet, à cette période de l’année je m’attends à trouver certaines zones désertes et par précaution j’ai pris de quoi bivouaquer dans de bonnes  conditions. Une fois sur la chaussée devant la gare, la luminosité du sud m’inonde. Je comprends les gens qui rêvent de venir prendre leur retraite dans ces régions de grande lumière. Comme toujours, jeté comme cela sur la route au sortir d’un transport en commun, il faut se repérer et décider de la direction à prendre. Le soleil encore assez bas sur l’horizon m’indique l’est. D’autre part, des bruits de réacteurs d’avions de combat me permettent de situer la base aérienne 115. Il ne m’en faut pas plus pour « recaler les gyros ».

Dès que je roule, toutes mes appréhensions s’envolent, la joie de la découverte et de l’effort physique s’impose impérativement à moi, et l’euphorie me submerge. Il est étonnant de constater comme les états d’âme sont fluctuants d’un instant à l’autre en fonction de conditions  qui nous sembleraient de peu d’importance dans d’autres circonstances.

Le temps est splendide, la météo qui annonçait des ondées continues durant la journée s’est vraiment trompée. Je suis rapidement hors de la ville. Le Ventoux Provence à vélo novembre 2011 041.jpgapparait mystérieux,  il est difficile d’en évaluer les dimensions. Il est d’autant plus énigmatique, qu’il  cache son sommet dans de grandes volutes de nuages pommelés au ras du relief. J’ai l’impression de découvrir un grand volcan d’Amérique du Sud. J’ai du mal à imaginer que dans quelques heures je dois me retrouver là-haut sous cette chape de brume.

La campagne sort de son humidité nocturne d’automne, les vignes entrecoupées de leurs grandes haies de cyprès me confirment que je me trouve dans cette magnifique région viticole des côtes du Rhône. Les dentelles de Montmirail si caractéristiques se font très présentes. La base de l’armée de l’air n’est pas loin. Je passe devant les balises de bout de piste. Un Mirage 2000 me survole dans un dernier virage serré, un second lui succède dans un rugissement au décollage. Il me vient droit dessus, puis entame une montée brutale dans un vrombissement de l’air. Trente années passées au sein de ce milieu particulier et envoûtant me reviennent à l’esprit. Je me remémore une multitude d’expériences humaines et techniques extraordinaires que j’ai vécues lorsque j’étais en activité. Mais le but de mon article n’est pas de faire de la pub pour l’armée de l’air, quoi que !  Je mettrais peut-être un jour en ligne des articles, relatant des voyages parmi les hommes dans la guerre. 

Je continue ma route en abandonnant mes amours passées, et au fil de mes roues des noms délicieux défilent, Violés, Vaqueras, Gigondas, Baume-les-Venise, le Provence à vélo novembre grosses bossesgratin de l’appellation des côtes du Rhône Village.  Je me laisse prendre par le sortilège de ces vignobles  et des petits chemins qui les traversent. Je finis par douter de mon itinéraire, bien que là-bas au loin la masse imposante du Ventoux balise la direction à la manière d’un phare géant. A un croisement de chemins, une voiture, je m’approche et veux demander à sa conductrice la direction à suivre. Elle ne me regarde pas et démarre rapidement, manifestement apeurée. J’avais failli oublier dans quel monde de peur nous vivons, sans doute traumatisés par toutes les horreurs que nous infligent les journaux et la télévision.

Les kilomètres commencent à s’accumuler au compteur, mais mon étape de la journée n’est-elle pas trop ambitieuse? Cela fait deux mois que je n’ai pas pris mon vélo. Il est vrai que ma dernière balade était un bel entraînement, la route des Grandes Alpes, mais cela fait deux mois. Je n’arrive pas à prendre mon vélo pour une balade de la journée, il me faut impérativement ce parfum d’aventure pour avoir le courage de faire du sport.

Deux cyclistes me doublent, intrigués par mon chargement ils engagent la conversation. Ils restent circonspects, lorsque je leur annonce mon intention de passer le Ventoux aujourd’hui. L’un d’eux m’indique une petite chapelle où il me sera possible de bivouaquer à l’abri près du sommet. Cela me motive d’autant plus pour atteindre la cime au cours de cette première étape. Cette chapelle, de plus, porte un nom mythique pour moi, Sainte Anne, nom de la villa de mes parents. Déjà midi, j’ai effectué cinquante kilomètres, Malaucène apparaît. Village sacré des fous du Ventoux, aujourd’hui je suis surpris de ne pas y voir de cyclistes. Je me souviens de ce lieu en juin au milieu de nuées de prétendants pour ce sommet roi. Avant l’effort qui m’attend il me faut reprendre des forces. J’effectue une pause gastronomique agréable chez Max. A treize heures j’attaque la côte la plus célèbre du cyclisme, 21 kilomètres annoncés, qui seront en réalité 23. Je sais que cela risque d’être dur, de plus avec un double handicap, déjà cinquante kilomètres dans les jambes et vingt kilos de bagages. Mais je compte sur mon minuscule plateau qui me permet de monter aux arbres afin de passer les longues rampes très raides.

Je pars sur un rythme alerte le long d’une route déserte. L’allure reste bonne sur les premiers kilomètres. Je m’élève rapidement au-dessus de la vallée, l’horizon s’élargit. Je suis surpris de ne voir personne sur cet itinéraire mondialement réputé parmi les passionnés de vélo.  Au cours de la montée et de la descente je ne verrai que cinq cyclistes, mais j’y reviendrai.  Je passe assez confiant un panneau explicatif, qui me permet de déduire que l’effort sera à peu près équivalent à celui nécessaire pour gravir le col de la Bonnette. Connaissant ce dernier pour l’avoir gravi en septembre, je me dis que tout ira bien.  Je croise mon premier cycliste, plutôt une cycliste qui fonce en descente. Après 12 kilomètres je bute sur Provence à vélo novembre 2011 032.jpgdes pentes à 12% de moyenne. Je ne sais pas si le chiffre 12 est maudit, mais je prends un coup de « bambou » tel que je n’en ai jamais connu. Je me dis que je ne serais pas en mesure d’atteindre le sommet aujourd’hui. Je m’arrête donc. J’ai du mal à marcher tellement l’intérieur des cuisses me brûle, saturation d’acide lactique. Je recherche un endroit à peu près plat pour monter ma tente. Il est 3h30, encore deux heures de jour. Mais je ne trouve rien.

 Je reprends mon vélo avec l’intention de m’arrêter dès que je trouverai un endroit propice pour l’établissement d’un bivouac. Mais rien ne vient. Cependant,  la forme, elle, revient doucement, peut-être du fait que la pente se couche, bien qu’elle reste voisine des 10%.  Je rentre dans les brumes sommitales, un cycliste me double. Je suis dans la zone où il me faut maintenant passer le sommet. Le crépuscule me surprend dans les dernières difficultés. L’atmosphère est franchement austère. Dans la pénombre à un kilomètre du sommet  un cycliste répare son vélo. Je lui demande s’il a besoin d’aide. Il me fait comprendre qu’il ne comprend pas. Alors je lui demande «  Do you need some help ? ». Sa réponse est très claire « No thank you ». Il me montre sa chambre à air neuve. Au fond de moi, je me dis ouf ! En effet, si j’avais dû m’arrêter tout transpirant à la nuit tombante avec le froid qui s’intensifie, j’aurais eu du mal à repartir. Mais voilà, il se débrouille et je continue dans un brouillard crépusculaire. Je distingue à peine dans les nuages les grandes antennes du sommet, tels d’immenses fantômes qui cherchent à se dérober au regard. Le vélo procure des sensations dignes de courses en montagne. Mon intention est de rapidement trouver dans la descente la fameuse chapelle pour me mettre à l’abri.  Alors que je me laisse glisser sur le versant sud, deux cyclistes sans lumière dans la nuit me croisent, probablement rejoignent-ils  la station juste au-dessus, dont on distingue l’éclairage dans le brouillard.

Je scrute dans le noir le bord de la route à la recherche de cette chapelle, mais je n’aperçois rien. Après un ou deux kilomètres je perds tout espoir. Je m’arrête pour m’habiller car le froid devient intense. Je ne vois pas du tout où je pourrais m’arrêter dans ces pentes raides pour organiser un bivouac. Entre les volutes de brume, par intermittence, tout en bas dans la vallée du Rhône je distingue une multitude de villes et villages éclairés. L’impression est saisissante. Que fais-je de nuit au sommet de cette montagne ? Le miracle alors se produit, les nuages se déchirent, et de la crête qui me domine à l’est une belle grosse pleine lune émerge et diffuse une lumière suffisante pour envisager de nuit une descente vers Sault, distante de 26 kilomètres.

Dans cette atmosphère particulière entre rayons pâles de la lune et passages de brume, je m’engage dans une descente à travers un monde flou presque irréel. Les grands pierriers blancs, caractéristiques du sommet du Ventoux réfléchissent faiblement la lumière lunaire, atténuée par la nébulosité. Par endroits, des pans de montagne restent plongés dans le noir complet et je perds toute référence quant au tracé de la chaussée. Puis, au détour d’un virage serré, du à un mouvement de terrain, la clarté revient. Elle paraît extrême en comparaison de l’absence de lumière que je laisse derrière moi. Je suis de nouveau en mesure de bien visualiser les contours de la route, mais pas d’en percevoir les trous et les bancs de gravier. Cependant, je me laisse entraîner par la pente, et la vitesse me semble importante, bien que la luminosité trop faible ne me permette pas de lire l’indication donnée par mon compteur. Dans ces moments la concentration est maximale, tous les sens aux aguets, les réflexes en alerte, toujours prêt à réagir au moindre incident qui pourrait conduire à la chute.

Avec plaisir je vois les lumières du village de Sault grossir. En moins d’une heure je le rejoins, en tenant compte de la petite montée finale, qui me demande un dernier coup de collier. Ce village très fréquenté en été, est à cette époque de l’année déserté,  presque mort. Le premier hôtel rencontré est fermé. Une ombre rapide passe dans une petite rue en pente. Avant qu’elle ne disparaisse dans la pénombre au coin d’une maison, je me lance à sa poursuite et l’interroge sur les possibilités d’hébergement. Très gentiment m’est indiqué ce qui est sans doute le seul hôtel ouvert en ce mois de novembre. Rapidement je le trouve, la réception est ouverte. J’entre coiffé de ma cagoule noire, achetée dans la région d’Ayacucho, zone d’éclosion du sentier lumineux péruvien.  A cette heure tardive, Je vois des regards interrogateurs se porter sur moi. Je dis en préambule « il ne s’agit pas d’un hold-up ». Manifestement les propriétaires ont le sens de l’humour, car ils se mettent à sourire. Je retire ma cagoule et demande une chambre. Il n’y a pas de problème, et à partir de ce moment la pression se relâche. En effet, je ne me sentais pas trop repartir à la recherche d’un emplacement pour monter ma tente par le froid vif qui s’installe.

L’étape aura été proche d’une centaine de kilomètres, et c’était la première. Cela fait deux mois que je n’ai pas touché mon vélo, et je manque probablement d’un minimum d’entraînement, même si ma dernière randonnée à vélo était la traversée des Alpes françaises. J’ai vraiment dû puiser tout au fond de moi pour surmonter ma faiblesse dans le passage raide du Ventoux. Je ne me souviens pas être allé chercher si profond l’énergie de poursuivre. Je sais que l’étape que je me suis fixée demain est conséquente, avec l’escalade du versant nord de la Montagne de Lure, petite sœur du Ventoux, dont la montée est réputée infinie, plus de 25 kilomètres. J’espère que cette première journée ne me laissera pas trop de courbatures, pour ne pas souffrir exagérément demain?

 Pour le moment détente, tout d’abord une douche chaude qui me fait le plus grand bien, puis un bon repas. Je mange une succulente andouillette de Troyes, très fine, avec un assaisonnement aux herbes particulièrement réussi. J’adore et pourtant je suis lyonnais et l’andouillette j’ai la prétention d’en connaître non un boyau mais un rayon ! Un peu chauvin, je suis contraint d’avouer, avec difficulté cependant, que je l’ai trouvée meilleure que celles que j’ai l’habitude de manger dans la région lyonnaise !

 

Deuxième jour 116 km

Sault Forcalquier par la montagne de Lure  


 

Provence à vélo novembre 2011 034.jpgCe matin le temps est magnifique, l’air limpide, immobile, très frais et vivifiant, comme seule l’arrière saison sait en dispenser sur ces hauts plateaux du pays provençal. On les connaît en été écrasés de chaleur et de sécheresse, mais souvent on ignore que ce sont des pays rudes par le froid et les intempéries. Des auteurs comme Giono ou Bosco les ont décrits merveilleusement ainsi que leurs habitants, dans des livres comme « les  âmes fortes ».

Le miracle de la nuit a fait son effet. Je n’ai plus mal nulle part et me sens en pleine forme. Je démarre bien équipé, mais rapidement l’effort et le soleil me font transpirer. Il est temps de retirer les couches d’habits, bonnet et gants. Une douce chaleur se substitue au froid, permettant de pédaler dans d’excellentes conditions. Sur la route en direction de Trinit aucune circulation, seules de loin en loin des voitures de chasseurs sont garées. Ces véhicules sont reconnaissables à leurs grandes cages, dans lesquelles les chiens de chasse sont transportés. Parfois le silence est ponctué d’un coup de feu lointain. Les forêts de feuillus perdent leurs frondaisons, et prennent cette teinte d’automne dépassé aux tons bruns sans éclat, avec toutefois par places un arbre ou arbuste, qui résiste encore, en arborant une couleur vive, jaune ou rouge. Les près à l’herbe déjà brûlée par le froid, sont mouillés de la forte humidité nocturne. Le soleil rasant met en exergue les milliers de toiles d’araignées, qui piégeaient les insectes au ras des herbes à la belle saison.

Derrière moi le Ventoux domine au-dessus de ces immenses espaces. Comme souvent cette imposante masse au sommet pierreux est couronnée d’une chape de nuages. Que cette montagne est impressionnante, on a toujours autant de difficulté à en cerner les dimensions. J’ai du mal à réaliser que la nuit dernière j’étais au sommet et que j’ai descendu de nuit son immense arête sud. Je nourris l’espoir de revenir un jour favorable, justement de jour et sans nuage, pour pouvoir bénéficier de l’immense panorama de ce sommet unique.

Provence à vélo novembre 2011 040.jpgAu sortir du village de Trinit à l’ambiance très provençale, j’attaque mon premier col de la journée. Il se dénomme « col de l’Homme Mort ». La route monte modérément sur cinq kilomètres sous une douce chaleur. La vue sur ces régions s’élargit  et j’éprouve tout le bonheur de pédaler. A un bon rythme je viens à bout de cette première petite difficulté.   Une fois le col atteint, je cède au rite de la photo de mon vélo devant le panneau indicateur, donnant le nom et l’altitude, qui est de 1213 mètres.

Le versant nord est austère et encore à l’ombre. Le froid se fait de nouveau piquant. La route est mouillée et couverte par endroits de feuilles. Il n’est pas impossible que quelques plaques de verglas traîtresses se cachent dans un virage ou l’autre. Je m’engage dans cette descente vers la vallée du Jabron avec prudence. Soudain au détour d’un virage, dans une éclaircie de la forêt,  les Alpes fraîchement  enneigées, éclatantes de soleil, me sautent au visage et barrent l’horizon. Je crois reconnaître la silhouette caractéristique de la face sud des Ecrins au-dessus de ce foisonnement de pics acérés.

Cette neige et ces montagnes réveillent en moi une multitude de souvenirs de Provence à vélo novembrEgrands bonheurs et cependant j’ai une pensée pour ce guide et sa cliente qui viennent de perdre la vie dans la face nord des Grande Jorasses, au sommet  d’une voie dénommée le Linceul.  Ce nom est dû à la physionomie de la face, grande pente de glace  qui borde la muraille nord des Grandes Jorasses. Elle avait été gravie pour la première fois par René Desmaison  en 1968. Ce dernier, décédé il y a quelques années, a dans ses dernières volontés demandé que ses cendres soient dispersées dans le massif du Dévoluy au pied du Pic de Bure, qui se cache pas très loin d’ici au creux de ces immenses plissements préalpins.

A mes pieds la vallée du Jabron se développe presque jusqu’à l’infini en direction de l’est vers Sisteron.  Encore lointaine la masse sombre de la face nord de la Montagne de Lure s’impose.  Cette montagne présente des similitudes avec le Ventoux. Elle possède le même  pierrier sommital de roche calcaire éclatante, les mêmes forêts qui montent à l’assaut jusqu’à la caillasse finale, ainsi que cette chape  de nuages qui ajoute au tableau une touche secrète et austère.

Je laisse sur ma gauche la ville de Séderon et m’engage vers le petit col de la Pigière, qui en quelques kilomètres me permet de réellement plonger dans cette Provence à vélo novembre 2011 049.jpgbelle vallée du Jabron. Je traverse plusieurs villages, au nom chantant bien de la région, Saint Vincent ou Noyer-sur-Jabron. La rivière par endroits présente de très jolis points de vue sur ses gorges étroites à l’eau claire et froide. L’automne semble moins avancé que sur le plateau que je viens de quitter. De nombreux arbres gardent encore des parures éclatantes, certains révèlent des couleurs extraordinaires, mélange de pourpre de rose et de rouge éclatant.

Arrivé à Noyer-sur-Jabron, j’emprunte une toute petite route sur  la rive droite de Provence à vélo novembre 2011 la rivière qui conduit en quelques kilomètres au pied de la Montagne de Lure. Arrivé au village de Valbelle, je pique-nique de restes que j’ai pris chez moi, un vieux fromage et une miche de pain quelque peu rassie. Il est 13h30. J’attaque la longue montée de l’ordre de 25 kilomètres. D’après une amie grande spécialiste de la région à vélo, cette section est difficile. Ce n’est pas pour rien qu’on la dénomme la petite sœur du Ventoux, qui lui est le Mont Blanc des cyclistes. Le dénivelé de ce versant dans lequel je m’engage est tout de même de 1200 mètres, le Ventoux par Malaucène approche les 1600 mètres.

J’espère que je vais arriver au sommet avant la nuit et ne pas revivre une expérience de descente nocturne. L’itinéraire serpente dans une grande forêt au gré des plis du terrain. Il y a de l’activité, les chercheurs de champignons s’activent sur les traces de la chanterelle cendrée. La montée sans être jamais très raide, un kilomètre seulement à 9%, est cependant interminable. Bien que la circulation soit pratiquement absente, je suis doublé par une bande de bikers en Harley, j’en compte une bonne quarantaine. Du haut de leur machine, les mains en l’air perchées sur des guidons aux formes invraisemblables, et pour certains les pieds presque au ciel, tellement les cale-pieds sont hauts, ils ne me jettent même pas un regard. Quel est ce débile même pas capable de conduire une moto et obligé de grimper ces montagnes à vélo avec ses gros sacs! Je ne m’en offusque pas, car souvent les vrais et purs bikers en Harley considèrent les autres motards comme des espèces de renégats, alors les vélos ! Mais je n’ai pas envie d’ouvrir une polémique sur les motos. Dans ma jeunesse, lorsque j’étais un motard fou (22 accidents en deux roues à moteur), les clans se répartissaient en possesseurs de japonaises, allemandes, italiennes et anglaises. Ces derniers sur leurs bécanes vibrantes et ruisselantes d’huile se considéraient comme les plus purs.  Mais ne nous battons pas, il y a prescription cela fait presque quarante ans.

Comme hier, quelques kilomètres sous le sommet je rentre dans le brouillard et Provence à vélo novembre 2011 065.jpgla clarté tombe d’un coup. Que cette montagne peut se révéler hostile dans ces conditions ! Cela accroit la sensation de vivre une expérience étonnante. Les conditions rencontrées constituent un élément prépondérant quant à la manière dont l’aventure va s’imprimer dans notre mémoire. Je constate,  une fois de plus, qu’en France on peut éprouver le sentiment de se trouver très loin. Enfin, après cette très longue montée, sans prévenir le panneau du Pas de Graille surgit  de la grisaille. Etrange ! sous le panneau, une borne kilométrique indique ce même col à plus de trois kilomètres. De toute évidence la montée continue. Dans ces derniers kilomètres au milieu de la caillasse je gagne encore cent trente mètres de dénivelé. Enfin, le point haut de la route est atteint, 1720 mètres. Il fait froid et humide. Je me couvre rapidement, rajoute sous mon casque ma cagoule et enfile des gants bien chauds. Au moment de me lancer dans la pente, une voiture s’arrête au sommet et l’un des passagers s’étonne de trouver un vélo en cet endroit par ces conditions fraîches et crépusculaires.

Une descente d’une vingtaine de kilomètres me conduit au village de Saint-Etienne-les-Orgues. J’ai bon espoir de dénicher un point de chute pour la nuit. Eh bien non ! De toute évidence tout est fermé, aucune chance de trouver un toit. Ce soir ça se complique. J’ai déjà exactement cent kilomètres dans les cuisses et plus très envie de pédaler, surtout de nuit.  Mais j’ai encore moins envie de dormir dehors. Que faire pour tenter d’y échapper ? La ville de Forcalquier se trouve à seize kilomètres, j’espère que la route descend. Je me lance dans la direction de cette ville. Le premier tiers se déroule le long d’une belle départementale peu fréquentée légèrement descendante, et j’appuie à fond sur les pédales. Mais cela va se corser. En effet, je rejoins une route où le trafic est important. La nuit s’est opacifiée et une côte de plusieurs  kilomètres termine le parcours. Je sais que mes phares magnétiques ne sont pas très puissants, d’où danger. Ils le sont d’autant moins en montée, car plus je suis lent moins ils éclairent. Les voitures qui viennent en sens inverse me voient souvent tardivement, donc me gratifient de leurs pleins phares. Ce qui me plonge juste après le croisement dans le noir le plus total durant quelques secondes, le temps que les pupilles se dilatent de nouveau dans la nuit.  J’imagine que ceux qui arrivent par derrière me voient aussi avec peu de recul, malgré ma veste aux bandes légèrement fluorescentes. Lorsque les bas-côtés sont libres je me mets toujours en situation de me jeter rapidement hors de la route. Mais malheureusement dans cette longue montée terminale, un rail de sécurité m’interdit toute fuite à droite en cas de freinage intempestif dans mon dos, et cela est d’autant plus angoissant que je suis condamné à une vitesse d’escargot. Le temps me paraît long.  J’appuie au maximum sur les pédales, à la limite de l’asphyxie, cherchant à me soustraire le plus rapidement à cette situation dangereuse. Mon seul repère provient des véhicules devant moi, cela me permet de réaliser que la côte n’est pas finie. Puis d’un coup le calvaire prend fin, le point haut de la route est atteint. La ville et ses lumières surgissent du néant et la clarté se fait. Ouf ! Je me laisse glisser vers cette petite ville baignée de lumière. En ce 11 novembre, j’espère trouver un hôtel ouvert car j’ai nettement dépassé les cent kilomètres et l’idée de devoir sortir de l’agglomération pour chercher un point de bivouac, m’effraie quelque peu.

J’arrive au centre ville. L’activité est faible, un premier hôtel est fermé, alors je distingue un peu plus loin l’enseigne allumée d’un autre établissement. Je m’y dirige, descends de mon vélo et entre. L’accueil est immédiatement sympathique, un gros chat vient se frotter. Pour moi, c’est de très bon augure, en effet la première impression sera confirmée. Il me faudra encore sortir pour manger. Je fais la distance minimale. Un restaurant affiche « la cuisine de Maman ». Je m’attends à des spécialités provençales, elles seront marocaines. Je choisis un tajine succulent, au citron vert et olives, suivi d’une glace amande et miel.  Fourbu, après cette étape de 116 kilomètres je rejoins ma chambre. Comme souvent après des efforts intenses, il est difficile de s’endormir.

 

Troisième jour  58 km

Forcalquier Moustiers-Sainte-Marie  


 

En ce troisième jour, du fait de l’avance prise hier, l’étape sera courte. En quelque sorte je la qualifierai de transition entre deux massifs montagneux. En effet, la grosse bosse suivante se dénomme les gorges du Verdon.   Je compte venir me positionner à leur pied ce soir, dans la perspective d’une étape difficile demain. Je fais quelques achats, pain, bananes ainsi qu’un médicament pour les brûlures d’estomac, le saucisson du midi ne passant pas toujours bien.  Le temps est encore parfait. L’itinéraire commence par une longue descente en direction de la Durance. Il est toujours agréable de commencer sa journée de vélo en descendant, ça donne le moral et cela permet de s’échauffer sans brutalité.

La ville d’Oraison est vite atteinte. Juste à son entrée je traverse la Durance, qui garde le long de ses bancs de sable les traces des fortes précipitations de la semaine dernière. En effet, de multiples souches et troncs  échoués sont disséminés tout au long de son vaste lit de graviers, ainsi que d’autres détritus moins écologiques, du genre vieux pneus.

Un peu au sud d’Oraison, je m’engage sur la D907, petite route qui part plein est entre garrigues et prairies. Ca y est, cela fleure bon la Provence, telle qu’on la conçoit. Ce temps d’automne stable à l’air immobile, ni chaud ni froid, juste une sensation de fraîcheur au débouché d’un vallon ombragé, ou une légère chaleur sous le soleil, représente l’idéal pour un cycliste. Après une dizaine de kilomètres Provence à vélo novembre 2011 066.jpgau fond d’une petite vallée trop vite parcourue, sur la droite se distingue le village du Brunet. Il s’accroche aux pentes donnant accès au plateau de Valensole. Quelques kilomètres raides le long d’une minuscule route en lacets, et d’un coup un vaste panorama se dévoile alors que la côte se termine.

 Que ce plateau est magnifique. Alors qu’il est réputé pour son vent, par chance ce jour le calme est total. Tout là-bas à l’est les grandes falaises du Verdon bouchent l’horizon. Cela me permet de contempler une partie de mon étape de demain.  Ce lieu  est plein de mystères, nombreuses sont les histoires d’OVNI  et de rencontres extraterrestres qui y sont associées. D’autre part, dans son sol durant une trentaine d’années, la France y a caché ses missiles balistiques nucléaires sol-sol, regroupés au sein du 1er GMS (groupement de missiles balistiques), qui dépendait de l’armée de l’air. Bien entendu ces fusées faisaient fantasmer et les groupes pacifistes s’implantaient dans la région afin d’être sur place pour manifester contre ce type d’armement. Cela procure de nombreuses raisons pour nimber cette terre austère et déserte d’un côté mystérieux.

J’emprunte un chemin de terre qui me conduit au cœur de cette zone, et m’arrête en bordure de forêt pour déjeuner. Le silence est total, la vue porte très loin.  Mais rien d’étrange ou de bizarre ne se manifeste. Pas de Martien pour venir partager mon fromage franchement moisi, mon saucisson très poivré  ou ma banane talée, snif ! Je reprends ma route, et comme souvent lorsque je traverse  des lieux de Provence à vélo novembre 2011 070.jpgcaractère affirmé, j’ai tendance à ralentir pour en profiter plus longtemps. Les immenses champs de lavande s’étalent à l’infini, pas très odorants en cette saison. J’arrive sur un groupe de chênes truffiers protégés par une barrière, sur laquelle de grands panneaux rouges annoncent « arme à feu ». En ces régions, la guerre du diamant noir de toute évidence fait rage. Je me souviens d’un roman dans lequel un vieux paysan faisait croire aux acquéreurs  d’un domaine que rien n’y poussait. Chaque année en cachette, il allait dérober les champignons aux propriétaires qui ne se méfiaient pas. Puis, un jour ils ont découvert le pot aux roses, tombant sur ce voisin « aux manières policées », tentant de soustraire à leur curiosité un panier rempli de belles grosses truffes !

En ces vastes espaces je me sens bien, une forme de plénitude. Il est étrange que je ne conçoive le vélo qu’à travers l’errance. J’ai beaucoup de mal à planifier une balade de la journée. Et si cela m’arrive, il est fort à parier que je ne me lèverais pas. J’ai besoin de cette sensation de voyage pour pleinement apprécier mon Provence à vélo novembre 2011 effort physique. Il faudrait peut-être qu’un jour je me fasse psychanalyser, mais à mon âge c’est sans doute trop tard ! Aujourd’hui j’ai tout mon temps, l’étape étant deux fois plus courte qu’hier, de plus avec un dénivelé très faible. Pas un bruit, un calme impressionnant, un paysage de toute beauté, je pédale dans un endroit merveilleux, c’est sans doute cela le bonheur!

J’atteins le village de Puimoisson en bordure est du plateau, il ne me reste plus que 12 kilomètres à parcourir avant Moustiers. Je prends mon temps, m’installe à une terrasse de café au soleil et déguste tranquillement un petit noir, tout en écoutant le village vivre. Je suis ravi de ces voies chantantes, bien du midi, qui s’esclaffent en grands rires. Il y a des coins, où malgré les angoisses suscitées par nos sociétés détraquées aux dettes abyssales, certains ont décidé de prendre malgré tout la vie du bon côté et savent faire preuve d’une insouciance salvatrice.

La fin du parcours est une simple formalité, je me laisse entraîner par la pente vers cette jolie petite cité de Moustiers-Sainte-Marie, accrochée à la falaise, célèbre pour ses faïences. Elle constitue le point d’entrée idéal pour visiter les gorges du Verdon. Arrivant pour une fois de bonne heure, je me rends au syndicat d’initiative afin de choisir un hôtel confortable. En effet, l’hôtel des Restanques est très confortable et admirablement bien situé.  Mais à cette période il me faudra retourner au cœur du village pour dîner. La réceptionniste très gentiment me réserve une table à la Treille Muscate, restaurant à la salle magnifiquement agencée sur la place de l’église. Il n’est que 3h30, je continue à prendre mon temps, douche et farniente devant la télé. Puis je pars à la découverte, plutôt redécouverte de ce village dans lequel je suis déjà venu plusieurs fois. Mais je ne Provence à vélo novembre 2011 083.jpgsProvence à vélo novembre 2011uis jamais monté jusqu’à sa chapelle  perchée au beau milieu de la grande falaise qui domine les maisons. Un chemin empierré aérien y conduit. Les premières mentions de la chapelle notre Dame de Beauvoir, connue dans les temps anciens  sous le nom de Notre-Dame d’Entre-Roches, remontent au IX siècle. Elle est l’une des rares chapelles « à répit » que l’on trouve en Provence. On désigne de la sorte les chapelles qui permettent les suscitations d’enfants. C’est-à-dire que l’on y apportait les enfants mort-nés, afin de les faire ressusciter quelques instants, le temps de les baptiser. Il était ensuite possible de les faire inhumer religieusement, assurant alors le salut de leur âme. Je suis aussi très ému à la lecture de certains ex-voto, par exemple celui d’ « Une maman pour ses trois enfants revenus de la guerre ».

Le lieu est impressionnant, surtout au moment où vient la nuit. Je suis seul et regarde l’ombre emplir les grandes falaises qui me surplombent. Avec un vieux réflexe de grimpeur, je recherche les itinéraires d’escalade possibles, parmi ces dalles et ces fissures. Mais très probablement la varappe est interdite en ce lieu trop proche des habitations. Puis je redescends flâner dans le village, admirant les magnifiques motifs sur les objets en faïence d’une grande finesse que l’on trouve dans nombre de boutiques. Enfin arrive l’heure du dîner et je rejoins mon restaurant, dont on m’a fait l’éloge. Je suis ravi par les ravioles au foie gras et les pieds paquets, ces derniers étant la spécialité du cuisinier. J’y reviendrai en famille.  

 

Quatrième jour 122 km

Moustiers Fréjus par le Verdon


Un petit-déjeuner consistant me prépare aux durs efforts de la journée. A côté de moi, quatre Chinois discutent avec animation. Bien entendu je ne comprends pas le moindre mot, langue aux intonations et sonorités étranges. Je quitte la salle de restauration, je prépare mon vélo sur la terrasse. Mes chinois, voyant le volume de mes bagages, se précipitent et demandent à être pris en photo à tour de rôle devant ce drôle d’équipage. Tout hilares, ils se prennent en photo, devant ce qu’ils considèrent sans doute comme un coolie français qui part pour quelques trafics marchands ! Quand ils montreront ces photos à leurs proches, ils resteront probablement perplexes devant les motivations qui poussent certains à voyager à vélo plutôt qu’en voiture. Chez eux la voiture étant le symbole de la réussite, il s’en immatricule en Chine, selon un article lu l’année dernière,  14 000 par jour !

Provence à vélo novembre 2011 129.jpgCe matin l’air est frais. Comme hier je débute par une longue descente, qui cette fois me conduit au bord du lac de Sainte-Croix. Un vent contraire, vif et piquant, me ralentit. Il ne va pas durer, car il est généré par le débouché des gorges que je rejoins en quelques kilomètres. En ce matin froid les abords du lac dégagent une grande quiétude. Le soleil est toujours caché par la masse du massif montagneux du Verdon. Les arbres aux feuilles jaunes se découpent sur le bleu pâle de l’eau. Le pont, marquant le début des gorges  en bordure du lac, est un lieu idéal pour admirer cette splendeur de la nature. A cette heure matinale, les jeux de lumières et d’ombres sur l’eau et les immenses parois délivrent, dans une belle communion, un spectacle grandiose. Provence à vélo novembre 2011 Cette première prise de contact  avec ces gorges, que je connais pourtant bien, me stupéfie.

Une fois dépassé le pont, le vent se calme. Un peu plus loin, j’attaque la longue montée qui me conduira au sommet de cette immense saignée naturelle, que l’eau a mis des millions d’années à creuser. La forme est bonne et je suis très motivé par les splendeurs à venir. D’abord j’atteins le village d’Aiguines, qui offre un magnifique point de vue sur le lac. Puis, je continue en direction de la Corniche Sublime, d’où une multitude de panoramas époustouflants se découvrent au fur et à mesure de la progression. Mais la côte est soutenue et longue, ce qui nécessite des efforts, cependant mon petit plateau accomplit des miracles. Je passe tout d’abord le col d’Illoire, déjà cinq cents mètres de dénivelé au-dessus du lac. A voir toutes ces grandes falaises, d’innombrables souvenirs d’escalade me viennent en mémoire. Les grandes  voies classiques de la falaise de l’Escalés, haute de plus de 300 mètres défilent. Des itinéraires aux noms restés mythiques, la Demande, les Ecureuils, Provence à vélo novembre 2011 149.jpgLuna-Bong, et bien d’autres. Celle qui m’a laissé le plus beau souvenir, ULA, une fissure, verticale voire surplombante, de toute beauté qui s’élève au-dessus d’une dalle de 40 mètres, d’un seul jet sur 280 mètres d’une escalade soutenue de toute beauté, sur un rocher extraordinaire. Cela me donne envie d’y retourner grimper, pour me replonger dans l’ambiance de ces temps passés. Mais les habitudes d’escalade ont changé, maintenant on accède aux voies par le haut en rappel et l’on ne daigne pas toujours faire ces grandes escalades dans leur totalité, se concentrant sur des entreprises de moindre hauteur, mais redoutablement plus difficiles techniquement.

Provence à vélo novembre 2011A tous les virages ou presque je m’arrête et scrute  ces grandes falaises à la recherche de souvenirs d’expériences et d’émotions passées dans ces replis secrets de la roche. La route monte bien au-dessus du col et dépasse les 1200 mètres. Il y fait frais, d’autant plus que je transpire. Arrivé enfin au point haut de la Corniche Sublime, je n’arrive pas à prendre de la vitesse en descente, le regard toujours tourné vers ce canyon stupéfiant. Dans un virage deux cyclistes avec des drôles de vélos à petites roues. Ouhaou ! Il s’agit d’un couple d’Australiens effectuant un tour de France d’une année. On discute un moment avec passion de nos expériences à deux roues. Mais le temps passe, Provence à vélo novembre 2011 150.jpget si je veux atteindre Fréjus avant la nuit il me faudra encore sérieusement appuyer sur les pédales.

Je fais une halte au pont de l’Artuby, où le saut à l’élastique bat son plein. Mais bien vite je repars en direction de Comps. Le vent est contraire et ça monte. Je commence à douter de la possibilité d’être en bord de mer ce soir. A quatorze heures je suis à Comps-sur-Artuby. Je ne m’y arrête pas, sachant qu’avant le bord de mer je n’aurai aucune alternative au bivouac, et il me reste 70 kilomètres à franchir. Certes, ça devrait descendre, mais à priori quelques montées sont au programme. Après une descente en sortie de village, je traverse de nouveau la rivière Artuby, sur le camp militaire de Canjuers. Une montée de plusieurs kilomètres, heureusement pas trop raide, suit. Je prends la départementale 19, direction Barjemon. De là, j’opte malgré l’heure tardive pour une minuscule route passant par Claviers, petit village perché. Le temps passe vite, cependant les kilomètres s’enchaînent. Je reprends espoir. Quinze kilomètres après ce dernier village, Saint-Paul en forêt, que je rejoins par un magnifique parcours en sous-bois. J’ai tout loisir Provence à vélo novembre 2011 151.jpgd’observer les chercheurs de champignons. J’en interroge un, qui manifestement en a quelques-uns dans un sac plastique. Il me fait cette réponse hilarante avec un magnifique accent du midi : « Je n’ai ramassé que des mauvais ».  La réponse n’autorise aucune réplique. Je m’éloigne le sourire aux lèvres. Un peu plus loin, un autre chercheur porte un panier. Dès qu’il m’aperçoit, il le cache vite, des fois que je voie ce qu’il recèle.  L’arrivée au village se fait par un raidillon carabiné et je suis près des cent kilomètres. Il m’en reste encore un peu plus d’une vingtaine avant d’atteindre Fréjus. La course contre la montre avec la tombée de la nuit est lancée. Là-bas sur ma droite, je vois le soleil se coucher derrière le rocher caractéristique de Roquebrune-sur-Argens. La mer m’apparait. Ca y est, je suis dans la zone industrielle de Fréjus. En ce dimanche soir, la circulation est intense. En effet, nombreux sont ceux qui ont profité du beau temps retrouvé, après de très fortes intempéries, pour aller se promener. A la suite de pas mal de détours, j’arrive en bordure de mer, en même temps que la nuit. Mon compteur affiche 122 km pour la journée. Je trouve rapidement un hôtel simple, mange tout aussi vite et me couche.

 

Cinquième jour 92 km

Fréjus Sollies-Pont  


Une fois de plus la nuit a fait son travail réparateur et c’est assez frais que je me prépare à traverser le massif des Maures. Les prévisions météorologiques sont encore favorables pour ce jour, mais une dégradation est prévue pour demain. J’ai tendance à m’y fier, car le vent d’est souffle, et dans la région c’est annonciateur de pluie. Pour le moment, à court terme, ce vent va m’être très utile, car il va me pousser généreusement tout au long de la journée.

Je démarre tranquillement par les quais du port en regardant les bateaux. Je rejoins ensuite la route de Saint-Aygulf et je longe  le bord de mer pendant quarante kilomètres jusqu’à Port-Grimaud. Toutes ces cités balnéaires, Saint-Aygulf, les Issambres, Sainte-Maxime me rappellent ma jeunesse lorsque nous passions toutes nos vacances à la pêche, que ce soit du bord, en sous-marine ou en bateau. A regarder la mer défiler, je sais à quoi ressemblent les fonds sous cette surface qui les cache. Les fonds marins que nous connaissions le mieux, c’étaient ceux qui se trouvent maintenant sous les parkings et zones commerciales du nouveau port de Saint-Raphaël. Dans notre jeunesse ces infrastructures n’existaient pas, et leur construction a été accomplie au détriment des zones maritimes côtières. Nos merveilleux coins de pêche ont été définitivement ensevelis. Je me souviens avoir vu les premiers gros camions qui sont venus déverser leur cargaison de terre et de caillasse en détruisant tous ces merveilleux endroits, bancs de sable, massifs d’algues, groupes de rochers aux trous poissonneux qui enchantaient notre jeunesse.  Plus de quarante ans après je les  visualise toujours en imagination sous ces parkings et magasins, avec les noms que nous leur donnions mes frères et moi : le casse-croûte, le casse-pipe, les montagnes, la digue, la grille,  la mare à mulets, la petite-plage, le trou etc.

Ne nous laissons pas envahir par la nostalgie. Je quitte le bord de mer et Provence à vélo novembre 2011 157.jpgm’engage après Grimaud sur la petite route au milieu des Maures qui conduit à Collobrières. Le parcours mène de crête en crête au gré des mouvements de terrain. A cette époque cette région est admirable. Du fait des fortes intempéries des semaines passées, l’eau ruisselle de toutes parts. Des cascades et ruisseaux bruissent tout au long du chemin. Je ne reconnais pas les Maures, que je connaissais pour leur sécheresse, qui engendre des incendies apocalyptiques. D’ailleurs au détour d’un virage je tombe sur une petite aire aménagée, sur laquelle a été érigé un monument commémoratif aux trois pompiers qui en ce lieu ont perdu la vie alors qu’ils combattaient l’un de ces gigantesques feux attisés par le mistral.

Cette forêt recèle des richesses, tout d’abord le chêne liège, ensuite l’arbouse, les châtaigniers et bien sûr les champignons friands de ce sol granitique :                                                                                  

 Provence à vélo novembre 2011Le chêne liège, on le trouve tout au long de la route. Il est l’élément essentiel de la forêt. On le reconnait très bien à son écorce claire (avant exploitation) qui fait de gros bourrelets tout au long du tronc. Mais après exploitation, les troncs sont beaucoup plus lisses, moins volumineux et de couleur sombre.                                                                                                                                                     L’arbouse, grosse baie  à la peau rouge couverte de petites protubérances, qui pousse sur un arbuste l’arbousier. Ce fruit, fréquent en zone méditerranéenne, murit en novembre. Cela veut dire qu’en ce jour il y en a partout autour de moi. Sa chair est orange, de la consistance d’une purée ferme, elle s’écrase mollement en Provence à vélo novembre 2011bouche. Le goût de cette baie est doux et excellent. Je ne me prive pas de m’en gaver, ce qui me tiendra lieu de repas de midi. Parfois il me faut escalader des talus pour aller les récupérer.

Le châtaigner, véritable industrie de la région, fait la richesse des villages des environs. On y confectionne marrons glacés, glaces et autres produits dérivés de la farine de châtaigne.   Attention à ne pas s’arrêter n’importe où pour cueillir ce fruit, car les propriétaires des arbres ne seraient pas forcément d’accord. D’ailleurs ils le précisent par des panneaux et entourent leurs châtaigniers de barrières.                                                                                                                                                                   Les champignons, sanguins et cèpes sont très prisés dans le coin. Je vois bien quelques chercheurs, mais manifestement ce n’est pas miraculeux. Soit-disant qu’il aurait trop plu ?  

Provence à vélo novembre 2011 164.jpgOn n’a pas le temps de s’ennuyer le long de cette petite route, de laquelle par places on peut voir la mer. Je passe le col  de Taillude à plus de 400 mètres. J’entame la descente sur Collobrières, capitale de la châtaigne, dont la fête attire beaucoup de monde. Avant d’y pénétrer, à une centaine de mètres des premières maisons, un cycliste, sans doute un ouvrier agricole arrive à ma rencontre. Au moment où il me croise il me lance d’un ton enjoué «  va-y p’tit gars ! C’est bientôt ! ». Nous sourions tous les deux. En cette fin novembre le village est froid et presque désert. Les feuilles mortes balaient les ruelles mouillées du bourg. On sent que l’hiver est en marche pour venir s’installer. Je poursuis ma route jusqu’à Pierrefeu-du-Var, à la bordure ouest du massif des Maures. Je donne donc mes derniers coups de pédale dans ce joli petit massif si caractéristique de Provence.     

Je cherche un hôtel à Cuers, mais sans succès. Je descends en direction de Toulon et en trouve enfin un en périphérie de Solliès-Pont. Il draine une clientèle de gens qui viennent travailler dans la région, donc rien de très bucolique.  Mais si le temps devait se dégrader demain et virer à la pluie, je pourrais rapidement rejoindre la gare d’Hyères ou de Toulon, ce qui est un atout appréciable. En effet, les pluies de novembre ne sont généralement pas très agréables à vélo.  

 

Sixième jour : 85 km

 

Solliès-Pont Cassis par la Sainte-Baume


Ce matin, contrairement aux prévisions météorologiques, le temps est beau et le dernier bulletin semble infirmer celui de la veille. Donc pas de fuite vers Toulon, mais je vais reprendre mon itinéraire en direction de la Sainte Baume. Je quitte l’hôtel par une toute petite route, qui à travers bosses et creux me conduit    par des raccourcis sur la route de Belgentier. Mon corps a pris l’habitude des efforts journaliers intenses, et je me sens une forme olympique. Sur un bon rythme je me lance dans une longue côte à la pente modérée. La route est passante, mais heureusement souvent la bande latérale pour cycliste rend  l’exercice plus agréable. Les villages défilent, Méounes, la Roquebrussanne. Dans les environs de ce dernier j’observe un hélicoptère de combat Tigre à l’entraînement. Il fait de longues  stations sans mouvement, peut-être les pilotes s’entraînent-ils à maîtriser leurs systèmes d’armement toujours plus perfectionnés, donc nécessitant d’autant plus d’apprentissage ?

Je quitte  la route à fort trafic et me dirige par un itinéraire presque désert vers le village de Mazaugues. Les côtes se font plus sévères. Une grande descente et me Provence à vélo novembre 2011 175.jpgvoilà dans ce   joli village. Une épicerie, qui outre la vente de quelques ingrédients, tient lieu de café. Je m’installe près du chauffage électrique, car il fait froid et je suis mouillé de transpiration. Je regarde les clients défiler et écoute l’épicière me raconter la vie du village. Le nom Mazaugues vient de masse d’eau, raison pour laquelle la sécheresse ne sévit généralement  pas en ces lieux. Il parait qu’on y trouve même des champignons en été ! Je passe un bon moment, et alors que je démarre une cycliste du coin entame la discussion et me parle de ses désirs de grands voyages à vélos, pour le moment bridés du fait de sa situation de mère de famille d’enfants terribles. Elle se contente de sorties à la journée avec son club, ce qui est déjà bien dans cette région très accidentée. Je lui raconte ce récit d’un homme qui à 73 ans a fait seul  le tour du Maroc à vélo. Donc pas de panique, elle a encore trente ou quarante ans pour réaliser ses rêves les plus fous !

On me prévient que ça va monter dur pour rejoindre le versant nord de la Sainte Baume. En effet, sur huit kilomètres la pente moyenne est soutenue, mais le paysage est merveilleux. Là aussi de l’eau  ruisselle de toutes parts. Je passe devant l’une de ces fameuses glacières, qui servaient à alimenter la ville de Provence à vélo novembre 2011 177.jpgMarseille en glace tout au long de l’année. Ce versant nord de la Sainte  Baume est très froid, et cette caractéristique a été exploitée aux siècles précédents pour produire de la glace. De grandes constructions cylindriques bien protégées au nord et semi-enterrées recevaient en fin d’automne de grandes quantités d’eau qui gelait durant l’hiver et que l’on gardait au frais durant des mois, jusqu’à l’hiver suivant. On en débitait des pains de glace que l’on livrait par charriots à la ville, et voilà comment dans les temps anciens on trouvait de la glace  en été pour mettre les poissons au frais à Marseille. Est-ce que à cette époque le pastis existait ? Si la réponse est négative, les glaçons devaient s’ennuyer !

Une fois la côte terminée, la longue crête de la Sainte Baume apparait et je distingue ses antennes caractéristiques.  Blottie au pied des falaises la magnifique forêt aux arbres millénaires se dévoile avec ses couleurs d’automne. Je m’arrête au monastère. J’y suis déjà venu à plusieurs reprises. J’y ai même dormi lors d’une grande traversée à pied. L’accueil y avait été de tout premier Provence à vélo novembre 2011 192.jpgplan par les Dominicains, tout particulières par les sœurs dans leurs longs vêtements immaculés. Elles affichent une sérénité qui est très communicative. À leur contact comme un rayonnement réconfortant  vous atteint. Ne pas hésiter à y faire halte pour la nuit. J’ai du mal à reprendre mon chemin, il est des lieux où souffle l’esprit.

Je suis bientôt au bout de mon périple. Je continue de longer cette magnifique montagne jusqu’au col de l’Espigoulier. Là-bas au nord une autre immense vague de calcaire blanc surgit, il s’agit de la Montagne Sainte-Victoire, haut lieu de Provence, que le peintre Sézanne a fait connaître mondialement. Une fois au col, toute la ville de Marseille s’étale à mes pieds, la côte méditerranéenne se dévoile des Calanques jusqu’à la Ciotat en passant par le célèbre cap Canaille, plus haute falaise maritime d’Europe. Au-dessus de moi, baignée de soleil, la face nord-ouest  de Bartagne, très réputée parmi les grimpeurs,  montre tous ses reliefs. Je me prends à repérer les Provence à vélo novembre 2011 211.jpgnombreuses escalades que j’y ai effectuées. Je me laisse entraîner dans une descente raide et sinueuse vers le village de Gémenos dans un cadre de toute beauté où foisonnent les falaises.

Encore quelques kilomètres de montée en direction du col de l’Ange et ensuite vers Roquefort-la-Bédoule. Dans cette dernière côte je fais la course avec deux cyclistes, certes plus très jeunes.  Puis, en six kilomètres de descente je rejoins la gare de Cassis, point final de mon périple de six jours dans ce pays farouche de Provence entre mer et montagne. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir au cours de ces 570 kilomètres tout au long de ces massifs réputés et pourtant sauvages de France. Comme toujours, lorsqu’un beau projet arrive à sa conclusion, on se sent un peu orphelin d’un beau rêve devenu réalité. Il faut alors vite envisager le suivant pour ne pas laisser une vague sensation de vide vous envahir. Mon prochain périple commence à prendre forme dans mon esprit, mais c’est une autre histoire.

Découvrez mes balades à pied, dans les livres et autrement…



Partager

A propos de l'auteur

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!