Aller au contenu

cinéma asiatique

Susa de Rusudan Pirveli (Cinéma géorgien)

Présenté au festival de Vesoul 2011, Susa de Rusudan Pirveli est le premier film de ce jeune réalisateur, représentant le cinéma géorgien. Avec Susa, Rusudan Pirveli offre un véritable regard de cinéaste sur la Géorgie actuelle, un pays sur lequel il dresse un constat sinistre…

Black Kiss ; faux semblants à Tokyo

Black Kiss, si l’on en croît son réalisateur Makoto Tezka (Hakuchi), est une tentative de s’écarter des expérimentations de l’auteur pour s’ancrer dans un cinéma de genre – le thriller en l’occurrence – plus immédiatement accessible.

Chansons paillardes : ah ! les femmes

chansonpaillardeOn le sait depuis Sayuri stip-teaseuse : désirs humides (Ichijô sayuri : nureta yokujo, 1972), Tatsumi Kumashiro aime les personnages “vrais”. L’expression “plus vrais que nature” s’impose même, tant le cinéma de l’auteur tente par tous moyens d’échapper à l’entropie d’un genre (le roman porno), qui tend à condenser le matériau primal des émotions humaines en une représentation érotique fantasmée. Ainsi choisit-il de faire appel à une véritable strip-teaseuse, offrant son patronyme au titre même de ce deuxième long-métrage et premier grand succès public du cinéaste.

Lire la suite »Chansons paillardes : ah ! les femmes

  1. Home
  2. /
  3. cinéma asiatique